L'Intérieur lance un plan d'aide aux jeunes en difficulté

Ce plan a vocation «à bénéficier aux jeunes confrontés aux plus grandes difficultés, notamment dans les quartiers de reconquête républicaine», précise le ministre de l'Intérieur Gérard Darmanin
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

L'Intérieur lance un plan d'aide aux jeunes en difficulté

  • Ce plan consiste à «offrir plus de 10 000 stages, contrats d'apprentissage et autres opportunités aux collégiens, lycéens, apprentis et étudiants de tous»
  • Pour les 18-25 ans, plus de 7 000 nouvelles offres de stages (4 000), apprentissage (1 500) et service civique (1 500) seront proposées

PARIS: Le ministère de l'Intérieur va lancer un plan «10 000 jeunes» offrant des stages, des formations, des contrats d'apprentissage à des jeunes les plus en difficulté, a annoncé Gérard Darmanin dans un courrier adressé aux services du ministère.

Dans ce courrier signé également par la ministre déléguée Marlène Schiappa, M. Darmanin explique que ce plan consiste à «offrir plus de 10 000 stages, contrats d'apprentissage et autres opportunités aux collégiens, lycéens, apprentis et étudiants de tous âges dès les prochaines semaines et jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/2022».

Ce plan a vocation «à bénéficier aux jeunes confrontés aux plus grandes difficultés, notamment dans les quartiers de reconquête républicaine», précise-t-il.

Concrètement pour les moins de 18 ans, 1 800 stages supplémentaires seront offerts aux collégiens de 3e, et 1 200 places supplémentaires de cadets de la gendarmerie nationale seront ouvertes.

Pour les 18-25 ans, plus de 7 000 nouvelles offres de stages (4 000), apprentissage (1 500) et service civique (1 500) seront proposées.

A partir de mardi soir, les jeunes pourront envoyer leur candidature sur la page www.10000jeunes-interieur.fr. Chaque préfecture recevra les candidatures de son département. Elle devra recontacter les candidats dans les jours suivants, précise l'entourage du ministre.

Dans son courrier, le ministre fait appel à la mobilisation de toutes les directions centrales du ministère pour mener à bien ce plan.


Sarkozy condamné: Hollande «n'accepte pas les attaques répétées contre la justice»

L'ancien président français François Hollande lors d'une visite à « Les petites cantines », un réseau à but non lucratif de cantines de quartier, à Lyon, dans le sud-est de la France, le 2 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je n'accepte pas les attaques répétées contre la justice et son indépendance, avec des magistrats qui sont nommément pointés du doigt», ajoute François Hollande
  • «Enfin les magistrats du PNF n'ont pas été choisis par moi, pas plus que par mon successeur», insiste François Hollande

PARIS: François Hollande dit samedi dans un entretien au Parisien ne pas accepter « les attaques répétées contre la justice » après la condamnation à de la prison ferme de Nicolas Sarkozy, même s'il « mesure ce que représente » cette décision pour son prédécesseur à l'Elysée.  

« Je mesure ce que représente pour Nicolas Sarkozy cette condamnation à la fois sur le plan humain et sur le plan politique. C'est aussi une question d'honneur compte tenu des fonctions qu'il a exercées », affirme l'ancien chef de l'Etat.  

« En revanche ce que je n'accepte pas, ce sont les attaques répétées contre la justice et son indépendance, avec des magistrats qui sont nommément pointés du doigt », ajoute François Hollande, déplorant que le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti n'ait pas défendu « immédiatement l'institution judiciaire ».  

Alors que la droite a concentré ses attaques sur le Parquet national financier (PNF), qu'elle accuse d'avoir joué un rôle politique dans le procès, l'ancien dirigeant socialiste rappelle que le jugement a été rendu « par un tribunal indépendant après une enquête menée par le PNF, puis une instruction confiée à d'autres magistrats ». 

« Enfin les magistrats du PNF n'ont pas été choisis par moi, pas plus que par mon successeur. Ils l'ont été sur proposition du Garde des Sceaux après avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature », insiste François Hollande, qui a créé le PNF en 2013 après l'affaire Cahuzac. 

« Prétendre que le PNF agirait à des fins partisanes, c'est porter atteinte à l'impartialité de 18 magistrats qui travaillent en toute indépendance pour l’intérêt général », poursuit l'ex-chef de l'Etat. 

« À ceux qui comme Mme Le Pen ou M. Mélenchon se plaignent qu'il y aurait un gouvernement des juges, je dis que le temps où les politiques étaient intouchables est révolu », ajoute-t-il encore. 

A propos du « soutien personnel » apporté par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Nicolas Sarkozy, François Hollande considère qu'« en ces circonstances », cela « ne (le) heurte pas ». 

Il estime par ailleurs que la « meilleure façon de combattre » le Rassemblement national, « ce n'est pas de se présenter juste comme une solution contre l'extrême droite, mais comme une solution pour le pays ». Et juge à propos de la gauche que « ce n'est pas la division qui est la plus inquiétante » mais « le fait qu'il n'y ait pas une ligne politique qui puisse s'affirmer et être capable de rassembler » en vue de 2022. 


Covid: les quais de Seine bondés à Paris, la police les fait évacuer

Des policiers s’adressent à un groupe de personnes qui profitent d’une journée ensoleillée le long des rives de la Seine à Paris, le 20 février 2021. Bertrand GUAY / AFP
Short Url
  • La police a fait évacuer en milieu d'après-midi samedi les quais de Seine où le soleil et la température douce avaient attiré des Parisiens en nombre qui ne respectaient pas les gestes barrière en cette période de forte circulation du Covid-19
  • La semaine dernière, il en avait été de même, mais la police était intervenue peu avant le couvre-feu de 18H00

PARIS: La police a fait évacuer en milieu d'après-midi samedi les quais de Seine où le soleil et la température douce avaient attiré des Parisiens en nombre qui ne respectaient pas les gestes barrière en cette période de forte circulation du Covid-19.

La préfecture de police de Paris a posté plusieurs tweets appelant au respect des gestes barrière sur les quais (port du masque et distanciation physique), avant de décider de disperser les petits groupes et d'évacuer les quais.

La semaine dernière, il en avait été de même, mais la police était intervenue peu avant le couvre-feu de 18H00.

Pour ce week-end, la préfecture de police a interdit la consommation d'alcool sur les quais de Seine et les rives du Canal Saint-Martin de 11H00 à 18H00, ainsi que dans plusieurs autres lieux de la capitale.

En début de matinée, lors de la présentation de l'opération de vaccination massive durant le week-end, le préfet de police, Didier Lallement, avait prévenu que s'il constatait dans des manifestations ou des rassemblements un non respect des gestes barrière, il interviendrait pour y mettre fin.

Paris et l'Ile-de-France, qui ont échappé au confinement le week-end, font partie des régions où le virus circule particulièrement rapidement.

 


Castex débloque 60 millions d'aides d'urgence aux éleveurs

Le Premier ministre Français Jean Castex visite un poste de police à Beauvais, au nord de Paris, le Mars 5, 2021. (Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté
  • Au-delà de l'élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l'Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d'argent des élevages porcin et bovin

PARIS: Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer.

"Pour tous les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020 et qui ont subi des pertes importantes, ce qui représente 18.000 exploitations, (…) nous allons mettre en place un dispositif exceptionnel de soutien financier qui permettra de couvrir jusqu'à 80% des pertes d'exploitation", a affirmé le Premier ministre en conclusion d'une table-ronde dans la Creuse avec les représentants de cette filière agricole.

"Cela signifie une enveloppe de 60 millions (d'euros) qui va s'ajouter à l'enveloppe prévue dans le plan de relance (...) de 50 millions pour la restructuration de la filière, actions que je veux lier", a-t-il ajouté. Dans le plan de relance présenté début septembre, le gouvernement prévoit un total de 1,2 milliard pour le secteur de l'agriculture et de l'alimentation.

"C'est un tout. Il y a une situation d'urgence, nous devons (y) répondre. Mais les aides d'urgence ne régleront rien" pour la filière de l'élevage, "il faut que ces filières continuent encore à s'améliorer, notamment dans le secteur de la viande, à mieux se structurer", a insisté M. Castex.

"On ne peut pas vous abandonner", a-t-il souligné. "La crise Covid a fait naître des situations de difficultés, de précarité".

Célébrés par les autorités politiques pour avoir continué à nourrir les Français au plus fort de la crise sanitaire, les agriculteurs demeurent confrontés à une multitude de défis et à un malaise qui demeure, privés encore cette année de leur vitrine du salon de l'Agriculture pour cause de Covid-19.

Au-delà de l'élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l'Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d'argent des élevages porcin et bovin (lait et viande).

Les éleveurs dénoncent régulièrement le fait qu'ils doivent vendre leurs bêtes à un prix inférieur à leurs coûts de production.

La Fédération nationale bovine (FNB) a récemment calculé qu'un éleveur bovin avait gagné en moyenne 8.000 euros en 2020, soit moins de 700 euros par mois. La surmortalité par suicide est aussi "particulièrement marquée chez les éleveurs bovins (lait et viande) âgés de 45 à 54 ans", selon la FNB.

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a indiqué pour sa part la volonté du gouvernement de faire entrer en vigueur dès le 1er septembre cette année, au lieu de 2022, la revalorisation des retraites des agriculteurs de 75 à 85% du Smic, votée par le Parlement en juin.

Il a promis des "changements" à la loi Alimentation, rappelant toutefois que "la loi ne peut pas fixer le prix" des produits agricoles mais que le gouvernement avait "démultiplié les sanctions" contre les distributeurs.