Le Hirak algérien s’impose face aux tentatives de «récupération politique»

Le retour imposant des manifestants démontre que l’impasse politique est loin d'être finie, et que la crise politique persiste, malgré un nouveau président et une nouvelle constitution (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Le Hirak algérien s’impose face aux tentatives de «récupération politique»

  • La libération des prisonniers est un geste politique pour essayer de sortir de la crise et calmer le Hirak souligne Dalia Ghanem, chercheuse au Carnegie Middle East Center
  • Avec la reprise du Hirak, je crains que la situation sociale devienne très importante, ajoute-t-elle

PARIS: Des milliers de manifestants ont défilé lundi à Alger, comme dans d'autres villes algériennes, pour commémorer le deuxième anniversaire du Hirak. Le mouvement populaire, relancé après un an d'interruption, fait face à un « système à bout de souffle qui tente des gestes d'apaisements » par le biais de la libération de certains prisonniers et d’un remaniement ministériel, qualifié par les experts de «poudre aux yeux».

Depuis mi-mars 2020, les marches du Hirak ont été interrompues à cause de la pandémie de Covid-19. Mais le retour imposant des manifestants démontre que l’impasse politique est loin d'être finie, et que la crise politique persiste, malgré un nouveau président et une nouvelle constitution.

Déclenché le 22 février 2019, le Hirak a bouleversé l'Algérie et a poussé Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis deux décennies, à la démission. Abdelmadjid Tebboune, le nouveau président élu en décembre 2019, et nommé également au poste de ministre de la Défense, revient en Algérie après plusieurs mois d’absence en Allemagne où il s’est fait soigner de "complications" post-Covid.

drareni
Le journaliste Khaled Drareni à son arrivée chez lui à Alger le 19 février derier, après sa libération de la prison de Kolea. (AFP).

L'ancien loyaliste du leader évincé Abdelaziz Bouteflika a dissous dimanche l'Assemblée nationale, chambre basse du Parlement. Tebboune a également procédé à un remaniement de son gouvernement, sans changement d'équipe majeur, à la veille du 2eme anniversaire du Hirak, et a gracié une dizaine de détenus politiques, une décision saluée par le président français, Emmanuel Macron.

Lors d’un entretien avec Arab News en Français, Dr. Dalia Ghanem, chercheuse résidente au Carnegie Middle East Center de Beyrouth, fondé par la Fondation Carnegie pour la paix internationale, décrit les décisions du président algérien comme une récupération politique.

Que représente la libération de Khaled Drareni, journaliste, et des autres prisonniers politiques ? 

Dr. Dalia Ghanem : La libération des prisonniers est un geste politique pour essayer de sortir de la crise et calmer le Hirak à l'aube de son 2eme anniversaire. Le vrai geste fort aurait été la libération de tous les détenus d'opinions sans aucune condition. Ces personnes n’auraient jamais dû être emprisonnées, elles ont été incarcérées de manière réellement injuste. Pour tenter d'éviter des rassemblements de masse, le système qui est à bout de souffle, tente des gestes d'apaisements.

Pourquoi la dissolution de l’assemblée et le remaniement ministériel sont des initiatives cosmétiques par rapport aux hirakistes?

C’est de la poudre aux yeux. C’est un moyen de sortir d’une impasse où les institutions politiques sont paralysées et la grogne sociale ne cesse de monter. Le système essaie de trouver des portes de sorties pour calmer la situation, et surtout parce que le président est en manque de légitimité. D’abord, il lui fallait réaffirmer sa présence et son retour. Il faut noter que le président Tebboune a été absent pendant plus de trois mois en Allemagne alors que le contexte économique et social est de plus en plus tendu dans le pays. Il lui fallait réaffirmer son rôle dans le pays avec un geste fort, en sa qualité qu’homme fort au pays. Il ne faut pas oublier que c’est un président qui a été très faiblement élu, puisque les élections présidentielles du 12 décembre 2019 n’ont récolté qu’un taux de participation qui peinait à frôler les 35%. Six électeurs sur dix ont boudé les urnes. Il s’agit donc de redorer le blason du système, mais les algériens savent que c’est un ravalement de façade.

Vous avez mentionné une crise économique “tendue”. Où en est l'Algérie aujourd’hui ?  

Alors, la crise économique est là, accentuée par des institutions paralysées par un régime répudié le 22 février 2019. Et à cela se greffe une situation économique très difficile. Celle-ci était déjà mauvaise bien avant le Covid. La pandémie n'a fait qu'exacerber une situation déjà très mauvaise. On se trouve donc dans une situation où c'est en quelque sorte la fin de l'État rentier. La rente s'amenuise et en fait, tous les voyants économiques sont au rouge.

Les exportations ont baissé de près de 41% en 2020, les réserves de change ont fondu pour atteindre, les 47 milliards de dollars. Aujourd'hui, on a également un déficit de la balance commerciale de plus de 6 milliards de dollars. Il y a une inflation de 2,3 % et un taux de croissance déjà très faible en 2018, et qui est devenu anémique en 2019 puisqu'il est passé de 1,4 % à -6,5 % en 2020. Et enfin, le chômage qui avoisine les 11% officiellement. Donc, avec l'économie qui va mal et une pandémie qui s’éternise, l'État continue de dépenser beaucoup d'argent.

Les Hirakistes appellent à un changement de système, mais qui remplacerait le “système actuel” avec une crise économique profonde et des institutions paralysées ? 

Avec la reprise du Hirak, je crains que la situation sociale devienne très importante. Elle sera au cœur du débat parce que les Algériens souffrent déjà beaucoup sur le plan socio-économique. Le régime en est clairement conscient, mais il n'a pas d'autres alternatives aujourd'hui puisque les gouvernements successifs ont raté plusieurs fois l'occasion de redynamiser l'économie, complètement dépendante aux hydrocarbures.

Aujourd'hui, il va être très difficile de diversifier cette économie dans ces conditions et de trouver une alternative au système. Les demandes radicales du Hirak ne sont pas faisables pour l’instant, il va donc falloir trouver un compromis. Mais pour ce faire, il faut qu’il y ait un dialogue national. Or, tant que le Hirak n'a pas de représentants, et que le mouvement ne s'institutionnalise pas au minimum pour pouvoir encadrer la mobilisation et une feuille de route un peu réaliste… Cela dit, le Hirak est en mesure de bien comprendre le régime et ses moyens de cooptation, de marginalisation et d’emprisonnements. Mais à un moment, il faudra s'asseoir à la table des négociations.


A Bagdad, la messe du pape entre youyous et effluves d'encens

Le pape François préside la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • A l'arrivée du souverain pontife de 84 ans, une nuée de youyous s'élève ainsi que des centaines de mains tournées vers le ciel
  • «C'est la première vraie rencontre entre le Saint-père et ses fidèles», se félicite le père Nadheer Dakko, de l'église Saint Joseph

BAGDAD: Tout a commencé pour ces fidèles par une longue attente silencieuse sous le soleil couchant de Bagdad. Puis, ce que la plupart d'entre eux n'imaginaient que dans leurs rêves les plus fous est arrivé: le pape François est apparu. 

Devant l'église Saint Joseph de la capitale irakienne, les rares chrétiens ayant obtenu un billet pour assister à la première messe papale de l'histoire de l'Irak rompent brutalement leur silence. 

A l'arrivée du souverain pontife de 84 ans, une nuée de youyous s'élève ainsi que des centaines de mains tournées vers le ciel. 

Au milieu des bouquets, des missels en arabe et des rosaires serrés entre des doigts tremblants, François salue des femmes, certaines la tête couverte de voiles noirs ou blancs. 

Et il a l'air encore plus heureux que les Irakiens qui l'accueillent. 

Les jeunes --peu nombreux dans l'assemblée-- dégainent aussitôt leurs téléphones portables, abaissant leur masque pour se prendre en photo avec le pape en arrière-plan. 

1
Le pape François quitte après avoir presidé la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)

Hostie et spray désinfectant 

Des voix enfantines d'une chorale de bienvenue au souverain pontife se font entendre. 

« Ca fait trois jours qu'on répète sans arrêt! », explique l'une des chanteuses, pas peu fière, portant une casquette floquée d'une photo du pape François trop grande pour sa tête. 

Après cet accueil, une petite partie des personnes rassemblées entre dans l'église entièrement ceinturée d'imposants blocs de béton, pour prendre place sur des bancs de bois --à bonne distance les unes des autres à cause de la pandémie de coronavirus. 

D'autres restent à l'extérieur sur des bancs de bois installés sur le parvis face à des écrans géants qui retransmettent la messe en direct. 

Et, de nouveau, quand entre la procession du pape, en tenue blanche aux liserés dorés, de puissants youyous s'élèvent des travées tandis que résonnent les chants liturgiques en arabe d'une chorale masquée. 

« C'est la première vraie rencontre entre le Saint-père et ses fidèles », se félicite le père Nadheer Dakko, de l'église Saint Joseph, à l'issue du deuxième jour de la visite papale marqué principalement par des entrevues officielles. 

Une rencontre néanmoins entravée par les restrictions liées à la Covid-19. Pour la communion, le partage du vin et du pain bénis, le pape ne s'est pas déplacé. 

A sa place, une demi-douzaine de prêtres munis de sprays désinfectants ont servi les fidèles dans l'église, déposant la petite hostie ronde dans leur main préalablement aspergée d'alcool. 

Dans son homélie, le pape François évoque l'amour, le pouvoir de témoigner et la force qu'il convient de garder face aux persécutions. 

Autant de mots qui résonnent en Nabil Yaacoub, quadragénaire bagdadi qui dit avoir »survécu à tout » dans sa ville meurtrie depuis près de vingt ans par une invasion américaine, une guerre civile et des attentats jihadistes à répétition. 

1
Le pape François préside la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)

« Panser les plaies »  

« J'ai survécu aux violences confessionnelles, aux explosions mais maintenant le pape est là », confie ce catholique irakien. 

« Dans ce pays où tant de mal a été fait, il va pouvoir panser les plaies: c'est comme un père qui rentre enfin à la maison », espère l'homme qui regarde la messe sur l'un des écrans géants du parvis. 

Chaque paroisse n'a pu envoyer que treize fidèles. 

Pour tous les autres, ne serait-ce que pour quelques secondes et de loin, voir le pape reste une consolation. Il faut pour cela contourner les dizaines de barrages des forces de l'ordre autour de l'église. 

Samira Youssef a réussi à se frayer un chemin avec sa soeur. 

« J'attends devant l'église depuis midi mais, de toutes façons, j'ai attendu ce moment toute ma vie », glisse-t-elle. « S'ils ne me laissent pas entrer, je sais que je vais pleurer ».  

A quelques pas de là, un jeune garçon se gratte la tête en contemplant des gardes suisses qui le dépassent de plusieurs têtes. 

« Je vis juste à côté et je viens tous les jours allumer un cierge à Saint Joseph », raconte Fahad, musulman de 12 ans qui a ses habitudes à l'église. « Mais aujourd'hui, le pape en personne est là! », répète-t-il, incrédule. 

Avant de reprendre: « J'espère que ça deviendra son habitude: j'espère que le pape viendra tout le temps en Irak ». 


Le Premier ministre libanais met en garde contre le chaos face à l’effondrement de la livre

Le Premier ministre par intérim du Liban, Hassan Diab, prend la parole au siège du gouvernement à Beyrouth, au Liban, le 6 mars 2021 (Reuters)
Short Url
  • Hassan Diab a menacé de ne plus remplir ses fonctions si cela pouvait accélérer la formation d'un nouveau cabinet
  • Il s’est exprimé lors d’un discours laconique à la nation alors que la livre continuait de s’effondrer par rapport au dollar

BEYROUTH: Le Premier ministre par intérim du Liban a averti samedi que le pays se dirigeait rapidement vers le chaos et a appelé les politiciens à mettre de côté leurs divergences afin de former un nouveau gouvernement capable de solliciter une aide étrangère indispensable. 

Hassan Diab a menacé de ne plus remplir ses fonctions si cela pouvait accélérer la formation d’un nouveau gouvernement. 

Il s’est exprimé lors d’un discours laconique à la nation alors que la livre continuait de s’effondrer par rapport au dollar, s'échangeant à un moment donné à 10 500 livres libanaises sur le marché noir pour la première fois de son histoire. Des manifestants en colère bloquent des rues et des autoroutes à travers le pays et brûlent des pneus depuis plusieurs jours, alors que la livre poursuit sa chute vertigineuse atteignant de nouveaux records. 

La chute de la monnaie locale a entraîné une forte augmentation des prix ainsi que des retards de livraison de carburant, ce qui a provoqué des pannes d'électricité plus prolongées dans tout le pays, de plus de 12 heures par jour dans certaines régions. La crise a plongé près de la moitié de la population du petit pays de 6 millions d'habitants dans la pauvreté, les a privés de leurs épargnes et réduit leur pouvoir d'achat. 

De petits groupes de manifestants ont de nouveau bloqué des routes dans plusieurs zones vendredi, incendiant des pneus et des meubles. 

«Le dollar est à 10 500 (livres) et tout le monde a quatre ou cinq bouches à nourrir, y compris les parents. Ils (les politiciens corrompus) doivent subvenir à nos besoins », a crié un manifestant. 

«Ils se sont fait vacciner contre le coronavirus, mais ont ouvert le pays pour que les gens puissent mourir», a-t-il ajouté, faisant référence à un groupe de parlementaires vaccinés au parlement même le mois dernier sans autorisation préalable. Une initiative qui a conduit la Banque mondiale à envisager de suspendre son financement de la campagne de vaccination au Liban. 

Un autre manifestant qui ne s'est identifié que par son prénom, Ali, a déclaré qu'il était frustré que d'autres Libanais restent chez eux. 

« Où est le peuple libanais ? Le dollar est maintenant à 10 500 (livres) et il atteindra 15 ou 20 (mille). Pourquoi sommes-nous à la maison ? Nous devons descendre dans la rue ! 

Diab, qui a démissionné à la suite de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth, a suggéré qu'il pourrait arrêter d’honorer ses obligations. 

«Si cela aide à former un gouvernement, je suis prêt à recourir à cette option même si cela va à l'encontre de mes principes», a-t-il déclaré. 

En octobre, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a été nommé pour former un nouveau gouvernement, mais cinq mois plus tard, les litiges entre lui et le président Michel Aoun sur la mouture du gouvernement empêchent sa formation. 

Le Liban a également désespérément besoin de devises étrangères, mais les donateurs internationaux ont déclaré qu'ils n'aideraient le pays financièrement que si des réformes majeures étaient mises en œuvre pour lutter contre la corruption généralisée, qui a conduit le pays au bord de la faillite. 

« Qu’attendez-vous, plus d’effondrement ? Plus de souffrance ? Le chaos ?" s’est exclamé Diab, fustigeant les hauts responsables politiques, sans les nommer, qui s’intéressent plus au nombre et à l’ affiliation des ministres qu’au pays qui s’effondre. 

« Quelle différence cela fera-t-il d'avoir plus ou moins de ministres (au sein du cabinet) si tout le pays plonge?», a-t-il réagi. 

« Le Liban fait face à un grave danger et les Libanais en paient le prix. » 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Réouverture des cinémas, gymnases et restaurants en Arabie Saoudite

Des serveurs travaillent dans un restaurant fermé dans un centre commercial de Riyad. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre
  • Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes

RIYAD: Les cinémas, gymnases et centres sportifs seront autorisés à rouvrir en Arabie saoudite à partir de dimanche.

Les repas à l'intérieur peuvent également reprendre dans les restaurants et les cafés ainsi que d'autres activités de loisirs, a déclaré vendredi le ministère de l'Intérieur.

Cependant, tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre. Cela comprend les mariages, les réunions d'entreprise, les banquets et les événements sociaux.

Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes.

Le Royaume a suspendu les activités relatives aux loisirs le 3 février pour freiner la propagation du COVID-19. La suspension a été prolongée le 14 février de 20 jours.

Le ministère a exhorté les gens à adhérer aux mesures visant à empêcher la propagation du coronavirus et a prévenu qu'il y aurait une augmentation des contrôles ponctuels pour s'assurer que tout le monde se conforme aux règles.