Cible de trois attaques en une semaine en Irak, Washington reste de marbre

Les forces irakiennes fouillent la zone de Tarmiyah, à 35 kilomètres (20 miles) au nord de Bagdad le 20 février 2021, à la suite d'affrontements avec des combattants de Daech (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Cible de trois attaques en une semaine en Irak, Washington reste de marbre

  • L’Iran est largement soupçonné d'être derrière les attaques
  • Les tensions en Irak se sont intensifiées depuis que Trump a ordonné l’assassinat de Soleimani

CHICAGO: Une semaine après qu’une attaque à la roquette ait blessé cinq Américains et tué un entrepreneur étranger engagé par les États-Unis sur une base militaire près de l'aéroport international d'Erbil, dans le nord de l'Irak, Washington semble encore étudier sa réponse à l'escalade de la violence.

Entre-temps, deux attaques supplémentaires contre des cibles liées aux États-Unis ont eu lieu dans le pays: au moins quatre missiles ont touché la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad le 20 février, faisant un blessé. Lundi, deux roquettes ont atterri dans la zone verte près de l’ambassade américaine à Bagdad, sans faire de blessés.

L’Iran est largement soupçonné de se tenir derrière les attaques, mais l'administration Biden hésite jusqu’à présent à le pointer du doigt, déclarant après l'attaque du 15 février à Erbil qu'elle «examine» l’identité des auteurs, et qu’elle répondra «en temps et en lieu opportuns». Le secrétaire d’État Antony Blinken, qui s’exprimait sur le comportement régional déstabilisateur de l’Iran dans la région, a assuré lundi que le président Joe Biden n’a pas renoncé à faire pression sur l’Iran au sujet de la question des armes nucléaires.

«L'Iran n’a pas suspendu ses activités, au contraire, il intervient dans la région à travers diverses comportements déstabilisateurs, dont des attaques contre nos propres forces en Irak et ailleurs, ainsi que contre nos partenaires», a répondu Blinken, quand on lui a demandé si les États-Unis ont cédé du terrain à Téhéran en acceptant d'entamer des négociations pour un retour au Plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, connu sous le nom d'accord nucléaire iranien. Le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018.

«Au lieu de s’améliorer, le problème empire. Et le président Biden est fermement convaincu qu'une diplomatie solide et fondée sur des principes est le meilleur moyen de tenter d’aborder ces questions, de contenir le problème nucléaire, et de rester ferme face à l'Iran dans d'autres dossiers». Jen Psaki, la porte-parole de la Maison-Blanche, avait auparavant réitéré que la priorité reste d'empêcher le régime iranien d'obtenir une arme nucléaire.

«Nous ne prévoyons pas de prendre des mesures supplémentaires, tel qu’un snapback ou une annulation préalable des sanctions», a-t-elle déclaré. «Nous voulons tenir une conversation à propos de l’avenir. Et oui, quand que nous nous tournons vers l’avenir, nous souhaitons discuter de son rôle dans la région, de son utilisation des missiles balistiques, et c’est certainement l’objectif de cette administration».

La semaine dernière, Blinken s’est joint à ses homologues Jean-Yves Le Drian de France, Heiko Maas de l’Allemagne, Luigi Di Maio de l’Italie, et Dominic Raab de Grande-Bretagne, pour lancer un avertissement commun au sujet des attaques.

«Nous, les ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis d'Amérique, condamnons vigoureusement l'attaque à la roquette du 15 février qui a ciblé la région du Kurdistan irakien», ont-ils déclaré.

«Nous offrons nos condoléances aux victimes, à leurs familles et au peuple irakien. Nos gouvernements soutiendront conjointement l’enquête du gouvernement irakien sur l’attaque dans le but de demander des comptes aux responsables. Nous sommes unis dans notre opinion que les attaques contre le personnel et les installations des États-Unis et de la coalition ne peuvent être tolérées».

Les récentes attaques et les militants n’ont pas été revendiquées, et les responsables ont été identifiés simplement comme des «groupes armés irakiens».

Cependant, de nombreux analystes et groupes dissidents iraniens estiment que le blâme retombe clairement sur Téhéran.

«Il ne fait aucun doute que le régime iranien soit à l'origine de la récente vague d'attaques à la roquette contre les bases militaires américaines et l'ambassade à Bagdad», affirme Ali Safavi, responsable de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne basé à Paris. «Il a changé les noms de ses milices terroristes satellites par crainte de représailles sévères. Ces attaques ne sont qu’une tentative de Téhéran d'augmenter les enjeux des négociations nucléaires, puisque la balle est dans son camp. La raison est que les Européens et les États-Unis imposent comme condition, avant toute nouvelle négociation sur l'accord nucléaire iranien, que le régime mette fin à ses violations et respecte les termes du JCPOA à la lettre. La communauté internationale ne devrait pas avoir froid aux yeux. Elle devrait adopter une approche ferme car les religieux au pouvoir ne comprennent que le langage de la fermeté et de l’autorité. Toute concession sera interprétée comme une faiblesse, et ne fera qu’encourager le régime».

Les tensions en Irak se sont intensifiées en janvier de l’année dernière lorsque Trump a ordonné l’assassinat de Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods, une unité du Corps des gardiens de la révolution islamique. Il était considéré comme la deuxième personne la plus puissante de l’Iran après le guide suprême Ali Khamenei.

Les responsables iraniens ont juré de tirer «une vengeance sévère». La situation dans le nord de l'Irak reste compliquée par les relations difficiles entre les États-Unis et le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a critiqué la protection de Washington des forces kurdes. Erbil est la capitale de la région du Kurdistan irakien. Peu de temps avant les frappes du 15 février, des militants kurdes ont exécuté 13 otages turcs, dont des soldats et des policiers. Ankara soutient que le renforcement de ces forces dans le nord de l'Irak représente une menace pour sa sécurité.

Blinken avait déclaré avoir appelé le premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi le 16 février pour le rassurer au sujet de l’engagement de Washington à la sécurité de l'Irak, et pour exprimer son «indignation» face à l'attaque d'Erbil. Il s'est aussi entretenu avec Masrour Barzani, premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan. Le secrétaire a ajouté qu'il a encouragé al-Kazimi à continuer de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement régional pour lutter contre l'extrémisme violent.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Bagdad, la messe du pape entre youyous et effluves d'encens

Le pape François préside la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • A l'arrivée du souverain pontife de 84 ans, une nuée de youyous s'élève ainsi que des centaines de mains tournées vers le ciel
  • «C'est la première vraie rencontre entre le Saint-père et ses fidèles», se félicite le père Nadheer Dakko, de l'église Saint Joseph

BAGDAD: Tout a commencé pour ces fidèles par une longue attente silencieuse sous le soleil couchant de Bagdad. Puis, ce que la plupart d'entre eux n'imaginaient que dans leurs rêves les plus fous est arrivé: le pape François est apparu. 

Devant l'église Saint Joseph de la capitale irakienne, les rares chrétiens ayant obtenu un billet pour assister à la première messe papale de l'histoire de l'Irak rompent brutalement leur silence. 

A l'arrivée du souverain pontife de 84 ans, une nuée de youyous s'élève ainsi que des centaines de mains tournées vers le ciel. 

Au milieu des bouquets, des missels en arabe et des rosaires serrés entre des doigts tremblants, François salue des femmes, certaines la tête couverte de voiles noirs ou blancs. 

Et il a l'air encore plus heureux que les Irakiens qui l'accueillent. 

Les jeunes --peu nombreux dans l'assemblée-- dégainent aussitôt leurs téléphones portables, abaissant leur masque pour se prendre en photo avec le pape en arrière-plan. 

1
Le pape François quitte après avoir presidé la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)

Hostie et spray désinfectant 

Des voix enfantines d'une chorale de bienvenue au souverain pontife se font entendre. 

« Ca fait trois jours qu'on répète sans arrêt! », explique l'une des chanteuses, pas peu fière, portant une casquette floquée d'une photo du pape François trop grande pour sa tête. 

Après cet accueil, une petite partie des personnes rassemblées entre dans l'église entièrement ceinturée d'imposants blocs de béton, pour prendre place sur des bancs de bois --à bonne distance les unes des autres à cause de la pandémie de coronavirus. 

D'autres restent à l'extérieur sur des bancs de bois installés sur le parvis face à des écrans géants qui retransmettent la messe en direct. 

Et, de nouveau, quand entre la procession du pape, en tenue blanche aux liserés dorés, de puissants youyous s'élèvent des travées tandis que résonnent les chants liturgiques en arabe d'une chorale masquée. 

« C'est la première vraie rencontre entre le Saint-père et ses fidèles », se félicite le père Nadheer Dakko, de l'église Saint Joseph, à l'issue du deuxième jour de la visite papale marqué principalement par des entrevues officielles. 

Une rencontre néanmoins entravée par les restrictions liées à la Covid-19. Pour la communion, le partage du vin et du pain bénis, le pape ne s'est pas déplacé. 

A sa place, une demi-douzaine de prêtres munis de sprays désinfectants ont servi les fidèles dans l'église, déposant la petite hostie ronde dans leur main préalablement aspergée d'alcool. 

Dans son homélie, le pape François évoque l'amour, le pouvoir de témoigner et la force qu'il convient de garder face aux persécutions. 

Autant de mots qui résonnent en Nabil Yaacoub, quadragénaire bagdadi qui dit avoir »survécu à tout » dans sa ville meurtrie depuis près de vingt ans par une invasion américaine, une guerre civile et des attentats jihadistes à répétition. 

1
Le pape François préside la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, le 6 mars 2021 (Photo, AFP)

« Panser les plaies »  

« J'ai survécu aux violences confessionnelles, aux explosions mais maintenant le pape est là », confie ce catholique irakien. 

« Dans ce pays où tant de mal a été fait, il va pouvoir panser les plaies: c'est comme un père qui rentre enfin à la maison », espère l'homme qui regarde la messe sur l'un des écrans géants du parvis. 

Chaque paroisse n'a pu envoyer que treize fidèles. 

Pour tous les autres, ne serait-ce que pour quelques secondes et de loin, voir le pape reste une consolation. Il faut pour cela contourner les dizaines de barrages des forces de l'ordre autour de l'église. 

Samira Youssef a réussi à se frayer un chemin avec sa soeur. 

« J'attends devant l'église depuis midi mais, de toutes façons, j'ai attendu ce moment toute ma vie », glisse-t-elle. « S'ils ne me laissent pas entrer, je sais que je vais pleurer ».  

A quelques pas de là, un jeune garçon se gratte la tête en contemplant des gardes suisses qui le dépassent de plusieurs têtes. 

« Je vis juste à côté et je viens tous les jours allumer un cierge à Saint Joseph », raconte Fahad, musulman de 12 ans qui a ses habitudes à l'église. « Mais aujourd'hui, le pape en personne est là! », répète-t-il, incrédule. 

Avant de reprendre: « J'espère que ça deviendra son habitude: j'espère que le pape viendra tout le temps en Irak ». 


Le Premier ministre libanais met en garde contre le chaos face à l’effondrement de la livre

Le Premier ministre par intérim du Liban, Hassan Diab, prend la parole au siège du gouvernement à Beyrouth, au Liban, le 6 mars 2021 (Reuters)
Short Url
  • Hassan Diab a menacé de ne plus remplir ses fonctions si cela pouvait accélérer la formation d'un nouveau cabinet
  • Il s’est exprimé lors d’un discours laconique à la nation alors que la livre continuait de s’effondrer par rapport au dollar

BEYROUTH: Le Premier ministre par intérim du Liban a averti samedi que le pays se dirigeait rapidement vers le chaos et a appelé les politiciens à mettre de côté leurs divergences afin de former un nouveau gouvernement capable de solliciter une aide étrangère indispensable. 

Hassan Diab a menacé de ne plus remplir ses fonctions si cela pouvait accélérer la formation d’un nouveau gouvernement. 

Il s’est exprimé lors d’un discours laconique à la nation alors que la livre continuait de s’effondrer par rapport au dollar, s'échangeant à un moment donné à 10 500 livres libanaises sur le marché noir pour la première fois de son histoire. Des manifestants en colère bloquent des rues et des autoroutes à travers le pays et brûlent des pneus depuis plusieurs jours, alors que la livre poursuit sa chute vertigineuse atteignant de nouveaux records. 

La chute de la monnaie locale a entraîné une forte augmentation des prix ainsi que des retards de livraison de carburant, ce qui a provoqué des pannes d'électricité plus prolongées dans tout le pays, de plus de 12 heures par jour dans certaines régions. La crise a plongé près de la moitié de la population du petit pays de 6 millions d'habitants dans la pauvreté, les a privés de leurs épargnes et réduit leur pouvoir d'achat. 

De petits groupes de manifestants ont de nouveau bloqué des routes dans plusieurs zones vendredi, incendiant des pneus et des meubles. 

«Le dollar est à 10 500 (livres) et tout le monde a quatre ou cinq bouches à nourrir, y compris les parents. Ils (les politiciens corrompus) doivent subvenir à nos besoins », a crié un manifestant. 

«Ils se sont fait vacciner contre le coronavirus, mais ont ouvert le pays pour que les gens puissent mourir», a-t-il ajouté, faisant référence à un groupe de parlementaires vaccinés au parlement même le mois dernier sans autorisation préalable. Une initiative qui a conduit la Banque mondiale à envisager de suspendre son financement de la campagne de vaccination au Liban. 

Un autre manifestant qui ne s'est identifié que par son prénom, Ali, a déclaré qu'il était frustré que d'autres Libanais restent chez eux. 

« Où est le peuple libanais ? Le dollar est maintenant à 10 500 (livres) et il atteindra 15 ou 20 (mille). Pourquoi sommes-nous à la maison ? Nous devons descendre dans la rue ! 

Diab, qui a démissionné à la suite de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth, a suggéré qu'il pourrait arrêter d’honorer ses obligations. 

«Si cela aide à former un gouvernement, je suis prêt à recourir à cette option même si cela va à l'encontre de mes principes», a-t-il déclaré. 

En octobre, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a été nommé pour former un nouveau gouvernement, mais cinq mois plus tard, les litiges entre lui et le président Michel Aoun sur la mouture du gouvernement empêchent sa formation. 

Le Liban a également désespérément besoin de devises étrangères, mais les donateurs internationaux ont déclaré qu'ils n'aideraient le pays financièrement que si des réformes majeures étaient mises en œuvre pour lutter contre la corruption généralisée, qui a conduit le pays au bord de la faillite. 

« Qu’attendez-vous, plus d’effondrement ? Plus de souffrance ? Le chaos ?" s’est exclamé Diab, fustigeant les hauts responsables politiques, sans les nommer, qui s’intéressent plus au nombre et à l’ affiliation des ministres qu’au pays qui s’effondre. 

« Quelle différence cela fera-t-il d'avoir plus ou moins de ministres (au sein du cabinet) si tout le pays plonge?», a-t-il réagi. 

« Le Liban fait face à un grave danger et les Libanais en paient le prix. » 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Réouverture des cinémas, gymnases et restaurants en Arabie Saoudite

Des serveurs travaillent dans un restaurant fermé dans un centre commercial de Riyad. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre
  • Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes

RIYAD: Les cinémas, gymnases et centres sportifs seront autorisés à rouvrir en Arabie saoudite à partir de dimanche.

Les repas à l'intérieur peuvent également reprendre dans les restaurants et les cafés ainsi que d'autres activités de loisirs, a déclaré vendredi le ministère de l'Intérieur.

Cependant, tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre. Cela comprend les mariages, les réunions d'entreprise, les banquets et les événements sociaux.

Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes.

Le Royaume a suspendu les activités relatives aux loisirs le 3 février pour freiner la propagation du COVID-19. La suspension a été prolongée le 14 février de 20 jours.

Le ministère a exhorté les gens à adhérer aux mesures visant à empêcher la propagation du coronavirus et a prévenu qu'il y aurait une augmentation des contrôles ponctuels pour s'assurer que tout le monde se conforme aux règles.