L'ONU réclame des «efforts urgents» pour sauver des réfugiés rohingyas disparus en mer

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés a appelé lundi à déployer des efforts urgents pour repérer des réfugiés rohingyas à bord d’un navire, en dérive sur la mer d'Andaman depuis plus d'une semaine (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

L'ONU réclame des «efforts urgents» pour sauver des réfugiés rohingyas disparus en mer

  • Selon le HCR, les réfugiés qui tentent de traverser les mers d'Asie du Sud-Est sont trois fois plus susceptibles de mourir qu’en mer Méditerranée
  • L'exode des Rohingyas vers le Bangladesh a commencé en août 2017, à la suite d'attaques systématiques de l'armée du Myanmar, qualifiées par l'ONU de nettoyage ethnique

NEW YORK: L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé lundi à déployer des efforts urgents pour repérer des réfugiés rohingyas à bord d’un navire, en dérive sur la mer d'Andaman depuis plus d'une semaine.

Le nombre de passagers reste incertain, tout comme l’emplacement actuel du navire.

Le dernier contact, un appel de détresse, date de samedi soir, heure locale. On estime que la nourriture et l'eau doivent par conséquent manquer depuis, et que de nombreuses personnes doivent être gravement malades. On craint que certains soient déjà morts.  

Indrika Ratwatte, directeur du Bureau du HCR pour l'Asie et le Pacifique, déclare avoir alerté les autorités maritimes locales sur la potentielle présence du navire dans leurs eaux, et a appelé à leur aide immédiate pour sauver des vies.

«Beaucoup (de passagers) sont dans un état extrêmement vulnérable, et doivent souffrir d’une extrême déshydratation», ajoute-t-il. «Nous estimons (que) les décès ont augmenté au cours des dernières 24 heures».

Délimitée par les côtes du Myanmar et de la Thaïlande, la mer d'Andaman fait partie du nord-est de l'océan Indien, au sud-est de la baie du Bengale et à l'est des îles indiennes Andaman et Nicobar.

Ratwatte a appelé les pays de la région à déployer immédiatement des navires de recherche et de sauvetage, et à donner la priorité aux efforts pour sauver la vie des réfugiés.

«Conformément aux obligations internationales qui découlent du droit de la mer, ainsi qu’aux conventions maritimes traditionnelles, le devoir de secourir les personnes en détresse en mer doit être respecté, indépendamment de leur nationalité ou de leur statut juridique», affirme-t-il. Il a par ailleurs réitéré que le HCR est prêt à fournir une aide humanitaire et une assistance relative aux procédures de quarantaine.

Selon le HCR, les réfugiés qui tentent de traverser les mers d'Asie du Sud-Est sont trois fois plus susceptibles de mourir qu’en mer Méditerranée, en grande partie en raison des mauvais traitements infligés par les passeurs, et du risque accru de maladie à bord des navires.

«Le fait que les réfugiés et les migrants continuent d'entreprendre ce voyage fatal met l’accent sur la nécessité d'une réponse régionale immédiate et collective pour la recherche, le sauvetage et le débarquement», a déclaré Ratwatte.

Les Rohingyas, une minorité ethnique, sont maltraités depuis des décennies au Myanmar quand, dans les années 1970, des centaines de milliers d’entre eux ont pris refuge au Bangladesh voisin. 250 000 réfugiés les ont suivis après le soulèvement de 1989 au Myanmar et la répression militaire subséquente.

Des milliers sont revenus à l'État de Rakhine en 1992, lorsque le Bangladesh et le Myanmar ont conclu un accord de rapatriement. Le dernier exode des Rohingyas vers le Bangladesh a commencé en août 2017, à la suite d'attaques systématiques de l'armée du Myanmar, qualifiées par de hauts responsables de l'ONU de nettoyage ethnique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le mari de Zaghari-Ratcliffe émet des doutes quant à sa libération

Cette photo d'archive montre Nazanin Zaghari-Ratcliffe (à droite) posant pour une photo avec son mari Richard et sa fille Gabriella (à gauche) (AFP / Campagne Free Nazanin)
Short Url
  • Le ministère britannique des Affaires étrangères : «Le régime (iranien) doit mettre fin à la détention arbitraire de tous les ressortissants britanniques de double nationalité»
  • Zaghari-Ratcliffe a été transférée de la prison et placée en résidence surveillée au domicile de ses parents l'année dernière alors que la pandémie de coronavirus ravageait l'Iran

LONDRES: Le mari de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, la ressortissante anglo-iranienne détenue à Téhéran, dit qu'il ne sait toujours pas si elle sera libérée dimanche après avoir purgé sa peine. 

Zaghari-Ratcliffe a été condamnée en 2016 à cinq ans d'emprisonnement suite à des allégations de complot en vue de renverser le régime iranien - des accusations qu'elle a toujours niées. 

Employée auprès d’une association de charité, Nazanin 43 ans a été arrêtée alors qu'elle se trouvait à Téhéran lors d'une visite avec sa fille. 

Son mari, Richard Ratcliffe, déclare à Sky News qu'il essaie toujours de savoir si elle sera autorisée à retourner à Londres et à retrouver sa fille après avoir purgé sa peine. 

« Nous sommes évidemment très anxieux ici, et elle attend anxieusement en Iran », dit-il. « Le pouvoir judiciaire confirme qu’elle devrait être libérée, mais la procédure n’a pas été précisée. » 

Ratcliffe déclare que l’avocat de sa femme en Iran s’était rendu au bureau du procureur pour de plus amples informations sur le protocole post-libération. 

Zaghari-Ratcliffe a été transférée de la prison et placée en résidence surveillée au domicile de ses parents l'année dernière alors que la pandémie de coronavirus ravageait l'Iran. 

Elle a été contrainte de porter un bracelet électronique et il lui est interdit de s’éloigner au-delà d’un périmètre de 300 mètres. 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a dit à la famille que les responsables britanniques « déployaient tous les efforts possibles afin » de finaliser une libération, mais a averti qu'il était peu probable que les autorités iraniennes respectent un calendrier strict, rapporte Ratcliffe. 

Il ajoute que si Zaghari-Ratcliffe n'est pas libérée dimanche, ce sera une « étape décisive » qui marquera un échec cuisant au compteur du ministère britannique des Affaires étrangères. 

« Notre fille comptait à rebours, parce que sa mère en Iran faisait pareil, », déclare Ratcliffe. 

«Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de l’échéance, elle saisit, comme les enfants savent si bien le faire, mon incertitude. Hier soir elle m’a demandé : «Est-ce que maman rentre vraiment à la maison?» Et j’ai dû répondre «Je ne sais vraiment pas». » 

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères souligne qu'il est « en contact étroit» avec Zaghari-Ratcliffe et qu'il «continuera à apporter son soutien». 

Un communiqué indique : « Nous n'acceptons pas que l'Iran détienne des ressortissants britanniques  ayant une double nationalité comme levier diplomatique. Le régime doit mettre fin à la détention arbitraire de tous les ressortissants britanniques binationaux. 

« Nous continuons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir la libération des ressortissants binationaux détenus arbitrairement afin qu’ils puissent être réunis avec leurs proches. »  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


La famille royale britannique fera front commun pour célèbrer le Commonwealth

La reine, son fils le prince Charles et son épouse Camilla, son petit-fils le prince William et sa femme Kate (Photo, AFP)
Short Url
  • Les principaux membres officiels de la famille royale apparaitront dans une émission de la BBC diffusée à partir de 17H00 GMT pour célébrer le jour du Commonwealth
  • La célébration du Commonwealth avait constitué en 2020 la dernière apparition publique du prince Harry, 36 ans, et de Meghan, 39 ans

LONDRES: Les membres de la famille royale britannique offriront dimanche un front uni lors des célébrations annuelles du Commonwealth, quelques heures seulement avant que le prince Harry et son épouse Meghan ne se confient dans une très attendue interview à la télévision américaine sur les raisons de leur retrait.  

La reine, son fils le prince Charles et son épouse Camilla, son petit-fils le prince William et sa femme Kate: tous les principaux membres officiels de la famille royale apparaitront dans une émission de la BBC diffusée à partir de 17H00 GMT pour célébrer le jour du Commonwealth.   

On pourra y voir le prince Charles, héritier de la couronne, rendre hommage depuis l'abbaye de Westminster à la  »détermination, au courage et à la créativité extraordinaires » des peuples du Commonwealth pendant la crise de coronavirus, et dénoncer les « menaces existentielles » que constituent la pandémie et le changement climatique ».  

« Au milieu de ces souffrances déchirantes, cependant, la détermination, le courage et la créativité extraordinaires avec lesquels les gens ont réagi ont été une inspiration pour nous tous », ajoutera-t-il.  

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, et son épouse Kate salueront aussi au cours de l'émission le « travail incroyable » du personnel de santé « au Royaume-Uni et partout dans le monde » pendant l'année qui vient de s'écouler.  

La célébration du Commonwealth - association de 54 pays héritée de l'empire colonial britannique - avait constitué en 2020 la dernière apparition publique du prince Harry, 36 ans, et de Meghan, 39 ans, en tant que membres officiels de la famille royale, avant qu'ils ne s'en mettent effectivement en retrait en avril.   

C'est en rangs serrés que la famille royale aborde cette année les célébrations, face à la potentielle crise que suscitera quelques heures plus tard la diffusion de l'interview-confession accordée par les « Sussex » à la télévision américaine, près d'un an après leur retrait de la monarchie.   

Le ton a été donné par un extrait diffusé par la chaîne CBS: on voit la duchesse de Sussex accuser le palais de Buckingham de « colporter des mensonges » sur la décision du couple de s'éloigner et s'installer en Californie.  

L'interview « causera presque certainement l'embarras de la famille royale », a prédit l'expert de la royauté britannique Richard Fitzwilliams. 


Birmanie: nouvelles manifestations, l'ONU divisée

Une manifestante contre le coup d'État à Yangon le 6 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • La répression meurtrière se poursuit: au moins 55 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection pacifique contre le coup d'Etat du 1er février
  • La Birmanie a exigé de l'Inde le repatriement des policiers «afin de préserver les bonnes relations entre les deux pays voisins» dans une lettre

RANGOUN: Les manifestants pro-démocratie sont à nouveau descendus dans les rues samedi en Birmanie, au lendemain d'une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, divisé sur la réponse à apporter aux « appels désespérés » de la population. 

La répression meurtrière se poursuit: au moins 55 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection pacifique contre le coup d'Etat du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi. 

Mais la mobilisation ne faiblit pas. A Loikaw (centre), des centaines de personnes, dont des enseignants en uniforme vert et blanc, ont brandi des panneaux appelant à la désobéissance civile. 

« Notre révolution doit gagner », « Si vous allez au travail, vous aidez la dictature », a scandé la foule. 

1
Tirs de gaz lacrymogènes sur des manifestants à Yangon le 6 mars 2021 (Photo, AFP)

Les appels à la grève ont un impact important sur certains secteurs de l'économie déjà très fragile du pays, avec des banques incapables de fonctionner, des hôpitaux fermés et des bureaux ministériels vides. 

Les médias d'Etat ont exhorté les fonctionnaires à reprendre le travail, faute de quoi « ils seront licenciés à partir du 8 mars ». 

Dans le quartier de San Chaug, à Rangoun, la capitale économique, la police a détruit les barricades de fortune érigées par les manifestants; tiré des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes pour disperser de petits rassemblements. 

« Nous n'avons jamais gagné (..) Cette fois, nous devons nous battre avec la jeune génération pour remporter la victoire », a déclaré le militant Maung Saungkha. 

Raids 

Coupures d'internet, interpellations, recours à la force létale: les généraux putschistes sont déterminés à faire cesser le vent de fronde qui souffle sur le pays. 

Vendredi, un homme de 26 ans a été touché par un tir mortel dans le cou lors d'un rassemblement à Mandalay (centre), et une ONG a rapporté des raids contre des immeubles d'habitation et un hôpital à la frontière thaïlandaise. 

Deux jours plus tôt, au moins 38 protestataires ont été tués, des images montrant les forces de sécurité en train de tirer sur la foule et des manifestants couverts de sang, touchés à la tête par des balles. 

Deux jeunes de 18 ans ont été enterrées samedi. « Il n'y aura pas de pardon pour vous jusqu'à la fin du monde », a chanté la foule. 

La chaîne de télévision d'Etat MRTV a confirmé l'exhumation par les autorités du corps d'une autre victime, Kyal Sin - devenue une icône car elle portait un t-shirt: « Tout ira bien » quand elle a été abattue. Les autorités ont examiné le corps avant de le remettre en terre, suscitant l'indignation sur les réseaux sociaux. 

L'exhumation a été réalisée « avec l'accord du père » de la victime et la balle retrouvée dans son corps était « différente de celles utilisées par la police », a assuré le journal télévisé du soir de MRTV.  

« Des gens qui ne souhaitent ni la stabilité ni la paix pourraient en être les auteurs », a fait valoir la télévision d'Etat. 

A la frontière avec l'Inde, près d'une centaine de citoyens birmans se sont rassemblés avec l'intention de trouver refuge dans le pays voisin, selon un responsable des fusiliers de l'Assam, unité paramilitaire sous le commandement du Ministre de l'Intérieur indien. 

« Au moins 85 civils en provenance de Birmanie attendent à la frontière pour entrer en Inde », a précisé ce responsable indien sous couvert d'anonymat. 48 autres ont déjà traversé la frontière, dont huit policiers refusant de prendre part à la repression. 

« préserver les bonnes relations » 

La Birmanie a exigé de l'Inde le repatriement des policiers « afin de préserver les bonnes relations entre les deux pays voisins » dans une lettre. 

Les généraux profitent aussi des divisions de la communauté internationale. 

Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni vendredi, n'a pas réussi à se mettre d'accord sur une déclaration commune. Des négociations sur un texte doivent se poursuivre la semaine prochaine, d'après des sources diplomatiques. 

« Nous sommes prêts à envisager des sanctions internationales conformément à la Charte des Nations unies si la situation continue à se détériorer », a fait savoir l'ambassadrice britannique Barbara Woodward. 

Des mesures coercitives ont été annoncées par les Etats-Unis et l'Union européenne, mais des observateurs exhortent à aller plus loin avec un embargo international sur les livraisons d'armes, une décision qui nécessite l'accord de tous les membres du Conseil. 

Or, Pékin et Moscou, alliés traditionnels de l'armée birmane et exportateurs d'armes dans le pays, refusent de parler de « coup d'Etat », l'agence de presse chinoise évoquant début février un simple  »remaniement ministériel ». 

Notre pays veut être « un voisin amical », a déclaré vendredi l'ambassadeur chinois Zhang Jun, mettant en garde contre des sanctions qui ne feraient qu'« aggraver les tensions ou compliquer davantage la situation ». 

Et les autres voisins régionaux, à l'exception de Singapour, font peu entendre leur voix. 

Dans ce contexte, il semble peu probable que l'appel à « l'unité », lancé par l'émissaire des Nations unies pour la Birmanie Christine Schraner Burgener, soit entendu. 

« L'espoir que (les Birmans) ont placé dans les Nations unies et ses membres diminue », a-t-elle déploré, disant recevoir quotidiennement des centaines d'« appels désespérés » de mères, d'étudiants et de personnes âgées.