Quel avenir pour les enfants de Daech confinés dans des camps syriens ?

Des centaines de descendants de recrues étrangères sont piégés dans des camps surpeuplés à la suite de l'effondrement du califat de Daech. (Photo fournie)
Des centaines de descendants de recrues étrangères sont piégés dans des camps surpeuplés à la suite de l'effondrement du califat de Daech. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 19 février 2021

Quel avenir pour les enfants de Daech confinés dans des camps syriens ?

  • Al-Hol et Roj, deux camps de détention sordides et complètement surpeuplés, dans le nord-est de la Syrie, abritent quelque 70 000 personnes, toutes associées d'une manière ou d'une autre à Daech
  • Parmi elles, 27 500 enfants attendent d'être rapatriés. Environ 975 ont été rapatriés depuis 2017, et 70% d'entre eux en 2019

LONDRES: Al-Hol et Roj, deux camps de détention sordides et complètement surpeuplés, dans le nord-est de la Syrie, abritent quelque 70 000 personnes – dont environ 80% de femmes et d'enfants –, toutes associées d'une manière ou d'une autre à Daech, le groupe terroriste qui dominait un tiers du pays et des pans entiers de l'Irak voisin entre 2014 et 2017.

Parmi elles, 27 500 enfants attendent d'être rapatriés. Environ 975 ont été rapatriés depuis 2017, et 70% d'entre eux en 2019. Cependant, les rapatriements ont chuté à environ 200 enfants en 2020, contre 685 l'année précédente, en partie en raison des restrictions de voyage imposées par la pandémie de Covid-19. Mais des considérations politiques sont également en jeu.

photo
Des femmes et des enfants syriens, soupçonnés d'être liés aux combattants du califat de Daech, se rassemblent dans le camp d'Al-Hol, géré par les Kurdes, dans le nord-est de la Syrie, avant d'être libérés pour rentrer chez eux le 21 décembre 2020. (Photo par Delil Souleiman/AFP)

Le Dr Azeem Ibrahim, directeur du Center for Global Policy à Washington DC, a rédigé un rapport pour l'unité de recherche et d'études d’Arab News, qui se fonde sur des enquêtes menées en 2020 sur le terrain, en Syrie et en Turquie. Le chercheur estime que la question de savoir s'il faut ou non rapatrier ces enfants est «sans ambiguïté» et doit être traitée d'urgence.

«Tout le monde admet que ces enfants sont totalement innocents. Beaucoup d'entre eux sont nés en Syrie et en Irak, beaucoup d'entre eux sont nés dans les camps de réfugiés, beaucoup d'entre eux viennent d'être amenés par des membres de leur famille à un très jeune âge et ils sont maintenant adolescents», déclare Ibrahim jeudi dans un webinaire d'Arab News.

«Presque tout le monde admet qu'ils sont des parties innocentes dans ce conflit et devraient être rapatriés dans leur pays d'origine dès que possible. Parce qu’habiter durablement ces camps ne leur est pas seulement préjudiciable à eux; il est, en réalité, préjudiciable à notre sécurité à long terme. Ce faisant, vous êtes avant tout en train de préparer la prochaine génération de radicaux de Daech.»

Alors que la grande majorité des résidents des camps sont originaires d'Irak et de Syrie, environ 13 500 enfants détenus dans les camps sont originaires de soixante-dix pays différents, dont les États-Unis, le Canada, la Russie, la Grande-Bretagne, la France, la Turquie et l'Asie du Sud. Environ les deux tiers des enfants étrangers sont âgés de moins de 12 ans; la plupart ont moins de cinq ans.

photo
Une mère et son fils syriens, soupçonnés d'être liés aux combattants du califat de Daech, se rassemblent dans le camp d'Al-Hol, géré par les Kurdes, dans le nord-est de la Syrie, avant d'être libérés pour rentrer chez eux le 21 décembre 2020. (photo par Delil Souleiman/AFP)

Selon Save the Children, environ 30% des enfants de moins de 5 ans dépistés dans les camps depuis le début du mois de février souffraient de malnutrition sévère. Le Programme alimentaire mondial (PAM) affirme avoir enregistré plusieurs cas de déshydratation et de diarrhée. Et les conditions se détériorent. Plus de 500 personnes sont mortes dans les camps en 2019, dont 371 enfants.

La surpopulation est l'une des principales causes des problèmes de santé, en particulier compte tenu de la menace de maladies transmissibles, comme la Covid-19. Al-Hol a été conçu pour accueillir seulement 10 000 personnes. Aujourd'hui, il en compte 64 000.

«Ils souffrent de stigmatisation, d'un statut flou, du manque de clarté qui entoure leur chemin vers la réintégration – leurs droits humains fondamentaux», affirme Orlaith Minogue, qui a participé au même webinaire en tant que conseillère principale en matière de conflit et de plaidoyer humanitaire auprès de Save the Children UK.

«Partout dans les camps, on trouve des conditions critiques qui touchent tous les secteurs, comme l’eau, l’assainissement, l’hygiène, la santé, la nutrition, l’éducation et la protection. Nos collègues ont rapporté avoir vu des enfants aux jambes arquées, ce qui peut être le résultat d'une carence en vitamine D. Les dents des enfants pourrissent. Ce sont ces problèmes médicaux plus larges qui, avec le temps, peuvent devenir assez débilitants pour les enfants.»

Des dizaines de milliers de femmes et d'enfants ont quitté Baghouz, dans la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie, lorsque les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes ont libéré cette dernière tranche de territoire de Daech, au mois de mars 2019. Elles ont été soutenues dans leur combat par les États-Unis, le Royaume-Uni et par d'autres pays membres de la coalition internationale.

Des camions de survivants affamés et déconcertés ont été déplacés des lignes de front vers des camps mal équipés, où ils sont restés sous la garde des FDS depuis; leur statut reste confus et leur avenir indéterminé.

Les agences d'aide et les autorités kurdes surchargées ont appelé à plusieurs reprises les gouvernements étrangers à rapatrier leurs ressortissants, avertissant que de nouveaux retards entraîneraient davantage de souffrances et de pertes en vies humaines. En outre, ils pourraient avoir pour conséquence de permettre aux détenus radicalisés de s'échapper et de lancer une nouvelle insurrection.

Cependant, les gouvernements étrangers ont été réticents à récupérer leurs ressortissants. Ils craignent que cette décision ne se révèle politiquement impopulaire dans leur pays et ne constitue une menace pour la sécurité si les tribunaux ne disposent pas de preuves suffisantes pour poursuivre les militants présumés.

«J'ai eu des discussions avec divers politiciens sur ce sujet. Leur réticence à rapatrier des individus se résume simplement à un calcul politique», fait savoir Ibrahim. «En effet, si l'un de ces individus revient et, même, si l'un d'entre eux est impliqué dans une forme d'activité ou d’attaque terroriste comme une attaque au couteau dans les rues de Londres, ou de Manchester, ou ailleurs, la première question qui sera posée est la suivante: “Pourquoi avez-vous permis à ces personnes de revenir?”»

 

photo
Le 24 novembre 2020, des Syriens attendent de quitter le camp d'al-Hol, géré par les Kurdes, dans le nord-est de la Syrie, qui détient des proches des combattants présumés de Daech (Photo par Delil Souleiman/AFP)

 

Plusieurs ressortissants français ont été remis au système de justice pénale irakien au lieu d’être confrontés à des tribunaux nationaux, mais les groupes de défense des droits de l’homme veulent voir un contrôle international beaucoup plus grand pour prévenir les abus.

Certains gouvernements ont ramené à la maison des femmes et des enfants au cas par cas, confrontés à chaque fois aux implications morales de la séparation des enfants de leur mère.

«Nous ne pensons pas que la politique de rapatriement devrait être limitée uniquement aux enfants non accompagnés ou orphelins ou à une approche au cas par cas lourde qui a été adoptée par un certain nombre d’États», explique Orlaith Minogue. «Il a été démontré que le rapatriement était faisable. Nous pensons que tous ces enfants, y compris ceux qui sont accompagnés de leur mère, sont des victimes innocentes de ce conflit et devraient être rapatriés d’urgence dans leur pays d’origine.»

«Toute décision relative à ce qui se passe entre la mère et l’enfant doit se produire dans leur pays d’origine, dans les capitales où se trouvent les services et les professionnels capables de prendre ces décisions.»

Lorsque Abou Bakr al-Baghdadi a annoncé son prétendu califat le 29 juin 2014, des milliers d'hommes et de femmes du monde entier ont répondu à son appel à construire un «État islamique» à cheval sur les territoires nouvellement conquis du groupe en Irak et en Syrie.

Des jeunes hommes ont parcouru des milliers de kilomètres pour se battre dans les rangs du groupe, tandis que des femmes et des adolescentes, certaines d’entre elles accompagnées d’enfants, venaient à la recherche du style de vie promis par les habiles propagandistes en ligne du groupe. En lieu et place de cela, beaucoup ont trouvé un monde de barbarie et de génocide, enveloppé dans une interprétation déformée de l'islam.

Après la chute du «califat», les enfants nés de ces recrues étrangères se sont retrouvés piégés dans une sorte de vide juridique – étant, en réalité, des citoyens de nulle part.

Depuis la défaite territoriale du groupe au début de l’année 2019, on s'inquiète de plus en plus d'une éventuelle résurgence parmi les jeunes, endurcis par la vie dans les camps.

La récente vague de meurtres à Al-Hol montre «à quel point la situation est insoutenable lorsque des milliers d'enfants vivent essentiellement leur enfance dans cette situation dangereuse et instable», affirme Orlaith Minogue.

 

photo
Le 24 novembre 2020, des Syriens attendent de quitter le camp d'al-Hol, géré par les Kurdes, dans le nord-est de la Syrie, qui détient des proches des combattants présumés de Daech (Photo par Delil Souleiman/AFP).

 

«Il n’est jamais dans l’intérêt d’un enfant de cinq ans de croupir dans un camp sans services, parmi des groupes armés dans une zone de conflit. L'idée qu'ils ne connaissent rien d'autre est très triste.»

Les experts conviennent que le seul moyen de désamorcer la menace potentielle à long terme est la réadaptation et la déradicalisation, incluant un soutien psychologique, psychiatrique et spirituel, pour réintégrer ces enfants dans la société en général.

Ibrahim veut que ces jeunes soient immédiatement retirés de l'environnement du camp et transférés dans des centres de réadaptation pour mineurs, où ils pourront commencer à socialiser, avec l'expertise des gouvernements étrangers et des agences d'aide.

Cependant, la volonté politique nécessaire pour résoudre le problème fait depuis longtemps défaut, laissant les camps terriblement sous-équipés, les agences humanitaires sous-financées et les chances de sauver ces enfances encore plus minces.

 

_______

• Twitter: @RobertPEdwards

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Fédération internationale d'astronautique élit une première femme saoudienne au poste de vice-présidente

L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
Short Url
  • La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace, en soutenant le développement et l'application des moyens spatiaux par le biais de la coopération mondiale.
  • Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale,

 

RIYAD : L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry est devenue la première femme saoudienne à occuper un poste de direction au sein de la Fédération internationale d'astronautique après avoir été élue comme l'un des 12 vice-présidents de l'organisme.

Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale, de sa contribution au développement et à la consolidation des orientations de la fédération, et de son rôle dans le renforcement de la position de leader du Royaume dans le secteur aérospatial, rapporte l'agence de presse saoudienne.

L'IAF compte plus de 400 membres issus de 71 pays différents, dont des agences de premier plan, des entreprises spatiales, des industries, des instituts de recherche, des universités, des sociétés, des associations, des musées et des instituts.

La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace et soutient le développement et l'application des moyens spatiaux en encourageant la coopération mondiale.

En tant qu'organisateur du Congrès astronautique international annuel ainsi que d'autres conférences et ateliers thématiques, l'IAF encourage activement le développement de l'astronautique à des fins pacifiques et soutient la diffusion d'informations scientifiques et techniques liées à l'espace.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
Short Url
  • La KSRNR veut se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce type au Moyen-Orient
  • En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec la KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq

DJEDDAH : L'Arabie saoudite entame lundi sa participation au 19e Salon international de la chasse et de l'équitation d'Abu Dhabi 2022.

L'événement se tiendra du 26 septembre au 2 octobre au Centre national des expositions d'Abou Dhabi.

Le Royaume sera représenté par la réserve naturelle royale King Salman bin Abdulaziz.

Au cours de l'exposition, la KSRNR entend se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce genre au Moyen-Orient, avec sa diversité géographique frappante et ses sites d'art d'inscriptions anciennes. La KSRNR soulignera également la présence d’animaux plus rares et en voie de disparition, tels que l'oryx arabe, l'outarde houbara et la gazelle à cornes fines.

La participation saoudienne mettra l'accent sur les trésors naturels et les caractéristiques du pays, tout en sensibilisant à l'importance de la faune et à son rôle dans le maintien de l'équilibre environnemental et de la biodiversité.

En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec le KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq, dans le nord-ouest du Royaume. Parmi ces espèces figuraient 50 oryx arabes, 100 antilopes, 30 houbara et 20 bouquetins des montagnes.

Mohammed Qurban, PDG de NCW, a déclaré que la remise en liberté de ces animaux s'inscrivait dans le cadre des initiatives visant à réinstaller les espèces locales menacées, à restaurer la biodiversité, à renforcer l'équilibre écologique et à améliorer la durabilité environnementale.

Qurban a également été cité par l'Agence de presse saoudienne comme ayant déclaré que le centre avait relâché 785 animaux dans les réserves et les parcs nationaux du Royaume l'année dernière, ajoutant que NCW avait prévu de relâcher plus de 1 000 animaux en 2022.

Le KSRNR a récemment mené sa première enquête de référence approfondie sur les oiseaux afin d'observer les oiseaux migrateurs, les oiseaux de passage et d'eau, ainsi que les espèces résidentes. L'étude vise à estimer le nombre de ces oiseaux et des oiseaux résidents, migrateurs et visiteurs. L'aperçu scientifique porte également sur l'abondance de ces oiseaux et leur répartition. Elle est intervenue après la découverte d'un grand nombre d'aigles nichés en plusieurs endroits de la réserve.

L'ADIHEX de cette année, considéré comme le plus important de son genre dans la région MENA, cible les secteurs de la chasse et de l'équitation. L'événement vise à promouvoir et à conserver le patrimoine culturel.

L'événement, qui se déroule sous le thème « Durabilité et patrimoine. . . Une aspiration renaissante », sera parrainé par le cheikh Hamdan ben Zayed Al-Nahyane, représentant du souverain dans la région d'Al-Dhafra et président de l'Emirates Falconers' Club.

Selon les organisateurs, ADIHEX 2022 rassemblera plus de 105 000 visiteurs qui pourront explorer les 11 secteurs de l'exposition sur 50 000 m². Plus de 680 exposants et marques présentant les dernières technologies, innovations et tendances en matière de matériel équestre, de chasse et de camping, ainsi que d'accessoires et de méthodes de chasse traditionnelles et modernes, seront présents. L'exposition comprendra également des ventes aux enchères de faucons, de chameaux et de chevaux et plusieurs concours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Quad condamne le renforcement militaire des Houthis et les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les pays du Quad appellent les Houthis à ouvrir les principales routes autour de Taïz.
  • Ils réaffirment leur soutien au Conseil des dirigeants présidentiels du Yémen et soulignent l'importance de la cohésion au sein du conseil.

 

LONDRES : L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné le renforcement militaire à grande échelle des Houthis et toutes les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen.

Les pays, connus sous le nom de « Quad », se sont récemment réunis pour discuter de la situation au Yémen et ont également condamné les récentes attaques des Houthis contre Taïz et la parade militaire des Houthis qui a eu lieu à Hodeidah au début du mois et qui viole l'accord éponyme.

Le Quad a salué les bénéfices tangibles de la trêve au Yémen pour la population du pays depuis son début le 2 avril et la mise en œuvre continue des mesures de confiance convenues par le gouvernement.

Les pays se sont félicités de l'arrivée de carburant dans le port de Hodeidah, malgré un ordre des Houthis qui a retardé le processus établi pour le dédouanement des navires, et de la reprise des vols à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa.

Ils ont appelé à la mise en œuvre des mesures en suspens, notamment l'ouverture par les Houthis des principales routes autour de Taïz et un accord sur un mécanisme conjoint pour le paiement des salaires des fonctionnaires.

Le Quad a déclaré qu'il soutenait pleinement les efforts de l'envoyé spécial des Nations unies, Hans Grundberg, pour prolonger et étendre la trêve qui doit être renouvelée le 2 octobre, et que tous les termes de la trêve devaient être pleinement appliqués.

Les gouvernements des quatre pays ont également convenu qu'un cessez-le-feu permanent et un règlement politique durable doivent être les objectifs ultimes du processus politique yéménite, sous les auspices des Nations Unies, et qu'un tel règlement doit être fondé sur les références convenues et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ils ont réaffirmé leur soutien au Conseil présidentiel des dirigeants du Yémen, souligné l'importance de la cohésion au sein du conseil, et salué l'engagement du conseil à améliorer les services de base et la stabilité économique dans le pays déchiré par la guerre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.co