L’offensive israélienne à Gaza se répercute sur les Palestiniens de Cisjordanie

Depuis le 7 octobre, les colons israéliens ont mené 603 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie. (AFP)
Depuis le 7 octobre, les colons israéliens ont mené 603 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 07 mai 2024

L’offensive israélienne à Gaza se répercute sur les Palestiniens de Cisjordanie

  • «L’accélération fulgurante» des formes de discrimination, d’oppression et de violence contre les Palestiniens a poussé la Cisjordanie au «bord du précipice», selon l’ONU
  • Israël a démoli, à une vitesse qui n’avait jamais été enregistrée auparavant, 917 structures appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie depuis le 7 octobre

LONDRES: Les ondes de choc provoquées par l’opération militaire israélienne à Gaza ont entraîné des répercussions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, où les forces de sécurité et les colons juifs enhardis auraient intensifié leurs attaques contre les communautés palestiniennes.

Depuis que l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre a déclenché le conflit à Gaza, les colons israéliens ont mené 603 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie, expulsant 1 222 personnes qui provenaient de 19 communautés d’éleveurs, selon les chiffres de l’ONU.

Des colons armés ont également tué au moins neuf Palestiniens, tandis que les forces de sécurité israéliennes en ont tué 396 autres au cours des derniers mois.

De même, l’armée israélienne a intensifié ses raids. Le 4 mai, les forces israéliennes ont attaqué Toulkarem et tué cinq Palestiniens, dont quatre membres du Hamas. Le 20 avril, les forces israéliennes ont mené un raid dans le même gouvernorat, qui abrite plus de 6 400 réfugiés, tuant quatorze Palestiniens.

Abir, qui dirige une petite entreprise à Jénine, note une «recrudescence des attaques de colons, la prolifération des points de contrôle, des raids quotidiens contre les maisons palestiniennes, la destruction des infrastructures, le meurtre de jeunes Palestiniens et l’augmentation des frappes aériennes militaires israéliennes».

L’armée israélienne a intensifié ses raids dans certaines parties de la Cisjordanie. (AFP)
L’armée israélienne a intensifié ses raids dans certaines parties de la Cisjordanie. (AFP)

Certes, des attaques similaires avaient régulièrement lieu avant le 7 octobre, mais Abir déclare à Arab News qu’«elles ont doublé et sont devenues plus atroces» depuis le début de la guerre à Gaza.

Jénine «est depuis deux ans environ une cible spécifique pour l’armée israélienne, puisque la ville abrite quelques groupes de résistance», poursuit-elle.

Selon un rapport du Haut-Commissariat des nations unies aux droits de l’homme (HCDH) publié en mars, «l’accélération fulgurante» des formes de discrimination, d’oppression et de violence contre les Palestiniens a poussé la Cisjordanie au «bord du précipice».

Israël a démoli, à une vitesse qui n’avait jamais été enregistrée auparavant, 917 structures appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie depuis le 7 octobre, ce qui a conduit au déplacement de 1 015 Palestiniens. Parmi ces structures, 210 se trouvent à Jérusalem-Est et 285 sont des immeubles résidentiels, ajoute le rapport.

Yasmine el-Hassan, responsable des plaidoyers à l’Union des comités de travail agricole, une organisation non gouvernementale qui soutient les communautés rurales palestiniennes, décrit la situation en Cisjordanie comme «absolument abominable».

«L’expansion de l’entreprise coloniale israélienne en Cisjordanie se produit parallèlement à la guerre génocidaire contre Gaza», confie-t-elle à Arab News.

«L’occupation a créé de nombreux nouveaux avant-postes de colons et des routes pour colons en Cisjordanie», note-t-elle, ajoutant que le gouvernement israélien «a approuvé des milliers de nouveaux logements pour colons en Cisjordanie».

Depuis le 7 octobre, les colons israéliens ont mené 603 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie. (AFP)
Depuis le 7 octobre, les colons israéliens ont mené 603 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie. (AFP)

Même si les violences israéliennes en Cisjordanie n’ont pas atteint l’ampleur de celles de Gaza, Yasmine soutient que «l’intensité de la violence coloniale israélienne dans toutes les régions de la Palestine historique s’est exacerbée au cours des six derniers mois».

«L’impunité» accordée par les autorités israéliennes a enhardi les colons juifs de Cisjordanie, souligne-t-elle.

Les colons qui attaquent les communautés palestiniennes sont «de plus en plus armés par le gouvernement de l’occupation israélienne et leurs actes ne sont aucunement punis», déplore-t-elle.

S’exprimant lors de la 55e session du Conseil des droits de l’homme, au mois de mars, Nada al-Nachif, la Haute-Commissaire adjointe des nations unies aux droits de l’homme, a déclaré que, après le 7 octobre, le HCDH a documenté «des cas de colons vêtus d’uniformes complets ou partiels de l’armée israélienne, portant des armes à feu, harcelant et attaquant des Palestiniens, tirant par ailleurs à bout portant».

Elle a également affirmé qu’au 31 octobre les forces de sécurité israéliennes auraient distribué environ 8 000 armes aux «escouades de défense des colonies» et aux «bataillons de défense régionale» en Cisjordanie.

EN CHIFFRES

  • 700 000 colons israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.
  • 300 colonies ou avant-postes illégaux sur le territoire palestinien.

Source: HCDH

Vers la mi-avril, l’armée israélienne a autorisé les colons à faire preuve de violence. En effet, cinquante colons ont attaqué le village d’Aqraba, au nord de la Cisjordanie, «protégé par l’armée d’occupation israélienne», selon Wafa, l’agence de presse palestinienne.

Deux Palestiniens ont été tués dans l’attaque des colons, selon le maire du village, Salah Bani Jaber, témoin de l’incident. Ce dernier précise que les soldats israéliens présents sur les lieux «ont assisté à la scène sans rien faire, se contentant d’observer les colons».

«L’absence d’obligation de rendre des comptes dans le cadre des violences commises par les colons est un facteur clé dans l’environnement coercitif actuel», indique Mme Al-Nachif au président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

«L’accélération fulgurante» des formes de discrimination, d’oppression et de violence contre les Palestiniens a poussé la Cisjordanie au «bord du précipice», selon un rapport de l’ONU. (AFP)
«L’accélération fulgurante» des formes de discrimination, d’oppression et de violence contre les Palestiniens a poussé la Cisjordanie au «bord du précipice», selon un rapport de l’ONU. (AFP)

Elle décrit cette non-obligation de rendre des comptes comme une «manifestation d’un double système de justice pénale qui a eu des effets discriminatoires sur les Palestiniens».

Yesh Din, une ONG israélienne qui documente les abus commis par des civils israéliens contre les Palestiniens dans les territoires occupés, a conclu dans sa fiche de données de décembre que «le système israélien d’application de la loi ne parvient pas à remplir son devoir, qui consiste à protéger les Palestiniens de la violence israélienne».

La fiche de données souligne que la poursuite de «cet échec systémique» pendant au moins deux décennies «démontre que l’État d’Israël normalise et soutient la violence à motivation idéologique perpétrée par les colons israéliens contre les Palestiniens en Cisjordanie».

Elle montre que, au cours des vingt dernières années, 93,7% de toutes les enquêtes policières sur les infractions commises par des colons contre des Palestiniens ont été classées sans suite, tandis que seulement 3% ont abouti à une condamnation totale ou partielle.

Yesh Din note également que les Palestiniens ont tendance à se méfier des autorités israéliennes, ce qui rend les victimes de la violence des colons réticentes à signaler les infractions.

Au mois de juillet de l’année dernière, au moins 3 000 Palestiniens ont fui leurs foyers dans le camp de réfugiés de Jénine après une vaste opération militaire israélienne. (AFP)
Au mois de juillet de l’année dernière, au moins 3 000 Palestiniens ont fui leurs foyers dans le camp de réfugiés de Jénine après une vaste opération militaire israélienne. (AFP)

Entre janvier et septembre 2023, plus de 57% des victimes ont choisi de ne pas porter plainte. Parmi elles, 54% ont expliqué craindre des représailles ou ne pas faire confiance aux autorités israéliennes pour appréhender les contrevenants.

Les Palestiniens des zones rurales de Cisjordanie sont particulièrement vulnérables à une expulsion de leurs terres par les colons juifs.

Mme El-Hassan, de l’Union des comités de travail agricole, confie: «Les colons israéliens, souvent accompagnés ou protégés par les forces d’occupation israéliennes, ciblent très fréquemment les terres agricoles palestiniennes et les infrastructures critiques ainsi que les communautés.»

«Il s’agit de ressources vitales comme les puits d’eau, les routes, les serres, les installations sanitaires, les terres où les cultures sont cultivées, les troupeaux, les enclos, les voitures et les maisons.»

Le rapport du HCDH révèle que, entre janvier 2022 et le début du mois de septembre 2023, 1 105 Palestiniens issus de 28 communautés d’éleveurs (environ 12%) ont été déplacés de force en raison de la violence des colons et de l’interdiction de l’accès aux pâturages.

Les communautés rurales et les agriculteurs palestiniens de la zone C, qui constitue 61% du territoire de Cisjordanie, ont été spécifiquement pris pour cible par les colons israéliens, déclare Mme El-Hassan.

«La zone C représente la majorité de la Cisjordanie, la plus riche en ressources. Elle est également, selon les accords d’Oslo, sous administration militaire et civile israélienne», ajoute-t-elle.

Les forces de sécurité israéliennes ont tué 396 Palestiniens en Cisjordanie au cours des derniers mois. (AFP)
Les forces de sécurité israéliennes ont tué 396 Palestiniens en Cisjordanie au cours des derniers mois. (AFP)

Les accords d’Oslo, signés sur la pelouse de la Maison-Blanche en septembre 1993, constituent le premier accord de paix direct entre les autorités israéliennes et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Ils cherchaient à ouvrir la voie à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

Soulignant combien il est important de parler de la zone C dans le contexte de l’expansion des colonies israéliennes, Mme El-Hassan soutient que cette zone «très fertile» est «directement liée aux moyens de subsistance des Palestiniens».

C’est «là que se trouvent la plupart des colonies», explique-t-elle, ajoutant que «l’occupation israélienne fait tout pour s’emparer» de cette zone.

«La terre et les moyens de subsistance sont directement liés aux systèmes alimentaires palestiniens. Cette perturbation et cette destruction ciblées des systèmes alimentaires palestiniens constituent une stratégie tactique du colonialisme de peuplement israélien, qui tente de rompre la relation d’interdépendance des autochtones à l’égard de la terre, quelles qu’en soient les conséquences.»

«Cela inclut le ciblage humanitaire, comme les dizaines de milliers de Palestiniens assassinés, ou environnemental, comme les centaines de milliers de tonnes d’émissions à effet de serre produites par Israël au cours des derniers mois.»

Le 29 avril, les États-Unis ont déclaré que cinq unités des forces de sécurité israéliennes avaient commis des «violations flagrantes des droits de l’homme» contre des Palestiniens en Cisjordanie avant le 7 octobre; ils n’ont pourtant interdit à aucune de ces unités de recevoir le soutien militaire américain, rapporte Reuters.

Les accords d’Oslo cherchaient à ouvrir la voie à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien. (AFP)
Les accords d’Oslo cherchaient à ouvrir la voie à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien. (AFP)

Le 3 mai, deux groupes «extrémistes» et quatre individus en Israël ont été accusés de violences en Cisjordanie dans le cadre d’un nouvel ensemble de mesures contre les colons.

Faisant allusion aux colons juifs qui vivent en Cisjordanie occupée, le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, affirme que «la grande majorité des habitants de Judée et de Samarie sont des citoyens respectueux de la loi. Israël agit contre tous ceux qui violent la loi en tous lieux. Il n’y a donc pas lieu de recourir à des mesures draconiennes dans ce domaine».

En juillet de l’année dernière, au moins 3 000 Palestiniens ont fui leurs foyers dans le camp de réfugiés de Jénine, qui abrite environ 18 000 personnes, après que l’armée israélienne a lancé ce que les responsables palestiniens décrivent comme la plus grande opération dans la région depuis deux décennies.

Israël a déclaré viser un centre de commandement militant palestinien.

Affirmant que «la base du colonialisme de peuplement est le vol de terres», Mme El-Hassan accuse Israël d’avoir prouvé, au cours des soixante-seize dernières années, qu’il «ferait tout ce qu’il faut pour prendre ce territoire par la force, à savoir le détruire, l’exploiter et y commettre un génocide».

«Les communautés palestiniennes sont physiquement enracinées dans notre terre, indique-t-elle à Arab News. Notre relation avec cette terre n’est pas seulement symbolique, elle est symbiotique. Ce n’est pas transactionnel, c’est réciproque. En tant que peuple autochtone de cette terre, nous en sommes les gardiens.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.


Gaza: le Hamas annonce au moins 71 morts dans une frappe sur un camp de déplacés

Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza.
  • A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

TERRITOIRES PALESTINIENS : Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a annoncé samedi qu'au moins 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, revoyant à la hausse son précédent bilan.

La zone d'Al-Mawasi, sur la côte entre Rafah et Khan Younès, avait été déclarée "zone humanitaire" par Israël, en théorie sûre pour les déplacés.

L'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, estime qu'environ 1,5 million de personnes se trouvent dans l'ensemble d'Al-Mawasi, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

La frappe de samedi a touché la partie d'Al-Mawasi dans le secteur de Khan Younès.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a dénoncé "un massacre odieux de l'occupation (Israël, ndlr) contre des citoyens et des déplacés", faisant état de plus de 71 morts et de 289 blessés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne a répondu examiner ces informations.

"Il reste de nombreuses dépouilles de martyrs éparpillées dans les rues, sous les décombres et autour des tentes de déplacés que l'on ne peut atteindre en raison des tirs intenses de l'occupation", a rapporté Mahmoud Bassal, porte-parole de la Défense civile, estimant qu'il s'agissait d'un "nouveau massacre".

Les victimes ont été transférées vers plusieurs hôpitaux de la région.

A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

Il a qualifié la situation de "vrai désastre qui survient en plein effondrement du système de santé", d'après un communiqué.

Cette dernière semaine, quatre écoles abritant des déplacés ont été visées en quatre jours par des frappes, faisant au moins 49 morts, d'après des sources à Gaza dont le Hamas. Israël a dit viser des "terroristes".

La guerre, entrée dans son dixième mois, a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.