Riyad vu à travers le regard de femmes contemporaines

Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)
Short Url
Publié le Lundi 11 mars 2024

Riyad vu à travers le regard de femmes contemporaines

  • Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville
  • Catherine Gfeller et Daniah al-Saleh sont parvenues à capter une forme d’essence esthétique, créant un véritable corpus d'expériences partagées

RIYAD: Les ambassades de France et de Suisse en Arabie saoudite et la fondation L’Art pur en collaboration avec l’Alliance française de Riyad ainsi que la curatrice libanaise Dalia Chabarek ont organisé le vernissage d’une exposition de photos des artistes Catherine Gfeller et Daniah Al Saleh. Cet événement s’inscrit dans le cadre des activités culturelles et artistiques du Festival de la francophonie.

Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. Elle sert de plate-forme pour honorer leurs diverses expériences, leurs aspirations et leur contribution au tissu social.  

photo
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a inauguré l’événement et a exprimé sa joie de prendre part à cette manifestation artistique originale. Il a rappelé combien il était important de collaborer et de partager nos expériences pour bâtir des passerelles culturelles et briser ainsi les frontières qui empêchent les peuples de se réunir.  

Woven Portraits explore la vie multiforme des femmes de Riyad en mettant en lumière leurs rêves, leurs défis et leurs triomphes, plongeant dans le tissage complexe de leurs expériences et de leurs rêves et montrant de quelle manière elles évoluent dans un paysage urbain en constante mutation tout en préservant leur identité et en forçant les voies du changement.  

Daniah al-Saleh confie à Arab News en français: «Ce qui m'intéresse, c'est que Catherine et moi avons discuté de la possibilité de faire quelque chose avec les femmes et la population féminine de Riyad. Et il ne s'agit pas seulement des femmes saoudiennes, mais de tout le monde, de toutes les femmes, expatriées, saoudiennes, non saoudiennes. Il s’agit de savoir ce que représente pour elles Riyad, cette ville étonnante.» 

photo
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)

«Et nous avons eu cette interview extraordinaire avec trente-sept femmes merveilleuses. Cette œuvre, par exemple, a pour titre “Through Her Eyes” (“À travers ses yeux”). Elle évoque le regard féminin et propose une réflexion sur la manière dont une femme regarde lorsqu'elle pense et réfléchit en tant qu'identité féminine.» 

«Il ne s'agit donc pas d'une identité saoudienne, mais d'une identité féminine à laquelle tout le monde peut s'identifier, que chacun peut comprendre, qu'elle regarde vers le haut, pensant, réfléchissant, ou qu'elle regarde vers le bas, se concentrant sur ses propres émotions» 

«Avec Catherine, le chemin a été long. Nous avons travaillé sur ce projet, sur l'idée de l'exécution, sur la résidence et sur les arts pendant un an exactement. C'était vraiment un honneur de travailler avec elle, d'apprendre à la connaître. Nous sommes devenues intimes. Et nous avons partagé tant d'expériences extraordinaires… Le fait de collaborer sur des sujets qui nous passionnent est un atout supplémentaire qui donne de la force à cette exposition.»  

«Même si nous avons abordé les entretiens de différentes manières, l'exposition a quelque chose de cohérent. Il y a une sorte de flux qui vous permet de passer d'une pièce à l'autre. L'expérience que j'ai vécue avec Catherine a été extraordinaire. J'ai vraiment hâte de collaborer avec elle à l'avenir», nous livre Daniah al-Saleh. 

Catherine Gfeller et Daniah al-Saleh sont parvenues à capter une forme d’essence esthétique, créant un véritable corpus d'expériences partagées.  

«Le plus intéressant a été d'explorer le monde des femmes, et surtout d’analyser la façon dont les femmes, avec les changements intervenus dans la société, réagissaient face à cette grande révolution qui est en train de naître. J'ai découvert Daniah grâce à son magnifique travail à AlUla», révèle Catherine Gfeller à Arab News en français. 

«J'ai considéré que collaborer avec une artiste saoudienne était une bonne façon d'échanger nos points de vue. Je me suis dit que, à deux, il serait plus facile d’interviewer trente-sept femmes toutes très différentes, qui représentent différentes générations, différents backgrounds, différents pays. C’est la raison pour laquelle nous les avons invités à la Fondation L’Art pur», poursuit l’artiste. 

«Nous disposions de notre atelier portatif. Elles sont toutes venues, et, à chaque fois, nous avions un protocole assez précis. Nous posions les mêmes questions à chacune d’elles et elles nous répondaient, évoquant leur vie, leurs sentiments et leurs émotions, leur relation à Riyad, la manière dont elles avaient trouvé leur ancrage. Nous leur demandions si leurs émotions avaient changé par rapport à la situation sociale.» 

«Ensemble, nous avons tissé une galerie de portraits de femmes saoudiennes contemporaines à un moment précis. Mais, dans dix ans peut-être, ce projet fera date, on pourra s'y référer en disant: “Voilà où en était la société saoudienne grâce au témoignage de toutes ces femmes qui nous ont très généreusement ouvert leur cœur.”» 

«Il est intéressant de constater que nous étions proches. Catherine avait des questions différentes des miennes. Elle a davantage centré son intérêt sur les émotions comme l'amour, le ressentiment, la colère», explique Daniah al-Saleh. 

«Moi, je me concentrais plutôt sur la relation de ces femmes à Riyad pour comprendre comment la capitale de l’Arabie saoudite noue une relation avec nos existences propres», précise-t-elle encore. 

À partir de thèmes comme la solitude, la recherche d'un foyer, le chagrin, le pardon, les interprétations des artistes offrent un aperçu de la complexité de la condition féminine dans la ville. Elles invitent les spectateurs à considérer le paysage socioculturel plus large et à découvrir les histoires et les expériences des femmes présentées à l’occasion de cette exposition. 

Grâce à des présentations immersives, les visiteurs ont été invités à réfléchir sur leur propre perception de la féminité, de l'identification et de la communauté. Woven Portraits est un hommage aux femmes de Riyad. Cette manifestation permet de faire entendre leurs voix et de célébrer leur contribution inestimable à la société. 

 


Une météorite pourrait être à l'origine d'une mystérieuse détonation entendue en Méditerranée

Cette photographie prise depuis un avion de ligne le 11 juillet 2021 montre une vue aérienne de l'île d'Elbe (en haut à gauche) dans la mer Tyrrhénienne au large de la ville côtière de Piombino (à droite) en Toscane, en Italie, et de la pointe de l'île française de Corse (à l'arrière). (Photo Laurent Emmanuel AFP)
Cette photographie prise depuis un avion de ligne le 11 juillet 2021 montre une vue aérienne de l'île d'Elbe (en haut à gauche) dans la mer Tyrrhénienne au large de la ville côtière de Piombino (à droite) en Toscane, en Italie, et de la pointe de l'île française de Corse (à l'arrière). (Photo Laurent Emmanuel AFP)
Short Url
  • La ville de Campo nell'Elba, sur l'île touristique italienne d'Elbe, au large de la Toscane, a déclaré sur Facebook qu'une station de repérage proche avait «capté un événement sismique et acoustique ressenti par tout le monde» à 14H30 GMT jeudi
  • Ce qui a été à l'origine de la secousse se déplaçait à une vitesse de 600 kilomètres par seconde, ont précisé l'institut de géophysique de la région et l'université de Florence dans un communiqué

ROME : Une détonation entendue jeudi en Méditerranée, en Toscane et sur l'île française de Corse, et que certaines autorités et habitants ont d'abord attribuée à un tremblement de terre, pourrait avoir été causée par la chute d'une météorite, ont déclaré vendredi des experts.

La ville de Campo nell'Elba, sur l'île touristique italienne d'Elbe, au large de la Toscane, a déclaré sur Facebook qu'une station de repérage proche avait «capté un événement sismique et acoustique ressenti par tout le monde» à 14H30 GMT jeudi.

«Deux secousses importantes», enregistrées sur le «sismomètre de Corte» (Haute-Corse) ont été ressenties jeudi à 14H30 GMT «d'une manière faible à modérée sur toute la façade orientale corse», du Cap Corse à la plaine orientale, a précisé vendredi à l'AFP Baptiste Vignerot, directeur régional du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Corse.

Elles n'ont fait «aucun dégât», a-t-il ajouté.

Ces secousses, longues «d'un peu moins d'une minute avec ensuite une propagation d'une onde pendant 45 secondes», «ne sont pas en lien, a priori, avec un mouvement tellurique, donc avec un séisme puisque la forme des signaux ne correspond pas à ce qu'on a habituellement», a-t-il ajouté.

Cela «fait vraiment penser à des mouvements d'air type supersoniques» comme «quand des avions passent le mur du son, sauf que là, ça paraît vraiment fort pour un avion supersonique», a-t-il dit.

Cela peut être causé par «tout un tas de phénomènes» dont une «explosion sous-marine ou aérienne» mais une «source naturelle est quand même privilégiée», a-t-il précisé, jugeant «possible», «l'hypothèse d'avoir un bolide ou un astéroïde» (une météorite est un fragment d'astéroïde, ndlr). Un bolide est le phénomène lumineux provoqué par l'entrée dans l'atmosphère à haute vitesse d'un météore.

«On peut avoir des secousses avec des ondes comme cela quand des astéroïdes rentrent dans l'atmosphère et se désintègrent dans la haute atmosphère» mais «jamais aussi fortes», a-t-il ajouté, parlant d'un «gros événement» dont la «probabilité d'occurrence est extrêmement faible» et qui «n'a pas été mesuré» précédemment «surtout dans la région».

Le président du gouvernement régional de Toscane, Eugenio Giani, avait tout d'abord déclaré qu'il s'agissait d'un tremblement de terre, avant de faire marche arrière après que l'Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV) italien eut balayé cette hypothèse.

De son côté l'armée de l'air italienne a indiqué à M. Giani n'être en rien impliquée.

«Le type d'événement à l'origine d'une secousse» ressentie «sur toute la côte toscane et dans certaines zones intérieures, n'est pas encore confirmé», a écrit M. Giani sur les réseaux sociaux.

Ce qui a été à l'origine de la secousse se déplaçait à une vitesse de 600 kilomètres par seconde, ont précisé l'institut de géophysique de la région et l'université de Florence dans un communiqué.

«L'hypothèse d'une météorite entrant dans l'atmosphère semble la plus probable et correspond aux données enregistrées», ont estimé ces sources.

Ce n'est pas la première fois que de mystérieuses détonations sont entendues sur l'île d'Elbe, précise le journal italien Corriere della Sera. Des événements similaires survenus en 2012, 2016 et 2023 n'ont pas encore été expliqués.


Les adieux, l'âme en peine, d'une génération à Françoise Hardy

Les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans. (AFP)
Les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans. (AFP)
Short Url
  • La chanteuse avait émis le souhait d'être inhumée en Corse, plus précisément à Monticello, où vit Jacques Dutronc
  • Françoise Hardy menait depuis de longues années un combat contre la maladie. Le cancer était apparu dans sa vie dès 2004, prenant plusieurs formes et lui faisant vivre un calvaire

PARIS: Le temps des adieux: les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans.

Jacques Dutronc, l'époux de Françoise Hardy dont elle était séparée depuis des années, et leur fils Thomas Dutronc étaient entourés de la famille artistique de la chanteuse, qui n'a pas voulu de cérémonie religieuse.

Toute une génération de la chanson française était là: Julien Clerc, Laurent Voulzy, Dave, ainsi que Sheila et Salvatore Adamo, particulièrement applaudis à leur entrée sous la coupole du crématorium Père-Lachaise. Ainsi que le réalisateur François Ozon, qui a utilisé plusieurs de ses chansons dans ses films, et le fidèle Etienne Daho.

Nicolas et Carla Sarkozy ont aussi fait le déplacement, tout comme la ministre de la Culture Rachida Dati et Brigitte Macron, qui a été huée, a constaté un journaliste de l'AFP.

La cérémonie d'une demi-heure s'est déroulée dans l'intimité. Les plus grands titres de la chanteuse résonnaient sur le parvis, où s'étaient massées des centaines d'admirateurs, murmurant les paroles de ces tubes qui ont bercé bien plus que leur adolescence, les yeux rougis.

"Et si je m'en vais avant toi", "Le temps de l'amour", "Tant de belles choses", ont été diffusés. C'est sur "Message personnel" ("si tu crois un jour que tu m'aimes...") que le cercueil en bois clair a ensuite quitté les lieux.

"Elle a marqué notre vie, des années 1960 à aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Jean-Charles, un retraité parisien de 70 ans, vêtu d'un bérêt basque, dans la foule des admirateurs. "Avec ses textes, on pouvait prendre le temps de se poser et de vivre".

"Elle représente toute ma jeunesse, c'était une personnalité discrète, loin du buzz, une très belle femme par rapport aux bimbos d'aujourd'hui", dit Houria, une Parisienne de 71 ans.

Inhumée en Corse ? 

Annie, elle, n'était pas née en 1962 lors de la sortie de "Tous les garçons et les filles", mais est venue rendre hommage à celle qui lui rappelle sa mère.

"Je suis venue aussi pour toute la famille Dutronc", ajoute cette fonctionnaire, qui travaille de nuit et a fait le détour avant de prendre son poste.

C'est Thomas Dutronc qui a annoncé le décès de l'idole des yéyé, le 11 juin au soir sur les réseaux sociaux. Sous une photo de lui et sa mère, il a écrit un sobre "Maman est partie".

Deux jours plus tard, il est remonté sur scène lors d'un concert dans le Pas-de-Calais. "En Angleterre, on dit : +Elephant in the room+ (l'énorme sujet dont on évite de parler, NDLR). (...) Mon +elephant in the room+, c'est le départ de ma maman vers d'autres cieux", a-t-il dit, ému.

La chanteuse avait émis le souhait d'être inhumée en Corse, plus précisément à Monticello, où vit Jacques Dutronc. Toutefois, aucune demande d'inhumation d’urne sur une propriété privée n'a été reçue, a indiqué jeudi la préfecture de Haute-Corse, interrogée par l'AFP.

Françoise Hardy menait depuis de longues années un combat contre la maladie. Le cancer était apparu dans sa vie dès 2004, prenant plusieurs formes et lui faisant vivre un calvaire.

L'artiste confiait ainsi à Paris Match en 2023 qu'elle voulait "partir bientôt et de façon rapide, sans de trop grosses épreuves". Elle s'était aussi prononcée pour le droit à mourir dans la dignité.

L'artiste, à la mélancolie assumée, avait conquis le public anglo-saxon dans les années 1960, tapant dans l'œil de Mick Jagger et Bob Dylan.

Elle était aussi la seule Française dans le classement des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone en 2023.


Wikipédia qualifie une importante organisation israélienne de «non fiable» en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien et l’antisémitisme

Le PDG d’ADL, Jonathan Greenblatt, est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. (Photo, AFP)
Le PDG d’ADL, Jonathan Greenblatt, est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Anti-Defamation League ne peut être considérée comme une source d’information neutre, ont conclu les rédacteurs de Wikipédia
  • L’ADL fait l’objet d’un examen minutieux en raison de ses méthodes de suivi de l’antisémitisme et de sa définition rigide du terme

LONDRES: Wikipédia a qualifié l’Anti-Defamation League (ADL), une importante organisation israélienne de défense des droits civiques, de «généralement non fiable» en ce qui concerne son travail sur le conflit israélo-palestinien, la retirant de fait de sa liste de sources fiables. 

Les rédacteurs de la plus grande encyclopédie en ligne du monde ont conclu que l’ADL, connue comme la première organisation juive de défense des droits civiques aux États-Unis, ne peut être considérée comme une source d’information neutre sur l’antisémitisme et la crise israélo-palestinienne. 

«L’ADL ne semble plus adhérer à une définition sérieuse, courante et intellectuellement convaincante de l’antisémitisme, mais elle a plutôt cédé à la politisation éhontée du sujet même sur lequel elle était considérée comme fiable à l’origine», a écrit dans un fil de discussion un rédacteur connu sous le nom d’«Iskandar323», qui a lancé la discussion sur l’ADL. 

Les rédacteurs ont souligné que la définition du sionisme, le mouvement nationaliste juif qui prône la création d’un État israélien, était l’une des principales raisons de la déclassification. 

Cette décision, qui place l’ADL sur un pied d’égalité avec les tabloïds, porte un coup dur au statut historique de l’organisation en tant que source clé d’informations sur le suivi de l’antisémitisme aux États-Unis. 

L’ADL a fait l’objet d’un examen minutieux en raison de ses méthodes et de sa définition rigide de l’antisémitisme. 

Les experts ont à plusieurs reprises exprimé leur scepticisme quant à la décision de l’organisation de classer comme antisémites les manifestations comportant des «chants et slogans antisionistes». 

Les critiques soutiennent que cette classification ne représente pas tout le spectre de l’antisémitisme, car elle exclut les progressistes juifs et d’autres personnes critiques à l’égard d’Israël. 

Selon le journal juif américain The Forward, au moins 3 000 incidents soulèvent des inquiétudes quant au système d’enregistrement de l’ADL. 

Cette décision semble refléter la position du PDG de l’ADL, Jonathan Greenblatt, qui a déclaré dans un discours prononcé en 2022 que «l’antisionisme est de l’antisémitisme, point final». 

M. Greenblatt est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. 

En novembre, il a soutenu Elon Musk, qui avait publié une théorie du complot antisémite sur son compte X. Plus récemment, il a qualifié les étudiants américains qui manifestent en solidarité avec Gaza d’«alliés» de l’Iran et a comparé le keffieh palestinien à une croix gammée. 

Dans un communiqué, l’ADL indique que la décision de Wikipédia s’inscrivait dans le cadre d’une «campagne qui vise à délégitimer l’ADL». 

«Il s’agit d’une triste nouvelle pour la recherche et l’éducation, mais l’ADL ne se laissera pas décourager dans sa lutte de longue date contre l’antisémitisme et contre toutes les formes de haine», ajoute le communiqué. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com