Riyad vu à travers le regard de femmes contemporaines

Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)
Short Url
Publié le Lundi 11 mars 2024

Riyad vu à travers le regard de femmes contemporaines

  • Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville
  • Catherine Gfeller et Daniah al-Saleh sont parvenues à capter une forme d’essence esthétique, créant un véritable corpus d'expériences partagées

RIYAD: Les ambassades de France et de Suisse en Arabie saoudite et la fondation L’Art pur en collaboration avec l’Alliance française de Riyad ainsi que la curatrice libanaise Dalia Chabarek ont organisé le vernissage d’une exposition de photos des artistes Catherine Gfeller et Daniah Al Saleh. Cet événement s’inscrit dans le cadre des activités culturelles et artistiques du Festival de la francophonie.

Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. Elle sert de plate-forme pour honorer leurs diverses expériences, leurs aspirations et leur contribution au tissu social.  

photo
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)

L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a inauguré l’événement et a exprimé sa joie de prendre part à cette manifestation artistique originale. Il a rappelé combien il était important de collaborer et de partager nos expériences pour bâtir des passerelles culturelles et briser ainsi les frontières qui empêchent les peuples de se réunir.  

Woven Portraits explore la vie multiforme des femmes de Riyad en mettant en lumière leurs rêves, leurs défis et leurs triomphes, plongeant dans le tissage complexe de leurs expériences et de leurs rêves et montrant de quelle manière elles évoluent dans un paysage urbain en constante mutation tout en préservant leur identité et en forçant les voies du changement.  

Daniah al-Saleh confie à Arab News en français: «Ce qui m'intéresse, c'est que Catherine et moi avons discuté de la possibilité de faire quelque chose avec les femmes et la population féminine de Riyad. Et il ne s'agit pas seulement des femmes saoudiennes, mais de tout le monde, de toutes les femmes, expatriées, saoudiennes, non saoudiennes. Il s’agit de savoir ce que représente pour elles Riyad, cette ville étonnante.» 

photo
Woven Portraits est une exposition consacrée à la force, à la résistance et à la créativité des femmes de Riyad, avec en toile de fond le paysage socioculturel dynamique de la ville. (Photos: Loai El Kellawy)

«Et nous avons eu cette interview extraordinaire avec trente-sept femmes merveilleuses. Cette œuvre, par exemple, a pour titre “Through Her Eyes” (“À travers ses yeux”). Elle évoque le regard féminin et propose une réflexion sur la manière dont une femme regarde lorsqu'elle pense et réfléchit en tant qu'identité féminine.» 

«Il ne s'agit donc pas d'une identité saoudienne, mais d'une identité féminine à laquelle tout le monde peut s'identifier, que chacun peut comprendre, qu'elle regarde vers le haut, pensant, réfléchissant, ou qu'elle regarde vers le bas, se concentrant sur ses propres émotions» 

«Avec Catherine, le chemin a été long. Nous avons travaillé sur ce projet, sur l'idée de l'exécution, sur la résidence et sur les arts pendant un an exactement. C'était vraiment un honneur de travailler avec elle, d'apprendre à la connaître. Nous sommes devenues intimes. Et nous avons partagé tant d'expériences extraordinaires… Le fait de collaborer sur des sujets qui nous passionnent est un atout supplémentaire qui donne de la force à cette exposition.»  

«Même si nous avons abordé les entretiens de différentes manières, l'exposition a quelque chose de cohérent. Il y a une sorte de flux qui vous permet de passer d'une pièce à l'autre. L'expérience que j'ai vécue avec Catherine a été extraordinaire. J'ai vraiment hâte de collaborer avec elle à l'avenir», nous livre Daniah al-Saleh. 

Catherine Gfeller et Daniah al-Saleh sont parvenues à capter une forme d’essence esthétique, créant un véritable corpus d'expériences partagées.  

«Le plus intéressant a été d'explorer le monde des femmes, et surtout d’analyser la façon dont les femmes, avec les changements intervenus dans la société, réagissaient face à cette grande révolution qui est en train de naître. J'ai découvert Daniah grâce à son magnifique travail à AlUla», révèle Catherine Gfeller à Arab News en français. 

«J'ai considéré que collaborer avec une artiste saoudienne était une bonne façon d'échanger nos points de vue. Je me suis dit que, à deux, il serait plus facile d’interviewer trente-sept femmes toutes très différentes, qui représentent différentes générations, différents backgrounds, différents pays. C’est la raison pour laquelle nous les avons invités à la Fondation L’Art pur», poursuit l’artiste. 

«Nous disposions de notre atelier portatif. Elles sont toutes venues, et, à chaque fois, nous avions un protocole assez précis. Nous posions les mêmes questions à chacune d’elles et elles nous répondaient, évoquant leur vie, leurs sentiments et leurs émotions, leur relation à Riyad, la manière dont elles avaient trouvé leur ancrage. Nous leur demandions si leurs émotions avaient changé par rapport à la situation sociale.» 

«Ensemble, nous avons tissé une galerie de portraits de femmes saoudiennes contemporaines à un moment précis. Mais, dans dix ans peut-être, ce projet fera date, on pourra s'y référer en disant: “Voilà où en était la société saoudienne grâce au témoignage de toutes ces femmes qui nous ont très généreusement ouvert leur cœur.”» 

«Il est intéressant de constater que nous étions proches. Catherine avait des questions différentes des miennes. Elle a davantage centré son intérêt sur les émotions comme l'amour, le ressentiment, la colère», explique Daniah al-Saleh. 

«Moi, je me concentrais plutôt sur la relation de ces femmes à Riyad pour comprendre comment la capitale de l’Arabie saoudite noue une relation avec nos existences propres», précise-t-elle encore. 

À partir de thèmes comme la solitude, la recherche d'un foyer, le chagrin, le pardon, les interprétations des artistes offrent un aperçu de la complexité de la condition féminine dans la ville. Elles invitent les spectateurs à considérer le paysage socioculturel plus large et à découvrir les histoires et les expériences des femmes présentées à l’occasion de cette exposition. 

Grâce à des présentations immersives, les visiteurs ont été invités à réfléchir sur leur propre perception de la féminité, de l'identification et de la communauté. Woven Portraits est un hommage aux femmes de Riyad. Cette manifestation permet de faire entendre leurs voix et de célébrer leur contribution inestimable à la société. 

 


Avec Espérance, son premier roman, Nadine Touma Daher partage une expérience mystique de 25 ans

"Espérance, une quête spirituelle" de Nadine Touma Daher, paru aux éditions des Trois colonnes, Paris (fournie)
"Espérance, une quête spirituelle" de Nadine Touma Daher, paru aux éditions des Trois colonnes, Paris (fournie)
Short Url
  • L’ouvrage est le fruit de cinquante ans de recherche de soi et de questionnements « sur ce qui est communément considéré comme la « réalité » », souligne l’auteure qui dit s’être lancée dans cette quête pour trouver plus de sens à sa vie
  • Vivant des expériences mystiques intenses depuis l’âge de vingt-cinq ans et se heurtant à l’incompréhension totale de son entourage, Nadine Touma Daher a souhaité, au travers de ce premier roman, partager sa vision alternative du monde

PARIS : Vingt-cinq ans durant, Nadine Touma Daher, qui a grandi à Paris, évolue dans le monde des affaires. Diplômée de l’ESSEC après deux années de classes préparatoires à Sainte Geneviève, c’est donc une scientifique, pragmatique, qui signe ce premier roman empreint d’ésotérisme et de spiritualité. L’ouvrage est le fruit de cinquante ans de recherche de soi et de questionnements « sur ce qui est communément considéré comme la « réalité » », souligne l’auteure qui dit s’être lancée dans cette quête pour trouver plus de sens à sa vie. «Espérance, une quête spirituelle» vient de paraître aux Éditions des Trois colonnes, à Paris. Une version en anglais est prévue à la rentrée 2024.

Un regard original sur ce que l’on appelle « les maladies mentales»

Vivant des expériences mystiques intenses depuis l’âge de vingt-cinq ans et se heurtant à l’incompréhension totale de son entourage, Nadine Touma Daher a souhaité, au travers de ce premier roman, partager sa vision alternative du monde. Qu’est-ce que la réalité ? Est-ce ce que l’on peut voir, toucher et prouver ou la vérité englobe-t-elle un monde parallèle, invisible, avec lequel on peut communiquer ?

Ce livre offre également un regard original sur ce que l’on appelle « les maladies mentales». Comme l’apprend l’héroïne, diagnostiquée bipolaire après un premier épisode mystique, si la psychiatrie existait à leur époque, des personnages célèbres tels que Vincent Van Gogh, Michel-Ange ou Ludwig Van Beethoven auraient été soignés pour, respectivement, schizophrénie, Asperger et troubles obsessionnels du comportement ou encore bipolarité. Alors qui sont ceux que l’on nomme « les malades mentaux » ? Sont-ils anormaux ou bien extraordinaires ?

En 42 chapitres, 122 pages, Hope, la narratrice, partage son cheminement initiatique. En prise à des cauchemars, elle décide de regarder en face ce qui la terrorise et s’appuie en cela sur des expériences mystiques dans lesquelles interviennent les anges, les archanges, Dieu, Jésus, le diable et les djinns, la mère originelle et la psychiatrie, avec pour grille de lecture le Chi (ou l’univers), le Yin et le Yang, l’amour comme planche de salut.

En quatrième de couverture, on lit ce qui suit : « Après une première expérience mystique intense, Hope est diagnostiquée bipolaire. Elle est traitée pour maladie mentale jusqu’à sa rencontre avec un médecin peu conventionnel qui lui révèle qu’elle a la capacité de communiquer avec l’au-delà. Ses soi-disant épisodes maniaques sont en fait des transes.

Inspirée des expériences mystiques de l’auteur, l’histoire de Hope mêle spiritualité et aventures paranormales et pose des questions fondamentales :

La réalité est-elle confinée à ce que l’on peut voir, toucher et prouver, ou la vérité s’étend-elle bien au-delà ?

La médecine traditionnelle est-elle adaptée à ceux que l’on nomme « malades mentaux »? Sont-ils « anormaux » au sens défectueux, inaptes, parfois effrayants, voire dangereux, ou sont-ils simplement dotés d’une sensibilité au monde hors norme qui, pour certains, se manifeste même par des dons extrasensoriels ?

« Elle était née avec la conviction, non, la certitude que la magie existait »

Voici un extrait qui donne le ton et l’envie d’en découvrir davantage : «Très bien. J’ai toujours cru aux anges et aux fées», pensa-t-elle. « Mais ça ? Converser avec des êtres de lumière de jour comme de nuit ? Pas seulement en les canalisant, mais en ayant des conversations à bâtons rompus ? Sur tout et n’importe quoi ? Est-ce vraiment possible, ou suis-je devenue définitivement et sans aucun doute folle à lier, dingue, cinglée, prête à être expédiée à l’asile ? » Cela faisait des mois qu’elle se posait la même question. Encore et encore.

Son esprit analytique résistait à cette pensée et la tournait dans toutes les directions possibles pour arriver à une conclusion différente. Mais son cœur ? Son cœur chantait. Son cœur voulait davantage de ce sentiment incroyable d’amour et de protection inconditionnels. Son cœur voulait plus de ces voix qui murmuraient si doucement une langue qui lui semblait si familière, lui racontant des histoires qui n’existaient que dans les rêves et les contes de fées.

Elle avait toujours été différente. Bizarre pour certains, délirante pour d’autres ou simplement unique pour ses amis proches. Elle était née avec la conviction, non, la certitude que la magie existait. Dans le débat entre la nature et l’éducation, c’était sans aucun doute l’œuvre de la nature, car sa famille était très terre à terre, réaliste et conventionnelle ».

 


Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux

La chanteuse Céline Dion (Photo, @celinedion).
La chanteuse Céline Dion (Photo, @celinedion).
Short Url
  • La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu
  • Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020

PARIS: La chanteuse Céline Dion s'est confiée dimanche, lors d'un entretien avec TF1, sur ses excès avec "des médicaments très dangereux", avant la diffusion d'un documentaire évoquant la maladie qui l'éloigne de la scène.

La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu, qui provoque douleurs aiguës, difficultés à se mouvoir et spasmes. Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020.

Amazon Prime Video diffusera à partir du 25 juin ce documentaire intitulé "Je suis: Céline Dion".

Quand la douleur est devenue trop forte, pour une raison qu'elle ignorait jusque fin 2022, a raconté la Québecoise à la chaîne de télévision française, "j'ai annulé beaucoup de spectacles, je me suis retrouvée à mentir, à prendre des médicaments... Peut-être je vais essayer un anti-inflammatoire, un antispasmodique ou quelque chose".

"J'ai commencé avec des petites choses, jusqu'à me rendre... avec des médicaments très dangereux, pour continuer", a-t-elle expliqué lors de cet entretien enregistré en mai à Las Vegas (Etats-Unis).

À la journaliste Anne-Claire Coudray qui lui demandait si elle avait pris "du Valium" (du diazépam, un benzodiazépine), Céline Dion a répondu: "Oui, entre autres".

"Sans avoir de diagnostic. Donc, au début, ça aidait un peu. Mais très rapidement, il fallait que les doses montent", a-t-elle poursuivi. "Et quand on est rendu dans un niveau de médication dangereux et que ça ne fonctionne plus, on a deux choix: on continue ou on arrête de respirer et c'est terminé".

"Ne vivez pas des douleurs seul. (...) Acceptez d'en parler mais aussi de consulter. Ne souffrez pas seul", a exhorté la chanteuse.

Céline Dion, dont le nom a été avancé début juin par Le Canard enchaîné pour faire partie des artistes devant se produire à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, a redit sa certitude de redonner des concerts un jour. "Je ne sais pas quand. Mais je vais revenir sur scène", a-t-elle affirmé.


Jessica Kahawaty, égérie de la campagne pour le parfum Charlotte Tilbury

Jessica Kahawaty, une habituée des tapis rouges à travers le monde, a été sélectionnée par Charlotte Tilbury pour être l’égérie de la dernière campagne de la marque. (Instagram)
Jessica Kahawaty, une habituée des tapis rouges à travers le monde, a été sélectionnée par Charlotte Tilbury pour être l’égérie de la dernière campagne de la marque. (Instagram)
Short Url
  • La jeune femme, qui est aussi entrepreneure, apparaît dans une vidéo publicitaire pour le parfum intitulé «Love Frequency»
  • Plus tôt cette année, Kahawaty avait collaboré avec la marque de luxe italienne Versace pour une édition spéciale ramadan

DUBAÏ: Le mannequin libano-australien Jessica Kahawaty a posé pour une campagne numérique de la marque britannique de cosmétiques de luxe Charlotte Tilbury.

La jeune femme, qui est aussi entrepreneure, apparaît dans une vidéo publicitaire pour le parfum intitulé «Love Frequency», décrit comme un parfum floral boisé musqué pour femmes et hommes.

Conçu par la maître parfumeuse française Anne Flipo, Love Frequency a été lancé en 2024. Ce parfum dévoile des notes de tête de poivre rose, de cœur de rose et de safran, accompagnées d’arômes tels que le musc, le bois d'ambre, le patchouli ainsi que le bois de cachemire.

Sur Instagram, Jessica Kahawaty a partagé la vidéo ensoleillée de la campagne à ses abonnés (qui sont 1,5 million) avec ces mots: «Ma fréquence d'amour résumée en un seul parfum.» On la voit se promener parmi des fleurs et de hautes herbes, tenant le flacon rose du parfum.

Campagne 

Elle a également dévoilé une nouvelle campagne pour Boss, dont elle est devenue l’égérie, partageant des clichés de style Polaroid de la séance photo avec la légende suivante: «Double B, Every Me. Parce qu'il y a plus d'une façon d'être un Boss.»

Sur ces photos, Jessica Kahawaty arborait une veste bomber marron associée à une chemise blanche impeccable et accompagnée d'un sac noir orné d'une boucle dorée imposante et d'une chaîne. Ses cheveux bruns étaient librement ondulés.

Plus tôt cette année, Kahawaty avait collaboré avec la marque de luxe italienne Versace pour une édition spéciale ramadan, quelques jours après avoir travaillé sur la campagne de ramadan de la marque CH Carolina Herrera, basée à New York.

La campagne présentait une sélection de vêtements sobres de la marque new-yorkaise qui alliait motifs distinctifs et schémas de couleurs vibrantes.

Le mannequin et restauratrice, qui a fondé le restaurant Mama Rita à Dubaï avec sa mère, a partagé une série d'images qui mettaient en avant l'édition Ramadan de Versace avec ses abonnés sur Instagram. 

Kahawaty était vêtue d'une robe rose longue avec des manches cloche dont l’encolure était ornée de perles et cristaux roses, blancs et argentés. Pour compléter le look, Kahawaty serrait un petitsac à main assorti embelli de perles roses assorties, tandis que ses volumineuses mèches brunes étaient coiffées dans un brushing typique des années 1990.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com