Brûler les idoles littéraires du XXe siècle, une mode qui agace

Photo prise le 13 novembre 2008 d'une lettre à Victoria Ocampo signée par l'écrivain français Albert Camus sur une étagère de la bibliothèque de la Villa Ocampo, un manoir construit en 1891 combinant des influences d'architecture britannique et française, à San Isidro, à quelque 30 km au nord de la ville de Buenos Aires. (Photo Daniel Garcia AFP)
Photo prise le 13 novembre 2008 d'une lettre à Victoria Ocampo signée par l'écrivain français Albert Camus sur une étagère de la bibliothèque de la Villa Ocampo, un manoir construit en 1891 combinant des influences d'architecture britannique et française, à San Isidro, à quelque 30 km au nord de la ville de Buenos Aires. (Photo Daniel Garcia AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 11 février 2024

Brûler les idoles littéraires du XXe siècle, une mode qui agace

  • Entre un essayiste qui signait son premier livre et un prix Nobel de littérature, la critique a vite fait son choix, elle a volé au secours de la mémoire d'Albert Camus
  • Pour Luc Fraisse, professeur de littérature à l'université de Strasbourg, s'attaquer aux statues d'auteurs consacrés est un pari difficile

PARIS : «Oublier Camus», «Se méfier de Kafka», «Althusser assassin» et «Achever Sartre»: la conjonction soudaine d'ouvrages qui brûlent des idoles littéraires du XXe siècle agace, même si les éditeurs croient en ce créneau.

«C'est l'époque: foin des nuances et des fignolages (...) Chers éditeurs, maintenant vous avez la recette», s'émeuvait la journaliste Julie Clarini dans un éditorial pour le magazine L'Obs début février.

Elle s'en prenait en particulier au livre qui a le plus fait parler: celui d'un professeur de l'université de Caroline du Nord (Etats-Unis), Olivier Gloag, «Oublier Camus», paru en septembre aux éditions de La Fabrique. «Oublier Camus, sauver Sartre, ou comment faire du vieux avec du vieux», déplorait-elle.

Entre un essayiste qui signait son premier livre et un prix Nobel de littérature, la critique a vite fait son choix. Elle a volé au secours de la mémoire d'Albert Camus, icône nationale, auteur d'un classique entre les classiques, «L'Etranger».

«Cet essai confusément construit piège Camus dans une lecture politique et systématiquement décontextualisée», écrivait par exemple le quotidien Le Monde, l'un des plus mesurés.

- «Déboulonneur de service» -

Pour Luc Fraisse, professeur de littérature à l'université de Strasbourg, s'attaquer aux statues d'auteurs consacrés est un pari difficile. «Il y a un risque que le déboulonneur de service leur soit très inférieur, ce dont il sera peut-être le dernier à se rendre compte», remarque-t-il, interrogé par l'AFP.

«Se méfier de Kafka», du philosophe Geoffroy de Lagasnerie en janvier chez Flammarion, a aussi été très mal accueilli dans les médias. Le site internet d'information culturelle Transfuge a, par exemple, dénoncé «un mépris de la littérature évident».

«Althusser assassin», de Francis Dupuis-Déri, paru au Canada en août, est passé inaperçu jusqu'à ce que le quotidien Libération le mette à sa Une le 26 décembre. Ce bref essai dénonce la clémence envers le philosophe Louis Althusser après le meurtre de sa femme Hélène Rytmann en 1980.

Enfin, «Achever Sartre» de Laurent Touil-Tartour en janvier chez Grasset, ne critique pas vraiment l'auteur de «La Nausée» mais offre une relecture des dix dernières années de sa vie. La personne la plus sévèrement critiquée dans cet ouvrage n'apparaît qu'à l'intérieur: c'est une autre icône, Simone de Beauvoir, qui fut sa compagne.

- «Dormir tranquillement» –

Le genre n'est pas tout à fait nouveau chez les universitaires. Emile Zola se faisait descendre en flammes comme représentant de la bourgeoisie bien-pensante par Paule Lejeune dans «Germinal, un roman antipeuple» en 1978. Jean-Pierre Martin, dans «Contre Céline» en 1997, voyait dans cet écrivain célébré pour son style l'auteur d'un seul roman, puis de pamphlets racistes. Ivan Jablonka, avec «Les Vérités inavouables de Jean Genet» en 2004, a dénoncé un «aigri et antisémite que fascinent les crimes de la Milice et les camps de la mort».

Kafka et Sartre s'en sortent mieux cette fois-ci. En revanche, la charge contre Althusser est violente: «Il s'agit d'un homme qui s'estime propriétaire des femmes et qui est prêt à les faire souffrir», lit-on entre autres.

Olivier Gloag a aussi subi la foudre après avoir décrit Camus, très apprécié en France, comme un chantre de la colonisation, machiste et partisan de la peine de mort. Le citer très rigoureusement n'a pas suffi à convaincre.

«Que les œuvres des grands auteurs fassent débat est une bonne chose, même s'il est un peu triste que seul le mode polémique entoure ces parutions», commente Dominique Vaugeois, professeure de littérature à l'université de Rennes 2.

Elle trouve «nécessaire de ne pas laisser dormir tranquillement au Panthéon les classiques et de les faire vivre dans leur temps, mais aussi dans le nôtre»


Un ancien appareil astronomique, témoin des liens entre musulmans et juifs dans l’Europe médiévale

Photo d’un astrolabe de la période ottomane exposé au musée Petrie d’archéologie égyptienne de l’University College de Londres. (AFP)
Photo d’un astrolabe de la période ottomane exposé au musée Petrie d’archéologie égyptienne de l’University College de Londres. (AFP)
Short Url
  • L’appareil proviendrait de Tolède et remonterait au XIe siècle, à une époque connue sous le nom de convivencia, ou coexistence
  • Des inscriptions en arabe contiennent deux noms juifs, ce qui suggère que l’appareil a été utilisé plus tard par les communautés arabophones sépharades d’Al-Andalus

LONDRES: Une réévaluation d’un ancien appareil astronomique en Italie a suscité un nouvel intérêt pour l’interaction médiévale entre scientifiques musulmans et juifs, rapporte aujourd’hui le quotidien The Times

L’astrolabe, un instrument autrefois utilisé par les astronomes pour mesurer le temps et la distance en fonction de la position des étoiles, est exposé dans un musée de Vérone depuis des décennies. 

Mais la rencontre fortuite en ligne d’une historienne avec cet appareil, longtemps considéré comme un faux, a ouvert la voie à de nouvelles théories sur les interactions sociales et scientifiques entre les religions islamique et juive dans l’Europe médiévale. 

Federica Gigante, de l’université de Cambridge, est tombée sur une image de l’astrolabe dans une publication en ligne et elle s’est rendue au musée pour enquêter sur l’objet. 

On pense que l’appareil a été fabriqué à Al-Andalus, le royaume musulman de la péninsule Ibérique qui comprenait une grande partie de l’Espagne et du Portugal actuels. 

Au musée, Mme Gigante a exposé l’astrolabe à la lumière du soleil et elle a découvert une série de gravures arabes, hébraïques et occidentales modernes cachées. 

Elle déclare: «Le musée ne savait pas ce que c’était et pensait que c’était peut-être un faux. C’est désormais l’objet le plus important de leur collection.» 

L’appareil proviendrait de Tolède et remonterait au XIe siècle, à une époque connue sous le nom de convivencia, ou coexistence, lorsque les membres des trois confessions abrahamiques vivaient en relative harmonie. 

Les premières inscriptions sur l’astrolabe sont en arabe et indiquent les heures de prières musulmanes à Tolède et Cordoue. 

Une plaque en laiton, ajoutée ultérieurement, permettait à l’utilisateur de l’astrolabe de déterminer les heures de prière en Afrique du Nord. 

D’autres inscriptions en arabe contiennent deux noms juifs, ce qui suggère que l’appareil a été utilisé plus tard par les communautés arabophones sépharades d’Al-Andalus. 

Un texte en hébreu figure également sur l’astrolabe, ce qui suppose que «l’objet a quitté l’Espagne ou l’Afrique du Nord, à un certain moment, circulant parmi la diaspora juive en Italie», précise Federica Gigante. 

D’autres inscriptions en hébreu traduisent les termes arabes désignant les signes astrologiques du Scorpion, du Sagittaire, du Capricorne, du Verseau, du Poisson et du Bélier. 

Mme Gigante pense que l’astrolabe serait arrivé en Italie au XIIe siècle. Dans la Vérone médiévale, on pense que des chiffres occidentaux ont été ajoutés à l’appareil par un locuteur latin ou italien. 

Un noble véronais du XVIIe siècle, Ludovico Moscardo, aurait acquis l’astrolabe, avant qu’il ne soit transmis à l'éminente famille aristocratique Miniscalschi qui, en 1990, a fondé le musée où l’instrument se trouve aujourd’hui. 

Federica Gigante conclut en déclarant: «L’astrolabe de Vérone se démarque, car il témoigne des contacts et des échanges entre Arabes, juifs et Européens au cours des périodes médiévale et moderne.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les saveurs francophones rythment le Festival de la gastronomie 2024

 Cet événement s’inscrit dans le cadre des festivités du mois de la Francophonie, lancé officiellement le 25 février par l’ambassadeur français, M. Ludovic Pouille. (Fournie)
Cet événement s’inscrit dans le cadre des festivités du mois de la Francophonie, lancé officiellement le 25 février par l’ambassadeur français, M. Ludovic Pouille. (Fournie)
Short Url
  • Cet événement s’inscrit dans le cadre des festivités du mois de la Francophonie, lancé officiellement le 25 février par l’ambassadeur français, M. Ludovic Pouille
  • Le Festival de la gastronomie, très attendu chaque année, est l’occasion pour l’ensemble de la communauté francophone de célébrer ses traditions culinaires

RIYAD: L’ambassade de France et l’Alliance française, en collaboration avec les ambassades francophones accréditées en Arabie saoudite, ont organisé le 2 mars le Festival de la gastronomie dans le jardin de l’ambassade du Liban à Riyad.

Cet événement s’inscrit dans le cadre des festivités du mois de la Francophonie, lancé officiellement le 25 février par l’ambassadeur français, M. Ludovic Pouille. Cette célébration permet de mettre en valeur des valeurs humaines véhiculées par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) ainsi que toutes les institutions francophones à travers le monde: diversité, tolérance, solidarité, fraternité, harmonie et partage.

photo
L’ambassade de France et l’Alliance française, en collaboration avec les ambassades francophones accréditées en Arabie saoudite, ont organisé le 2 mars le Festival de la gastronomie dans le jardin de l’ambassade du Liban à Riyad. (Fournie)

Le Festival de la gastronomie, très attendu chaque année, est l’occasion pour l’ensemble de la communauté francophone de célébrer ses traditions culinaires. Les différents pays qui participent à cet événement présentent des plats traditionnels.

Mme Diouf, qui habite au Sénégal, confie au micro d’Arab News: «C’est une joie immense de se retrouver ici. Nous sommes dans un pays arabe et cela fait plaisir de rencontrer d’autres nationalités, surtout des gens qui parlent français. J’éprouve un immense plaisir à retrouver d’autres pays africains. Moi, j’adore ce festival, on devrait le faire tous les six mois!»

La France, connue pour sa cuisine raffinée, a proposé non seulement des plats français traditionnels – la ratatouille, le poulet à la provençale, le navarin d’agneau, accompagnés par l’indétrônable baguette française ou par une purée de pommes de terre –, mais aussi des crêpes au chocolat, à la confiture, des croissants, des petits pains au chocolat et bien d’autres douceurs.

Comme chaque année, le stand suisse a rencontré un franc succès. Ce pays a choisi d’offrir aux visiteurs l’occasion de déguster l’emblématique raclette suisse, à base d’un délicieux fromage, accompagné de pommes de terre en robe des champs, de cornichons et d’olives.  

Mounira al-Otaïbi explique à Arab News: «C’est la première fois que je viens à ce festival et, franchement, j’ai beaucoup aimé. C’est l’occasion de faire connaissance, de découvrir les traditions culinaires des pays francophones. C’est tout simplement très beau.»

Le Canada a choisi de rester fidèle à son emblème national: il a proposé aux visiteurs de savourer le sirop d’érable et des Timbits, ces beignets de la taille d'une bouchée fabriqués à partir de restes de pâte à beignets frits dans de l'huile végétale. Ils peuvent être glacés au chocolat, aux myrtilles, aux fraises, au citron.

Le pays du Cèdre a fait le bonheur de la communauté francophone en proposant aux amateurs de cuisine libanaise des chawarmas au poulet ou à la viande, accompagnés, selon la tradition, par des entrées aromatisées aux herbes et à l’huile d’olive, mais aussi des gâteaux et des friandises typiques.

La gaufre liégeoise légère, caramélisée et moelleuse, a ravi les gourmands. La Tunisie et le Maroc ont régalé les papilles des visiteurs en leur offrant le plat emblématique des pays méditerranéens, le couscous et ses multiples déclinaisons, ainsi que bien d’autres plats aromatisés d’épices, des gâteaux et des dattes tunisiennes.

photo
Djibouti, le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire ont présenté un éventail de plats traditionnels propres à chacun de ces pays où le poisson occupe une place particulière. (Fournie)

Djibouti, le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire ont présenté un éventail de plats traditionnels propres à chacun de ces pays où le poisson occupe une place particulière. Les mets ont été servis par des femmes élégantes, vêtues de tenues africaines colorées, apportant une joie et une douceur venues d’Afrique.

«Ce festival est une opportunité pour rencontrer des amis, déguster des plats traditionnels, partager un moment convivial. Il serait bien qu’on organise pour la prochaine édition des compétitions sportives communes aux jeunes», propose Margot.

L’édition 2024 du festival de la gastronomie s’est déroulée dans une ambiance de fête parfumée de saveurs francophones et internationales. Cet événement permet de rappeler chaque année que le fait de partager des plats et des gâteaux traditionnels demeure un véritable bonheur, une superbe occasion de découvrir d’autres cultures et de partager, dans une ambiance amicale et fraternelle, des sentiments de tolérance et de paix.


Un artiste saoudien réimagine la capitale du Royaume en pixels lumineux

L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
Short Url
  • Khaled Makshoush puise son inspiration dans la transformation de l'Arabie saoudite
  • Selon Makshoush, l'art est important pour la société car il nous apprend à nous connaître

RIYAD : L'artiste saoudien Khaled Makshoush maîtrise les dessins en pixels pour réimaginer des scènes saoudiennes dans une forme d'art personnelle, apaisante et contemporaine.

Les jeux vidéo indépendants et de style rétro utilisent des dessins en pixels pour créer un design coloré et visuel, mais avec sa tablette et son stylet, l'artiste basé à Riyad capte une variété de vues, des sites de construction avec des grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terre cuite.

Makshoush a déclaré à Arab News qu'il était motivé par la transformation du Royaume et sa complexité : « Je suis inspiré par les scènes urbaines de Riyad, le paysage industriel et le paysage désertique de l'Arabie saoudite en général ».

1
L'artiste saoudien Khaled Makshoush capture une variété de vues de la capitale du Royaume, des chantiers de construction avec grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)

L'art de Khaled Makshoush est empreint d'un pouvoir de transmission qui découle de son processus de création. Il explique : « Dans mon art, j'explore l'atmosphère d'un lieu. Par exemple, si un lieu m’inspire, je me demande ce qui, dans ce lieu, me fait éprouver ces émotions et ces sentiments ».

Les couleurs sont un sujet important dans l'art de Makshoush ; il mélange une palette vibrante, ce qui donne un dessin audacieux et accrocheur.   

« En général, je commence par quelques couleurs qui indiquent la sensibilité ou l'atmosphère de la peinture, puis j'essaie de trouver des relations avec d'autres couleurs qui peaufinent ou complètent cette sensibilité ».

1
Khaled Makshoush, artiste saoudien

L'art de Makshoush s'inspire du développement rapide de Riyad, qui met en scène la vie urbaine trépidante de la capitale du Royaume. « J'essaie de laisser ma vie et ma culture s'exprimer organiquement en suivant mon sens personnel du monde », explique-t-il.

Ses incursions dans le paysage urbain stimulent son imagination créatrice et les scènes et les moments qu'il vit deviennent les sujets de ses œuvres : « Marcher et conduire dans Riyad me donne toujours de l'inspiration et une idée pour mon travail artistique. Il est intéressant de voir à quel point la ville évolue rapidement tout en conservant son caractère unique, que j'aime toujours refléter ».

Quand tout bouge et change si vite, il est important de voir et de comprendre ce que les gens ressentaient à un moment donné.

Khaled Makshoush, artiste saoudien

 

« Ma première œuvre d'art de Riyad, ‘Early Evening‘, évoque la dernière phase du coucher de soleil dans la ville et ma dernière œuvre d'art de Riyad, ‘Cranes‘, est inspirée par les immenses grues que je vois à Riyad et par la façon dont elles brillent presque pendant la nuit. Des sujets très différents, mais une seule ville, et c'est ce qui me plaît. »

1
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a capté une variété de vues de la capitale du Royaume, des chantiers de construction avec des grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terracotta. (Pixel Art par Khaled Makshoush)

Makshoush crée de nouveaux mondes qui lui sont propres, en s'inspirant de ceux qui existent déjà. Ses œuvres ne se contentent pas de reproduire ce qu'il voit à Riyad : il y ajoute des touches de sa propre interprétation tout en saisissant l'essence saoudienne : « Toutes ces scènes saoudiennes n'existent pas vraiment, mais je suis heureux que les gens s'y reconnaissent encore. »

Il affirme avoir reçu des réactions encourageantes de la part de la communauté locale : « Je dirais que c'est toujours amusant quand je dessine une scène de Riyad et que des gens me disent qu'ils reconnaissent presque l'endroit, mais qu'ils ne savent pas où exactement ».

Selon Makshoush, l'art est important pour la société car il nous apprend à nous connaître : « Surtout aujourd'hui, alors que tout bouge et change si vite, il est important de voir et de comprendre ce que les gens ressentaient à une certaine époque. À quoi ressemblaient les choses, ce que les gens ressentaient, quelle était l'ambiance, comment les gens voyaient les choses... L'art est le meilleur moyen de répondre à ces questions. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com