Le projet de loi américain sur l'immigration et l'Ukraine se heurte à l'opposition des Républicains

Les Etats-Unis, de loin le premier soutien militaire à l'Ukraine, butent depuis plusieurs mois sur la validation de cette enveloppe (Photo, AFP).
Les Etats-Unis, de loin le premier soutien militaire à l'Ukraine, butent depuis plusieurs mois sur la validation de cette enveloppe (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 05 février 2024

Le projet de loi américain sur l'immigration et l'Ukraine se heurte à l'opposition des Républicains

  • Pour être adoptée, cette enveloppe doit être approuvée au Sénat, où elle devrait en théorie obtenir le soutien d'élus des deux partis, puis à la Chambre des représentants
  • Les Etats-Unis, de loin le premier soutien militaire à l'Ukraine, butent depuis plusieurs mois sur la validation de cette enveloppe

WASHINGTON: Les sénateurs américain sont parvenus dimanche à un accord sur l'immigration et l'aide à l'Ukraine, après des mois d'âpres débats, mais le président républicain de la Chambre des Représentants a aussitôt promis de l'enterrer, malgré l'appel de Joe Biden à l'"adopter rapidement".

Cet accord, qui porte sur un financement total de 118,3 milliards de dollars, comprend une aide de 60 milliards de dollars pour l'effort de guerre de Kiev face à l'invasion de la Russie et de 14,1 milliards de dollars pour Israël.

Il prévoit également une enveloppe de 20,2 milliards de dollars pour les réformes de la politique migratoire, mais surtout des restrictions plus sévères dans le système de traitement des demandes d'asile avec un coup de frein lorsque les passages dépassent les 5.000 personnes par semaine.

Le texte a été rapidement approuvé par le locataire de la Maison Blanche, qui a mis en avant les efforts déployés depuis des décennies pour réformer le système d'immigration "défaillant" du pays, tout en prônant une attitude plus humaniste que son prédécesseur Donald Trump dont les mesures controversées avaient conduit à la séparation des familles à la frontière américano-mexicaine.

"Nous sommes parvenus à un accord bipartisan sur la sécurité nationale qui inclut les réformes migratoires les plus strictes et les plus équitables depuis des décennies. Je le soutiens fermement", a réagi M. Biden, dans un communiqué. Il faut l'"amener sur mon bureau afin que je puisse le promulguer immédiatement", a-t-il ajouté.

«Ne rien faire n'est pas une option»

Pour être adoptée, cette enveloppe doit être approuvée au Sénat, où elle devrait en théorie obtenir le soutien d'élus des deux partis, puis à la Chambre des représentants. C'est là que les choses se compliquent.

Son président, le "speaker" Mike Johnson, un fidèle de Donald Trump, a douché les espoirs de M. Biden. "Cette loi est encore pire que ce que nous attendions et est très loin de mettre fin à la catastrophe à la frontière créée par le président", a-t-il réagi sur X,  promettant que le texte serait "mort à son arrivée" s'il devait passer à la Chambre.

Joe Biden avait exhorté les républicains, qui contrôlent la Chambre des Représentants, à soutenir cet accord bipartisan, malgré l'appel de M. Trump, son probable futur adversaire lors de la présidentielle de novembre.

"Si vous pensez, comme moi, que nous devons sécuriser la frontière maintenant, ne rien faire n'est pas une option", a-t-il déclaré.

Les Etats-Unis, de loin le premier soutien militaire à l'Ukraine, butent depuis plusieurs mois sur la validation de cette enveloppe.

Deux ans après le début d'une guerre qui s'enlise -- et plus de 110 milliards de dollars déjà débloqués par le Congrès -- les républicains, en particulier, ont commencé à trouver la note trop salée.

Conscient que le sentiment d'urgence s'est bien émoussé à Washington depuis le début de la guerre en 2022, le président Biden avait demandé au Congrès en octobre de coupler sa demande d'aide pour l'Ukraine à une autre d'environ pour Israël, allié des Etats-Unis en guerre contre le Hamas.

Il a aussi souhaité y joindre une réforme drastique de la politique migratoire des Etats-Unis, un sujet politiquement brûlant, qui l'est d'autant plus en pleine année électorale.

Pour être adoptée, cette enveloppe doit être approuvée au Sénat, où elle devrait en théorie obtenir le soutien d'élus des deux partis, puis à la Chambre des représentants. C'est là que les choses se compliquent.

«Une occasion unique»

Depuis le début du conflit, le Kremlin mise sur l'essoufflement de l'aide occidentale, et toute hésitation des alliés de Kiev conforte la Russie dans l'idée que son pari sera gagnant.

Fin décembre, les Etats-Unis avaient débloqué leur dernière tranche d'aide militaire disponible pour l'Ukraine

"Il s'agit d'une occasion unique de fermer notre frontière ouverte et de donner aux futures administrations les outils efficaces dont elles ont besoin pour mettre fin au chaos frontalier et protéger notre pays", a reconnu le sénateur de l'Oklahoma, James Lankford, principal négociateur républicain, dans un communiqué.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a qualifié le projet de loi de "pas monumental vers le renforcement de la sécurité nationale des États-Unis à l'étranger et le long de nos frontières".


Les dirigeants mondiaux réagissent à la tentative d'assassinat de Trump : le chef de l'ONU parle d’“acte de violence politique”

Une personne tient le drapeau américain à l'extérieur du centre de villégiature Mar-a-Lago de Trump à Palm Beach, en Floride, alors que les partisans attendent des nouvelles de l'état de santé du candidat républicain à la présidence et ancien président Donald Trump après qu'il ait été blessé dans une tentative d'assassinat en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Reuters)
Une personne tient le drapeau américain à l'extérieur du centre de villégiature Mar-a-Lago de Trump à Palm Beach, en Floride, alors que les partisans attendent des nouvelles de l'état de santé du candidat républicain à la présidence et ancien président Donald Trump après qu'il ait été blessé dans une tentative d'assassinat en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Reuters)
Short Url
  • Le Premier ministre britannique Keir Starmer s'est dit “consterné par les scènes choquantes” qui se sont déroulées lors du rassemblement
  • Le président argentin Javier Milei a accusé la “gauche internationale” après la tentative d'assassinat

WASHINGTON : De nombreux dirigeants mondiaux ont exprimé leur indignation suite à la blessure de Donald Trump lors d'une tentative d'assassinat de l’ex-président américain pendant un rassemblement électoral.

Les présidents et premiers ministres du monde entier ont dénoncé la violence politique et exprimé leur soutien aux victimes de la fusillade de samedi, qui a fait un mort et gravement blessé deux spectateurs.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a condamné la fusillade, la qualifiant d’“acte de violence politique”, selon son porte-parole.

“Le Secrétaire général condamne sans équivoque cet acte de violence politique. Il adresse ses meilleurs vœux de prompt rétablissement au président Trump”, a ajouté le porte-parole.


Le Premier ministre britannique Keir Starmer s'est dit “consterné par les scènes choquantes” qui se sont déroulées lors du rassemblement.

“La violence politique, sous quelque forme que ce soit, n'a pas sa place dans nos sociétés”, a-t-il affirmé.

Évoquant “ces heures sombres”, le dirigeant nationaliste hongrois Viktor Orban a envoyé ses “pensées et ses prières” à M. Trump.

Le ministère des affaires étrangères des Émirats arabes unis a condamné l'incident dans un communiqué publié sur X.

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, a déclaré qu'elle “suivait avec appréhension” les informations en provenance de Pennsylvanie et a souhaité à M. Trump un prompt rétablissement. La dirigeante de droite a exprimé l'espoir que “dans les mois à venir de la campagne électorale, le dialogue et la responsabilité prévaudront sur la haine et la violence.”

L'ancien président américain Barack Obama a déclaré que “la violence politique n'a pas sa place dans notre démocratie”.



Le président français Emmanuel Macron a déclaré que ses pensées allaient à M. Trump, ajoutant que la fusillade constituait un “drame pour nos démocraties”.

“Je lui adresse mes vœux de prompt rétablissement. Un militant est décédé, plusieurs sont blessés. C'est un drame pour nos démocraties. La France partage le choc et l'indignation du peuple américain”, a exprimé M. Macron sur le réseau social X dimanche.

Le président argentin Javier Milei a accusé la “gauche internationale” après la tentative d'assassinat. “Craignant de perdre les élections, ils ont recours au terrorisme pour imposer leur programme rétrograde et autoritaire”, a déclaré le président populiste.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a appelé “les défenseurs de la démocratie et du dialogue politique à condamner fermement l’attaque” contre Donald Trump.

Le gouvernement du Costa Rica a condamné l'attaque et a déclaré qu'il suivait de près l'évolution de “cet acte inacceptable”. “En tant que leader de la démocratie et de la paix, nous condamnons toutes les formes de violence”, a déclaré la présidence.

Le président chilien Gabriel Boric a exprimé sa “condamnation sans réserve” de la fusillade. “La violence est une menace contre les démocraties et elle fragilise le vivre-ensemble. Nous devons tous la rejeter ”, a exprimé M. Boric.

“Malgré nos profondes divergences idéologiques et politiques, la violence, d’où qu’elle vienne, doit toujours être rejetée par tout le monde”, a souligné le président bolivien Luis Arce.

Le Kremlin a condamné la violence en politique après la tentative d'assassinat et a accusé l'administration Biden d'avoir créé une atmosphère propice à la fusillade.

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a dénoncé les attaques politiques, appelant à “ rester fermes face à toute forme de violence qui défie la démocratie ”.

Quant au premier ministre australien Anthony Albanese, il a qualifié de "préoccupante" cette attaque, exprimant son soulagement de savoir que M. Trump sain et sauf. “La violence n'a pas sa place dans le processus démocratique”, a-t-il commenté

Des propos auxquels le premier ministre néo-zélandais voisin, Chris Luxon, a fait écho. "Aucun pays ne devrait faire face à une telle violence politique".

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a écrit que lui-même et son épouse Sara étaient "choqués par l’apparente attaque contre le président Trump". “Nous prions pour sa sécurité et son prompt rétablissement”, a déclaré M. Netanyahu. 

"La violence politique n'est jamais acceptable," a affirmé le Premier ministre canadien Justin Trudeau.


Laurent Blanc retrouve Karim Benzema à Al-Ittihad

Laurent Blanc, l'entraîneur français de Lyon, réagit pendant le match de football de L1 entre le FC Nantes et l'Olympique Lyonnais (OL) au Stade de la Beaujoire-Louis Fonteneau à Nantes, dans l'ouest de la France, le 11 janvier 2023. L'entraîneur de football français Laurent Blanc a été nommé entraîneur du club saoudien Al-Ittihad en Arabie saoudite, a annoncé le club le 13 juillet 2024. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
Laurent Blanc, l'entraîneur français de Lyon, réagit pendant le match de football de L1 entre le FC Nantes et l'Olympique Lyonnais (OL) au Stade de la Beaujoire-Louis Fonteneau à Nantes, dans l'ouest de la France, le 11 janvier 2023. L'entraîneur de football français Laurent Blanc a été nommé entraîneur du club saoudien Al-Ittihad en Arabie saoudite, a annoncé le club le 13 juillet 2024. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
Short Url
  • Sans club depuis son limogeage par Lyon en septembre 2023, Laurent Blanc va rebondir en Arabie Saoudite comme entraîneur d'Al-Ittihad et retrouvera Karim Benzema, la grande vedette de l'équipe basée à Djeddah
  • Blanc, dont la durée du contrat n'a pas été précisée, va donc tenter de relancer sa carrière en Arabie saoudite au sein d'un club prestigieux sur le plan local

PARIS: Sans club depuis son limogeage par Lyon en septembre 2023, Laurent Blanc va rebondir en Arabie Saoudite comme entraîneur d'Al-Ittihad et retrouvera Karim Benzema, la grande vedette de l'équipe basée à Djeddah.

Douze ans après l'avoir dirigé à l'Euro-2012 sous les couleurs de l'équipe de France, l'ancien sélectionneur va de nouveau avoir l'ex-Madrilène sous ses ordres. Depuis cette date et l'élimination des Bleus en quarts de finale contre l'Espagne (2-0), futur lauréat de l'épreuve, Benzema est devenu une star mondiale, remportant cinq Ligue des champions avec le Real Madrid et le Ballon d'Or en 2022 avant de céder aux sirènes des pétrodollars saoudiens l'an dernier.

La carrière de Blanc (58 ans) sur le banc a elle été beaucoup plus sinueuse après ce bref passage à la tête des Tricolores (2010-2012). L'ex-défenseur champion du monde (1998) et d'Europe (2000) a connu la gloire nationale mais pas de consécration européenne avec le PSG (2013-2016) avant une pige au Qatar à Al-Rayyan (entre décembre 2020 et février 2022) et une expérience douloureuse à l'OL.

Nommé en octobre 2022 par Jean-Michel Aulas, "le Président" a effectué une deuxième partie de saison 2022-2023 plutôt prometteuse mais a fait les frais de la cession du club lyonnais à l'homme d'affaires américain John Textor.

Lanterne rouge au bout de quatre journées au début de l'exercice suivant, il est démis de ses fonctions pour être remplacé par l'Italien Fabio Grosso, autre vainqueur de la Coupe du monde (2006).

- 3e entraîneur en un an -

Blanc, dont la durée du contrat n'a pas été précisée, va donc tenter de relancer sa carrière en Arabie saoudite au sein d'un club prestigieux sur le plan local mais qui sort d'une saison totalement ratée et assez mouvementée.

Champion en 2023, Al-Ittihad n'a terminé que cinquième de la Ligue saoudienne cette année, à 42 points du champion Al-Hilal, et ne s'est pas qualifié pour la Ligue des champions d'Asie, poussant les dirigeants à se séparer de l'entraîneur argentin Marcelo Gallardo, coupable d'avoir écarté un temps Benzema.

Selon plusieurs sources, le Français a d'ailleurs joué un rôle important dans le choix de Blanc. Très critiqué pour des performances loin des attentes malgré un contrat en or (200 millions d'euros par saison, selon plusieurs médias) et lui-même guère satisfait par le rendement de l'équipe au point d'avoir des envies d'ailleurs l'hiver dernier, l'attaquant de 36 ans a milité pour la venue d'un coach francophone. Une arrivée qui a provoqué la démission du président du club Louay Nazer, favorable à l'arrivée de l'Italien Stefano Pioli, parti de l'AC Milan.

Le voeu de Benzema a été exaucé avec la signature de Blanc qui sera son troisième entraîneur en un an (après le Portugais Nuno Espirito Santo et Gallardo) et disposera d'un effectif peuplé de plusieurs vieilles connaissances du football européen, en attendant d'autres possibles renforts cet été.

Outre Benzema, Al-Ittihad compte en effet dans ses rangs l'international français N'Golo Kanté (33 ans), présent à l'Euro-2024 en Allemagne avec les Bleus, et l'ex-Brésilien de Monaco et Liverpool Fabinho (30 ans).


Donald Trump blessé lors d'une apparente tentative d'assassinat et le tireur est tué par des agents des services secrets

Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Short Url
  • Un participant au rassemblement a été tué et deux autres spectateurs ont été blessés, selon les autorités
  • Le président Biden a condamné la violence en déclarant : "Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique" : Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique"

BUTLER, Pennsylvanie : Donald Trump a été touché à l'oreille lors d'une apparente tentative d'assassinat par un homme armé lors d'un rassemblement de campagne samedi, dans un incident chaotique et choquant qui alimentera les craintes d'instabilité à l'approche de l'élection présidentielle américaine de 2024.

L'ancien président, âgé de 78 ans, a été évacué d'urgence, le visage maculé de sang, après la fusillade survenue à Butler, en Pennsylvanie, tandis que le tireur et un passant ont été tués et que deux spectateurs ont été grièvement blessés.

Le candidat républicain a levé un poing de défi vers la foule alors qu'il était emmené en sécurité et a déclaré par la suite : "J'ai reçu une balle qui a transpercé la partie supérieure de mon oreille droite".

Le président Joe Biden, qui devrait affronter M. Trump lors des élections très polarisées de novembre, a déclaré que l'incident était "malsain" et qu'il n'y avait "pas de place en Amérique pour ce genre de violence".

"Nous ne pouvons pas être comme ça", a déclaré M. Biden.

Lorsque les bangs se sont éteints, M. Trump, qui portait une casquette rouge "Make America Great Again", a grimacé et s'est porté la main à l'oreille, du sang étant visible sur son oreille et sa joue.

Il s'est écroulé sur le sol et les agents des services secrets ont envahi l'estrade, l'ont entouré et l'ont escorté brutalement hors de la scène jusqu'à un véhicule proche.

"Il est incroyable qu'un tel acte puisse avoir lieu dans notre pays", a déclaré M. Trump sur son réseau TruthSocial dans les heures qui ont suivi, dans des propos qui ne manqueront pas d'attiser les tensions politiques qui engloutissent déjà les États-Unis.

"J'ai tout de suite su que quelque chose n'allait pas car j'ai entendu un sifflement, des coups de feu, et j'ai immédiatement senti la balle déchirer la peau", a déclaré M. Trump.

"Je me suis rendu compte à ce moment-là de ce qui se passait.

Les services secrets américains ont déclaré dans un communiqué que le tireur présumé avait "tiré plusieurs coups de feu en direction de la scène depuis une position élevée à l'extérieur du rassemblement" avant d'être "neutralisé" par les agents.

Il a ajouté que M. Trump était "en sécurité et faisait l'objet d'une évaluation", tout en confirmant la mort d'un spectateur et les blessures graves de deux autres.

Le tireur n'a pas encore été identifié.

M. Trump a déclaré dans son communiqué : "Je tiens à présenter mes condoléances à la famille de la personne du rassemblement qui a été tuée".

L'attentat ayant provoqué une onde de choc dans le monde entier, Joe Biden a déclaré qu'il espérait s'entretenir bientôt avec M. Trump.

La fusillade s'est produite peu après que M. Trump a pris la parole lors de son dernier meeting de campagne avant la Convention nationale républicaine qui se tiendra à Milwaukee la semaine prochaine.

Signe de l'enjeu politique, J.D. Vance, possible candidat de Trump à la vice-présidence, a rapidement accusé la "rhétorique" de Biden d'être à l'origine de la fusillade.

Le rassemblement a sombré dans la panique après que des coups de feu ont été entendus et que des cris et des hurlements ont retenti.

On a entendu M. Trump dire au micro : "Laissez-moi prendre mes chaussures", alors que des agents de sécurité l'aidaient à se remettre debout.

Il s'est retourné vers la foule et a levé le poing à plusieurs reprises, tout en prononçant des mots qui n'étaient pas immédiatement discernables, dans ce qui est appelé à devenir une image emblématique.

Des agents ont fait monter le magnat dans un SUV, alors qu'il levait à nouveau le poing vers la foule.

"Nous avons vu beaucoup de gens s'effondrer, l'air confus. J'ai entendu les coups de feu", a déclaré John Yeykal, originaire de Franklin, en Pennsylvanie, qui assistait à son premier rassemblement de Trump.

Républicains et démocrates dénoncent les violences

L'ancien président Barack Obama a déclaré que la violence politique n'avait "absolument pas sa place dans notre démocratie".

Le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell, a ajouté : "Ce soir, tous les Américains sont reconnaissants que le président Trump semble aller bien après une attaque ignoble contre un rassemblement pacifique. La violence n'a pas sa place dans notre politique".

Le milliardaire Elon Musk a réagi en soutenant rapidement M. Trump.

"Je soutiens pleinement le président Trump et j'espère qu'il se rétablira rapidement", a écrit M. Musk sur le site X, qu'il possède avec le constructeur automobile Tesla, en partageant une vidéo de M. Trump frappant du poing alors qu'il est escorté à l'extérieur.

Les États-Unis ont un passé de violence politique, et les présidents, les anciens présidents et les candidats bénéficient d'une sécurité renforcée.

Le président John F. Kennedy a été assassiné en 1963 alors qu'il se trouvait dans son cortège, et son frère Bobby Kennedy a été abattu en 1968. Le président Ronald Reagan a survécu à une tentative d'assassinat en 1981.

M. Trump devrait recevoir l'investiture officielle de son parti lors de la convention nationale républicaine, qui débute lundi à Milwaukee.

"Cet acte horrible de violence politique lors d'un rassemblement de campagne pacifique n'a pas sa place dans ce pays et doit être unanimement et fermement condamné", a déclaré le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, sur les réseaux sociaux.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, s'est dit horrifié par ce qui s'est passé et soulagé que M. Trump soit sain et sauf. "La violence politique n'a pas sa place dans notre pays", a-t-il déclaré.

Un porte-parole des services secrets a déclaré sur les médias sociaux : "Le Secret Service a mis en place des mesures de protection et l'ancien président est en sécurité... Il s'agit maintenant d'une enquête active des services secrets et de plus amples informations seront communiquées dès qu'elles seront disponibles".

CNN a rapporté que M. Trump avait été blessé, mais n'a pas donné d'autres détails. On ne sait pas comment ni quelles blessures il a pu subir.

Un témoin a vu le tireur sur le toit

Ron Moose, un partisan de Trump qui se trouvait dans la foule, a décrit le chaos : "J'ai entendu environ quatre coups de feu et j'ai vu la foule s'effondrer, puis Trump s'est esquivé très rapidement. Les membres du Secret Service ont alors sauté et l'ont protégé dès qu'ils l'ont pu. En moins d'une seconde, ils étaient tous en train de le protéger".

M. Moose a déclaré avoir ensuite vu un homme courir et être poursuivi par des officiers en uniforme militaire. Il a déclaré avoir entendu d'autres coups de feu, mais ne pas savoir qui les avait tirés. Il a noté qu'à ce moment-là, des tireurs d'élite s'étaient installés sur le toit d'un entrepôt situé derrière la scène.

La BBC a interrogé un homme qui s'est décrit comme un témoin oculaire, affirmant avoir vu un homme armé d'un fusil ramper sur un toit près de l'événement. Cette personne, que la BBC n'a pas identifiée, a déclaré que lui et les personnes avec lesquelles il se trouvait ont commencé à pointer l'homme du doigt, essayant d'alerter la sécurité.

"Je me suis demandé pourquoi Trump continuait à parler. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait sortir de scène ?", a déclaré l'homme, qui portait un chapeau rouge à l'effigie de Trump. "L'instant d'après, cinq coups de feu ont retenti.

La salle a été abandonnée, des chaises renversées et du ruban jaune de police autour de la scène. Un hélicoptère a survolé la salle et des agents des forces de l'ordre ont traversé la zone, comme l'a montré la vidéo. Des policiers armés ont également été vus sur un toit près de la scène où se tenait M. Trump.

La campagne de Joe Biden s'efforce de mettre en pause ses publicités télévisées et d'arrêter toute autre communication sortante, a déclaré un responsable de la campagne samedi.

M. Trump, qui a été président de 2017 à 2021, a facilement surpassé ses rivaux pour l'investiture républicaine au début de la campagne et a largement unifié autour de lui le parti qui avait brièvement vacillé dans son soutien après que ses partisans ont attaqué le Capitole américain le 6 janvier 2021, tentant de renverser sa défaite électorale de 2020.

L'homme d'affaires et ancienne star de la téléréalité a entamé l'année en faisant face à une série de soucis juridiques, dont quatre poursuites pénales distinctes. Fin mai, il a été reconnu coupable d'avoir tenté de dissimuler des paiements occultes à une star du porno, mais les trois autres poursuites dont il fait l'objet - dont deux pour avoir tenté de renverser sa défaite - ont été interrompues par divers facteurs, notamment une décision de la Cour suprême au début du mois, qui l'a déclaré partiellement immunisé contre les poursuites.