Parents d'un enfant épileptique, des réfugiés Syriens espèrent leur réinstallation au Royaume-Uni

Yawar, un père de famille syrien âgé de 40 ans, sa femme et leurs deux enfants, dont l'un est épileptique, demeurent dans l'incertitude depuis février 2020, et ne se sont pas rendus  en Grande-Bretagne, bien que leur réinstallation ait été acceptée, dans le cadre du Programme de réinstallation du Royaume-Uni. (fournie)
Yawar, un père de famille syrien âgé de 40 ans, sa femme et leurs deux enfants, dont l'un est épileptique, demeurent dans l'incertitude depuis février 2020, et ne se sont pas rendus en Grande-Bretagne, bien que leur réinstallation ait été acceptée, dans le cadre du Programme de réinstallation du Royaume-Uni. (fournie)
Short Url
Publié le Samedi 20 janvier 2024

Parents d'un enfant épileptique, des réfugiés Syriens espèrent leur réinstallation au Royaume-Uni

  • Les traitements ont coûté une fortune durant une attente de près de quatre ans, pour une réinstallation
  • Les parents ont fui la Syrie en 2014 après que Daëch a attaqué leur ville natale de Kobani

DUBAI: Une famille syrienne, ayant un fils épileptique, demeure dans l'incertitude depuis février 2020, et ne s’est pas encore rendue au Royaume-Uni, bien que sa réinstallation ait été acceptée.

La demande de réinstallation de la famille au Royaume-Uni a été acceptée par le gouvernement en décembre 2019, et a reçu l'approbation finale en février 2020, dans le cadre du Programme de réinstallation du Royaume-Uni, mais la famille n'a pas encore pu s’y rendre, a rapporté vendredi The Independent.

L'UKRS est un programme de réinstallation destiné aux réfugiés en situation précaire, dirigés par l'ONU.

Les traitements destinés au garçon épileptique, âgé de 7 ans, ont coûté une fortune à la famille au cours de l'attente de relogement. Le rapport ajoute que la famille n'a pas pu obtenir les médicaments nécessaires ni recevoir de soins hospitaliers pour l'enfant malade, en Irak, où elle vit actuellement.

Yawar, 40 ans, le père du garçon, qui a quitté la Syrie avec sa femme à la suite d'une attaque de Daëch contre sa ville natale de Kobani en 2014, a confié à The Independent: «Mon fils aîné a besoin de médicaments spéciaux à cause de son épilepsie, et c’est une bataille continue pour obtenir ces médicaments, mais je ferais tout ce que je peux pour mon enfant.

«Le traitement ne contrôle pas complètement ses crises d’épilepsie, et nous n’avons pas dormi depuis deux jours, ni lui ni nous. La dernière fois que nous avons vu le médecin, il a augmenté au maximum la dose de mon fils, et a dit que si cela ne fonctionnait pas, on ne pourrait rien faire d’autre pour lui. Son épilepsie n’est toujours pas maîtrisée. 

Le garçon n'est pas capable de communiquer avec les autres enfants, et souffre également d'hydrocéphalie, une maladie dans laquelle du liquide s'accumule dans le cerveau et provoque un retard de développement.

Le fils de Yawar, âgé de quatre ans, a des problèmes de développement et souffre d’isolement social, ont déclaré les avocats qui aident la famille. Les enfants de Yawar sont nés après la fuite du couple en Irak.

L’Organisation internationale pour les migrations a évalué les besoins de la famille et a indiqué au gouvernement britannique qu’un logement sans escalier et accessible en fauteuil roulant était nécessaire. Le ministère de l'Intérieur a informé la famille qu'il n'y avait pas de logement approprié pour qu’elle vive au Royaume-Uni.

NHS England a évalué le cas de la famille en juin 2021, et a déclaré au gouvernement que le fils aîné aurait besoin d’un traitement dans un centre régional de neurosciences et de chirurgie pédiatrique.

Les avocats qui aident la famille ont indiqué au ministère de l’Intérieur que les hôpitaux publics irakiens étaient «largement inadaptés et que le seul support approprié disponible se trouvait dans les hôpitaux privés, coûts auxquels (notre client) ne pouvait pas subvenir.» Ils ont ajouté que même les hôpitaux privés en Irak ne pouvaient pas traiter l’hydrocéphalie.

L’Iran a lancé cette semaine des missiles sur Erbil, en Irak, près de l’endroit où vit la famille.

Yawar a indiqué à The Independent: «C’était très effrayant pour les enfants de vivre dans cette crainte au milieu de la nuit.»

Il a ajouté: «Lorsque j’ai appris pour la première fois que ma demande avait été acceptée, j’étais aux anges parce que je voulais juste que mes enfants aient une vie meilleure, mais maintenant, avec les retards, je me sens de plus en plus frustré, à mesure que le processus se prolonge.

«Je veux juste que mes enfants reçoivent le traitement dont ils ont besoin, qu’ils aillent à l’école, et qu’ils vivent une vie normale comme les autres enfants.

«Quand nous sortons, les gens nous regardent d’une drôle de manière. Cela nous fait nous sentir très mal. Ils regardent nos enfants à cause de leur comportement. Il n’y a pas beaucoup d’acceptation du handicap.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré aux avocats de la famille en octobre 2022 qu’il était «conscient du caractère urgent de ce cas» et qu’il  continuerait à prendre les mesures nécessaires pour trouver un logement convenable.»

Jon Featonby, analyste politique en chef de l'association caritative Refugee Council, a déclaré: «Le cas de cette famille est une illustration claire du besoin urgent d'améliorer la réinstallation.»

Fionnuala Gregan, avocate au sein du cabinet de Duncan Lewis, qui a appuyé le dossier de la famille, a déclaré: «Nous sommes préoccupés par le fait qu’alors que la famille subit un retard continu dans sa réinstallation au Royaume-Uni, elle est confrontée à un manque de nourriture et à une dette grandissante et n'est pas en mesure d'accéder à des soins de santé adéquats pour les handicaps de ses enfants.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.


Gaza: le Hamas annonce au moins 71 morts dans une frappe sur un camp de déplacés

Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza.
  • A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

TERRITOIRES PALESTINIENS : Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a annoncé samedi qu'au moins 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, revoyant à la hausse son précédent bilan.

La zone d'Al-Mawasi, sur la côte entre Rafah et Khan Younès, avait été déclarée "zone humanitaire" par Israël, en théorie sûre pour les déplacés.

L'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, estime qu'environ 1,5 million de personnes se trouvent dans l'ensemble d'Al-Mawasi, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

La frappe de samedi a touché la partie d'Al-Mawasi dans le secteur de Khan Younès.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a dénoncé "un massacre odieux de l'occupation (Israël, ndlr) contre des citoyens et des déplacés", faisant état de plus de 71 morts et de 289 blessés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne a répondu examiner ces informations.

"Il reste de nombreuses dépouilles de martyrs éparpillées dans les rues, sous les décombres et autour des tentes de déplacés que l'on ne peut atteindre en raison des tirs intenses de l'occupation", a rapporté Mahmoud Bassal, porte-parole de la Défense civile, estimant qu'il s'agissait d'un "nouveau massacre".

Les victimes ont été transférées vers plusieurs hôpitaux de la région.

A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

Il a qualifié la situation de "vrai désastre qui survient en plein effondrement du système de santé", d'après un communiqué.

Cette dernière semaine, quatre écoles abritant des déplacés ont été visées en quatre jours par des frappes, faisant au moins 49 morts, d'après des sources à Gaza dont le Hamas. Israël a dit viser des "terroristes".

La guerre, entrée dans son dixième mois, a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.