A Marignane, la mairie impose la viande au nom de la laïcité, les parents d'élèves heurtés

La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (C), rencontre des gens sur un marché en plein air à Marignane, près de Marseille, alors qu'elle fait campagne pour soutenir la candidature de Franck Allisio (R) dans la 12e circonscription du département des Bouches-du-Rhône, le 24 mai 2022, avant les élections législatives des 12 et 19 juin en France. (AFP).
La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (C), rencontre des gens sur un marché en plein air à Marignane, près de Marseille, alors qu'elle fait campagne pour soutenir la candidature de Franck Allisio (R) dans la 12e circonscription du département des Bouches-du-Rhône, le 24 mai 2022, avant les élections législatives des 12 et 19 juin en France. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 décembre 2023

A Marignane, la mairie impose la viande au nom de la laïcité, les parents d'élèves heurtés

  • "Avant il mangeait à la cantine", explique une maman, de confession musulmane
  • Contacté par l'AFP, le maire, parrain du candidat d'extrême droite Eric Zemmour lors de la présidentielle 2022, n'a pas souhaité s'expliquer

MARIGNANE: "C'est fait pour diviser": à Marignane, depuis la rentrée, c'est viande obligatoire à la cantine pour tous les écoliers, "au nom du principe de laïcité" a justifié la municipalité. Une mesure dénoncée comme "discriminatoire" par les syndicats et beaucoup de parents.

Devant le portail de l'école primaire Albert-Camus, près des zones commerciales de cette commune des Bouches-du-Rhône, l'incompréhension voire l'inquiétude dominent chez les parents, dont une majorité de mères.

"Avant il mangeait à la cantine", explique une maman, de confession musulmane, à propos de son fils de six ans qu'elle vient maintenant chercher: "Je ne le laisse plus", regrette-t-elle, ne souhaitant pas qu'on impose à son enfant de la viande non halal ou du porc.

"Vous devez respecter en vertu du principe de la laïcité (le fait) de servir toutes les composantes des menus, y compris la viande", indique une note interne de la mairie de Marignane adressée en septembre aux agents de restauration et consultée par l'AFP.

La note précise que viande et légumes ne doivent pas être mélangés et reconnaît quand même aux enfants "le droit de faire le choix de les manger ou pas".

"La note est un rappel aux cantinières qui se permettaient de ne pas servir de viande à tel ou tel enfant, en fonction de la religion", avait déclaré à France Bleu Provence Eric Le Dissès, maire divers droite de Marignane, en expliquant que cette mesure a été prise après un incident avec un enfant qui s'était plaint auprès de ses parents de ne pas avoir eu de viande.

Contacté par l'AFP, le maire, parrain du candidat d'extrême droite Eric Zemmour lors de la présidentielle 2022, n'a pas souhaité s'expliquer sur les motivations de cette décision.

"En aucun cas le principe de laïcité ne peut être mis en avant pour imposer un menu", conteste Nicolas Cadène, ex-rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, qui ne voit pas de "critères objectifs" ou un "intérêt supérieur de l'enfant" justifiant juridiquement une telle mesure. "C'est une fois de plus une instrumentalisation de la laïcité, une réponse qui stigmatise et divise."

Une « maltraitance aux enfants »

"Un paquet (de familles) ont retiré leurs enfants", affirme un père de famille, devant l'école Albert-Camus, sans vouloir donner son nom. Lui-même de confession juive et mangeant casher, il n'avait de toute manière pas mis ses enfants à la cantine, mais est hostile à la mesure de la mairie. Dont il apprécie pourtant globalement la politique.

Plus critique, Nadia Khiari, 33 ans, jongle elle avec son emploi du temps pour venir chercher ses deux fils de 7 et 6 ans et sa fille de 3 ans. "Je les mets à la cantine quand je n'ai pas le choix", explique la jeune femme de confession musulmane, dénonçant une décision "discriminatoire". "Sans même parler de religion, il y a des enfants végétariens", ajoute-t-elle.

"J'ai grandi à Vitrolles, il n'y avait pas ces problèmes", explique-t-elle, jugeant que la mairie aurait pu "éviter d'en faire toute une histoire", sans pour autant réclamer de repas de substitution végétariens, comme le pratique cette commune voisine.

"Les parents, pas plus que la CGT, ne demandent du casher ou du halal à tous les repas ou un repas de substitution", confirme Johnny Benoit, secrétaire général de la CGT Territoriaux de Marignane.

"C'est fait pour diviser", estime-t-il, soulignant également le gaspillage de nourriture induit par cette mesure et la pression mise sur les agents de restauration, dans un contexte tendu autour de l'école et des questions de laïcité.

"On est en première ligne", confie une agente de restauration de la commune, qui "ne souhaite pas infliger cette maltraitance aux enfants". Mais la consigne a été donnée par la mairie de ne pas servir de viande aux écoliers dont les parents sont "les plus virulents" contre cette mesure, assure-t-elle.

Une pétition en ligne, intitulée "Stop à la discrimination dans les écoles de Marignane" et exigeant le retrait de cette note municipale, a recueilli environ 400 signatures, dont de nombreux parents. "On n'est pas là pour embêter le système scolaire", témoigne Nadia Khiari qui veut juste avoir le choix.


Marine Le Pen estime qu'«il ne restera à Macron que la démission» pour sortir d'une crise politique

La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (au centre), s'adresse aux médias lors d'une visite de campagne sur un marché à Henin-Beamont, dans le nord de la France, le 14 juin 2024, à l'approche des élections anticipées du 30 juin et du 7 juillet en vue de la constitution d'un nouveau parlement national.  (Photo Denis Charlet AFP)
La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (au centre), s'adresse aux médias lors d'une visite de campagne sur un marché à Henin-Beamont, dans le nord de la France, le 14 juin 2024, à l'approche des élections anticipées du 30 juin et du 7 juillet en vue de la constitution d'un nouveau parlement national. (Photo Denis Charlet AFP)
Short Url
  • «C'est un constat. C'est pas une demande, il fera exactement ce qu'il veut et ce que la Constitution lui donne liberté de faire», a indiqué la triple candidate malheureuse à l'Elysée
  • Un sondage Odoxa paru vendredi crédite le Rassemblement national de 250 à 300 députés dans la future Assemblée nationale, entre la majorité relative et la majorité absolue (289 sièges)

COURRIÈRES, France : Marine Le Pen a estimé vendredi qu'«il ne restera au président (de la République) que la démission pour sortir potentiellement d'une crise politique», en affirmant qu'il ne s'agissait pas d'une «demande» de sa part mais d'un «constat».

«Je n'appelle pas Emmanuel Macron à démissionner. Je suis respectueuse des institutions. Je note juste que, quand il y a un blocage politique, quand il y a une crise politique, il y a trois possibilités», a-t-elle expliqué en marge d'un déplacement à Courrières, dans la circonscription du Pas-de-Calais où elle entend se faire réélire députée.

«Il y a le remaniement, il y a la dissolution ou il y a la démission du président. Le remaniement, pour le coup, dans cette circonstance, ne m'apparaîtrait pas extrêmement utile. La dissolution vient d'être opérée pendant un an. Il ne restera donc au président que la démission pour sortir potentiellement d'une crise politique», a estimé Mme Le Pen.

«C'est un constat. C'est pas une demande, il fera exactement ce qu'il veut et ce que la Constitution lui donne liberté de faire», a encore ajouté la triple candidate malheureuse à l'Elysée, alors qu'un sondage Odoxa paru vendredi crédite le Rassemblement national de 250 à 300 députés dans la future Assemblée nationale, entre la majorité relative et la majorité absolue (289 sièges).

Emmanuel Macron avait indiqué la semaine dernière qu'il excluait de démissionner, quelle que soit l'issue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet.


JO-2024: la Seine trop polluée au 16 juin, à un mois et demi des épreuves

Des visiteurs prennent une photo de la Tour Eiffel dans un bateau «Taxi Seine Paris», un nouveau service de navette sur la Seine méritant deux escales au Louvre et au Bourdonnais, à Paris, le 13 juin 2024. La Seine était trop sale lors des analyses du 16 juin pour permettre le déroulement des épreuves olympiques de triathlon et de natation en eau libre, ont révélé les résultats d'une analyse le 21 juin 2024. (Photo Bertrand Guay AFP)
Des visiteurs prennent une photo de la Tour Eiffel dans un bateau «Taxi Seine Paris», un nouveau service de navette sur la Seine méritant deux escales au Louvre et au Bourdonnais, à Paris, le 13 juin 2024. La Seine était trop sale lors des analyses du 16 juin pour permettre le déroulement des épreuves olympiques de triathlon et de natation en eau libre, ont révélé les résultats d'une analyse le 21 juin 2024. (Photo Bertrand Guay AFP)
Short Url
  • «La qualité de l'eau reste dégradée du fait d’un contexte hydrologique et météorologique défavorable : pluies, débit élevé, faible ensoleillement, températures en-dessous des normes de saison», expliquent les autorités locales
  • Le suspense demeure sur la tenue des épreuves olympiques depuis les «test-events» d'août 2023 qui ont dû être en grande partie annulés en raison d'une qualité de l'eau insuffisante

PARIS : La Seine était trop polluée au 16 juin, à un mois et demi des Jeux olympiques (26 juillet - 11 août), au regard des critères pour y autoriser les épreuves de triathlon et de natation en eau libre, selon les résultats d'analyses publiées vendredi.

«À date, les prélèvements dans la Seine ne correspondent pas aux standards que nous aurons cet été», a commenté lors d'un point presse le préfet de région Marc Guillaume, qui s'est dit «confiant, avec le Cojo (Comité d'organisation), sur la tenue des épreuves fin juillet début août dans la Seine».

Selon le bulletin hebdomadaire publié par la mairie de Paris et la préfecture d'Île-de-France, la mauvaise météo en France ces derniers jours explique des concentrations largement supérieures aux normes des deux bactéries fécales pour autoriser des compétitions dans le fleuve.

«La qualité de l'eau reste dégradée du fait d’un contexte hydrologique et météorologique défavorable : pluies, débit élevé, faible ensoleillement, températures en-dessous des normes de saison», expliquent les autorités locales.

«Le fort débit du fleuve, qui ne favorise pas une bonne qualité de l’eau, est le fruit de cette météo très pluvieuse», rappellent-elles également.

Selon les graphiques mis en ligne, le niveau de concentration en bactérie fécale E.Coli était supérieur à 1.000 unités formant colonie (UFC)/100 ml, le seuil retenu par les fédérations internationales de triathlon et de natation en eau libre pour autoriser la tenue d'épreuves, quasiment tous les jours du 10 au 16 juin.

Il atteignait ou dépassait même les 5.000 unités les 11, 15 et 16 juin. Une hausse qui «s'explique par des rejets en amont liés aux pluies», selon la mairie et la préfecture.

Star de ces JO, la Seine accueillera la cérémonie d'ouverture ainsi que les épreuves de triathlon, natation-marathon et paratriathlon.

Mais le suspense demeure sur la tenue des épreuves olympiques depuis les «test-events» d'août 2023 qui ont dû être en grande partie annulés en raison d'une qualité de l'eau insuffisante.

En cas de précipitations intenses, de l'eau non traitée - mélange de pluie et d'eaux usées - peut être rejetée dans le fleuve, un phénomène que des ouvrages de rétention inaugurés juste avant les Jeux ont vocation à empêcher.

Le plan B consiste à reporter de quelques jours les épreuves, mais pas à changer de lieu.


Législatives: vers un paysage politique à deux ou trois pôles ?

Des employés préparent l'envoi du contenu électoral officiel aux citoyens dans le cadre des prochaines élections législatives, à Rouffach, dans l'est de la France, le 19 juin 2024. (AFP)
Des employés préparent l'envoi du contenu électoral officiel aux citoyens dans le cadre des prochaines élections législatives, à Rouffach, dans l'est de la France, le 19 juin 2024. (AFP)
Short Url
  • Ce bloc central, c'est aujourd'hui la majorité relative du président Emmanuel Macron qui a fait du combat contre "les extrêmes" son principal axe de campagne pour les législatives anticipées
  • Lors de ce vote, «ce sera soit l'extrême droite, soit nous», avait affirmé vendredi Marine Tondelier, la patronne des Ecologistes

PARIS: Favoris des sondages, le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire (NFP) poussent pour une recomposition, encore incertaine, du paysage politique autour d'eux après les législatives, en profitant des déboires du bloc macroniste.

Benjamin Morel, maître de conférences en droit public à l'université de Paris 2, voit "une recomposition" du paysage politique, qui "semble aller vers une +rebipolarisation+ mais autour de deux pôles plus radicaux, à gauche et à l'extrême droite" avec "au milieu, le bloc central, qui ne disparaît pas mais risque d'être laminé".

Ce bloc central, c'est aujourd'hui la majorité relative du président Emmanuel Macron qui a fait du combat contre "les extrêmes" son principal axe de campagne pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

Lors de ce vote, "ce sera soit l'extrême droite, soit nous", avait affirmé vendredi Marine Tondelier, la patronne des Ecologistes.

Le président du RN Jordan Bardella a lui-même désigné le NFP, qui réunit plusieurs mouvements de gauche depuis la France insoumise jusqu'au Parti socialiste en passant par les écologistes, comme son principal adversaire aux législatives.

"Il y a deux formations politiques qui seront amenées à remporter ces élections législatives et qui seront en capacité de composer un gouvernement, c'est La France insoumise et l'ensemble de ses alliés de gauche derrière M. Mélenchon, ou c'est l'alliance entre Les Républicains et le Rassemblement national", a-t-il affirmé.

Mais cette recomposition n'est pas dans la ligne "ni droite ni gauche" défendue pour son parti par Marine Le Pen, rejoignant sur ce point le "dépassement" de la gauche et de la droite prôné par Emmanuel Macron.

«Coopération»

Marine Le Pen dit vouloir rester dans un "combat entre les nationaux (...) et les internationalo-mondialistes" et ne croit pas au retour du clivage droite-gauche.

"L'existence d'une alliance avec une partie de LR ne fait pas du RN un parti de droite. Le RN est un parti patriote dont l'objectif est de ne pas se laisser enfermer dans une catégorie", a-t-elle précisé dans Le Figaro.

Le Premier ministre et chef de campagne de la majorité sortante, Gabriel Attal, défend lui l'idée de trois blocs, avec l'existence d'un bloc "central" et "républicain" dont il veut la victoire face aux "deux extrêmes".

La vie politique qui se polarise de nouveau, "ce n'est pas bon pour le centre. Il s'est totalement tiré une balle dans le pied" avec la dissolution, selon Benjamin Morel. "C'est une élection à deux tours, il faut être au second tour. Si la gauche est devant le camp macroniste, dans beaucoup de circonscriptions, le centre disparaît", explique-t-il.

Au lendemain des élections européennes, marqué par la défaite de la majorité, la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet déplorait que son camp n'ait "pas réussi à engager le pays sur cette voie de la coopération des différents partis" alors que "c'était l'essence même du dépassement qui a été imaginé en 2017 par le président de la République".

«Effacement»

"Emmanuel Macron n'a pas réussi à créer un consensus autour d'une politique équilibrée. Au contraire, il a clivé et renforcé les extrêmes" alors que sa "boussole" d'origine était "de sortir d'un affrontement largement factice entre la droite et la gauche", déplore son ancien conseiller Jean Pisani-Ferry.

"Nous étions depuis 2017 la majorité du dépassement. Le 7 juillet, nous pourrions devenir la minorité de l'effacement", met en garde le député sortant Renaissance Gilles Le Gendre.

Mais ces alliances électorales d'avant scrutin risquent d'être différentes des alliances parlementaires d'après scrutin, avance Anne-Charlène Bezzina, maître de conférences en droit public à l'université de Rouen.

"Ça va dépendre des sièges obtenus. Si chaque bloc obtient un nombre équivalent de voix, on peut imaginer des alliances parlementaires qui seront différentes à l'occasion de la constitution des groupes" à l'Assemblée, développe-t-elle.

Si deux blocs plus radicaux émergent du second tour le 7 juillet, cela rend "très difficile" la possibilité de trouver un consensus à l'Assemblée, menacée du coup "d'immobilisme", note Mme Bezzina.

Si trois groupes - RN, gauche et majorité - "sortent équivalents des élections, la majorité devient très relative" pour l'un d'eux, et le risque, c'est un retour à l'instabilité avec un gouvernement censuré "tous les mois" si les oppositions s'allient.