Après le sommet de Djeddah, la formule de paix de l’Ukraine est la seule voie à suivre

"La Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues", a déclaré M. Kuleba à Arab News. (Photo, AN)
"La Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues", a déclaré M. Kuleba à Arab News. (Photo, AN)
Short Url
Publié le Mercredi 16 août 2023

Après le sommet de Djeddah, la formule de paix de l’Ukraine est la seule voie à suivre

  • Le diplomate en chef de l’Ukraine déclare que le monde se dirige vers un sommet de la paix mondiale
  • Il félicite le «rôle constructif de l’Arabie saoudite dans la politique internationale»

RIYAD: Le monde se rapproche d'un sommet pour la paix, mais mettre fin au conflit avec la Russie ne peut être réalisé que si le plan de paix de l'Ukraine est respecté, souligne Dmytro Kuleba, ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine, dans une interview exclusive accordée à Arab News.

Lors d'une interview exclusive réalisée via Zoom, M. Kuleba a indiqué qu'il était encore prématuré d'aborder en détail les lieux ou les dates spécifiques d'un sommet mondial. Cependant, il a affirmé que le dialogue progressait dans la bonne direction, à condition que la formule de paix ukrainienne soit mise en œuvre.

De hauts fonctionnaires de quarante-deux pays se sont rassemblés à Djeddah, en Arabie saoudite, les 5 et 6 août, dans le but d'élaborer les principes phares pour mettre fin à la guerre avec la Russie. Ce sommet faisait suite à un forum similaire qui s'était tenu à Copenhague, au Danemark, plus tôt cet été.

Dmytro Kuleba commente: «À la suite de la réunion de Djeddah, je peux affirmer que nous progressons définitivement dans cette direction à un bon rythme et que cela se concrétisera. Nous travaillons en étroite collaboration avec l'Arabie saoudite et d'autres pays impliqués pour organiser ce sommet, comme proposé par l'Ukraine.»

«Et l'objectif de ce sommet est très clair, la formule de paix de l'Ukraine, qui est une manière globale de résoudre le conflit, donnera des résultats, et tous les enjeux couverts par cette solution de paix commenceront à être mis en œuvre.»

«C'est la seule voie à suivre, selon la Charte des nations unies et le droit international.»

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a déclaré qu'il espère que l'initiative diplomatique conduira à un sommet de paix des dirigeants mondiaux à l'automne pour approuver les principes, basés sur sa propre formule en dix points pour un règlement.

Il a présenté le plan lors du sommet du Groupe des vingt (G20) à Bali, en Indonésie, en novembre dernier.

img 1

Celui-ci abordait la sécurité nucléaire, la sécurité alimentaire et énergétique, la libération des prisonniers, la restitution du territoire, la cessation des hostilités, la responsabilité des crimes de guerre, la sécurité environnementale, la prévention des futures agressions et la confirmation de la fin de la guerre. Arab News a contacté l'ambassade de Russie pour un commentaire, sans succès.

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a récemment déclaré que Moscou appréciait les «initiatives humanitaires et de médiation» des amis de la Russie, tout en réitérant le rejet par son pays de la « formule de paix » proposée par l'Ukraine.

«En promouvant la formule de Zelensky, le régime de Kiev et l'Occident tentent de minimiser l'importance des initiatives de paix proposées par d'autres pays et de monopoliser le droit de les faire avancer», a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse la semaine dernière. 

La réunion de Djeddah, qui vient de s'achever, s'est terminée sans conférence de presse de clôture ni déclaration officielle saoudienne. Toutefois, le Royaume a maintenu jusqu'à présent son désir de servir d'intermédiaire neutre entre la Russie et l'Ukraine. Mardi, le Cabinet saoudien a décrit le sommet de Djeddah comme une poursuite des initiatives et des efforts du prince héritier visant à contribuer à la réalisation d'une paix durable et à réduire l'impact humanitaire de la crise.

Lors de la réunion de Copenhague en juin, la demande de l'Ukraine selon laquelle toutes les troupes russes devaient se retirer avant le début des pourparlers de paix a été considérée par certains pays participants comme une demande irréaliste.

La Russie, qui contrôle de vastes parties du territoire ukrainien, notamment la Crimée et des parties de Donetsk et Louhansk, a déclaré que toute négociation devait tenir compte des «nouvelles réalités territoriales».

Interrogé sur la signification des positions de ces deux nations, M. Kuleba affirme que l'Ukraine avait la «vérité» de son côté.

«De toutes les perspectives, légales, politiques, économiques et historiques, la Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues», déclare-t-il.

«Les frontières ont été reconnues par la Russie, ainsi que par le reste du monde, notamment l'Arabie saoudite et d'autres pays. Donc, la différence entre notre position et celle de la Russie est que notre position est légitime, à l’inverse de la leur.»

«Et la vérité dans ce cas est de notre côté. Alors pourquoi ne devrions-nous pas la poursuivre?»

img 1
La rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Noor Nugali, s'est entretenue en exclusivité avec Dmytro Kuleba, de l'Ukraine. (Photo, AN)

Commentant le sommet de Djeddah, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, avait déclaré que «toute tentative de promouvoir un règlement pacifique mérite une évaluation positive».

Quand on lui a demandé si cela pouvait suggérer que la Russie était prête à envisager d'autres moyens pour parvenir à la paix, Dmytro Kuleba a fait remarquer que Kiev ne croit pas aux paroles de Moscou – seules les actions importent.

«Je pense qu'il serait trop tôt et naïf de tirer des conclusions d'un seul commentaire du porte-parole du président Poutine», souligne M. Kuleba.

«À différentes occasions, non seulement lui, mais d'autres hauts responsables russes ont également déclaré que l'agression russe contre l'Ukraine se poursuivra tant que la Russie atteindra les objectifs de cette agression.»

«Nous ne faisons donc pas confiance aux paroles russes. Nous voulons voir des actions russes spécifiques sur le terrain pour en conclure qu'ils sont prêts à restaurer la paix. Pour l'instant, ce n'est pas le cas.»

Arab News a contacté l'ambassade de Russie pour obtenir un commentaire, mais sans succès.

Dmytro Kuleba a reconnu le rôle prépondérant de l'Arabie saoudite dans les efforts visant à résoudre la crise ukrainienne, depuis l'échange de prisonniers qu'elle a facilité en septembre 2022 jusqu'à l'intervention de M. Zelensky devant la Ligue arabe à Djeddah en mai de cette année et, plus récemment, en tant qu'hôte du sommet de ce mois-ci.

«J’estime que l'Arabie saoudite joue un rôle très constructif dans les affaires liées à l'agression russe contre l'Ukraine», précise-t-il.

img 1

«Nous sommes conscients que votre direction a identifié une possibilité pour l'Arabie saoudite de jouer un rôle véritablement global et positif sur la scène de la politique internationale.»

«Et je ne peux que saluer la vision et le leadership de votre pays dans ces affaires, car pour résoudre les problèmes mondiaux, il faut avoir une ambition mondiale. L'Arabie saoudite a clairement démontré qu'elle a cette ambition.»

«En conséquence, elle a également prouvé sa capacité à réaliser énormément de choses, ce qui ne peut qu'être accueilli et salué.»

Récemment, les responsables ukrainiens ont porté leurs efforts diplomatiques vers la construction d'un soutien au-delà des principaux soutiens occidentaux de Kiev en s'adressant aux pays du Sud mondial.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles l'Ukraine considère soudainement le Sud mondial comme une composante si essentielle, M. Kuleba a indiqué qu’un nombre important de ces nations avaient souffert de l'agression russe.

«Bien que l'agression russe contre l'Ukraine se déroule en Europe, elle a des répercussions mondiales et ce sont les pays du Moyen-Orient, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud qui ressentent les conséquences de cette agression», déclare Dmytro Kuleba.

«C'est pourquoi il est essentiel que tous ces pays s'associent dans un effort commun visant à mettre fin à ce conflit, afin d’alléger la pression sur nos économies, pour la sécurité alimentaire mondiale et, bien sûr, pour rétablir le respect du droit international, ceci étant dans l'intérêt de tous.»

Lorsqu'on l'a questionné sur la possibilité que des pays tels que la Turquie, l'Inde, l'Indonésie, l'Afrique du Sud, le Brésil et même la Chine aient les incitations ou l'influence nécessaires pour convaincre le Kremlin de modifier sa trajectoire, M. Kuleba a expliqué que cela constituerait un processus graduel, mais qu'il se déroulerait dans la bonne direction.

«Si je regarde la liste des pays qui ont participé à la réunion similaire des conseillers à la sécurité nationale et des représentants des ministères des Affaires étrangères à Copenhague, il y a un peu plus d'un mois, puis à la réunion de suivi à Djeddah, je constate que le nombre de pays participants augmente – notamment la Chine, qui a rejoint le format pour la première fois – ce qui témoigne du fait très simple qu'ils y voient de la valeur et que leur incitation évolue», déclare-t-il.

«Cela ne se produit pas en un jour, mais la dynamique générale de ce processus est positive. Et je tiens à remercier une fois de plus l'Arabie saoudite d'avoir joué un rôle très constructif en aidant d'autres pays à rejoindre le processus et à y réaliser leurs intérêts.»

Dmytro Kuleba spécifie que c’est la voix collective du Sud mondial, par opposition aux nations individuelles, qui amènerait finalement la Russie à la table des négociations.

img 1

«Si l'on prend la Chine, elle entretient des relations spéciales avec la Russie», indique-t-il. «Si l'on prend la Turquie, elle entretient des relations très profondes avec la Russie. Si l'on prend l'Arabie saoudite, on peut en dire autant.»

«Alors, peut-être que chaque pays agissant individuellement ne dispose pas des ressources nécessaires pour influencer la Russie à changer de position. Cependant, si tous ces pays sont réunis, l'effet cumulatif sur la Russie pourrait être décisif.»

«Et c'est précisément l'objectif; réunir tous ceux qui sont prêts à transformer la situation pour le mieux. Ensemble, nous pouvons mettre fin à cette guerre, mettre en place une formule de paix et restaurer l'intégrité territoriale de l'Ukraine, dans l'intérêt de la communauté internationale tout entière.»

Cependant, des inquiétudes persistent parmi les pays du Sud global concernant les risques de compromettre leurs relations avec la Russie en s'alignant aux côtés de l'Ukraine. En effet, même l'Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) semble hésitante quant à la manière dont elle doit agir pour confronter la Russie, refusant de proposer une voie claire permettant à l'Ukraine de rejoindre l'alliance militaire.

«Je pense que ce sont deux voies distinctes», déclare M. Kuleba. «L'Ukraine se dirige progressivement vers son intégration dans l'Union européenne (UE) et l'Otan pour des raisons économiques et de sécurité. C'est un choix très naturel pour notre pays, compte tenu de notre histoire et de notre géographie.»

«Les pays du Sud global ont beaucoup perdu en raison de l'agression russe contre notre pays. Mais cela n'a rien à voir avec nos aspirations à devenir membres de l'UE ou de l'Otan.»

«Ce que les pays d'Asie, d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique du Sud veulent voir, ce sont des marchés mondiaux de l'alimentation stables, des perspectives de commerce avec l'Ukraine et l'exploitation du plein potentiel de l'éducation pour leurs étudiants en Ukraine. Tout cela fonctionnait parfaitement avant que la Russie n'attaque.»

«Je n'ai donc pas l'impression que les pays du monde voient la situation à travers le prisme des intérêts régionaux de l'Ukraine, qui visent une intégration étroite avec l'UE et l'Otan.»

L'Ukraine semble considérer le retrait de la Russie de l'Initiative pour les céréales de la mer Noire en juillet comme un problème autour duquel elle pourrait peut-être mobiliser le soutien du Sud global.

L'Ukraine et la Russie figurent parmi les principaux exportateurs mondiaux de céréales. L'accord sur les céréales a été négocié par l'Organisation des nations unies (ONU) et la Turquie en juillet 2022 afin d’aider à combattre une crise alimentaire mondiale aggravée par l'invasion.

img 1

La Russie a déclaré que trop peu de céréales étaient parvenues aux pays pauvres en vertu des termes de l'accord – une affirmation contestée par l'ONU. Moscou estimait également que la partie de l'accord permettant une augmentation des exportations agricoles russes n'était pas respectée par l'Occident en raison des sanctions.

En réponse à l'argument du Kremlin, Dmytro Kuleba a déclaré que la Russie n'avait pas le droit de demander des conditions préférentielles dans une crise qu'elle avait elle-même provoquée.

«Il convient de revenir à février 2022, lorsque la Russie a lancé une attaque illégale contre l'Ukraine et a imposé un blocus sur les exportations maritimes ukrainiennes de céréales. Cette action était en violation de la loi et illégitime», précise-t-il.

«Ainsi, lorsque la Russie tente de négocier en sa faveur à la suite de ses propres actions illégales, il est inapproprié de considérer l'apaisement des préoccupations et des intérêts légitimes de la Russie dans de telles circonstances.»

«La Russie est à l'origine de ce problème et elle doit déployer tous les efforts nécessaires pour le résoudre, plutôt que de chercher à maintenir le blocus des ports ukrainiens et de tenter de protéger ses propres intérêts sur la scène mondiale. Ce n'est tout simplement pas la manière dont les choses fonctionnent.»

Si ce genre de comportement de la Russie est toléré, d'autres acteurs à travers le monde pourraient être tentés d'adopter la même approche, de générer des problèmes, puis d’essayer de les résoudre au détriment d'autrui, plutôt que d'éliminer simplement la cause initiale – la raison fondamentale des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés.

Noor Nugali est rédactrice en chef adjointe d'Arab News.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le gouvernement taliban annonce sa participation aux pourparlers de Doha sous égide de l'ONU

Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Short Url
  • Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation
  • La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans

KABOUL: Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation, a annoncé dimanche un porte-parole du régime.

"Une délégation de l'Emirat islamique participera à la prochaine conférence à Doha. Elle y représentera l'Afghanistan et exprimera la position de l'Afghanistan", a déclaré le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid, à propos de ces pourparlers prévus les 30 juin et 1er juillet.

La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans.

L'ordre du jour inclut des "sujets comme l'aide à l'Afghanistan et la création d'opportunités pour les investisseurs en Afghanistan, ce qui est important", a-t-il dit.

Des émissaires pour l'Afghanistan s'étaient réunis mi-février à Doha, pour aborder le renforcement de l'engagement de la communauté internationale en Afghanistan, sous l'égide de l'ONU et en compagnie de représentants de la société civile afghane dont des femmes.

Le gouvernement taliban, qui a repris les rênes du pouvoir en Afghanistan en 2021 et avait été exclu d'une première réunion à Doha en mai 2023, avait refusé d'y participer à moins que ses membres ne soient les seuls représentants du pays.

Il exigeait également un tête-à-tête avec le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Des conditions jugées à l'époque "pas acceptables".

Selon des sources diplomatiques à l'AFP, une consultation des groupes de la société civile est cette fois prévue avant et après le troisième cycle de pourparlers, auquel n'assistera pas M. Guterres, mais pas dans des réunions avec les autorités talibanes.

"Il est impensable que des diplomates puissent se réunir pour discuter de l'Afghanistan au milieu d'une telle crise et qu'ils le fassent sans que les droits des femmes ne soient la principale question à l'ordre du jour et sans que les femmes afghanes soient pleinement associées à la discussion", a réagi auprès de l'AFP Heather Barr, directrice adjointe des droits des femmes pour l'ONG Human Rights Watch.

Les réunions doivent porter sur des sujets économiques et financiers ainsi que sur les efforts de lutte contre le trafic de stupéfiants, selon des sources diplomatiques.

Plusieurs autres groupes de la société civile ont également pressé l'ONU de donner la priorité aux sujets concernant les droits des femmes.

Depuis leur retour au pouvoir, les autorités talibanes n'ont été officiellement reconnues par aucun pays et appliquent une interprétation ultra-rigoriste de l'islam, multipliant les mesures liberticides à l'encontre des femmes, une politique qualifiée d'"apartheid de genre" par l'ONU.

De nombreux gouvernements et organisations humanitaires ont suspendu ou réduit leurs financements dans ce pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et où 15 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, selon la Banque mondiale.


Grèce: trois touristes étrangers retrouvés morts en une semaine

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Short Url
  • Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine
  • La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce

ATHENES: Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine, tandis que des recherches étaient en cours pour retrouver trois autres touristes étrangers sur d'autres îles grecques, selon les medias grecs.

La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce.

Le corps de l'Américain, qui a été découvert en mer près du port de Mathraki par un touriste, doit être transféré à l'hôpital de Corfou pour être autopsié, ont indiqué l'agence grecque Athens News Agency et la télévision publique ERT.

Selon Athens News Agency, le cinquantenaire était en vacances à Mathraki. Il a été vu pour la dernière fois par des habitants dans un café mardi dernier.

Il s'agit de la dernière découverte du corps d'un touriste étranger, après celle du médecin star de la télévision britannique Michael Mosley, retrouvé mort le 9 juin sur l'île grecque de Symi en mer Egée puis celle samedi d'un touriste néerlandais sur l'île de Samos.

Deux femmes françaises sont par ailleurs portées disparues sur l'île de Sikinos et un autre touriste sur l'île d'Amorgos.

Le corps du touriste néerlandais de 74 ans a été repéré samedi matin sur l'île de Samos par un drone des pompiers, gisant dans un ravin à quelques centaines de mètres de l'endroit où il a été vu pour la dernière fois dimanche dernier, en train de marcher avec difficulté.

Vendredi, deux femmes françaises ont été portées disparues à Sikinos, une petite île des Cyclades en mer Egée. Les deux femmes, âgées de 73 et 64 ans, avaient quitté leurs hôtels respectifs pour se rencontrer, selon les medias locaux.

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin.

Son corps sans vie a été repéré par une équipe de la chaîne publique grecque ERT qui était en train de filmer la zone où avait disparu cet homme de 67 ans. Michael Mosley avait entrepris une promenade sur la côte, en pleine chaleur.

Selon les météorologues, la Grèce a connu la vague de chaleur d'une durée d'au moins trois jours - ce qui pour la Grèce signifie des températures dépassant 38 degrés - la plus précoce jamais enregistrée.


Les musulmans d'Asie célèbrent l'Aïd al-Adha par des sacrifices et des fêtes traditionnelles

Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions. (AFP)
Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions. (AFP)
Short Url
  • De nombreux fidèles ont participé aujourd’hui aux prières communes dans la capitale indonésienne, Djakarta
  • Dans leurs sermons, les prédicateurs ont appelé les gens à prier pour les musulmans de Gaza et de Rafah

DJAKARTA: Aujourd’hui, les musulmans d’Asie ont célébré l’Aïd al-Adha («la fête du sacrifice») en mangeant et en priant pour les habitants de Gaza qui souffrent de la guerre entre Israël et le Hamas.

Cette fête, l’une des plus importantes de l’islam, commémore la force de la foi du prophète Ibrahim (Abraham) par l’abattage de bétail et la distribution de viande aux pauvres. C’est une occasion joyeuse où la nourriture constitue un élément essentiel: les musulmans pieux achètent et abattent des animaux et partagent deux tiers de la viande avec les pauvres. Cette fête coïncide avec les derniers rites du pèlerinage du Hajj en Arabie saoudite.

Une grande partie de l’Asie, notamment l’Indonésie, la Malaisie, l’Inde et le Bangladesh, a célébré l’Aïd al-Adha aujourd’hui, tandis que les musulmans d’autres régions du monde, notamment l’Arabie saoudite, la Libye, l’Égypte et le Yémen, ont célébré la fête dimanche.

De nombreux fidèles ont participé aujourd’hui aux prières communes dans la capitale indonésienne, Djakarta. Dans leurs sermons, les prédicateurs ont appelé les gens à prier pour les musulmans de Gaza et de Rafah.

«Nos prières et nos pensées vont à nos frères et sœurs qui souffrent actuellement en Palestine», a déclaré le fidèle Adi Prasetya après avoir prié dans un champ dans le sud de Djakarta. «Nous avons aujourd'hui de nombreuses possibilités d’envoyer notre aide par l’intermédiaire d’organisations caritatives.»

«Qu’Allah donne de la force à ceux qui sont victimes de la guerre. Que ceux qui sont divisés puissent à nouveau vivre en paix», a prié Berlina Yustiza, une autre fidèle.

Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions.

Les habitants de Yogyakarta, ancien centre de la culture javanaise et siège de dynasties royales depuis des siècles, pensent que s’ils parviennent à récupérer les récoltes disposées sous la forme d’une montagne conique appelée «gunungan», qui défile du palais royal à la grande mosquée de Kauman, cela peut leur porter chance. Ils se précipitent alors pour récupérer diverses offrandes de nourriture, composées de fruits, de légumes et d’en-cas traditionnels.

Un jour avant le festival du sacrifice, les habitants de la ville de Pasuruan, dans l’est de Java, expriment leur gratitude et leur respect pour les animaux sacrifiés en les habillant aussi joliment qu’une mariée. La vache à sacrifier est vêtue d’une couronne de sept fleurs, d’un tissu blanc, d’un turban et d’un tapis de prière et défile dans les rues avant d’être remise au comité des sacrifices. Cette tradition est appelée «manten sapi» («vache mariée»).

Les habitants de Demak, un village de la province de Java, ont célébré l’Aïd al-Adha par une procession de bétail appelée «apitan», en signe de gratitude pour la nourriture et les récoltes. Ils apportent de la nourriture dans des récipients en bambou sur la place du village et ils mangent ensemble après avoir prié. Les habitants croient que cette procession apportera la prospérité et qu’un désastre surviendrait si elle n’avait pas lieu.

L’Aïd al-Adha commémore le récit coranique de l’acceptation par Ibrahim de sacrifier son fils Ismaël par obéissance à Dieu. Avant qu’il ne puisse procéder au sacrifice, Dieu lui fournit un bélier en guise d’offrande. Dans les récits chrétiens et juifs, Abraham reçoit l’ordre de tuer un autre fils, Isaac.

En Malaisie, le Premier ministre, Anwar Ibrahim, s’est joint à des milliers de fidèles, dont des touristes étrangers, pour effectuer la prière du matin dans une mosquée proche de son bureau à Putrajaya, au sud de la capitale Kuala Lumpur.

Par ailleurs, dans un marché de gros à Selayang, à l’extérieur de la capitale, des travailleurs musulmans se sont agenouillés sur des tapis placés sur un grand tissu blanc posé à l’extérieur du marché pour accomplir leurs prières.

Dans son message, Anwar Ibrahim affirme que la possibilité d’effectuer le pèlerinage du Hajj à La Mecque est l’un des plus grands dons de Dieu et que cette occasion devrait faire de nous des personnes plus simples et authentiques.

«J’invite les musulmans à vivre le message de simplicité que prêche le Hajj, à rester toujours humbles et à ne pas se laisser envoûter par l’attrait des richesses terrestres temporaires. Ne nous écartons pas de cet objectif. Le monde devrait être un pont vers la terre éternelle», ajoute le Premier ministre.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com