Joumana Al-Rashid, PDG de SRMG, l’une des femmes d’affaires les plus puissantes au Moyen-Orient selon Forbes

Al-Rashid a été nommée à la tête du SRMG en octobre 2020 (Twitter)
Al-Rashid a été nommée à la tête du SRMG en octobre 2020 (Twitter)
Short Url
Publié le Samedi 11 février 2023

Joumana Al-Rashid, PDG de SRMG, l’une des femmes d’affaires les plus puissantes au Moyen-Orient selon Forbes

  • Al-Rashid est en tête de la liste de l’industrie des médias
  • La liste annuelle de Forbes Middle East a été dominée cette année par des femmes émiraties et égyptiennes

LONDRES : Joumana Al-Rashid, PDG du Saudi Research and Media Group est la 25ème du classement général de la liste Forbes Middle East 2023 des 100 femmes d’affaires les plus puissantes de la région, et la première femme dans l’industrie des médias.

Al-Rashid a été nommée à la tête du SRMG en octobre 2020, un an avant que le groupe ne passe du Saudi Research and Marketing Group au Saudi Research and Media Group.

Les revenus du groupe ont atteint 719 millions de dollars (1 dollar = 0,93 euro) au cours des 9 premiers mois de 2022, une croissance de 27,6% par rapport à 563,6 millions de dollars en 2021, au cours de la même période.

Le groupe Tadawul opère dans 11 pays et possède 30 sites web et 30 marques. Il est également l’éditeur du magazine Arabic Manga.

Forbes ME a publié jeudi la liste des femmes d’affaires les plus puissantes de la région et qui ont du succès dans 27 secteurs différents.

La liste annuelle était dominée par les femmes émiraties et égyptiennes, avec respectivement 15 et 12 places. L'Arabie saoudite en a eu 11 et le Koweït huit, tandis que le Liban, Oman et le Qatar en occupaient six chacun, selon un communiqué de presse de Forbes ME.

23 des 100 femmes de la liste travaillent dans le secteur des services bancaires et financiers. Des conglomérats diversifiés ont suivi avec 11 femmes dirigeantes, tandis que huit femmes d'affaires sont issues du secteur des investissements.

La femme d'affaires émiratie Hana Al Rostamani, PDG du groupe First Abu Dhabi Bank, a gagné deux places en tête de la liste 2023, suivie directement par Raja Easa Al Gurg, présidente et directrice générale du groupe Easa Saleh Al Gurg.

La Saoudienne la mieux classée sur la liste annuelle, voire en troisième rang, est Lubna S. Olayan, présidente de la Saudi British Bank, présidente du comité exécutif et vice-présidente de la société de financement Olayan.

Certaines des femmes figurant sur la liste Forbes ME 2023, sont les plus puissantes de la région et ont eu une influence mondiale et régionale. Al Rostamani et Al Gurg figurent également sur la liste Forbes des 100 femmes les plus puissantes du monde en 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


Le vice-ministre saoudien des affaires étrangères souligne la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza

Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.
  • M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967

RIYADH : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.

S'exprimant lors de la 19e réunion des ministres des affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran, M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également parlé de l'importance d'approfondir la coopération pour faire face à divers défis, y compris la sécurité alimentaire et énergétique, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Al-Khuraiji a déclaré que le Royaume croit en l'importance de renforcer la coopération dans les domaines et les défis émergents, y compris la crise du changement climatique.

Le renforcement de la coopération dans le domaine de la gouvernance mondiale de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies, ainsi que l'action collective pour apaiser les tensions et promouvoir le dialogue et l'action commune sont également nécessaires, a déclaré M. Al-Khuraiji lors de la réunion.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Egypte: 33 tombes antiques découvertes à l'ouest d'Assouan

Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque
  • La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde

LE CAIRE: Trente-trois sépultures familiales comportant des restes de momies et permettant d'avoir davantage de connaissances sur les maladies des époques tardive et gréco-romaine ont été découvertes à l'ouest d'Assouan par une mission égypto-italienne, ont annoncé lundi les autorités.

La mission archéologique travaillait à proximité du mausolée de l'Aga Khan, dans le sud-est de l'Egypte, et y a découvert "33 tombes" remontant aux époques tardive (de 712 à 332 avant J.C.) et gréco-romaine (de 332 avant J.C. au IV siècle après J.C.), a déclaré le ministère du Tourisme et des Antiquités dans un communiqué.

Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque, selon la même source.

"Certaines momies présentent des signes d'anémie, de malnutrition, de maladies pulmonaires, de tuberculose et d'ostéoporose", a affirmé Patricia Piacentini, la cheffe du pendant italien de la mission et professeure d'égyptologie à l'université de Milan.

La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde.

L'Egypte annonce régulièrement des découvertes archéologiques, qualifiées par certains experts d'effets d'annonce ayant une portée politique et économique plus que scientifique.

Car le pays de 106 millions d'habitants, en grave crise économique, compte sur le secteur du tourisme (deux millions d'emplois et plus de 10% du PIB) pour redresser ses finances. Son gouvernement table sur 30 millions de touristes par an d'ici 2028, contre 13 millions avant le Covid-19.