Les plates-formes de «streaming», essentielles pour les jeunes espoirs saoudiens, selon la PDG de SRMG

Jomana al-Rashed, directrice générale du Saudi Research and Media Group. (Capture d'écran)
Jomana al-Rashed, directrice générale du Saudi Research and Media Group. (Capture d'écran)
Short Url
Publié le Jeudi 27 octobre 2022

Les plates-formes de «streaming», essentielles pour les jeunes espoirs saoudiens, selon la PDG de SRMG

Jomana al-Rashed, directrice générale du Saudi Research and Media Group. (Capture d'écran)
  • «Le contenu est roi, et la distribution favorise la diffusion de ce contenu», affirme Jomana al-Rashed
  • En juillet 2021, SRMG a annoncé l'acquisition d'une participation majoritaire de 51% dans Thmanyah.

RIYAD: Les plateformes de streaming s'appuient sur le contenu généré par les utilisateurs et les espoirs saoudiens en profitent pleinement.

Selon Jomana al-Rashed, directrice générale du Saudi Research and Media Group, un contenu plus important peut toucher un public plus large.

«Le contenu est roi et la distribution favorise la diffusion de ce contenu», souligne-t-elle.

En Arabie saoudite, plusieurs sujets ont suscité un intérêt de premier plan grâce à des plateformes de streaming telles que YouTube, Snapchat et Instagram.

Parmi elles, la plateforme arabe de podcasts et de documentaires Thmanyah. Ses productions comprennent «Fnjan», un talk-show qui compte en moyenne plus de 1,6 million d'auditeurs mensuels, «Swalif Business», «Socrates» et «Things That Changed Us».

En juillet 2021, SRMG a annoncé l'acquisition d'une participation majoritaire de 51% dans Thmanyah.

Au forum Future Investment Initiative à Riyad, Al-Rashed a déclaré: «Thmanyah à la base est une start-up qui a été créée il y a huit ans par un jeune Saoudien qui a misé sur le contenu audio. Elle a par la suite été acquise par le groupe à une valorisation très élevée.»

Elle a souligné qu’il faut emprunter la voie de l'intelligence artificielle (IA) et des données.

«Nous savons maintenant que toute source de contenu à l'avenir doit être alimentée par des données en tirant parti de l'IA.»

«C'est la progression naturelle de la consommation et de la création de médias», a-t-elle ajouté.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et le Royaume-Uni renforcent leur collaboration en matière d'infrastructures durables lors du sommet de Londres

Le quartier financier de la City de Londres (Shutterstock)
Le quartier financier de la City de Londres (Shutterstock)
Short Url
  • Le sommet britannico-saoudien sur les infrastructures durables, qui s'est tenu le 24 juin, a rassemblé plus de 250 dirigeants des secteurs industriel et financier des deux pays, ainsi que des représentants clés de grands giga-projets. 
  • Une délégation saoudienne de haut niveau, conduite par le ministère de l'investissement et la Fédération des chambres saoudiennes, a assisté à l'événement.

RIYADH : Les collaborations en matière de développement urbain, de technologies vertes et de financement des infrastructures ont été discutées par des responsables d'Arabie saoudite et du Royaume-Uni lors d'un événement spécial à Londres.

Le sommet britannico-saoudien sur les infrastructures durables, qui s'est tenu le 24 juin, a rassemblé plus de 250 dirigeants des secteurs industriel et financier des deux pays, ainsi que des représentants clés de grands giga-projets. 


Ce sommet fait suite à des relations bilatérales solides, les deux pays ayant signé fin 2022 un accord visant à renforcer la coopération en matière de financement vert, l'Arabie saoudite étant de plus en plus à la recherche d'un financement éthique pour ses giga-projets transformateurs. 

Le Royaume s'est engagé à atteindre des objectifs climatiques ambitieux, notamment à réduire les émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030 et à augmenter de 50 % la capacité de production d'énergie renouvelable. 

Le Lord Mayor de la ville de Londres, Alderman Professor Michael Mainelli, a déclaré : "Ce sommet offre une excellente plateforme pour adopter et partager les connaissances acquises dans le cadre des ambitieux plans de développement durable Vision 2030 de l'Arabie saoudite. L'Arabie saoudite investit davantage dans les infrastructures que tout autre pays de la région du Moyen-Orient, notamment dans 14 nouveaux giga-projets".   

Il a ajouté : "Ces investissements, combinés à l'expertise et au leadership de la City de Londres en matière de finance durable, peuvent servir de modèle mondial pour le développement durable." 

Le sommet, organisé par le Saudi British Joint Business Council en collaboration avec la City of London Corp. et accueilli au Plaisterers' Hall à Londres, s'est concentré sur les discussions concernant l'urbanisation, le développement durable des villes et les stratégies de financement, en mettant l'accent sur l'expansion des technologies vertes et des solutions en matière d'énergie renouvelable. 

Une délégation saoudienne de haut niveau, conduite par le ministère de l'investissement et la Fédération des chambres saoudiennes, a assisté à l'événement. Il s'inscrit dans le prolongement des réunions précédentes du SBJBC et du COLC, renforçant le dialogue établi entre l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni sur le développement de l'énergie propre et la décarbonisation dans le secteur des affaires. 

Il fait également suite au récent événement Great Futures organisé par le Royaume-Uni à Riyad, soulignant la participation croissante des entreprises britanniques aux initiatives de Saudi Vision 2030 visant à transformer les secteurs économiques et à faire progresser le développement de projets gigantesques. 

L'événement, soutenu par les sponsors principaux NEOM et Saudi Awwal Bank, souligne l'importance de la coopération entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite dans le développement d'infrastructures durables et la progression de la transition verte. 

"Je suis ravi d'accueillir ce sommet crucial. Les infrastructures durables dans le monde sont essentielles pour lutter contre le changement climatique, stimuler le développement économique et garantir l'accès à des services vitaux tels que les transports, l'énergie et l'eau", a déclaré M. Mainelli. 

Les débats ont porté sur la réduction du déficit d'investissement, l'utilisation d'une planification urbaine intelligente pour des communautés résilientes et vivables, et le développement d'initiatives dans le domaine des technologies vertes et des énergies renouvelables. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une exposition commerciale entre l’Arabie saoudite et l’Australie se tiendra à Riyad en octobre

L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe. (Shutterstock)
L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe. (Shutterstock)
Short Url
  • La 1re édition de l’Aussie Expo, qui se tiendra du 21 au 22 octobre au centre de conférence KAFD de Riyad, se focalisera également sur la technologie, l’infrastructure et l’exploitation minière
  • Au mois de mai, l’Arabie saoudite et l’Australie ont conclu un accord visant à améliorer la coopération dans plusieurs secteurs et à renforcer les liens commerciaux bilatéraux

RIYAD: L’agriculture, les soins de santé et l’éducation figurent parmi les secteurs qui bénéficieront d’une nouvelle conférence visant à stimuler les accords de partenariat entre l’Arabie saoudite et l’Australie.

La 1re édition de l’Aussie Expo, qui se tiendra du 21 au 22 octobre au centre de conférence KAFD de Riyad, se focalisera également sur la technologie, l’infrastructure et l’exploitation minière.

L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe (CCG), et d’aider les entreprises de ces régions à pénétrer le marché national.

«Depuis deux ans et demi, le Trademark Group of Companies œuvre à la création d’un pont entre les entreprises australiennes et saoudiennes. Pour la toute première fois, une exposition australienne qui présente les talents, les produits et les services australiens à la région se tiendra à Riyad, en Arabie saoudite. Je tiens à remercier toutes les parties prenantes qui ont contribué à la réussite de cet événement», déclare Sam Jamsheedi, président et fondateur du Trademark Group of Companies.

Selon la base de données des Nations unies sur les statistiques du commerce des produits de base (UN Comtrade), les exportations de l’Australie vers l’Arabie saoudite s’élevaient à 789,65 millions de dollars (1 dollar = 0,93 euro) en 2023. Les exportations du Royaume vers l’Australie s’élevaient quant à elles à 702,75 millions de dollars sur la même période de douze mois.

Le 1er juin, le Trademark Group of Companies a ouvert un bureau à Riyad en vue de profiter des opportunités économiques en Arabie saoudite et de fournir une plate-forme aux entreprises australiennes pour explorer et approfondir les liens commerciaux avec le Royaume.

Sous le thème «Accélérer les partenariats, débloquer de nouvelles opportunités», Aussie Expo Riyadh 2024 présentera l’excellence dans divers secteurs d’activité, d’après son site Web.

Cet objectif sera réalisé grâce à une série de conférences et d’ateliers auxquels participeront des responsables gouvernementaux, des chefs d’entreprise, des décideurs et des entrepreneurs des deux pays.

Ces possibilités de réseautage devraient constituer un attrait majeur pour les participants, car elles leur permettront d’explorer des partenariats potentiels qui favoriseront leur réussite mutuelle.

Les énergies renouvelables et le développement durable, le tourisme et l’hôtellerie, le commerce de détail et les biens de consommation, ainsi que le transport et la logistique seront abordés lors de la conférence.

S’adressant à Arab News en marge de l’Australian Saudi Business Networking Event à Riyad au début du mois de juin, l’ambassadeur australien, Mark Donovan, a déclaré que l’ouverture du bureau du Trademark Group of Companies dans le Royaume aiderait les deux pays à explorer les possibilités d’investissement dans divers secteurs.

Au mois de mai, l’Arabie saoudite et l’Australie ont conclu un accord visant à améliorer la coopération dans plusieurs secteurs et à renforcer les liens commerciaux bilatéraux.

L’Australia Saudi Business Council and Forum et l’Export Council of Australia ont conclu un accord visant à stimuler la collaboration dans les domaines de l’industrie, de l’exploitation minière, de l’alimentation, de la technologie et de l’intelligence artificielle, dans le but d’accroître les possibilités pour les exportateurs australiens de travailler avec des entités saoudiennes, renforçant ainsi la coopération bilatérale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chimie : l'émirati Adnoc propose un rachat de Covestro pour 12 milliards d'euros

Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action
  • Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT

BERLIN: Le fabricant allemand de plastique et de produits chimiques Covestro a annoncé lundi "entrer dans des négociations concrètes" sur son rachat par la compagnie nationale pétrolière émirati Adnoc, sur la base d'une offre valorisant le groupe à près de 12 milliards d'euros.

"Le conseil d'administration de Covestro a décidé aujourd'hui après consultation du conseil de surveillance, d'entrer dans des négociations concrètes avec Adnoc" avec comme "point de départ des discussions sur une offre possible de 62 euros par action", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Cette offre, qui sera soumise aux "résultats d'un audit" réalisé par Adnoc, valoriserait Covestro à 11,72 milliards d'euros, selon un calcul de l'AFP.

"A l'heure actuelle, il n'est pas certain que les négociations à venir aboutissent à un accord", même si "les discussions menées jusqu'à présent ont montré que Covestro et Adnoc peuvent s'entendre sur les aspects essentiels d'une éventuelle transaction," a toutefois précisé Covestro.

Discussions 

Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT, sur un indice DAX en hausse de 0,51%.

Les discussions entre les deux entreprises durent depuis plusieurs mois. Leur existence a été confirmée par Covestro en septembre dernier.

Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action, selon l'agence financière Bloomberg. Ce montant a ensuite été progressivement relevé au cours des discussions entre les deux entreprises.

La compagnie nationale Adnoc est le géant pétrolier des Emirats arabes unis, qui compte parmi les premiers exportateurs de brut au monde. Son patron, Sultan Al Jaber, a notamment été président de la COP28.

Covestro affiche de son côté une technologie et une expertise dans des domaines tels que le recyclage chimique et la réutilisation du CO2. Adnoc s'intéresse à ces technologies cruciales pour l'avenir de la chimie.

Le portefeuille de produits de Covestro donne aussi accès aux marchés finaux, notamment les véhicules électriques, l'isolation thermique et les adhésifs.

La chimie allemande, incarnée par des poids lourds comme BASF ou Bayer, traverse une grave crise industrielle liée au renchérissement des coûts de l'énergie depuis l'interruption des livraisons de gaz russe.