Interview: L'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan ont «des visions claires et similaires du progrès»

Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères (Photo, Sultan Baajajah).
Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères (Photo, Sultan Baajajah).
Short Url
Publié le Jeudi 18 août 2022

Interview: L'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan ont «des visions claires et similaires du progrès»

  • La Vision 2030 de l’Arabie saoudite et la feuille de route du «nouvel Ouzbékistan» présentent de nombreuses similitudes, selon Furqat Sidiqov
  • Sidiqov s'est entretenu avec Arab News à Djeddah avant la visite d'état du président, Shavkat Mirziyoyev, en Arabie saoudite

DJEDDAH: Selon Furqat Sidiqov, vice-ministre ouzbek des Affaires étrangères, il existe des parallèles frappants entre le programme de réformes Vision 2030 de l'Arabie saoudite et le plan de transformation du gouvernement ouzbek, le Nouvel Ouzbékistan.

S'exprimant un jour avant l'arrivée mercredi du président ouzbek, Shavkat Mirziyoyev, au Royaume pour une visite d'État – la première d'un dirigeant de ce pays depuis la visite d'Islam Karimov en 1992 – il a révélé que ces visions partagées sont de bon augure pour l'avenir de la coopération et du commerce bilatéraux.

«L'Arabie saoudite a les capacités d'atteindre les objectifs de sa Vision 2030», a affirmé Sidiqov à Arab News avant la réunion de mercredi du Conseil d'affaires saoudo-ouzbek, organisée par le consulat ouzbek à Djeddah.

Furqat Sidiqov, interviewé par Rawan Radwan d’Arab News, à Djeddah (Photo, Sultan Baajajah).

Il a ajouté que les réformes et les feuilles de route élaborées par les deux nations sont similaires et représentent des visions claires du progrès, tout comme les populations jeunes et dynamiques des deux pays.

«Les deux pays travaillent étroitement et avancent dans la coopération conjointe dans le cadre de nos stratégies», a souligné Sidiqov. «Nous suivons de près l'ambitieuse stratégie Vision 2030 du Royaume et nous soutenons sa candidature à l'Expo 2030.»

Au cours des cinq dernières années, l'Ouzbékistan a mis en œuvre une stratégie de développement national visant à faciliter sa transition vers une économie de marché, ce qui a offert un terrain fertile pour la croissance des petites et moyennes entreprises et une économie plus diversifiée, a-t-il expliqué.

Un cuisinier ouzbek prépare un plov – plus connu sous le nom de pilaf – dans un café de Tachkent (Photo, AFP).

Sidiqov a indiqué que cette stratégie fait écho à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui a ouvert l'économie du Royaume afin de tirer parti de nouveaux secteurs en dehors des hydrocarbures et qui encourage activement l'esprit d'entreprise, ainsi que le développement des compétences techniques et de la créativité au sein de sa jeune population.

Pendant des décennies, l'Ouzbékistan a été fortement tributaire d'une poignée d'exportations de base, dont le coton, l'or, le pétrole et le gaz. Désireux de diversifier ses sources de revenus, le pays s'est ouvert aux investissements étrangers dans l'agriculture, la sécurité alimentaire, l'énergie, les technologies de l'information et d'autres secteurs.

Mercredi, conformément à leurs visions complémentaires, l'Ouzbékistan et le Royaume ont signé plus de 10 accords d'investissement d'une valeur d’environ 11,8 milliards d’euros, dont un contrat d’une durée de vingt-cinq ans, d'une valeur de 2,36 milliards d’euros, qui a été conclu avec l’entreprise saoudienne de service ACWA Power pour la construction d'un projet d'énergie éolienne de 1 500 mégawatts en Ouzbékistan. Ce projet aidera le pays à atteindre son objectif de couvrir 40% de ses besoins en électricité par des sources renouvelables d'ici 2031.

Les délégations saoudiennes et ouzbèkes ont signé de nombreux accords concernant des entreprises du secteur privé de leurs pays respectifs (Photo, Sultan Baajajah).

Les responsables ouzbeks ont signalé qu'au cours des dernières années, les investissements saoudiens dans divers secteurs de l'économie ouzbèke ont considérablement augmenté. Il existe désormais 38 coentreprises, dont 20 impliquent des investisseurs saoudiens directs. Néanmoins, selon Sidiqov, il existe un potentiel pour une coopération commerciale encore plus étroite, notamment dans le domaine de la transformation et de la distribution alimentaires.

«Les chiffres ne reflètent pas les capacités des deux pays», a-t-il insisté. «Nous travaillons avec le Royaume pour augmenter le nombre de coentreprises.»

L’Ouzbékistan diversifie ses sources de revenus et s’est ouvert aux investissements extérieurs dans le secteur de l’agriculture, entre autres (Photo, AFP).

 «L'agriculture joue un rôle important dans le développement économique de l'Ouzbékistan et nous sommes l'un des premiers pays en matière de production alimentaire et de sécurité alimentaire et nous avons les capacités d'exporter des produits alimentaires, des fruits et légumes biologiques vers le Royaume.

«Le plan consiste à faire du Royaume une station intermédiaire pour la transformation et le conditionnement des aliments, afin de les préparer à l’exportation vers d’autres pays», a-t-il ajouté.

Bien qu'ils ne partagent pas de frontière, l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan sont liés par la religion, le savoir et la culture depuis des centaines d'années. Parmi les personnages historiques qui ont voyagé et étudié dans les mondes arabe et musulman, quatre sont originaires de l'actuel Ouzbékistan: le médecin Ibn Sina, le mathématicien Mohammed ibn Moussa al-Khwarizmi, l’Imam al-Bukhari et l’Imam al-Tirmidhi.

Le site d’Itchan Kala, vieille ville fortifiée au sein de Khiva, est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO (Photo, Shutterstock).

L'échange d'idées et de cultures se poursuit à l'ère moderne grâce au développement des voyages aériens entre l'Ouzbékistan et les pays arabes, notamment l'Arabie saoudite, et à l'assouplissement des règles en matière de visa.

«Pour encourager davantage l'échange de cultures, des vols directs débuteront en octobre, via Flynas et Uzbekistan Airways, et les Saoudiens seront exemptés de visa d'entrée pour un séjour de 30 jours», a annoncé Sidiqov.

Aujourd'hui, la coopération entre l'Arabie saoudite et l'Ouzbékistan va bien au-delà des échanges commerciaux et culturels et s'étend à la sphère diplomatique, guidée par des intérêts communs en matière de sécurité et d'action humanitaire dans la région.

L’aéroport Islam Karimov de Tachkent (Photo, Shutterstock).

Au cours de l'année qui a suivi le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan après le retrait militaire américain du pays, des puissances régionales telles que l'Ouzbékistan ont cherché à s'engager auprès du nouveau gouvernement de Kaboul dans le but d’aider le peuple afghan dans cette période difficile.

«La crise humanitaire en Afghanistan fait partie des plus grandes priorités et notre gouvernement a mis en place diverses initiatives et programmes pour soutenir l'Afghanistan», a affirmé Sidiqov.

«Dans un esprit de solidarité de voisinage, nous avons veillé à ce que notre relation se base sur un soutien continu. En travaillant en étroite collaboration avec le gouvernement, nous voulons non seulement fournir une aide humanitaire, mais aussi aider le pays à offrir des opportunités d'emploi à ses jeunes et à être une passerelle pour l'Asie centrale et du Sud.»

L’Ouzbékistan joue un grand rôle dans l’aide humanitaire à l’Afghanistan (Photo, AFP).

Il a ajouté que dans la ville de Termez, dans le sud de l'Ouzbékistan, par exemple, le gouvernement a créé des centres pour aider les jeunes Afghans à recevoir une éducation et à développer leurs compétences dans le but de les préparer au marché du travail.

«Nous travaillons pour aider les programmes de reconstruction et développer son économie pour en faire un pays d'opportunités», a estimé Sidiqov. «Nos alliés nous aident et nous soutiennent dans cette entreprise.»

Le prince Faisal ben Farhane, ministre saoudien des Affaires étrangères, a participé à une conférence internationale intitulée «Central and South Asia: Regional Connectivity. Challenges and Opportunities», (Asie centrale et du Sud: connectivité régionale. Défis et opportunités) dans la capitale ouzbèke, Tashkent, en juillet de l'année dernière.

Le ministre saoudien de l’Investissement Khalid Al-Falih dirige une délégation lors d’une visite officielle en Ouzbékistan, en 2021 (Photo, Reuters).

En juillet de cette année, une délégation saoudienne a aussi participé à la conférence internationale «Afghanistan: Security and Economic Development» (Afghanistan: sécurité et développement économique), également à Tachkent, au cours de laquelle le Royaume a réaffirmé son engagement à promouvoir la coopération régionale.

En juin, l'Arabie saoudite a annoncé une subvention de 29,5 millions d’euros pour soutenir le Fonds fiduciaire humanitaire pour l'Afghanistan, qui fonctionne sous l'égide de la Banque islamique de développement en coordination avec l'Organisation de la coopération islamique, dont le Royaume et l'Ouzbékistan sont membres.

«En tant que voisin de l'Afghanistan, notre objectif principal est de permettre le passage en toute sécurité de l'aide aux personnes dans le besoin en Afghanistan», a soutenu Sidiqov.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement afghan pour élaborer une feuille de route en matière de sécurité alimentaire et pour offrir des possibilités d'emploi aux jeunes. Nous servons d'intermédiaire entre le monde et les talibans et, en tant que “voix de l'Asie centrale”, nous avons encouragé le gouvernement afghan à tenir ses promesses.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


Le vice-ministre saoudien des affaires étrangères souligne la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza

Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.
  • M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967

RIYADH : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.

S'exprimant lors de la 19e réunion des ministres des affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran, M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également parlé de l'importance d'approfondir la coopération pour faire face à divers défis, y compris la sécurité alimentaire et énergétique, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Al-Khuraiji a déclaré que le Royaume croit en l'importance de renforcer la coopération dans les domaines et les défis émergents, y compris la crise du changement climatique.

Le renforcement de la coopération dans le domaine de la gouvernance mondiale de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies, ainsi que l'action collective pour apaiser les tensions et promouvoir le dialogue et l'action commune sont également nécessaires, a déclaré M. Al-Khuraiji lors de la réunion.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Egypte: 33 tombes antiques découvertes à l'ouest d'Assouan

Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque
  • La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde

LE CAIRE: Trente-trois sépultures familiales comportant des restes de momies et permettant d'avoir davantage de connaissances sur les maladies des époques tardive et gréco-romaine ont été découvertes à l'ouest d'Assouan par une mission égypto-italienne, ont annoncé lundi les autorités.

La mission archéologique travaillait à proximité du mausolée de l'Aga Khan, dans le sud-est de l'Egypte, et y a découvert "33 tombes" remontant aux époques tardive (de 712 à 332 avant J.C.) et gréco-romaine (de 332 avant J.C. au IV siècle après J.C.), a déclaré le ministère du Tourisme et des Antiquités dans un communiqué.

Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque, selon la même source.

"Certaines momies présentent des signes d'anémie, de malnutrition, de maladies pulmonaires, de tuberculose et d'ostéoporose", a affirmé Patricia Piacentini, la cheffe du pendant italien de la mission et professeure d'égyptologie à l'université de Milan.

La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde.

L'Egypte annonce régulièrement des découvertes archéologiques, qualifiées par certains experts d'effets d'annonce ayant une portée politique et économique plus que scientifique.

Car le pays de 106 millions d'habitants, en grave crise économique, compte sur le secteur du tourisme (deux millions d'emplois et plus de 10% du PIB) pour redresser ses finances. Son gouvernement table sur 30 millions de touristes par an d'ici 2028, contre 13 millions avant le Covid-19.