En images: Le festival de street art «Jidar» orne les façades de Rabat

Par Amine Naim (Photo fournie).
Par Amine Naim (Photo fournie).
Par Yassine Mandar (Photo fournie).
Par Yassine Mandar (Photo fournie).
Par Juraj Ďuriš (Photo fournie).
Par Juraj Ďuriš (Photo fournie).
Par Doha El Mohamadi (Photo fournie).
Par Doha El Mohamadi (Photo fournie).
Par Bryan Beyung (Photo fournie).
Par Bryan Beyung (Photo fournie).
Par Ed Oner (Photo fournie).
Par Ed Oner (Photo fournie).
Par Tima (Photo fournie).
Par Tima (Photo fournie).
Par Beaugraff (Photo fournie).
Par Beaugraff (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 03 août 2022

En images: Le festival de street art «Jidar» orne les façades de Rabat

  • Malgré un soleil de plomb, le rendez-vous annuel qui réunit des artistes marocains – ainsi qu'internationaux – a pu mettre en exergue le travail de 9 artistes
  • Dans le quartier de l’Océan, c’est au niveau d’une mur collectif que se sont donnés rendez-vous plusieurs artistes pour l'embellir

RABAT: Tenue du 21 au 31 juillet, la 7ᵉ édition du festival de street art de Rabat – «Jidar» – s’est achevée. Arab News en français s’est rendu sur place pour observer la façon dont des artistes locaux et internationaux ont choisi d'égayer, en couleur, les murs de la capitale.

Malgré un soleil de plomb, le rendez-vous annuel qui réunit des artistes de tous bords a pu mettre en exergue le travail de 9 artistes dont les fresques ont orné 9 murs de la capitale Rabat et sa banlieue. De surcroît, d'autres activités auxiliaires ont été organisées lors de cette manifestation culturelle, telle qu’un atelier de sérigraphie ou encore un mur collectif.

Organisé par l’association à but non lucratif EAC-L’Boulvart (Éducation artistique et culturelle), le festival s’inscrit dans le cadre du programme «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture» ayant vocation à transformer la capitale du Maroc en destination culturelle de premier plan. Un programme lancé en 2014 par Sa Majesté le roi Mohammed VI, qui compte également la construction d’infrastructures culturelles, notamment le Grand Théâtre de Rabat de l’architecte anglo-irakienne Zaha Hadid.

 

Les fresques

  • Juraj Ďuriš

1

L’artiste slovaque né à Nitra a imprégné une façade dans le quartier de l’Agdal d’un navire aux couleurs vives, inspiré du pop-art (Photo fournie).

  • Twoone

1

Quant à cet artiste japonais, c’est de la légendaire chanteuse arabe, Warda al-Jazairia, que s’inspire sa fresque dans le quartier de Yacoub el Mansour (Photo fournie).

  • Pantonio

1

À 15 minutes de marche, dans le même quartier, Pantonio rend hommage au monde marin à travers sa fresque aux lignes fluides (Photo fournie).

  • Bryan Beyung

1

Dans le quartier de Hay el Fath, l’artiste canadien a opté pour un portrait de son cousin éloigné provenant d'un album de famille (Photo fournie).

  • Tima

1

Également à Hay el Fath – à quelques minutes de marche – la plasticienne et street artiste marocaine présente une femme au regard détourné (Photo fournie).

  • Reda Boudina

1

Dans le quartier de l’Océan, l’artiste marocain originaire de Meknès signe une fresque qui s’inscrit dans l’abstrait et les formes graphiques (Photo fournie).

  • Ed Oner

1

Quant à l’artiste marocain Ed Oner, celui-ci rend hommage à Rabat à travers 3 timbres superposés (de bas en haut): le fleuve du Bouregreg qui traverse Rabat, l’équipe de football des Forces armées royales, et finalement le Chellah, site archéologique d’une nécropole mérinide inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (Photo fournie).

  • Manolo Mesa

1

Dans le quartier El Youssoufia, l’espagnol a mis en lumière la poterie traditionnelle marocaine en argile (Photo fournie).

  • Beaugraff

1

De son côté, l’artiste sénégalais a opté pour une représentation de la femme africaine, non loin de la fresque de Mesa, toujours dans le quartier d’El Youssoufia (Photo fournie).

Un mur collectif

Dans le quartier de l’Océan, c’est au niveau d’une façade horizontale d’environ 100 mètres que se sont donnés rendez-vous plusieurs artistes en vue de l'embellir. Un mur collectif qui permet aux passants et curieux de côtoyer les artistes présents dans une ambiance conviviale. Yassine Mandar est l’un de ces artistes, et accepte d’en discuter avec Arab News en français.

Nous, jeunes artistes, nous nous réjouissons beaucoup lorsque nous voyons de telles initiatives dans notre pays.

Yassine Mandar

Mandar s’intéresse particulièrement au corps humain, «non seulement d’un point de vue anatomique et organique, mais également d’un point de vue fonctionnel», qu’il tente d’exprimer à travers son art. Par ses œuvres, il espère susciter une «réflexion abstraite de la réalité» afin de «nous permettre de voir la vie sous un autre angle». 

1
La fresque de Yassine Mandar (Photo fournie).

Pour Mandar, lauréat de l’École Supérieure des Beaux Arts de Casablanca d’où il est originaire, le festival Jidar a été «une expérience merveilleuse» durant laquelle il a «appris les nouvelles méthodes et techniques utilisées dans les peintures murales».

«Nous, jeunes artistes, nous nous réjouissons beaucoup lorsque nous voyons de telles initiatives dans notre pays», ajoute-t-il.

«Nous souhaitons plus de soutien et de dons pour développer cette forme d’art», car selon lui, «le street art est porteur d’importants messages au grand public».

1
Par Amine Naim (Photo fournie).

Mandar n’est pas le seul à se réjouir de la tenue de cette manifestation culturelle. Hanane, une habitante du quartier de l’Océan, affirme à Arab News en français que ces fresques «ajoute du charme» à son quartier natal.

Pour sa part, Salah – accompagné de son fils au pied de la fresque du sénégalais Beaugraff –, estime que les fresques de son quartier «permettent aux plus jeunes de son quartier de se familiariser avec l’expression artistique». 

1
Par Oldr Walid et Oussama el Ouardassi (Photo fournie).
1
Par Doha el Mohamadi (Photo fournie).
1
Par Majda Jarbili (Photo fournie).
1
Par Ayoub Abid (Photo fournie).
1
Par Hamza Marmouche (Photo fournie).

Comment localiser les fresques du Jidar?

Pour les amateurs du street art, le moyen le plus rapide pour localiser les fresques du Jidar festival, est d’utiliser l’application Jidar disponible sur Google Play et Apple App store. Entre autres, l’application permet non seulement de repérer les fresques de la 7ᵉ édition du festival, mais également celles des éditions précédentes – le tout dans une application bien conçue et facile à utiliser. Alternativement, le site web jidar.ma, lui, permet de localiser les fresques de la 7ᵉ édition uniquement.

Les artistes

  • Juraj Duris (Slovaquie)
  • Twoone (Japon)
  • Pantonio (Portugal)
  • Bryan Beyung (Canada)
  • Tima (Maroc)
  • Reda Boudina (Maroc)
  • Ed Oner (Maroc)
  • Manolo Mesa (Espagne)
  • Beaugraff (Sénégal)

La styliste japonaise Hanae Mori est morte à l'âge de 96 ans

Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Short Url
  • Hanae Mori était surnommée «Madame Butterfly» pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique
  • Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités

TOKYO: La styliste japonaise Hanae Mori, reconnue mondialement comme membre de l'élite de la haute couture, est morte le 11 août à son domicile de Tokyo à l'âge de 96 ans, ont annoncé jeudi plusieurs grands médias nippons.

Hanae Mori était surnommée "Madame Butterfly" pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique. Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités.

Hanae Mori était l'une des rares Japonaises à la tête d'une entreprise internationale, et demeurait en cela une pionnière de l'émancipation des femmes dans son pays.

Son décès a été confirmé par son bureau à l'agence de presse Kyodo, tandis que d'autres médias japonais rapportaient que ses obsèques s'étaient déjà tenues dans l'intimité familiale.

Sa carrière d'avant-garde l'a conduite de Tokyo - où elle avait débuté dans l'après-guerre en confectionnant des costumes pour le cinéma - à New York et Paris où, en 1977, sa marque est devenue la première maison d'Asie à rejoindre les rangs de la très sélect Chambre syndicale de la haute couture parisienne.

Sa première collection à l'étranger - à New York en 1965 - célébrait le thème de la rencontre entre "l'Orient" et "l'Occident".

Les autres grands noms de la mode japonaise comme Yohji Yamamoto, Rei Kawakubo, Kenzo Takada (mort en 2020 à 81 ans) ou encore Issey Miyake (décédé le 5 août à 84 ans) ont suivi ses pas.

Malgré le démantèlement de l'empire commercial de Hanae Mori au début des années 2000 face à des difficultés financières et la fermeture de son atelier parisien en 2004 à l'issue de son dernier défilé dans la capitale française, des boutiques à son nom existent toujours au Japon et ses parfums continuent à être vendus dans le monde entier.


Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour une fusillade, plaide non coupable

Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Short Url
  • Le musicien, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre
  • A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm

LOS ANGELES: Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier, a plaidé non coupable mercredi devant un tribunal de Los Angeles, en Californie.

Le musicien de 33 ans, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre moyennant une caution de 550.000 dollars et doit comparaître à nouveau devant un tribunal le 2 novembre.

Rakim Mayers, de son vrai nom, est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une "blessure légère" selon la police.

Le rappeur réfute ces accusations.

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai.

Rihanna, immense star à l'origine des tubes "Diamonds" et "Umbrella", est "l'amour de ma vie" et "l'unique", avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021.

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com