Okhtyrka, la ville ukrainienne qui a dit «  niet  » à l'occupation russe

Okhtyrka, la ville ukrainienne qui a dit «  niet  » à l'occupation russe
Short Url
Publié le Mardi 02 août 2022

Okhtyrka, la ville ukrainienne qui a dit «  niet  » à l'occupation russe

  • Le maire d'Okhtyrka, Pavlo Kouzmenko, explique, lui, être parvenu à laisser ses administrés libres et relativement en sécurité en gardant la tête froide
  • Une récente reprise des bombardements fait craindre aux habitants que les Russes puissent bientôt revenir, mais le maire Pavlo Kouzmenko reste confiant

OKHTYRKA: A Okhtyrka, un automobiliste hurle sur un cycliste, des fidèles de l'église évitent un marchand ambulant, une retraitée en survêtements dévore du pain à l'ail et les miettes tombent attirant l'attention d'un pigeon.

Si l'on ignore les décombres qui parsèment la rue, cette scène pourrait se dérouler dans nombre de villes européennes. Mais Okhtyrka, dans le nord-est de l'Ukraine, n'est pas un endroit comme un autre.

Alors que les villes et villages de cette région située près de la frontière russe sont tombées comme des quilles lors de l'invasion par les forces de Moscou lancée le 24 février, cette localité de 48.000 habitants située sur la rivière Vorskla a dit "niet".

Ailleurs, les morts de civils se sont multipliées dans les premières semaines de la guerre, avec par exemple plus de 50 personnes tuées lors de la bataille pour la ville voisine de Trostianets, beaucoup plus petite.

Le maire d'Okhtyrka, Pavlo Kouzmenko, explique, lui, être parvenu à laisser ses administrés libres et relativement en sécurité en gardant la tête froide.

"Seuls 18 civils sont morts. Je ne veux pas me vanter, mais c'est grâce à l'administration de la ville, aux bénévoles, aux personnes qui sont restées dans les abris", dit-il à l'AFP. Le "plus grand défi" était d'éviter la panique, qui aurait "ruiné la défense de la ville".

Une colonne de chars russes a déferlé sur Okhtyrka le premier jour de l'invasion, le 24 février, avec l'intention de la capturer et de se diriger vers la capitale, Kiev. "Ils pensaient qu'ils passeraient très rapidement", se souvient M. Kouzmenko.

Un mois de siège

Le maire -- soudainement propulsé au sommet de la hiérarchie du commandement, les responsables régionaux étant soit indécis soit indisponibles -- a décidé que cette incursion des troupes russes ne passera pas.

M. Kouzmenko a pris la tête d'une riposte immédiate qui a vu les troupes ukrainiennes forcer une retraite précipitée de leurs adversaires, qui ont laissé derrière eux des chars et d'autres équipements.

Un siège d'un mois a suivi, les Russes bombardant presque quotidiennement la ville avec des roquettes Ouragan, Smertch et Grad et détruisant l'hôtel de ville, un centre commercial, les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement, un dépôt de carburant et la centrale thermique locale.

Ils ont également tué au moins 70 soldats ukrainiens dans une base militaire avec une bombe thermobarique, selon l'ambassadeur d'Ukraine aux États-Unis.

L'ONG Amnesty International a pour sa part évoqué une attaque aux bombes à sous- munitions d'une école maternelle, le deuxième jour du siège, qui a fait trois morts, dont un enfant.

Parmi les autres bâtiments détruits, le centre culturel local, vieux de 108 ans, qui a été attaqué lors d'un bombardement nocturne le 8 mars.

La directrice du centre, Tetyana Bartchenko, 59 ans, retient ses larmes en revivant le tir de missile qui a privé la communauté de son coeur battant. Mais, comme beaucoup d'habitants avec lesquels l'AFP s'est entretenue, elle est pleine de confiance et de gratitude envers les soldats ukrainiens.

"Cette ville n'a jamais été prise, et c'est grâce à l'armée, grâce aux forces de défense territoriale, et grâce au patriotisme des citoyens", se félicite-t-elle.

«Ville héros»

Après un mois d'encerclement, les troupes russes ont reculé, comme dans d'autres régions, le 26 mars.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a désigné Okhtyrka de "ville héros", titre honorifique décerné seulement à une autre ville du nord-est, Kharkiv.

La population est tombée à 20.000 habitants au plus fort des combats, la ville aidant environ 1.000 personnes par jour à fuir, mais elle est aujourd'hui revenue à un nombre proche de celui d'origine.

Nina Kolot, retraitée, explique la coopération qui s'était instaurée entre les civils et les troupes ukrainiennes retranchées à quelques mètres de leurs domiciles.

"Ils étaient là, ils se battaient pour la ville et nous les aidions -- en préparant de la nourriture", raconte à l'AFP cette septuagénaire. "C'est grâce aux soldats que nous sommes restés en sécurité".

Une récente reprise des bombardements fait craindre aux habitants que les Russes puissent bientôt revenir, mais le maire Pavlo Kouzmenko reste confiant.

S'il admet cette éventualité, même faible, il assure que les Russes ne peuvent mener ici que des frappes, mais non s'emparer des villes. "Ils peuvent tenir quelques quelques petits villages, mais ils ont besoin de ressources et ils en ont moins chaque jour".


Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Short Url
  • La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant «très inquiet de la situation à Gaza»
  • Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York

NATIONS UNIES : Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza, au lendemain d'une trêve entre le Jihad islamique et Israël après trois jours de conflit meurtrier.

La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant "très inquiet de la situation à Gaza".

Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York.

La trêve est entrée en vigueur à 23h30 locales dimanche et négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre Israël et les groupes armés palestiniens, mais les deux belligérants ont toutefois indiqué se réserver le droit de répondre en cas de violation par l'autre partie.

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive" contre le Jihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués de même que plusieurs combattants du groupe.

Entre le début de cette opération israélienne et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Les autorités israéliennes ont affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Jihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

Dans une déclaration à la presse lundi matin aux Nations Unies, l'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan a rejeté "toute la responsabilité" sur le Jihad islamique, l'accusant d'utiliser les habitants de Gaza comme "bouclier humain".

"Si le Conseil de sécurité veut vraiment améliorer la situation à Gaza, il doit y avoir un seul résultat, condamner le double crime de guerre du Jihad islamique et placer l'entière responsabilité des meurtres de Palestiniens innocents sur les épaules du groupe terroriste", a-t-il déclaré.

Selon plusieurs sources diplomatiques, à ce stade, aucune déclaration du Conseil sécurité n'est prévue à l'issue de la réunion d'urgence.


Dossier nucléaire: l'Iran examine le «texte final» soumis par l'UE

Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Short Url
  • Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015
  • L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails

TEHERAN : L'Iran a affirmé lundi qu'il examinait le "texte final" soumis par l'Union européenne (UE) aux représentants des capitales concernées lors des négociations de Vienne destinées à sauver l'accord moribond de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

"Dès que nous avons reçu ces idées, nous avons fait part de notre réponse initiale et nos réflexions (...)" au coordinateur de l'UE Enrique Mora, chargé de superviser le dialogue de Vienne, a indiqué un responsable des Affaires étrangères iraniennes cité par l'agence officielle Irna.

"Mais naturellement les clauses nécessitent un examen global et nous transmettrons nos vues et nos remarques au coordinateur et aux autres parties", a-t-il ajouté.

Le responsable n'a pas précisé en quoi consistait cette "réponse initiale" ni quelles étaient "les remarques" de son pays au sujet du "texte final", alors qu'un responsable européen à Vienne a affirmé que "ce texte ne sera pas renégocié".

"On a travaillé quatre jours et aujourd'hui le texte est sur la table des hauts représentants", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "La négociation est finie, c'est le texte final", a-t-il dit.

Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015.

Le pacte, connu sous le nom JCPOA, vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran accusé de chercher à se doter de l'arme atomique malgré ses démentis.

Mais à la suite du retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous l'impulsion de Donald Trump et du rétablissement des sanctions américaines, Téhéran s'est progressivement affranchi de ses obligations.

L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails.

"Maintenant la balle est dans le camp des capitales et on va voir ce qui va se passer", a ajouté le responsable européen qui a dit "espérer vivement" que le texte soit accepté et qu'un accord intervienne "dans quelques semaines".

Reste cependant un obstacle de taille: l'Iran réclame à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la clôture de la question des sites non déclarés, où des traces d'uranium enrichi avaient été retrouvées.

"Cela n'a rien à voir avec le JCPOA. En même temps, l'Iran dit que c'est fondamental. J'espère que l'Iran et l'AIEA auront un accord parce que cela facilitera beaucoup de choses", a déclaré le responsable.

"L'agence devrait complètement régler la question (...) par la voie technique, et s'éloigner des questions politiques non pertinentes et non constructives", avait affirmé dimanche le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian.


L'Ukraine annonce la première arrivée à destination d'un navire chargé de céréales

Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Short Url
  • La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février
  • Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination

KIEV : Un premier navire transportant des céréales exportées par l'Ukraine a accosté lundi à sa destination finale, la Turquie, a annoncé Kiev alors que l'arrivée d'un autre navire qui devait accoster dimanche au Liban a été retardée.

Le cargo turc Polarnet qui a quitté vendredi le port ukrainien de Tchornomorsk avec 12 000 tonnes de maïs, est arrivé comme prévu à destination après son inspection par le Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé en juillet, a annoncé dans un communiqué le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

"Cette première expérience réussie (...) nous permet d'être optimistes quant aux perspectives futures", a commenté le ministre ukrainien, Oleksandre Koubrakov, cité dans le communiqué et qui a remercié l'équipage du Polarnet pour avoir été un des premiers à tester ce mécanisme.

La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales.

Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination.

Selon l'ambassade ukrainienne au Liban, "l'acheteur final au Liban a refusé d'accepter la cargaison en raison du retard des conditions de livraison (cinq mois)".

"L'expéditeur est donc à la recherche d'un autre destinataire. Cela peut être au Liban ou dans un autre pays", a ajouté sur Twitter l'ambassade ukrainienne.

Huit navires au total ont pris la mer depuis la signature de l'accord, ont indiqué lundi matin les autorités ukrainiennes, qui espèrent que trois à cinq navires pourront partir quotidiennement d'ici à deux semaines.