Ukraine: fragments de vie en zones occupées

L'armée ukrainienne a lancé depuis quelques jours une contre-offensive dans cette région du sud de l'Ukraine, dont la grande ville, Kherson, a été prise par les Russes dès le 3 mars. (AFP).
L'armée ukrainienne a lancé depuis quelques jours une contre-offensive dans cette région du sud de l'Ukraine, dont la grande ville, Kherson, a été prise par les Russes dès le 3 mars. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 02 août 2022

Ukraine: fragments de vie en zones occupées

  • Dans les régions prises par les forces de Moscou, coupées du reste de l'Ukraine, rares sont les communications possibles
  • Les routes de la région sont parsemées de nombreux check-points, et on entend toujours des bombardements

KRAMATORSK: - "Maman, comment vas-tu ?

- Ne t'inquiète pas, tout va bien. On a été bombardés.

- Quoi ??? Comment va grand-mère ?

- Babouchka n'était pas là. Vania dit que le diable la protège!"

Extrait d'une conversation téléphonique enregistrée mi-juillet pour l'AFP entre Anna* et sa famille vivant à Balaklia, une ville sous occupation russe dans le nord-est de l'Ukraine.

Dans les régions prises par les forces de Moscou, coupées du reste de l'Ukraine, rares sont les communications possibles, et les informations sont parcellaires.

L'AFP a pu entrer en contact ces dernières semaines avec des civils vivant à Kherson (sud), Lyssytchansk (est) et Balaklia. Ils décrivent un effondrement des services publics, le manque de gaz, d'électricité, d'internet, un climat empoisonné par la peur et le soupçon. Echos de la vie en zone occupée.

Leurs témoignages ne peuvent être vérifiés de façon indépendante.

KHERSON

L'armée ukrainienne a lancé depuis quelques jours une contre-offensive dans cette région du sud de l'Ukraine, dont la grande ville, Kherson, a été prise par les Russes dès le 3 mars.

Témoignage d'Oleksandre*, un enseignant de 25 ans, vivant dans un village proche de Kherson.

"Libérer Kherson est une chose, mais libérer toute la région en est une autre. Les Russes ont installé des positions défensives en profondeur. Nous savons que ce ne sera pas pour maintenant, mais nous avons de l'espoir.

Les routes de la région sont parsemées de nombreux check-points, et on entend toujours des bombardements. Il y a beaucoup de soldats dans les villes, à Kherson, Nova Kakhovka, de nombreux hélicoptères et avions survolent la zone.

A Kherson même, c'est très déprimant. Il n'y a plus du tout de médicaments et nombre de personnes âgées sont décédées faute de traitements. Pour les vieux, c'est l'enfer.

Il y a un effondrement total des services publics. Les militaires et les nouvelles autorités ne nous disent absolument rien, à part qu'ils sont là pour toujours.

Le rouble ne circule pas, les passeports ne sont pas délivrés, de toute façon personne n'en veut (la Russie a déclaré le rouble monnaie officielle dans les zones qu'elle occupe et a commencé à délivrer des passeports russes, ndlr).

Les hryvnias (monnaie ukrainienne) circulent mais il y a de gros problèmes avec l'argent liquide.

Nous avons assez de nourriture, bien qu'il y ait très peu de livraisons d'aide humanitaire.

Nombre de personnes se retrouvent sans travail, et souvent ne restent que des ouvriers non qualifiés, car les gens qui avaient de l'argent et de bons emplois dans la tech ou la communication sont partis dès le début. Tout s'est arrêté.

Les premières semaines, il y a eu des manifestations importantes contre l'occupation, mais au bout d'un mois cela a cessé, parce qu'il n'y a pas d'internet, pas de communication.

Et tous les activistes soit se cachent, soit ont été enlevés ou tués, je ne sais pas.

Si les Russes t'entendent parler ukrainien, ils pensent que tu es un nazi. Ils vérifient les réseaux sociaux, les tatouages, si tu as des symboles ukrainiens sur le corps, tu es dans de sales draps. Je sais que certains se sont fait effacer leurs tatouages".

LYSSYTCHANSK

Antonina*, 52 ans, vit avec son mari et sa fille de 20 ans dans cette ville du Donbass tombée début juillet aux mains des forces russes.

"Il n'y a pas d'autorités dans la ville, pas de gaz, pas d'eau, pas d'électricité. On ne peut pas prendre de douche. Il y a très peu d'aide humanitaire et encore beaucoup de bombardements.

Je ne sais pas s'il est possible de partir, de toute façon personne n'a d'argent pour ça, les salaires ne sont plus versés depuis plusieurs mois.

Internet fonctionne encore dans certaines villes, comme Svatove, située à une heure de route.

Une fois par semaine, les gens qui le peuvent s'y rendent pour passer des appels personnels, et des appels pour leurs voisins qui n'ont pas la possibilité de se déplacer.

Certaines personnes font des propositions pour aller en Ukraine par bus privé, 600/700 dollars par tête, à travers la Russie, le Bélarus, mais beaucoup de gens n'y croient pas, ils craignent d'être simplement emmenés en Russie".

BALAKLIA

Andriï* et Tetiana* sont un couple d'enseignants de Balaklia, sous occupation depuis début mars. C'est leur fille Ana* qui raconte leur quotidien, au gré des rares conversations qu'elle peut avoir avec eux.

"Dans les premiers mois de la guerre, mes parents ont continué à donner des cours en ligne. Puis internet a été coupé. Ils ont alors appelé leurs élèves pour leur donner des devoirs. Puis le téléphone a été coupé.

Aujourd'hui ils restent officiellement enseignants, mais ne touchent plus de salaire.

Beaucoup de gens sont partis, c'était encore possible au début. Plus maintenant.

Mes parents m'ont raconté que dans leur immeuble de quatre étages il ne reste plus que deux familles.

Certains des habitants qui sont restés se fichent du pays dans lequel ils vivent. Ils soutiennent les nouvelles autorités. Parfois, ils provoquent mes parents en leur disant qu'ils devront désormais enseigner le russe. Mes parents restent calmes.

Au début de l'occupation, des militants patriotes ont été kidnappés, voire tués. Maintenant tout le monde se tient tranquille".


Kabuga accusé d'avoir eu un rôle «substantiel» dans le génocide au Rwanda

Une croix rouge est dessinée sur le visage d'Augustin Bizimana (à droite), l'un des fugitifs les plus recherchés du génocide rwandais de 1994, à côté du visage croisé rouge de Félicien Kabuga (à gauche) sur une affiche au bureau de l'Unité de suivi des fugitifs du génocide à Kigali, Rwanda, le 22 mai 2020. (AFP)
Une croix rouge est dessinée sur le visage d'Augustin Bizimana (à droite), l'un des fugitifs les plus recherchés du génocide rwandais de 1994, à côté du visage croisé rouge de Félicien Kabuga (à gauche) sur une affiche au bureau de l'Unité de suivi des fugitifs du génocide à Kigali, Rwanda, le 22 mai 2020. (AFP)
Short Url
  • «28 ans après les événements, ce procès vise à demander des comptes à Félicien Kabuga pour son rôle substantiel et intentionnel dans ce génocide»
  • Félicien Kabuga est notamment accusé de génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide, et de crimes contre l'humanité, dont persécution et extermination

LA HAYE : Félicien Kabuga, financier présumé du génocide au Rwanda en 1994, a eu un rôle "substantiel" dans le massacre ethnique de la minorité tutsi, a déclaré jeudi l'accusation lors de l'ouverture de son procès à La Haye.

"28 ans après les événements, ce procès vise à demander des comptes à Félicien Kabuga pour son rôle substantiel et intentionnel dans ce génocide", a affirmé le procureur Rashid S. Rashid devant un tribunal des Nations unies.

L'ancien homme d'affaires, aujourd'hui âgé de 87 ans, apparu affaibli et en chaise roulante lors d'une audience en août, n'était pas présent jeudi devant les magistrats.

Félicien Kabuga, l'un des derniers principaux suspects du massacre qui a déchiré le pays africain, était en 1994 l'un des plus riches du Rwanda. Il est jugé pour avoir mis sa fortune et ses réseaux au service du génocide qui a fait plus de 800.000 morts, selon l'ONU, essentiellement au sein de la minorité tutsi.

En 1994, M. Kabuga était président de la tristement célèbre Radio télévision libre des Mille collines (RTLM), qui a diffusé des appels au meurtre des Tutsi.

Arrêté en 2020 près de Paris après 25 ans de cavale, il est notamment accusé d'avoir participé à la création des milices hutu Interahamwe, bras armé du régime génocidaire hutu.

Livraison d'armes

"Pour soutenir le génocide, Kabuga n'a pas eu besoin de brandir un fusil ou une machette à un barrage routier, au lieu de cela il a livré des armes en masse et a facilité la formation qui a préparé les Interahamwe à les utiliser", a déclaré M. Rashid.

"Il n'a pas eu besoin de prendre un microphone pour appeler à l'extermination des Tutsi à la radio, il a plutôt fondé, financé et servi comme président de la station de radio RTLM qui diffusait la propagande génocidaire à travers le Rwanda", a-t-il ajouté.

Son procès s'est ouvert jeudi à 10H00 (08H00 GMT) devant le Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (le "Mécanisme"), chargé d'achever les travaux du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Il a débuté avec les déclarations liminaires, qui seront suivies, à partir du 5 octobre, par la présentation des moyens de preuve.


Birmanie: Aung San Suu Kyi condamnée à trois ans de prison supplémentaires

Aung San Suu Kyi avait déjà été condamnée à 20 ans d'emprisonnement après avoir été reconnue coupable d'importation et de possession illégales de talkies-walkies, de violation des restrictions liées au coronavirus, de sédition, de fraude électorale et de cinq accusations de corruption. (AP)
Aung San Suu Kyi avait déjà été condamnée à 20 ans d'emprisonnement après avoir été reconnue coupable d'importation et de possession illégales de talkies-walkies, de violation des restrictions liées au coronavirus, de sédition, de fraude électorale et de cinq accusations de corruption. (AP)
Short Url
  • Arrêtée au moment du putsch en février 2021, qui a mis fin à une décennie de transition démocratique en Birmanie, Aung San Suu Kyi a été placée à l'isolement dans une prison de Naypyidaw fin juin
  • C'est dans cet établissement de la capitale birmane que se poursuit son procès, qui a débuté il y a plus d'un an, à huis clos, ses avocats ayant interdiction de parler à la presse et aux organisations internationales

RANGOUN : La junte birmane a condamné jeudi Aung San Suu Kyi à trois ans de prison supplémentaires pour violation de la loi sur les secrets officiels, selon une source proche du dossier, au cours d'un procès fleuve dénoncé comme politique par la communauté internationale.

Cette nouvelle sentence vient s'ajouter aux 20 ans de prison déjà prononcés contre l'ex-dirigeante, notamment pour corruption et fraude électorale, motif pour lequel la peine a été assortie de travaux forcés.

La prix Nobel de la paix, âgée de 77 ans, encourt en tout plus de 120 ans de prison pour les multiples infractions dont les militaires l'accusent.

Le tribunal a également condamné son ex-conseiller, l'économiste australien Sean Turnell, ainsi que trois autres prévenus, des anciens ministres, à une peine identique, a précisé la même source.

Le professeur australien, arrêté quelques jours après le putsch de février 2021, a été aussi condamné à trois autres années pour violation de la loi sur l'immigration, mais purgera les deux peines simultanément.

Les autorités birmanes ont aussi condamné fin août une ex-ambassadrice du Royaume-Uni en Birmanie et son mari artiste à un an de prison pour avoir enfreint la loi sur l'immigration.

"Sean Turnell, Daw Aung San Suu Kyi et les trois autres ont été condamnés à trois ans de prison chacun en vertu de la loi sur le secret d'Etat", a déclaré cette source à l'AFP sous couvert d'anonymat, ajoutant que Mme Suu Kyi ferait appel de son verdict.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong, a rejeté la condamnation de M. Turnell et demandé sa "libération immédiate".

L'accumulation de condamnations démontre que la junte n'a "aucun scrupule à assumer son statut de paria international", a déclaré Elaine Pearson, directrice pour l'Asie de Human Rights Watch.

L'épouse de M. Turnell a évoqué "un crève-coeur" pour sa famille et exhorté la junte à faire preuve d'indulgence. "Veuillez prendre en compte les contributions qu'il a apportées à la Birmanie et expulsez-le maintenant", a appelé Ha Vu.

Arrêtée lors du coup d'Etat militaire qui a mis fin à une décennie de transition démocratique en Birmanie, Aung San Suu Kyi a été placée à l'isolement dans une prison de Naypyidaw fin juin.

C'est dans cet établissement de la capitale birmane que se poursuit son procès qui a débuté il y a plus d'un an, à huis clos, ses avocats ayant interdiction de parler à la presse et aux organisations internationales.

«Acharnement judiciaire»

De nombreuses voix dénoncent un acharnement judiciaire qui serait fondé sur des motifs politiques, avec pour but d'écarter définitivement la fille du héros de l'indépendance, grande gagnante des élections de 2015 et de 2020.

Plusieurs de ses proches ont été condamnés à de lourdes peines. Un ancien député de son parti condamné à mort, Phyo Zeya Thaw, a été exécuté fin juillet.

La junte se défend de ces accusations et promet même d'ouvrir des négociations avec Aung San Suu Kyi une fois son procès terminé.

"Bien que nous aurions pu prendre des mesures plus sévères, nous sommes indulgents avec elle", a déclaré le chef de la junte Min Aung Hlaing, lors d'un entretien en août avec l'émissaire des Nations unies, dans des propos relayés par un journal d'Etat.

Aung San Suu Kyi reste une figure populaire en Birmanie, même si son image internationale a été écornée par son incapacité à défendre la minorité musulmane des Rohingyas, victimes d'exactions de l'armée en 2016 et 2017 - un "génocide" selon Washington.

Elections en 2023?

Les envoyés spéciaux de l'ONU et de l'Asean (Association des nations d'Asie du Sud-Est) n'ont pas été autorisés à la rencontrer lors de leur dernière visite, comme un symbole de l'échec des efforts diplomatiques entrepris depuis plusieurs mois qui n'ont pas sorti la Birmanie du chaos.

L'armée espère organiser des élections à l'été 2023, dès que le pays sera "en paix et stable", selon Min Aung Hlaing qui a aussi annoncé une "réforme" du système électoral.

Les Etats-Unis ont déjà appelé la communauté internationale à ne pas soutenir ce projet, un "simulacre" électoral, selon le secrétaire d'Etat Antony Blinken.

Depuis le putsch, plus de 2.200 civils ont été tués par les forces de sécurité et plus de 15.000 arrêtés, selon une ONG locale.


Afghanistan: des talibans dispersent en tirant en l'air une manifestation de soutien aux femmes iraniennes

Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Les forces talibanes ont tiré des coups de feu en l'air jeudi pour disperser un rassemblement de femmes soutenant les protestations qui ont éclaté en Iran. (AFP)
Short Url
  • «L'Iran se soulève, maintenant c'est à notre tour», «De Kaboul à l'Iran, dites non à la dictature !», ont scandé les manifestantes, derrière des banderoles que les talibans leur ont arrachées des mains
  • Les femmes, dont certaines avaient dissimulé leur visage derrière des lunettes de soleil et des masques chirurgicaux, ont ramassé les débris de leurs bannières pour en faire des boules de papier et les jeter sur les talibans qui leur faisaient face

KABOUL : Les talibans ont dispersé en tirant en l'air jeudi un rassemblement devant l'ambassade d'Iran à Kaboul de femmes afghanes venues soutenir les manifestantes iraniennes, dont elles disent partager la lutte.

Aux cris de "Femme, Vie, Liberté", quelque 25 femmes, foulard sur la tête, ont manifesté pendant une quinzaine de minutes sur la route en face de l'ambassade iranienne, avant d'être dispersées par des coups de feu tirés en l'air par les talibans postés devant le bâtiment, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les talibans ont également tenté de frapper les manifestantes à coup de crosse, selon la même source.

"L'Iran se soulève, maintenant c'est à notre tour", "De Kaboul à l'Iran, dites non à la dictature !", ont scandé les manifestantes, derrière des banderoles que les talibans leur ont arrachées des mains.

Des manifestations ont lieu tous les soirs en Iran, depuis le 16 septembre, date à laquelle la jeune Mahsa Amini est morte à l'hôpital, trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des moeurs pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique d'Iran, qui doivent se couvrir les cheveux en public. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées par la police pendant ces manifestations.

Dans la capitale afghane, les femmes, dont certaines avaient dissimulé leur visage derrière des lunettes de soleil et des masques chirurgicaux, ont ramassé les débris de leurs bannières pour en faire des boules de papier et les jeter sur les talibans qui leur faisaient face.

Ces derniers ont également ordonné à des journalistes d'effacer les vidéos et les photos de la manifestation.

"Nous devons apprendre des femmes iraniennes sans craindre d'être tuées ou emprisonnées, nous devons défendre nos droits", a témoigné sous couvert d'anonymat une manifestante auprès de l'AFP.

"Tant que ces deux gouvernements seront au pouvoir, nous ne pourrons jamais être libres (...) Ici aussi les gens sont fatigués des crimes des talibans. Nous sommes sûrs qu'un jour notre peuple se dressera de la même manière que le peuple iranien", a-t-elle ajouté.

Depuis le retour des talibans au pouvoir en août 2021, plusieurs manifestations sporadiques de femmes ont été organisées dans la capitale et d'autres villes du pays, malgré leur interdiction, que ce soit contre la perte de leur emploi ou pour réclamer le droit de travailler.

Certaines d'entre elles ont été réprimées avec force et les militantes qui avaient appelé aux rassemblements arrêtées par les talibans.

«Prévention du vice»

Après 20 ans de guerre et le départ de l'armée américaine d'Afghanistan, les nouveaux dirigeants du pays ont en effet imposé des règles très strictes sur la conduite des femmes, notamment dans la vie publique, ordonnant aux femmes de porter un voile intégral en public, de préférence la burqa.

Le redouté ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, dont les agents vêtus d'une blouse blanche sillonnent la ville, a vite remplacé celui des Affaires féminines. Chargé de veiller au respect des règles, il a notamment ordonné la séparation des femmes et des hommes dans les parcs publics de Kaboul.

Les fondamentalistes islamistes ont également fermé les écoles secondaires pour filles dans la plupart des provinces.

Le 10 septembre, plusieurs dizaines de jeunes filles avaient manifesté dans l'Est de l'Afghanistan, à Gardez, après avoir constaté la fermeture de leurs écoles pourtant rouvertes une semaine plus tôt sous la pression des étudiantes et de chefs tribaux.

Mardi, un rapport des Nations unies a dénoncé ces "restrictions sévères" aux droits des femmes, notamment l'interdiction de l'enseignement secondaire, et a appelé les talibans à "revenir immédiatement sur cette décision".

La levée des restrictions sur les droits des femmes est une condition essentielle à la reconnaissance du gouvernement taliban, a insisté la communauté internationale. Jusqu'à présent, aucun pays n'a reconnu le gouvernement islamiste.