Résultats du bac 2022: Un taux de réussite de 31,4% à Kairouan

Taux de réussite au baccalauréat à Kairouan (Photo, La Presse).
Taux de réussite au baccalauréat à Kairouan (Photo, La Presse).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

Résultats du bac 2022: Un taux de réussite de 31,4% à Kairouan

  • Au vu des résultats de la session principale du Bac, le gouvernorat de Kairouan occupe toujours la dernière place
  • Dans les différents quartiers de Kairouan, des cris de joie et des youyous fusaient de tous les côtés, mais des sanglots éclataient parfois

Au vu des résultats de la session principale du Bac, le gouvernorat de Kairouan occupe toujours la dernière place.
Beaucoup d’angoisse, mais de la bonne humeur à l’occasion de la proclamation des résultats de la session principale du baccalauréat 2022.

En fait, cette ambiance d’attente fébrile, mêlée d’espoir et d’appréhension, a débuté à partir de vendredi dans les foyers et dans les différents lieux publics où les jeunes étaient enfin soulagés d’avoir reçu sur leurs téléphones portables des SMS comportant tous les détails du résultat: la décision, les notes obtenues dans les différentes matières, la moyenne à l’examen et la moyenne définitive.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Dawliz, Rif, Vox, … le CCM accorde une aide de 11,5 MDH pour la mise à niveau de 5 salles de cinéma

Les salles mythiques du Royaume ne sont pas en reste (Le Matin).
Les salles mythiques du Royaume ne sont pas en reste (Le Matin).
Short Url
  • Ladite subvention est destinée à financer les travaux de création du cinéma Cinerji à El Jadida
  • La commission a ainsi dédié 2.5 MDH au cinéma casablancais Dawliz dans l’optique d’une modernisation

La commission d’aide à la numérisation, à la modernisation et à la création des salles de cinéma octroie une aide globale de 11.5 millions de dirhams, profitant à cinq cinémas, a annoncé jeudi le Centre Cinématographique marocain (CCM) dans un communiqué.

Ladite subvention est destinée à financer les travaux de création du cinéma Cinerji à El Jadida qui obtient une aide de 3,9 MDH, ainsi que le cinéma Vox, à Beni Mellal qui se voit accorder une aide de 3,1 MDH.

Les salles mythiques du Royaume ne sont pas en reste. La commission a ainsi dédié 2.5 MDH au cinéma casablancais Dawliz dans l’optique d’une modernisation. En ce qui concerne l’aide à la numérisation, il a été décidé d’accorder un soutien financier au cinéma Rif Casablanca d’un montant de 1 MDH, au même titre que le cinéma Espagnol de Tétouan qui obtient un budget équivalent.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Protéger les femmes

Des Tunisiennes manifestent le 6 mars 2021 à Tunis contre les violences faites aux femmes (Photo, AFP).
Des Tunisiennes manifestent le 6 mars 2021 à Tunis contre les violences faites aux femmes (Photo, AFP).
Short Url
  • Il est temps d’assurer à toutes ces femmes le droit de respirer
  • Les violences contre les femmes ne sont pas des questions mineures qui relèvent de brèves ou de faits divers

En Tunisie, près d’une cinquantaine de femmes sont tuées chaque année. Rien que pour l’année 2013, le ministère de l’Intérieur a révélé que 46 femmes avaient été tuées intentionnellement, à la suite de violences graves à leur encontre, sur 7.861 femmes qui avaient été soumises à différents types de violence. Ces chiffres confirment l’escalade de la violence à l’égard des femmes ces dernières années.

Mais les violences contre les femmes ne sont pas des questions mineures qui relèvent de brèves ou de faits divers. Il ne s’agit pas d’«incidents» isolés, d’affaires familiales privées ou de «coutumes locales» intangibles, mais bien de très graves problèmes de société. Les attaques à l’acide, les crimes dits «d’honneur», l’inceste, les infanticides et fœticides sexospécifiques, les mariages précoces et/ou forcés, les mutilations génitales féminines, les viols, les violences conjugales et le (cyber) harcèlement sont des violences sexistes. Elles sont fondées sur un système patriarcal qui instaure entre les hommes et les femmes des relations de pouvoir et de domination. Dans un pays où le Code du statut personnel existe depuis 60 ans, il est ahurissant de constater que les hommes qui commettent ces violences peuvent être universitaires, artistes, commerçants, étudiants, ouvriers ou chômeurs. Les femmes qui en sont victimes peuvent être médecins, architectes, universitaires, infirmières, femmes au foyer ou secrétaires.

Elles meurent étranglées, poignardées, brûlées vives, rouées de coups, parfois sous les yeux de leurs enfants, parfois en pleine rue. Pourtant, certains s’escriment à relativiser l’étendue et l’horreur des violences subies par les femmes. En vérité, ils  ont l’indécence de la temporiser pour ne pas agir. De ce fait, ils ne font qu’encourager les agresseurs à aller de l’avant en toute impunité. Car violenter une femme, la terroriser et parfois la tuer dénote le fait qu’elle représente une altérité. Cette altérité se résume pourtant à une liberté qui ne coïncide pas toujours avec celle d’un homme qui n’arrive pas encore à supporter que sa compagne existe autrement que pour lui. Cette emprise sexiste est tellement ancrée dans nos mentalités et dans nos pratiques que certains hommes se sont habitués à l’impunité.Ces femmes livrées à elles-mêmes et à ceux qui les détruisent ne trouvent pas le soutien adéquat malgré la loi.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Alors que sa restauration est bloquée : Un projet d’une double voie menace le mausolée du Medghacen

Le gouvernement avait mobilisé un budget de 150 millions de dinars pour reprendre les opérations (Photo, El Watan).
Le gouvernement avait mobilisé un budget de 150 millions de dinars pour reprendre les opérations (Photo, El Watan).
Short Url
  • L’annonce avait été faite par la ministre de la Culture de l’époque, Malika Bendouda
  • Seul un comité scientifique a été créé et domicilié au Centre national de recherches en archéologie

En février 2021, El Watan partageait le soulagement et l’enthousiasme de l’Association des amis du Medghacen suite à l’annonce de la reprise du projet de réhabilitation du mausolée numide du Medghacen, suspendue en 2018 pour des raisons occultes, et absurdes en tout cas.

L’annonce avait été faite par la ministre de la Culture de l’époque, Malika Bendouda, lors d’une visite sur le site, couronnant des efforts titanesques de l’Association et de cadres attachés à la sauvegarde et à la mise en valeur de notre patrimoine national.

Sur la base d’un projet élaboré par l’Association des amis du Medghacen et intitulé «Programme de recherche, d’études et de travaux de restauration et de mise en valeur du mausolée Imedghassen, Batna, Algérie (Preti)», le gouvernement avait mobilisé un budget de 150 millions de dinars pour reprendre les opérations.

Une enveloppe à laquelle s’ajoute 500 000 dollars octroyés par l’ONG internationale World Monument Fund (WMF), qui montre un grand intérêt pour l’opération, en plus de l’ambassade des Etats-Unis dans le cadre des relations algéro-américaines. La décision fut prise de conduire ce projet de 5 ans en un partenariat entre les pouvoirs publics et la société civile.

C’est la première fois que la société civile propose et réussit à faire valider par l’Etat un projet de cette qualité et de cette envergure. Un projet prioritaire et stratégique qui peut ouvrir la voie à une nouvelle approche du patrimoine pour le valoriser et l’insérer dans une démarche économique et touristique.

Mais plus d’une année après, le projet est au point mort à cause de blocages identifiés au sein du ministère de la Culture et que personne ne comprend. L’Association, partenaire du projet, ne s’explique pas en tout cas les raisons de ces blocages et la réticence à installer le comité de pilotage comme prévu.

Seul un comité scientifique a été créé et domicilié au Centre national de recherches en archéologie (CNRA), mais marginalisé hélas, comme le regrette le président de l’Association, Azeddine Guerfi.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.