François Pouillon part sur les traces d’Étienne Dinet, peintre amoureux de l’islam

L'ethnologue et historien en ethnologie, spécialiste du monde arabe, François Pouillon. Capture d'écran.
L'ethnologue et historien en ethnologie, spécialiste du monde arabe, François Pouillon. Capture d'écran.
Short Url
Publié le Lundi 27 juin 2022

François Pouillon part sur les traces d’Étienne Dinet, peintre amoureux de l’islam

  • Dans son livre, l’auteur évoque la réhabilitation d’Étienne Dinet en Algérie lors de l’indépendance du pays, en 1962
  • Étienne Dinet, à la différence de beaucoup d’autres peintres orientalistes de son époque, a fait le choix de se convertir à l’islam

PARIS: Ethnologue et historien en ethnologie, spécialiste du monde arabe, François Pouillon, le fils de l’architecte Fernand Pouillon, répond aux questions d’Arab News en français au sujet de son dernier livre, Étienne Dinet, peintre en islam. L’Algérie et l’héritage colonial, publié aux éditions Frantz Fanon (Alger).

François Pouillon s’est intéressé aux différentes manières dont sont représentées les sociétés musulmanes de Méditerranée, notamment à travers la photographie, la littérature, la littérature de voyages et la peinture.

Interrogé sur son intérêt pour la peinture orientaliste, François Pouillon nous révèle qu’elle est considérée comme une peinture caricaturale, schématique, qui donne une image falsifiée et sauvage des sociétés orientales. Mais, explique-t-il, l’œuvre d’Étienne Dinet fait office d’exception, sans doute parce que ce peintre a fait le choix de vivre en Algérie, à Bou Saâda, une oasis située aux portes du Sahara.

Réhabilitation
Dans son livre, l’auteur évoque la réhabilitation d’Étienne Dinet en Algérie lors de l’indépendance du pays, en 1962. «Mon enquête a commencé en Algérie, un pays que je connaissais à peine, en 1988. Cette période était favorable à la libéralisation des débats. J’ai pu rencontrer des responsables culturels pour comprendre à quoi correspondait cette réhabilitation d’Étienne Dinet, qui prendra le nom de “Nasreddine” après sa conversion à l’islam. Ce travail présente un historique complet, depuis les premiers séjours de Dinet en Algérie jusqu’à l’époque contemporaine, avec l’ouverture du musée Nasreddine-Dinet à Bou Saâda», nous confie-t-il.

L’auteur explique de quelle manière Étienne Dinet a été réhabilité. «Cela s’est passé lors d’un Conseil des ministres par Ahmed Taleb Ibrahimi, un intellectuel influent qui était ministre de la Culture à cette époque», nous révèle-t-il. «C’est ainsi qu’il a été décidé que le peintre était un représentant de l’Algérie.»

Étienne Dinet, à la différence de beaucoup d’autres peintres orientalistes de son époque, a fait le choix de se convertir à l’islam. Il a effectué le pèlerinage à La Mecque et a voulu être enterré en terre d’islam, dans son oasis, à Bou Saâda», nous explique François Pouillon.

«L’héritage iconographique de la société maghrébine manque d’images. Celles de l’Algérie ont été faites par des non-musulmans, par des étrangers de passage», nous explique l’auteur. Les Algériens trouvent dans la peinture orientaliste, en particulier dans celle d’Étienne Dinet, une représentation de la société algérienne de cette époque coloniale. François Pouillon ajoute: «L’Algérie est le plus beau pays du monde et, pour un peintre, c’est formidable. Il suffit de lire les pages qu’a écrites Fromentin sur les paysages d’Algérie pour s’en convaincre.»

«Recueillir un héritage»
Selon l’auteur, en s’intéressant aux scènes sociales, Étienne Dinet est devenu un peintre ethnologue. «Il voulait rendre compte de cette société qui était en perdition en raison de l’acculturation, de l’exode rural fort. Il désirait recueillir un héritage», explique François Pouillon.

pouillon

C’est cet héritage que les Algériens d’aujourd’hui retrouvent dans cette peinture. Pour l’écrivain, Étienne Dinet a fait le choix d’une transmission non violente. «C’est une vision attendrie du pays et de ses habitants. Le peintre propose une peinture pacifiée et paisible. Il ne voulait pas montrer les aspects violents et cruels de cette période coloniale comme la pauvreté, la misère, les hostilités, les confrontations entre les gens», conclut-il.


Une fois, deux fois, adjugé?... Des lions du Pakistan proposés aux enchères

Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Pakistan les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins
  • Les responsables du zoo prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions

LAHORE, Pakistan: Le zoo de Lahore, au Pakistan, va vendre aux enchères douze de ses vingt-neuf lions la semaine prochaine, afin de faire de la place pour la troupe qui ne cesse de s'agrandir.

Les félins sont désormais si nombreux au Safari Zoo de Lahore (nord-est) que les lions et les tigres ne peuvent rejoindre leurs enclos qu'à tour de rôle, explique à l'AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua.

Grâce à la vente, "nous allons non seulement libérer de l'espace, mais aussi réduire nos dépenses en viande destinée à les nourrir", espère-t-il.

Les responsables du zoo, qui abrite également six tigres et deux jaguars, prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions, âgés de deux à cinq ans.

L'initiative fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d'autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

"Les échanges et les dons d'animaux entre zoos sont une pratique largement acceptée", assure Uzma Khan, du WWF.

"À partir du moment où une institution telle qu'un zoo fixe un prix sur une espèce sauvage, elle encourage le commerce, ce qui va à l'encontre de la préservation", argumente-t-elle.

Au Pakistan, il n'est toutefois pas rare - pour les plus aisés - de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d'autres représentants d'espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse.

Leurs propriétaires publient sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et des séances de photos.

Les responsables du zoo, qui ont fixé une réserve de 150.000 roupies (700 dollars) par lion, espèrent que chaque animal trouvera un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9.300 dollars).

Mais les éventuels acheteurs devront, au préalable, s'enregistrer auprès des autorités locales et prouver qu'ils ont les moyens d'assurer aux félins les soins et un abri appropriés.

Collectionneurs de lions

L'année dernière, une vente aux enchères de lions n'avait pas pu avoir lieu, les acheteurs potentiels ne disposant pas des documents ou attestations nécessaires, rappelle le vétérinaire du zoo, Muhammad Rizwan Khan.

Nouman Hassan, qui s'est attiré les foudres des autorités pour avoir promené son tigre en laisse dans Lahore - la deuxième ville du pays -, prévoit en tout cas d'y participer.

"J'essaierai d'acheter deux ou trois lions, c'est sûr". La vente est aussi l'occasion de diversifier le patrimoine génétique pour des collectionneurs possédant déjà plusieurs lions, explique-t-il.

Aux quatre coins du Pakistan, les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Fin 2020, le zoo de la capitale Islamabad, qui s'était attiré des condamnations internationales pour avoir maltraité l'éléphant Kaavan, avait dû fermer ses portes. Le pachyderme obèse de 36 ans était ensuite parti vers une réserve naturelle cambodgienne.

Le Safari Zoo de Lahore, qui s'étend sur plus de 80 hectares, est toutefois considéré comme l'un des plus accueillants du pays.

Pour M. Khan, le vétérinaire, les animaux y reçoivent les meilleurs soins possibles, ce qui se reflète dans leur fécondité. "Ils connaissent une bonne vie en captivité avec nous", a-t-il déclaré.


L'équipe d'Arabie saoudite remporte l'or à la Special Olympics Unified Cup 2022

L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
Short Url
  • Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe
  • Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1

 

RIYAD : L'équipe saoudienne est entrée dans l'histoire en remportant la médaille d'or de la Special Olympics Unified Cup 2022 samedi, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1.

L'équipe saoudienne a participé pour la première fois à la Special Olympics Unified Cup, aux côtés de 22 autres équipes du monde entier, du 31 juillet au 6 août à Détroit, dans le Michigan.

Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe.

Les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Maroc faisaient partie des équipes arabes qui ont participé à la coupe.

Les autres équipes étaient le Brésil, les États-Unis, la Jamaïque, la Corée du Sud, le Nigeria, le Paraguay, la Roumanie et Singapour.

Le président du conseil d'administration de Special Olympics International, le Dr Timothy Shriver, a félicité l'équipe saoudienne pour sa médaille d'or.

Le directeur des Jeux olympiques spéciaux saoudiens, Abdulrahman Al-Quraishi, a également félicité les joueurs, le personnel technique et administratif, ainsi que les membres de la mission saoudienne pour leur performance exceptionnelle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un musée londonien va restituer au Nigeria des oeuvres pillées au XIXe siècle

Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Short Url
  • Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo
  • La Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres

LONDRES: Soixante-douze artefacts pillés en 1897 pendant une incursion militaire britannique dans la ville de Benin City vont être restitués au Nigeria, a annoncé dimanche le musée Horniman de Londres.

Parmi ces oeuvres et objets se trouvent 12 plaques de laiton, connues sous le nom de bronzes de Benin, ou encore des objets de cérémonie en ivoire et en laiton, des objets de la vie quotidienne tels que des éventails et des paniers, ainsi qu'une clé "du palais du roi".

Cette restitution répond à une demande formulée en janvier par la Commission nationale des musées et monuments du Nigeria, dont le directeur général, le Pr Abba Tijani, a salué la décision de l'établissement londonien.

"Les preuves étaient très claires quant au fait que ces objets ont été obtenus par la force, et une consultation externe a confirmé notre point de vue qu'il était à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria", a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du musée.

Celui-ci va à présent discuter avec la commission nigériane du processus formel de transfert de propriété et de la possibilité que certains objets puissent rester en étant prêtés, pour être exposés ou à des fins de recherches ou d'enseignement.

Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo, pour les y rassembler.

En novembre, la France a rendu 26 de ces pièces. Un coq en bronze et une tête de monarque ont été rendus par le Royaume-Uni au début de l'année.

Par ailleurs, la Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres. Celui-ci s'est dit récemment ouvert à un accord avec la Grèce pour les partager.