La macronie face au fiasco auquel elle ne croyait pas

Le président français Emmanuel Macron quitte l'isoloir alors qu'il vote lors de la deuxième étape des élections législatives françaises dans un bureau de vote du Touquet, dans le nord de la France, le 19 juin 2022. (Michel Spingler / POOL / AFP)
Le président français Emmanuel Macron quitte l'isoloir alors qu'il vote lors de la deuxième étape des élections législatives françaises dans un bureau de vote du Touquet, dans le nord de la France, le 19 juin 2022. (Michel Spingler / POOL / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 juin 2022

La macronie face au fiasco auquel elle ne croyait pas

  • A partir du lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron, fin avril, les sondages ont accompagné cette quasi-certitude d'une reconduction de la majorité, a minima dans son ampleur de 2017
  • Désormais au pied du mur, en n'ayant fait élire que 245 députés - MoDem et Horizons compris -, la majorité semble désemparée

PARIS: Depuis la réélection d'Emmanuel Macron, l'idée que le président n'obtienne qu'une majorité relative à l'Assemblée a été balayée presque jusqu'au fiasco de dimanche soir, qui a brusquement dégrisé la macronie.

"Mon feeling, c'est qu'on aura une majorité trop confortable..." A quelques jours du deuxième tour de l'élection présidentielle, ce ministre n'a qu'une interrogation: "Je vois mal comment on échappera à un groupe d'Horizons", le parti d'Edouard Philippe", "mais c'est jouable que La République en marche ait la majorité absolue, même sans le MoDem".

Le précédent de la réélection de François Mitterrand en 1988, qui n'avait alors obtenu qu'une majorité relative? "Et alors? Michel Rocard, c'est le meilleur gouvernement de gauche qu'on ait eu sous la Ve République!", souriait Edouard Philippe, en avril, lorsqu'on l'interrogeait sur le sujet.

"La situation n'a de toutes façons rien à voir", complétaient plusieurs pontes de la macronie, qui tablaient encore sur "une quinzaine de socialistes et une vingtaine de LR" prêts à rejoindre la majorité.

A partir du lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron, fin avril, les sondages ont accompagné cette quasi-certitude d'une reconduction de la majorité, a minima dans son ampleur de 2017, peut-être même davantage.

"Et puis, progressivement, après l'affaire Abad, après l'affaire du Stade de France, dans les semaines précédant le premier tour des législatives, on a senti qu'on s'éloignait de la majorité absolue" fixée à 289 sièges à l'Assemblée nationale, relève un parlementaire LREM.

"A la toute, toute fin, on s'est dit qu'on allait avoir une majorité étriquée", poursuit-il.

Le soir du premier tour, la douche est tiède, pas encore froide. Lors d'une réunion du groupe macroniste au Sénat dans les jours suivants, Alain Richard présente ses tableaux et prédit 280 sièges pour la majorité. Son collègue François Patriat est davantage optimiste: il a calculé que 310 candidats de la coalition Ensemble! seront gagnants.

"Peut-être ont-ils voulu ne pas trop effrayer. Parce que certains d'entre nous ne trouvaient que 250 élus", remarque un proche d'Emmanuel Macron, qui a "compris que nos modèles de reports de voix étaient dépassés: le front républicain n'existe plus et on le savait".

«Changer du sol au plafond»

Les cafouillages de la majorité présidentielle au soir du premier tour quant à l'absence de consigne de vote claire face aux duels Nupes/RN ont achevé d'effriter le socle de l'électorat macroniste à la présidentielle, désormais décidé à "exprimer une déception, ou qui voulait un rééquilibrage: c'est ce que me disaient les gens sur les marchés", se rappelle un candidat LREM défait.

Pourtant, au siège du parti présidentiel, jusqu'à la veille du second tour, deux lignes persistent à s'affronter.

D'un côté les optimistes, convaincus que Jean-Luc Mélenchon sera un repoussoir dans l'isoloir et qui rappellent que la campagne de réélection d'Emmanuel Macron avait suscité des doutes ensuite balayés par la victoire.

Mais les Cassandre sont toujours là, "furibards après l'espèce de ni-ni entre Mélenchon et Le Pen" et qui sentent "pas du tout un mouvement pour nous dimanche prochain", s'époumonait un ministre-candidat la semaine dernière en disant "ne pas croire du tout à ce qu'on obtienne la majorité absolue".

Dès lors, comment se préparer au risque d'une majorité relative ? "Il n'y a eu aucune réunion dans la majorité pour parler de ça", jurait un responsable du parti en fin de semaine dernière, faisant par ailleurs observer que "si ça devait arriver, il n'y aura pas beaucoup de débauchages", imaginant plutôt des majorités se construisant "projet de loi par projet de loi".

Désormais au pied du mur, en n'ayant fait élire que 245 députés - MoDem et Horizons compris -, la majorité semble désemparée. "Personne ne dit rien, les téléphones ne sonnent pas", note un parlementaire.

Une nouvelle ligne de fracture se dessine toutefois, entre "ceux qui pensent qu'il faut tâtonner et rester dans une forme de statu quo gouvernemental, et ceux qui veulent tout changer du sol au plafond, avec un nouveau Premier ministre", relève un familier de l'exécutif, selon qui "ça flotte beaucoup".

"Mais Macron peut aussi s'amuser", poursuit-il, "en essayant de montrer aux oppositions qu'elles ne veulent pas voter un texte sur le pouvoir d'achat ou l'écologie", alors que Emmanuel Macron a convié mardi et mercredi les responsables politiques.

Pour, lui, "maintenant, il va falloir faire de la politique à 200%".


France: Les émissions de CO2 stagnent au premier semestre à cause de l'énergie

Dans le détail, les différents secteurs d'activité ont enregistré des évolutions très contrastées (Photo, AFP).
Dans le détail, les différents secteurs d'activité ont enregistré des évolutions très contrastées (Photo, AFP).
Short Url
  • Les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France sont restées quasi-stables au premier semestre, peinant ainsi à baisser pour de bon
  • La France s'est engagée à réduire ses émissions de 40% d'ici 2030

PARIS: Les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France sont restées quasi-stables au premier semestre, peinant ainsi à baisser pour de bon avec une hausse dans le secteur de l'énergie en raison de l'arrêt de réacteurs nucléaires, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

"Les émissions de GES des six premiers mois de 2022 sont quasiment stables par rapport à celles des six premiers mois de 2021 (-0,6% de différence sur le semestre), au total tous secteurs hors puits de carbone", indique le Citepa, organisme mandaté pour réaliser l'inventaire français des émissions.

Il s'agit à ce stade d'estimations provisoires, prévient-t-il. Mais elles ne sont pas de bon augure, alors que la France s'est engagée à réduire ses émissions de 40% d'ici 2030, une ambition qui doit être renforcée pour tenir compte de nouveaux objectifs européens (-55%).

Dans le détail, les différents secteurs d'activité ont enregistré des évolutions très contrastées.

Le secteur de la production d'énergie a ainsi connu une hausse marquée de 7,6% sur le semestre, et cela "en lien avec les nombreux arrêts de centrales nucléaires en 2022", souligne le Citepa.

La France doit en effet faire face à l'indisponibilité de la moitié de son parc nucléaire actuellement en raison de maintenances programmées ou de problèmes de micro-fissures apparues l'hiver dernier. Résultat, la production électrique nucléaire devrait atteindre 280 TWh en 2022, un plus bas historique.

Pour produire son électricité, le pays a ainsi notamment eu recours aux centrales à gaz et, beaucoup plus marginalement, à charbon. Ces moyens de production émettent du CO2, contrairement au nucléaire.

Le secteur des transports a aussi vu ses émissions augmenter sur la période (+7,0%), "avec deux facteurs opposés qui ont pu entrer en compétition, la suite du rebond post covid 2020 de reprise d'activité et la crise énergétique", note le Citepa.

À l'inverse, le secteur des bâtiments (-12,5%) et de l’industrie manufacturière et de la construction (-5,2%) ont vu leurs émissions reculer, une tendance pour laquelle le Citepa évoque la crise de l'énergie mais aussi la météo plus douce, qui a des effets sur le chauffage.


Transports et sécurité JO de Paris 2024: Macron veut des arbitrages «en octobre»

Du côté de la cérémonie d'ouverture, consistant à un défilé des délégations olympiques sur 6 km de la Seine, Emmanuel Macron a demandé à ce que «soit clarifiées les chaines de responsabilités» (Photo, AFP).
Du côté de la cérémonie d'ouverture, consistant à un défilé des délégations olympiques sur 6 km de la Seine, Emmanuel Macron a demandé à ce que «soit clarifiées les chaines de responsabilités» (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chef de l’État a «souhaité que le mois d'octobre soit un mois d'arbitrages et de décisions sur un certain nombre de sujets», a fait savoir l’Élysée
  • «Tarifications, dessertes à vélo, cadencement de l'offre, besoins en chauffeurs, notamment de bus, pourront ainsi être finalisés», a ajouté l’Élysée

PARIS: Emmanuel Macron a demandé des arbitrages sur le plan de transports "en octobre" ainsi que sur la sécurité de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris 2024, a indiqué l'Elysée jeudi à l'issue d'une réunion avec les élus impliqués, à l’Élysée.

Le chef de l’État a "souhaité que le mois d'octobre soit un mois d'arbitrages et de décisions sur un certain nombre de sujets", a fait savoir l’Élysée. Ainsi Ile-de-France mobilités doit pouvoir "transmettre les derniers éléments attendus" pour "produire, courant octobre, son projet global de transports".

"Tarifications, dessertes à vélo, cadencement de l'offre, besoins en chauffeurs, notamment de bus, pourront ainsi être finalisés" à partir de ce document, a ajouté l’Élysée. Le ministre des Transports, Clément Beaune, lancera "un comité des mobilités" avec tous les acteurs locaux et nationaux, et les opérateurs, a encore indiqué l'Elysée.

La question des transports, toujours cruciale pour des JO, se pose de manière accrue en Ile-de-France. Outre le fait que certaines lignes ne seront pas prêtes à temps pour 2024, le fiasco de la finale de la Ligue des champions fin mai, a aussi mis en lumière un problème d'accès aux abords du Stade de France, équipement olympique.

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a fait part, lors de cette réunion, de ses préoccupations pour le prolongement de la ligne E, Eole, qu'elle veut voir ouverte pendant les JO, ainsi que sur le manque de conducteurs et le climat social à la RATP, a indiqué son entourage à l'AFP.

La question de l'accessibilité a aussi été largement évoqué. Un plan "spécifique" devra être élaboré "d'ici la fin de l'année".

Du côté de la cérémonie d'ouverture, consistant à un défilé des délégations olympiques sur 6 km de la Seine, Emmanuel Macron a demandé à ce que "soit clarifiées les chaines de responsabilités" selon les zones et que "les modes de gestions des flux sur les quais hauts soient arbitrés d'ici la fin octobre".

Il est en effet prévu que les spectateurs munis de billets aillent sur les quais bas tandis que le spectacle sera visible gratuitement depuis les quais hauts. La jauge de la cérémonie n'est pas encore finalisée.

De son côté, la Première ministre, Élisabeth Borne, présente à la réunion, fera le point sur "les besoins législatifs" pour la future loi olympique, "d'ici la fin octobre" pour une présentation en Conseil des ministres "d'ici la fin de l'année".

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a mis en avant "le haut niveau d'attente des concitoyens sur l'ambition écologique du projet", a rapporté l’Élysée. Quant au président de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, il a insisté sur "l'héritage" et les retombées économiques pour les habitants du département, a-t-il dit, interrogé par l'AFP en sortant.


Retraite: Le groupe LFI refuse de participer «à la mascarade» de la concertation

Le chef de la coalition de gauche Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) et du parti de gauche La France Insoumise (LFI) Jean-Luc Melenchon (au centre), lors d'un rassemblement dans le cadre d'une journée nationale de grève des travailleurs, à Marseille, le 29 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le chef de la coalition de gauche Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) et du parti de gauche La France Insoumise (LFI) Jean-Luc Melenchon (au centre), lors d'un rassemblement dans le cadre d'une journée nationale de grève des travailleurs, à Marseille, le 29 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Emmanuel Macron, isolé et désavoué par son propre camp, a dû battre en retraite sur l'hypothèse d'un amendement en catimini pour imposer sa réforme des retraites»
  • «Le gouvernement pense désormais reculer pour mieux sauter», écrit le groupe, présidée par la députée Mathilde Panot

PARIS: Le groupe LFI "refuse de participer à (la) mascarade" du nouveau cycle de concertations que va lancer le gouvernement sur les retraites, en s'opposant à la "condition préalable" de "l'acceptation d'un recul de l'âge de départ à la retraite", a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

L'exécutif a annoncé jeudi qu'il allait rouvrir un cycle de concertations pour l'adoption d'un projet de loi sur la réforme de retraite "avant la fin de l'hiver", sans pour autant exclure une dissolution de l'Assemblée nationale en cas de blocage.

"Emmanuel Macron, isolé et désavoué par son propre camp, a dû battre en retraite sur l'hypothèse d'un amendement en catimini pour imposer sa réforme des retraites. Le gouvernement pense désormais reculer pour mieux sauter", écrit le groupe, présidée par la députée Mathilde Panot.

Mais "le nouveau cycle de 'concertation' pose comme condition préalable l'acceptation d'un recul de l'âge de départ à la retraite. Le groupe LFI-Nupes refuse de participer à cette mascarade", poursuit le communiqué.

Face à la menace de dissolution, "pas d'inquiétude: nous sommes plus que jamais prêts à gouverner", assure le groupe qui promet de "répliquer par tous les moyens dont nous disposons". "Dès lundi dans l'hémicycle et dans toutes les mobilisations à venir. Déferlons à Paris le 16 octobre prochain!", ajoutent-ils en référence à la marche que prépare une partie de la Nupes ce jour-là.