Le Liban menace d'expulser les réfugiés syriens

Le Premier ministre libanais Najib Mikati. (Photo, AFP)
Le Premier ministre libanais Najib Mikati. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 juin 2022

Le Liban menace d'expulser les réfugiés syriens

Le Premier ministre libanais Najib Mikati. (Photo, AFP)
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde
  • «J'appelle la communauté internationale à coopérer avec le Liban pour rapatrier les déplacés syriens», a ajouté le chef du gouvernement

BEYROUTH: Le Premier ministre libanais a affirmé lundi que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens sur son territoire si la communauté internationale ne l'aidait pas à les rapatrier. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde. 

« Onze ans après le début de la crise syrienne, le Liban n'est plus en mesure de porter un tel fardeau », a averti Najib Mikati, en référence à la guerre en Syrie voisine qui a éclaté en 2011. 

« J'appelle la communauté internationale à coopérer avec le Liban pour rapatrier les déplacés syriens », a ajouté le chef du gouvernement. 

« Faute de quoi, le Liban prendra une décision qui n'est pas souhaitable pour les pays occidentaux, à savoir l'expulsion des Syriens du Liban », a-t-il averti, assurant que cela se ferait « de façon légale ». 

M. Mikati s'exprimait lors de la cérémonie de lancement du « Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023 », soutenu par les Nations unies, qui vise à fournir une aide humanitaire à 1,5 million de Libanais, au même nombre de réfugiés syriens et à plus de 200 000 réfugiés palestiniens. 

Depuis 2015, neuf milliards de dollars d'aide ont été fournis dans le cadre de ce plan, selon l'ONU. 

Et lundi, le Liban a demandé 3,2 milliards de dollars « pour faire face à l'impact continu de la crise syrienne », selon la même source. 

Fin mai, le ministre libanais des Affaires sociales Hector Hajjar avait déjà averti que le Liban ne pouvait plus assumer « le coût » du maintien des réfugiés syriens sur son territoire. 

Le Liban traverse depuis 2019 une crise économique sans précédent, l'une des pires dans l'histoire du monde depuis 1850, selon la Banque mondiale. 

Cette crise a brusquement plongé de nombreux Libanais dans la pauvreté, exacerbant le ressentiment du public face à la présence continue de réfugiés syriens dans le pays. 

Certains politiques et experts ont récemment affirmé que grâce aux dons en dollars des agences d'aide, les réfugiés syriens reçoivent plus d'aide que les Libanais les plus pauvres. 

Plusieurs ONG, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont mis en garde contre l'expulsion des réfugiés vers la Syrie, où les autorités ont selon eux arrêté, torturé ou fait disparaître des Syriens rentrés au pays. 


Algérie: «scènes de désolation» après des incendies ayant fait au moins 38 morts

Une Algérienne inspecte les dégâts causés à son domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)
Une Algérienne inspecte les dégâts causés à son domicile par les incendies de forêt dans la région d'Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021. (AFP)
Short Url
  • Le bilan des incendies de ces derniers jours s'est alourdi avec 30 morts dans la zone d'El Tarf, dans l'extrême est, près de la frontière avec la Tunisie
  • En outre, plus de 200 personnes ont été blessées, selon des médias locaux

ALGER: Les pompiers en Algérie tentent jeudi de maîtriser les derniers feux de forêts dans le nord et l'extrême est du pays au milieu de "scènes de désolation", au lendemain de violents incendies qui y ont fait au moins 38 morts.

Le bilan des incendies de ces derniers jours s'est alourdi avec 30 morts dans la zone d'El Tarf, dans l'extrême est, près de la frontière avec la Tunisie, cinq à Souk Ahras, deux femmes à Sétif et une personne à Guelma, dans l'est, selon la protection civile, des journalistes locaux et la télévision Ennahar.

En outre, plus de 200 personnes ont été blessées, selon des médias locaux. Sur la route vers El Kala", près de El Tarf, une ville de 100.000 habitants, "une tornade de feu a tout emporté en quelques secondes, la plupart des morts ont été encerclés alors qu'ils visitaient un parc animalier", a décrit à l'AFP un journaliste local.

Sur les 39 incendies ayant ravagé 14 wilayas (départements) du nord du pays, un certain nombre étaient encore en cours jeudi et les autorités redoutent des départs de feu à cause de rafales de vent.

Des hélicoptères bombardiers d'eau de la protection civile et de l'armée sont intervenus dans plusieurs villes.

L'Algérie a affrété un avion bombardier d'eau russe Beriev BE 200, mais après être intervenu sur différents incendies, il a subi une panne et ne sera à nouveau opérationnel qu'à partir de samedi, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, mercredi soir.

Le Premier ministre, Ayman Benabderrahmane, est arrivé jeudi matin à El Tarf, selon la télévision. La gendarmerie a fermé plusieurs routes nationales à cause des incendies.

A Souk Ahras, près de la frontière tunisienne, un important incendie était toujours en cours jeudi matin dans la zone montagneuse du Djebel Oued Chouk, selon un journaliste local joint par téléphone par l'AFP. Il a évoqué des scènes de panique mercredi dans cette ville de 500.000 habitants.

D'après ce journaliste, 97 femmes et 17 nouveaux-nés qui se trouvaient dans un hôpital proche d'une zone forestière ont dû être évacués. Des images télévisées ont montré des habitants fuyant en courant leurs logements en flamme, des femmes portant leurs enfants dans les bras. Plus de 350 familles ont dû quitter leurs habitations.

Bombardiers d'eau en nombre insuffisant 

Chaque année, le nord de l'Algérie est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique. Il faisait environ 48 degrés mercredi à El Tarf, Guelma et Souk Ahras.

L'été 2021 a été le plus meurtrier depuis l'indépendance algérienne: au moins 90 personnes sont mortes dans des feux de forêt qui ont ravagé le Nord, où plus de 100.000 hectares de taillis sont partis en fumée.

Le réchauffement climatique augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

Depuis le début du mois d'août, 106 incendies ont éclaté en Algérie, détruisant 800 hectares de forêt et 1.800 hectares de taillis, a précisé le ministre de l'Intérieur.

Ces incendies ravivent des plaies et le débat sur l'absence d'avions bombardiers d'eau en nombre suffisant, qui avait déjà agité le pays l'été dernier après des incendies meurtriers.

Lors d'un séminaire algéro-canadien sur la lutte contre les feux de forêt, des spécialistes avaient recommandé en mai "la mise en place d'un dispositif national de lutte au moins équivalent à celui qui existait dans les années 1980!", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat un expert qui participait au départ.

A l'époque, "la DTA (direction du travail aérien) disposait de 22 appareils de type Grumman qui faisaient la fierté de l'Algérie notamment en matière de lutte contre les feux de forêt", a ajouté l'expert, selon lequel les appareils "ont été vendus au dinar symbolique sans qu'aucune solution de rechange ne soit proposée".

"Certains de ces incendies ont été provoqués", a affirmé M. Beldjoud.

Pays le plus étendu d'Afrique, l'Algérie ne compte que 4,1 millions d'hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.


Le prince héritier de Jordanie annonce ses fiançailles avec une Saoudienne

La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
La Cour royale jordanienne a annoncé les fiançailles du prince héritier mercredi dernier. (Twitter/@RHCJO)
Short Url
  • Les fiançailles du prince Hussein ben Abdallah et de Rajwa al-Saïf ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad
  • La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier

RIYAD: La cour royale de Jordanie a annoncé mercredi dernier les fiançailles du prince héritier, Hussein ben Abdellah, avec la Saoudienne Rajwa Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf.

Les fiançailles ont eu lieu au domicile du père de la future mariée, à Riyad. Parmi les invités figuraient plusieurs membres de la famille royale jordanienne, parmi lesquels le prince Hassan ben Talal, le prince Hachem ben Abdallah, le prince Ali ben Hussein, le prince Hamzah ben Hussein, le prince Ghazi ben Mohammed et le prince Rachid ben Hassan, ainsi que des membres de la famille d'Al-Saïf.

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a appelé le roi de Jordanie, Abdallah II ben al-Hussein, et le prince héritier, Hussein ben Abdallah, a rapporté l'agence de presse saoudienne ce matin.

Au cours de ces appels, le prince Mohammed ben Salmane a adressé ses félicitations pour les fiançailles du prince héritier Hussein et lui a souhaité, ainsi qu'à sa future épouse, du succès ainsi qu’une vie heureuse.

«Je ne pensais pas qu'il était possible de ressentir autant de joie! Félicitations à mon aîné, le prince Hussein, et à sa belle future épouse, Rajwa», a déclaré la reine Rania dans un message publié sur Twitter.

Selon Royal News, Mme Al-Saïf est née à Riyad le 28 avril 1994. Elle est la fille de Khaled ben Musaed ben Saïf ben Abdelaziz al-Saïf et d'Azza bent Nayef Abdelaziz Ahmed al-Soudairi. Elle a été lycéenne en Arabie saoudite puis a fait ses études à l'école d'architecture de l'université de Syracuse, à New York.

La princesse Iman bent Abdallah de Jordanie a annoncé ses fiançailles avec le financier new-yorkais Jameel Alexander Thermiotis au mois de juillet dernier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les jeunes Palestiniens se désintéressent de la politique, selon un sondage

Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Des manifestants palestiniens brandissent leur drapeau national près de la frontière entre Israël et Gaza. (AFP/Archives)
Short Url
  • Une étude du Centre des médias et de la communication de Jérusalem révèle que les jeunes Palestiniens hésitent à adhérer à un parti politique
  • Au total, 58,5% ont déclaré qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute

RAMALLAH: Les jeunes Palestiniens ont le potentiel de jouer un rôle essentiel dans la politique, mais n'ont pas l'occasion de le faire, selon les résultats d'un récent sondage.
L’étude réalisée par le Centre des médias et de la communication de Jérusalem, a révélé que les jeunes sont réticents à adhérer à des partis politiques, bien que plus de 82% des personnes interrogées estiment qu'ils ont un rôle important à jouer.
Plus de 88% des personnes interrogées pensent qu'il était important que les jeunes deviennent membres des comités centraux et des politburos des partis et factions politiques, mais près de 69% d'entre elles ont déclaré qu'il y avait eu une baisse significative de leur participation.
Près de 75% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles croyaient en l'importance de la tenue d'élections législatives, tandis que 79% ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections présidentielles. Un peu plus de 70% des personnes ont déclaré qu'elles voteraient lors de ces élections.
Plus de 34% des personnes sondées ont indiqué que les questions économiques étaient leur principale préoccupation lorsqu'elles évaluaient les programmes des listes ou des partis électoraux, suivies par la sûreté et la sécurité (29%) et la lutte contre la corruption (14%).
Le sondage a montré que 51% des personnes interrogées soutiendraient le programme politique de l'OLP, 22% soutiendraient le Hamas et 27% n'ont pas répondu.
Près de 76% des personnes interrogées ont déclaré qu'il était essentiel d'organiser des élections pour la direction des partis et factions politiques palestiniens.
Un peu plus de 32% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles voteraient pour le candidat aux élections du CLP représentant le Fatah, dirigé par le président, Mahmoud Abbas, tandis que 13,5% opteraient pour le Hamas, dirigé par Ismail Haniyeh. Plus de 33% ont déclaré qu'ils ne voteraient pas ou qu'ils ne savaient pas pour qui voter.
Dans cette étude, 19% des personnes interrogées ont déclaré vouloir que Marwan Barghouthi soit le futur président de l'OLP, tandis que le même pourcentage a affirmé vouloir qu'il soit président de l'AP, suivi par Mohammed Dahlan avec 4,3%, Hossein al-Cheikh avec 3,6%, Mohammed Chtayyeh avec 3,3% et Mohammed Aloul avec 2,9%.
Un peu plus de 44% ont déclaré que la décision d'Abbas de nommer Hossein al-Cheikh au poste de secrétaire du comité exécutif de l'OLP n'était pas bonne et 33% ont dit qu'ils s'attendaient à ce qu'il fasse un mauvais travail.
Un peu plus de 50% des participants ont déclaré que les performances de l'AP étaient bonnes - contre plus de 68% en juin 2020 – tandis que 45% ont déclaré qu'elles étaient mauvaises.
Au total, 58,5% des personnes sondées ont souligné qu'ils pensaient que l'AP devait être maintenue, tandis que 33% ont déclaré qu'elle devait être dissoute.
Sur la question de la guerre en Ukraine, 65% des personnes interrogées ont déclaré être neutres, tandis que 17% ont déclaré avoir de la sympathie pour la Russie et 8% pour l'Ukraine. Près de 65% des personnes interrogées ont déclaré que les dirigeants palestiniens devraient adopter une position neutre sur le conflit.
Un peu plus de 42% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles pensaient que la visite du président américain, Joe Biden, dans la région n'affecterait pas les intérêts du peuple palestinien, tandis que 38% ont déclaré qu'elle serait nuisible et 13% qu'elle pourrait être bénéfique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com