Une Américaine de 9 ans survit à une très rare attaque de puma

Les attaques de puma, un puissant félin aussi connu sous le nom de couguar et présent sur le continent américain, sont extrêmement rares, mais les autorités recommandent, si cela arrive, de tout faire pour «rester debout et rendre les coups», et de ne surtout pas tenter de fuir ou de faire le mort. (Photo, AFP)
Les attaques de puma, un puissant félin aussi connu sous le nom de couguar et présent sur le continent américain, sont extrêmement rares, mais les autorités recommandent, si cela arrive, de tout faire pour «rester debout et rendre les coups», et de ne surtout pas tenter de fuir ou de faire le mort. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

Une Américaine de 9 ans survit à une très rare attaque de puma

Les attaques de puma, un puissant félin aussi connu sous le nom de couguar et présent sur le continent américain, sont extrêmement rares, mais les autorités recommandent, si cela arrive, de tout faire pour «rester debout et rendre les coups», et de ne surtout pas tenter de fuir ou de faire le mort. (Photo, AFP)
  • L'attaque a eu lieu samedi matin, au moment où Lily «campait avec sa famille» dans l'est de l'Etat
  • Depuis 1924, seules 20 personnes ont subi des attaques de pumas dans cet Etat sauvage et montagneux, et deux personnes en sont mortes

WASHINGTON: Une fille de 9 ans qui faisait du camping dans l'Etat de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis, a survécu a une attaque de puma, très rare contre l'homme, a raconté son oncle qui a lancé une cagnotte en ligne. 

L'attaque a eu lieu samedi matin, au moment où Lily « campait avec sa famille » dans l'est de l'Etat, a écrit son oncle Alex Mantsevich sur le site de financement participatif GoFundMe. 

« Transportée en hélicoptère vers l'hôpital avec de nombreuses blessures sur le haut de son corps et son visage », elle a subi de nombreuses opérations et est sortie lundi du coma, « bien consciente de ce qui lui est arrivée ». 

L'appel de son oncle à une aide financière, pour les frais de santé notamment, est accompagné de photos de la jeune fille sur son lit d'hôpital, le visage constellé de large plaies semblables à de graves griffures. 

Depuis 1924, seules 20 personnes ont subi des attaques de pumas dans cet Etat sauvage et montagneux, et deux personnes en sont mortes, note l'agence de protection de la nature de l'Etat de Washington. 

L'une de ses porte-paroles a indiqué à une chaine de télévision locale qu'ils menaient une enquête pour mieux comprendre les circonstances de l'attaque, et que le corps de l'animal, abattu par une personne présente sur les lieux, serait analysé, notamment afin de détecter d'éventuelles maladies. 

Les attaques de puma, un puissant félin aussi connu sous le nom de couguar et présent sur le continent américain, sont extrêmement rares, mais les autorités recommandent, si cela arrive, de tout faire pour « rester debout et rendre les coups », et de ne surtout pas tenter de fuir ou de faire le mort. 


La Grèce critiquée pour son «échec chronique» à protéger la nature

Cette photo prise dans le parc national de Dadia, dans l'est de la Grèce, le 25 juillet 2022, montre la fumée qui s'élève au-dessus des arbres brûlés. (AFP).
Cette photo prise dans le parc national de Dadia, dans l'est de la Grèce, le 25 juillet 2022, montre la fumée qui s'élève au-dessus des arbres brûlés. (AFP).
Short Url
  • Le parc national de Dadia, qui a échappé de justesse à la destruction par le feu fin juillet, est en théorie l'une des zones les mieux protégées de Grèce
  • Plus de 4 500 hectares de forêt ont été parcourus par le feu, dont 2 200 ont été détruits à Dadia, dans le nord du pays, a précisé le ministère de l'Environnement

ATHENES : Manque d'effectifs et de ressources: un violent incendie dans un parc national grec révèle un "échec chronique" dans la protection de la nature en Grèce, dénoncent plusieurs organisations de protection de l'environnement.

Le parc national de Dadia, qui a échappé de justesse à la destruction par le feu fin juillet, est en théorie l'une des zones les mieux protégées de Grèce, car elle abrite l'un des plus importants lieux de reproduction des vautours et autres rapaces en Europe.

Plus de 4 500 hectares de forêt ont été parcourus par le feu, dont 2 200 ont été détruits à Dadia, dans le nord du pays, a précisé le ministère de l'Environnement. Mais selon les premières estimations, les aires de nidification ont été en majorité épargnées.

"Le respect et la protection de l'environnement étaient et restent un engagement fondamental de notre gouvernement", s'est félicité le ministre de l'Environnement Costas Skrekas.

Or de nombreux groupes environnementaux grecs ne sont pas de cet avis.

Spyros Psaroudas, directeur du groupe de protection de la faune Callisto, dénonce un "échec chronique" dans la protection de la nature en Grèce, estimant que le gouvernement conservateur cherche à créer un environnement favorable aux entreprises au détriment de la faune sauvage.

"Il y a un manque de coordination entre les ministères et d'attribution claire des responsabilités (..) tout cela conduit à des activités illégales qui ne sont jamais sanctionnées", renchérit Nadia Andreanidou, chargée de mission pour l'Association méditerranéenne pour la sauvegarde des tortues de mer (Medasset).

"C'est un cercle vicieux et cela conduit à une mauvaise gestion des zones protégées", explique-t-elle à l'AFP.

L'ingénieur forestier Dimitris Vasilakis, qui a participé à l'élaboration du plan opérationnel de Dadia, explique que le parc ne compte que quatre gardes forestiers pour patrouiller 800 km2.

Le service forestier de Soufli, qui supervise Dadia, reçoit chaque année moins de 50 000 euros de l'État, soit un cinquième des prévisions, selon M. Vasilakis.

Alors même que le parc brûlait il y a deux semaines, le gouvernement a tenté de faire adopter une nouvelle loi qui, selon une douzaine d'ONG, réduisait encore la protection des parcs nationaux.

Au septième jour de l'incendie, le projet de loi a été retiré de manière inattendue par le gouvernement pour une "nouvelle consultation". Le texte aurait autorisé des activités supplémentaires dans les zones protégées, notamment des routes, des sites touristiques et des installations de stockage d'électricité et de télécommunications.

Vide juridique

La Grèce a été renvoyée à plusieurs reprises devant la Cour européenne de justice pour son incapacité à protéger ses habitats naturels.

En décembre 2020, la Cour a rappelé à Athènes que, de son propre aveu, le pays avait mis en place des mesures de protection pour moins de 20% des 240 zones protégées.

Selon les groupes de défense de l'environnement, l'une des principales omissions est l'absence de garanties juridiques et de réglementations régissant la part grecque du réseau européen Natura 2000 - qui regroupe des sites de reproduction et de repos pour les espèces rares et menacées, protégés par la législation européenne.

Charikleia Minotou, responsable du programme du parc national de l'île de Zante pour la protection des tortues Caretta Caretta, géré par la section grecque de WWF, affirme que les autorités ne donnent pas suite aux "centaines" de plaintes et d'amendes contre le développement illégal.

L'accent sur l'énergie

Selon Mme Minotou, le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis met l'accent sur l'exploration des hydrocarbures. Avant même l'attaque russe en Ukraine, la Grèce avait réservé des sites d'exploration en mer Ionienne.

En février, plusieurs baleines à bec de Cuvier se sont échouées sur les côtes lors de recherches sismiques dans la mer Ionienne. Or l'agence nationale de gestion des hydrocarbures a nié que ses activités en soient la cause.

En 2020, la Grèce a créé un nouvel organisme national chargé de gérer ses parcs, l'Agence pour l'environnement naturel et le changement climatique (Necca). Mais les ONG déplorent d'en être exclues, de même que les autorités locales.

"Nous avons besoin de parcs nationaux où la société locale participe et soit représentée démocratiquement", fustige M. Psaroudas.


Covid: Hong Kong réduit la quarantaine pour les arrivées de l'étranger

Des résidents et des touristes font la queue pour subir des tests d'acide nucléique pour le coronavirus Covid-19 à Sanya, dans la province chinoise de Hainan (sud), le 8 août 2022. (AFP).
Des résidents et des touristes font la queue pour subir des tests d'acide nucléique pour le coronavirus Covid-19 à Sanya, dans la province chinoise de Hainan (sud), le 8 août 2022. (AFP).
Short Url
  • À Hong Kong, les voyageurs en provenance de l'étranger devront passer trois nuits dans l'un des hôtels de quarantaine désignés par le gouvernement, avant de surveiller leur état de santé à la maison ou dans un hôtel de leur choix pendant quatre jours
  • «Nous espérons maintenir les activités primordiales et la compétitivité de Hong Kong, et donner à la société une vitalité économique et le meilleur élan pour son développement»

HONG KONG : Hong Kong va réduire la quarantaine obligatoire en hôtel d'une semaine à trois jours pour les personnes arrivant de l'étranger, a annoncé lundi le chef de l'exécutif de la ville John Lee.

A partir de vendredi, les voyageurs en provenance de l'étranger devront passer trois nuits dans l'un des hôtels de quarantaine désignés par le gouvernement, avant de surveiller leur état de santé à la maison ou dans un hôtel de leur choix pendant quatre jours, a précisé M. Lee.

"Nous espérons maintenir les activités primordiales et la compétitivité de Hong Kong, et donner à la société une vitalité économique et le meilleur élan pour son développement", a-t-il déclaré.

Autrefois carrefour asiatique en matière de transport et de logistique, Hong Kong est coupé du monde depuis plus de deux ans du fait d'une politique sanitaire draconienne en ligne avec la stratégie "zéro-Covid" de la Chine.

Appliquant des mesures sanitaires parmi les plus strictes au monde, Hong Kong exige des voyageurs arrivant de l'étranger qu'ils respectent une quarantaine de sept jours à l'hôtel, ponctuée de plusieurs dépistages.

Le milieu des affaires s'est plaint de cette politique qui empêche les employés de se rendre à l'étranger.

M. Lee a rejeté l'idée que cet assouplissement signifie une rupture avec la politique chinoise.

"Il n'est pas contradictoire de rester en contact avec le monde extérieur et de travailler pour reprendre les voyages sans quarantaine avec la Chine continentale", a-t-il estimé.

QR code

Parallèlement à ces nouvelles règles de quarantaine, Hong Kong va mettre en place un système de code QR sanitaire similaire à l'application de traçage mise en place par le gouvernement de Pékin.

Avec ce système, une personne infectée recevra un code rouge l'empêchant de quitter son isolement.

Les personnes arrivant de l'étranger auront un code jaune à l'issue de leur trois jours à l'hôtel et l'accès à certains lieux comme les restaurants, bars et cinémas leur sera interdit pendant les quatre jours d'auto-surveillance.

"La situation pourrait un peu soulager les voyageurs d'affaires, mais ce n'est toujours pas très attractif pour les touristes", souligne Perry Yiu, député local chargé du secteur du tourisme.

"J'espère (...) que nous pourrons nous débarrasser de la quarantaine obligatoire dans les hôtels d'ici le quatrième trimestre de cette année".

Un informaticien hongkongais travaillant à Singapour se dit prudent avant de considérer un retour dans sa ville d'origine.

"Je vais adopter une position attentiste pour voir si cette politique est stable", a déclaré cet homme qui a demandé à être identifié par le prénom Tom.


En Espagne, la sécheresse ravive les tensions sur la gestion de l'eau

Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule. (AFP).
Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule. (AFP).
Short Url
  • Comme la France et l'Italie, la péninsule ibérique a connu ces derniers mois des vagues de chaleur extrême, au sortir d'un hiver inhabituellement sec
  • En Espagne, le manque d'eau n'est pourtant pas une nouveauté. Le pays s'est même érigé en modèle d'adaptation face aux pluies irrégulières

MADRID: Le manque de pluie va-t-il finir en guerre de l'eau? Confrontée à une sécheresse historique, l'Espagne s'interroge sur l'avenir de ses ressources hydriques, consacrées en grande partie à l'irrigation des terres agricoles, alors que 75% du pays est menacé de désertification.

Face au manque de précipitations, "nous devons être extrêmement prudents et responsables au lieu de fermer les yeux", a prévenu récemment la ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, disant anticiper des "épisodes de tension maximale".

Comme la France et l'Italie, la péninsule ibérique a connu ces derniers mois des vagues de chaleur extrême, au sortir d'un hiver inhabituellement sec. Les réserves d'eau espagnoles sont ainsi tombées début août à 40,4% de leur capacité, soit 20 points de moins que la moyenne des dix dernières années à cette époque.

Cette situation a poussé les autorités à prendre des mesures d'urgence pour limiter la consommation d'eau, notamment en Catalogne et en Andalousie (sud), où le niveau des réservoirs ne dépasse pas 25% (au lieu de 56,5%) dans le bassin du Guadalquivir, qui irrigue l'ensemble de la région.

"La situation est dramatique", tant pour "les eaux de surface" que pour "les nappes phréatiques", constate Rosario Jiménez, professeure d'hydrologie à l'université de Jaén (Andalousie). Une situation d'autant plus inquiétante qu'elle s'inscrit dans une tendance de fond que Rosario Jiménez attribue au réchauffement climatique.

« Surexploitation » de l'eau 

En Espagne, le manque d'eau n'est pourtant pas une nouveauté. Le pays s'est même érigé en modèle d'adaptation face aux pluies irrégulières, grâce à ses transferts d'eau entre bassins hydrologiques et à ses nombreux réservoirs, construits pour sécuriser l'approvisionnement des villes et des parcelles agricoles.

Au cours du 20e siècle, 1.200 grands barrages ont ainsi été aménagés dans le pays, un record européen rapporté au nombre d'habitants. Cela "a permis à l'Espagne de passer en termes de terres irriguées de 900.000 à 3.400.000 hectares", se félicite sur son site internet le ministère de la Transition écologique, qui estime que "le système de gestion de l'eau en Espagne est un exemple de succès".

Mais pour nombre d'experts, ce système montre aujourd'hui ses limites. Ces barrages ont "eu leur utilité", mais ont aussi "favorisé la surexploitation" de l'eau et sa baisse de qualité, en entravant le cours naturel des rivières et leur régénération, dénonce Julio Barea, responsable de campagne pour Greenpeace Espagne.

Pour le Conseil scientifique du bassin Rhône-Méditerranée, organisme français regroupant des spécialistes d'hydrologie, "le modèle espagnol" ne tient "que dans la mesure où les ressources en eau sont suffisamment disponibles" pour permettre "le remplissage des retenues" d'eau.

Or, "il semble que ces limites physiques soient proches", estime-t-il dans un rapport. Et d'ajouter que "les évolutions climatiques déjà à l'oeuvre, et qui vont perdurer dans les décennies à venir, vont accentuer le risque de défaillances, dont la gravité pourra aussi tenir aux faibles possibilités d'adaptation" du modèle actuel.

« Fuite en avant »

Pour les experts, c'est l'usage des ressources qui pose problème, dans un pays où il n'est pas rare de voir des pelouses arrosées en pleine journée en période de canicule, comme c'est le cas à Madrid. "La consommation n'a pas cessé d'augmenter alors que l'eau dont nous disposons est de plus en plus rare. C'est une aberration", s'agace Julio Barea.

En cause: l'essor du tourisme, avec la construction d'infrastructures gourmandes en eau (golfs, piscines...), mais aussi l'agriculture intensive, qui absorbe plus de 80% des ressources hydriques, pour des plantations parfois complètement inadaptées au climat sec, comme les fraises ou les avocats, destinés au marché européen.

"Le recours à l'irrigation en Espagne est irrationnel. Nous ne pouvons pas être le potager de l'Europe" alors qu'"il y a des cas de pénurie d'eau pour les habitants", dénonce Julia Martínez, directrice technique de la Fondation "Nueva cultura por el Agua", groupe d'experts qui milite pour une meilleure gestion de l'eau.

Disant vouloir prendre le problème du manque d'eau à bras-le-corps, le gouvernement a adopté mi-juillet un plan stratégique censé "adapter le système de gestion existant aux impacts du réchauffement climatique", avec des mesures promouvant le "recyclage" et un usage "efficient et rationnel" des ressources.

Mais pour les spécialistes, les avancées restent timides, alors que nombre de régions continuent de parier sur une hausse des terres irriguées. "Il faut des mesures plus drastiques", passant notamment par "une restructuration du système agricole" espagnol, tranche Julio Barea.

Un avis partagé par Julia Martínez, qui rappelle que "l'Espagne est le pays d'Europe exerçant le plus de pression sur ses ressources hydriques". "Il y a des décisions que personne ne veut prendre, mais on ne peut pas continuer cette fuite en avant", avertit-elle.