Shebab, famine, réconciliation politique: les défis du prochain président de la Somalie

Sur cette photo d'archives prise le 14 décembre 2019, un groupe d'enfants se procure de l'eau à des robinets au point de distribution d'eau d'un camp de déplacés pour les personnes touchées par d'intenses inondations à Beledweyne, en Somalie. La Somalie, doit élire un nouveau président le 15 mai 2022. (AFP).
Sur cette photo d'archives prise le 14 décembre 2019, un groupe d'enfants se procure de l'eau à des robinets au point de distribution d'eau d'un camp de déplacés pour les personnes touchées par d'intenses inondations à Beledweyne, en Somalie. La Somalie, doit élire un nouveau président le 15 mai 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Shebab, famine, réconciliation politique: les défis du prochain président de la Somalie

  • La Somalie sort de plus d'un an de tensions autour de l'organisation des élections, qui ont culminé dans des affrontements armés en avril 2021 après l'annonce de la prolongation du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed
  • Elles ont ensuite secoué l'exécutif avec plusieurs bras de fer entre le président et son Premier ministre Mohamed Hussein Roble

NAIROBI : Lutte contre les islamistes radicaux shebab, famine imminente, réconciliation politique et économie à rebâtir figurent parmi les nombreux chantiers qui attendent le prochain président de la Somalie, qui doit être élu dimanche avec plus d'un an de retard.

Une «réconciliation» à mener

La Somalie sort de plus d'un an de tensions autour de l'organisation des élections, qui ont culminé dans des affrontements armés en avril 2021 après l'annonce de la prolongation du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, arrivé à échéance.

Elles ont ensuite secoué l'exécutif avec plusieurs bras de fer entre le président et son Premier ministre Mohamed Hussein Roble.

Ces tensions et reports ont été préjudiciables à un pays déjà extrêmement fragile. "Ca a été une année de perdue pour la Somalie", estime Omar Mahmood, analyste au centre de réflexion International Crisis Group.

"Cette élection a été clivante (...) La réconciliation est le défi le plus immédiat", estime-t-il. "Il sera difficile d'avancer sur (certains sujets) qui nécessitent un certain niveau de coopération sans un certain apaisement et une vision commune."

La présidence de Farmajo a exacerbé les rivalités entre le gouvernement fédéral et certains Etats, notamment le Jubaland et le Puntland opposés à la volonté du chef de l'Etat de renforcer le pouvoir fédéral de Mogadiscio. Au Jubaland notamment, des combats ont opposé forces fédérales et locales.

Tous ces épisodes ont également révélé une dangereuse politisation des forces de sécurité. "Il y a des divisions au sein des forces de sécurité qu'il faudra résoudre", souligne Samira Gaid, directrice exécutive de l'Institut Hiraal spécialisé sur les questions de sécurité. 

Une stratégie anti-shebab à définir 

Le pays fait face depuis 15 ans à l'insurrection des islamistes radicaux shebab, qui ont juré la perte du gouvernement soutenu par la communauté internationale et une force de l'Union africaine.

Le 30 mars, l'ONU a approuvé la continuation de cette force, présente dans le pays depuis 2007, dans une mission reconfigurée et baptisée Atmis. Celle-ci prévoit une stratégie militaire plus offensive, combinée à un retrait progressif d'ici fin 2024.

Selon Samira Gaid, une nouvelle administration pourrait demander à "renégocier" certains volets de ce plan, validé sous Farmajo.

De l'avis de nombreux observateurs et partenaires internationaux, les différends électoraux ont détourné les autorités de la lutte contre les shebab, qui ont consolidé leur implantation dans de vastes zones rurales et intensifié leurs attaques ces derniers mois.

Selon Omar Mahmood, après 15 ans de lutte militaire, il est peut-être temps d'"explorer davantage une piste politique".

"Les signaux de la nouvelle administration, le ton qu'elle adoptera (envers les shebab) seront très importants dès le départ", estime-t-il: "même si les shebab n'y sont pas disposés pour le moment, il s'agit en quelque sorte d'ouvrir un canal (...) pour préparer le terrain. C'est un processus, quelque chose de très long terme".

Une famine à éviter

La Somalie - comme l'ensemble de la Corne de l'Afrique - connaît l'une de ses pires sécheresses de ces dernières décennies, qui affecte 6,1 millions d'habitants (40% de sa population), dont 760 000 ont quitté leur foyer pour chercher de l'aide, selon l'ONU.

Les organisations humanitaires ont multiplié les appels à financement, alertant que sans une aide internationale rapide le pays se dirige vers une famine comme celle de 2011, qui avait fait 260 000 morts.

Si le gouvernement dispose de peu de ressources pour soutenir sa population, il aura un rôle de sensibilisation de la communauté internationale et de coordination à jouer.

Une économie à consolider

Endettée et en manque d'infrastructures, l'économie somalienne est dépendante des aides internationales.

Selon la Banque mondiale, 71% des Somaliens vivent avec moins de 1,90 dollar par jour (1,80 euro). 

Les atermoiements électoraux menacent un programme d'aides cruciales du FMI, prévu pour s'arrêter automatiquement le 17 mai si une nouvelle administration ne valide pas certaines réformes. Le gouvernement a demandé un report de trois mois de cette échéance, qui n'a pas encore été examiné.

Estimée à 2,9% en 2019, la croissance économique a été ralentie en 2020 par la pandémie de Covid-19, une invasion de criquets et des inondations, qui ont entraîné une contraction de l'économie de 1,5%, selon la Banque mondiale.

La Banque africaine de développement prévoyait une croissance de 2,9% pour 2021 et 3,2% pour 2022, "ce qui est toujours inférieur aux projections pré-Covid-19".

Une tâche majeure pour le futur gouvernement sera d'améliorer ses recettes fiscales, afin de gagner en autonomie et de consolider ses institutions. "La Somalie doit se protéger des futurs chocs externes, une façon d'y parvenir est de développer une base de revenus intérieure", estime Omar Mahmood.

La lutte contre la corruption reste également cruciale dans ce pays, classé comme l'un des plus corrompus au monde par l'ONG Transparency International (178e sur 180, à égalité avec la Syrie).


Ukraine: les défenseurs d'Azovstal ont reçu l'ordre de Kiev d'arrêter de combattre

Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo prise le 17 mai 2022 et publiée par le ministère russe de la Défense le 18 mai 2022, montre un militaire ukrainien fouillé par un responsable militaire pro-russe après avoir quitté l'aciérie assiégée d'Azovstal dans la ville portuaire ukrainienne de Marioupol. HANDOUT / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo prise le 17 mai 2022 et publiée par le ministère russe de la Défense le 18 mai 2022, montre un militaire ukrainien fouillé par un responsable militaire pro-russe après avoir quitté l'aciérie assiégée d'Azovstal dans la ville portuaire ukrainienne de Marioupol. HANDOUT / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Short Url
  • Les derniers soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ont reçu l'ordre de Kiev d'«arrêter de défendre la ville»
  • Dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville, cet immense complexe métallurgique avec son dédale de galerie souterraines creusées à l'époque soviétique était la dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire

KIEV: Les derniers soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ont reçu l'ordre de Kiev d'"arrêter de défendre la ville", a déclaré un des commandants dans un message vidéo vendredi.
"Le commandement militaire supérieur a donné l'ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d'arrêter de défendre la ville", a déclaré Denys Prokopenko, commandant du régiment Azov, une des unités ukrainiennes présentes dans l'aciérie.
Dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville, cet immense complexe métallurgique avec son dédale de galerie souterraines creusées à l'époque soviétique était la dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire sur la mer d'Azov, massivement bombardée par les Russes.
Après la récente évacuation de civils dont femmes et enfants d'Azovstal, 1.908 soldats ukrainiens retranchés dans les entrailles de l'aciérie, dont des blessés, se sont rendus depuis lundi aux forces russes, a déclaré le ministre russe de la Défense.
"On a réussi à sauver les civils, les blessés graves ont reçu de l'aide nécessaire, on a réussi à les évacuer en vue d'un échange ultérieur", a déclaré M. Prokopenko.
"Les processus se poursuit" pour évacuer les corps des militaires tués, a-t-il, ajouté. "J'espère que bientôt les familles et toute l'Ukraine vont pouvoir enterrer leurs combattants avec les honneurs. Gloire à l’Ukraine", a-t-il conclu.

 


Burkina: 11 soldats tués lors de l'attaque de jeudi dans l'est, selon l'armée

Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes (Photo, AFP).
Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Burkina Faso, en particulier le nord et l'est, est la cible d'attaques djihadistes depuis 2015
  • Le nouveau chef de l'Etat, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé fin janvier le président élu Roch Marc Christian Kaboré accusé d'être inefficace face à la violence djihadiste

OUAGADOUGOU: Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes présumés contre un détachement militaire, a annoncé l'état-major burkinabè des armées.

Un précédent bilan donné jeudi de sources sécuritaires et locales, faisait état d'un bilan provisoire de sept soldats tués.

"Une attaque complexe - tirs d'obus suivis de tirs directs sur la base - a visé le détachement militaire de Madjoari" de la province de la Kompienga, dans la région de l'Est, indique le communiqué, publié jeudi soir.

"Onze soldats ont perdu la vie au cours de cette attaque" et "au moins 20 militaires blessés par les éclats des obus ou par des projectiles, ont été pris en charge par les services de santé", ajoute-t-il.

Des avions de l'armée sont intervenus et ont permis "de neutraliser au moins 15 terroristes qui tentaient de s'échapper après l'attaque", selon l'armée.

Dans la même matinée de jeudi, des individus armés ont par ailleurs attaqué un autocar à Seytenga, dans la province du Séno (nord), selon des habitants de la région qui ont précisé qu'un civil avait été tué et une dizaine de passagers blessés.

Samedi, une quarantaine de supplétifs de l'armée et de civils avaient été tués lors de trois attaques menées par des djihadistes présumés dans les mêmes régions.

Le Burkina Faso, en particulier le nord et l'est, est la cible d'attaques djihadistes depuis 2015 perpétrées par des mouvements affiliés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui ont fait plus de 2 000 morts et 1,8 million de déplacés.

Le nouveau chef de l'Etat, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé fin janvier le président élu Roch Marc Christian Kaboré accusé d'être inefficace face à la violence djihadiste, a fait de la question sécuritaire sa "priorité".

Après une relative accalmie lors de sa prise de pouvoir, M. Damiba fait depuis face à une recrudescence d'attaques de djihadistes présumés qui ont fait près de 200 morts, civils et militaires.

Début avril, il avait annoncé la création de comités locaux de dialogue avec des groupes djihadistes pour tenter d'enrayer les violences.


Ukraine: le soldat russe jugé pour crime de guerre «pas coupable» selon son avocat, verdict attendu lundi

Le soldat russe jugé à Kiev pour crime de guerre en Ukraine «n'est pas coupable» (Photo, AFP).
Le soldat russe jugé à Kiev pour crime de guerre en Ukraine «n'est pas coupable» (Photo, AFP).
Short Url
  • Des arguments balayés par l'accusation qui réclamé une réclusion à perpétuité
  • «Il exécutait un ordre criminel et en était bien conscient»

KIEV: Le soldat russe jugé à Kiev pour crime de guerre en Ukraine "n'est pas coupable", a affirmé son avocat au troisième jour de ce premier procès du genre depuis le début de l'invasion russe dont le verdict sera annoncé lundi.

"Comte tenu de toutes les preuves et témoignages, je crois que M. Chichimarine n'est pas coupable du crime dont il est accusé", a dit Viktor Ovsiannykov lors de sa plaidoirie, demandant aux juges "d'acquitter (son) client", a constaté un journaliste de l'AFP.

"Je suis sincèrement désolé", a dit quelques minutes plus tard le sergent Vadim Chichimarine, 21 ans, qui avait reconnu mercredi avoir tué Oleksandr Chelipov, un civil de 62 ans, le 28 février dans le nord-est de l'Ukraine.

"Je regrette ce que j'ai fait", a ajouté le jeune homme, crâne rasé, depuis sa cage de verre. Avant d'ajouter: "J'étais nerveux dans cette situation. Je ne voulais pas tuer". "Je veux m'excuser pour ce que j'ai fait".

L'avocat a assuré que son client ne voulait pas exécuter l'ordre de tirer, arguant qu'il n'avait pas obéi dans une première fois. La défense a aussi souligné qu'il s'était rendu volontairement aux forces ukrainiennes et ne niait pas les faits. 

L'avocat a en outre assuré que le soldat ne tentait que de sauver sa vie, rejetant la responsabilité sur ses commandants. 

Des arguments balayés par l'accusation qui réclamé une réclusion à perpétuité. "Il exécutait un ordre criminel et en était bien conscient", a lancé un des procureurs. 

S'exprimant en russe, le militaire avait à ses côtés une interprète qui lui traduisait les propos d'autres participants tenus en ukrainien.

Selon l'accusation, Vadim Chichimarine commandait une petite unité au sein d'une division de chars quand son convoi a été attaqué. Avec quatre autres militaires, il avait alors volé une voiture. 

Alors qu'ils circulaient près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est), ils avaient croisé M. Chelipov, qui poussait son vélo tout en téléphonant, avant que M. Chichimarine ne l'abatte d'une balle.

Jeudi déjà, ce militaire originaire d'Irkoutsk en Sibérie avait "demandé pardon" à la veuve de M. Chelipov lors d'un bref échange entre les deux dans la salle d'un tribunal de Kiev, justifiant son acte par les "ordres" reçus à ce moment-là.

Le verdict du procès est attendu lundi, a annoncé le juge.