Le Dalaï Lama prêche la compassion «malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains»

«Malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains, nous ne devons pas abandonner notre compassion», a déclaré le Dalaï Lama. (AFP).
«Malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains, nous ne devons pas abandonner notre compassion», a déclaré le Dalaï Lama. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 juillet 2022

Le Dalaï Lama prêche la compassion «malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains»

  • «Malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains, nous ne devons pas abandonner notre compassion», a déclaré le Dalaï Lama
  • Selon des responsables, environ 40 000 personnes dont une multitude de moines en robe traditionnelle lie-de-vin et orange, ont assisté avec solennité au sermon, malgré la pluie

LEH : Le Dalaï Lama a prêché la compassion jeudi auprès de ses fidèles "malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains", lors d'une visite sous haute protection dans la région montagneuse indienne du Ladakh.

Le chef spirituel du bouddhisme tibétain s'est rendu dans cette région himalayenne frontalière de la Chine pour sa première sortie, depuis le début de la pandémie de coronavirus, hors de Dharamsala, dans le nord de l'Inde.

Il est exilé à Dharamsala depuis l'échec du soulèvement tibétain de 1951 contre le pouvoir chinois.

Pékin ne reconnaît pas le gouvernement tibétain en exil et New Delhi considère aussi que le Tibet fait partie de la Chine.

"Malgré ce que la Chine a fait aux Tibétains, nous ne devons pas abandonner notre compassion", a déclaré le Dalaï Lama, à la fin d'un sermon de deux heures au Shewatsel Teaching Ground, un site en dehors de Leh.

Selon des responsables, environ 40 000 personnes dont une multitude de moines en robe traditionnelle lie-de-vin et orange, ont assisté avec solennité au sermon, malgré la pluie.

Des centaines de policiers et de paramilitaires étaient déployés sur le site et toutes les routes qui y conduisaient. L'internet mobile a été coupé dans la région pendant la durée de la cérémonie.

Il s'agit de la première visite du Dalaï Lama, 87 ans, au Ladakh depuis que New Delhi l'a séparé, en 2019, de la région contestée du Cachemire placée sous l'autorité directe de l'Inde.

Auparavant, le Dalaï Lama s'y rendait souvent pour méditer et dispenser ses enseignements religieux. La région de haute montagne, à majorité bouddhiste, abrite des milliers d'exilés tibétains.

"Prier ne sert à rien si notre cœur n'est pas bon", a déclaré à Kanika Tashi, un fidèle de 57 ans ayant assisté au sermon. "Nos cœurs doivent être bons et nous devons nous aider les uns les autres sans faire de mal".

Les tensions sont vives entre l'Inde et la Chine depuis un affrontement sanglant en juin 2020, à la frontière du Tibet et de la région indienne du Ladakh, qui a fait au moins 20 morts parmi les soldats indiens et quatre parmi les soldats chinois.

Après cet accrochage meurtrier, les armées indienne et chinoise ont dépêché des milliers de soldats en renfort le long de cette frontière contestée dans l'Himalaya.

Ces heurts étaient les plus graves à opposer les deux puissances nucléaires, depuis la guerre-éclair de 1962, qui avait vu la Chine l'emporter facilement sur l'Inde.


Afghanistan: au moins 19 morts dans un attentat contre un centre éducatif à Kaboul

Un centre éducatif de Kaboul, accueillant des étudiants, a été visé vendredi matin par une explosion qui a fait «plusieurs morts», a annoncé le ministère de l'Intérieur. (AFP)
Un centre éducatif de Kaboul, accueillant des étudiants, a été visé vendredi matin par une explosion qui a fait «plusieurs morts», a annoncé le ministère de l'Intérieur. (AFP)
Short Url
  • Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser. «19 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées», a affirmé le porte-parole de la police
  • Des vidéos postées sur les médias sociaux et des photos publiées par les médias locaux montrent des victimes ensanglantées transportées depuis les lieux de l'explosion

KABOUL: Au moins 19 personnes ont été tuées vendredi à Kaboul dans un attentat suicide, dont la plupart des victimes sont des femmes, contre un centre de formation pour étudiants de la capitale afghane situé dans un quartier peuplé par la communauté minoritaire hazara.

"Les étudiants se préparaient à un examen lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser dans ce centre éducatif. Malheureusement, 19 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées", a déclaré Khalid Zadran, porte-parole de la police.

"Nous étions environ 600 (étudiants) dans la classe, mais la plupart des victimes sont des filles", a témoigné auprès de l'AFP un étudiant témoin de l'explosion qui se trouvait dans un hoîtal pour être soigné.

Ce centre de formation prépare des étudiants, âgés de 18 ans et plus, à leurs examens d'entrée à l'université.

Cet attentat qui vise une nouvelle fois le monde de l'éducation s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul, une zone à prédominance musulmane chiite où vit la communauté minoritaire hazara, théâtre de certaines des attaques les plus meurtrières commises en Afghanistan.

L'éducation est une question extrêmement sensible en Afghanistan à majorité sunnite, les talibans empêchant de nombreuses filles de reprendre l'enseignement secondaire.

Le groupe État islamique (EI), un autre groupe sunnite avec lequel les talibans entretiennent néanmoins une profonde inimitié et des divergences idéologiques, s'oppose également à l'éducation des femmes et des filles. L'EI, principale menace du régime taliban, a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois. Celui de vendredi n'a pas été revendiqué.

Des vidéos postées sur les médias sociaux et des photos publiées par les médias locaux montrent des victimes ensanglantées transportées depuis les lieux de l'explosion.

La plupart des victimes transportées dans les hôpitaux sont des femmes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des équipes de sécurité ont été déployées sur les lieux pendant que les familles affluaient dans les différents hôpitaux en pleurs, à la recherche de leurs proches.

Dans un hôpital au moins, les talibans ont toutefois obligé les familles des victimes à quitter le site, craignant qu'une nouvelle attaque ne soit lancée au milieu de la foule.

Des listes des personnes décédées ou blessées ont été accrochées à l'entrée des établissements hospitaliers où convergent les ambulances, a constaté l'AFP.

Introuvable 

"Nous ne l'avons pas trouvée ici", s’inquiétait une jeune femme en détresse, cherchant sa sœur de 19 ans dans l'un d'eux. "Nous l'appelons mais elle ne répond pas", se désespère la jeune femme.

"Attaquer des cibles civiles prouve la cruauté inhumaine de l'ennemi et son absence de normes morales", avait déclaré un peu plus tôt le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Abdul Nafy Takor.

Le 20 avril dernier, au moins six personnes avaient été tuées et 24 blessées dans deux explosions ayant frappé une école pour garçons dans ce même quartier de l'ouest de la capitale.

Dasht-e-Barchi a été lourdement frappé ces dernières années et depuis le retour au pouvoir des talibans en 2021 par plusieurs attaques revendiquées par l'EI-K, la branche régionale du groupe jihadiste Etat islamique, qui considère les hazaras comme hérétiques.

En mai 2021, une série d'explosions s'était également produite devant un établissement scolaire pour filles de ce même quartier, faisant 85 morts, en majorité des lycéennes, et plus de 300 blessés.

L'EI, qui avait déjà revendiqué un attentat en octobre 2020 contre un centre éducatif (24 morts) dans la même zone, est fortement soupçonné d'avoir mené cette attaque.

Des attaques de moindre ampleur, revendiquées par l'EI-K, ont encore eu lieu à Dasht-e-Barchi en novembre et décembre 2021.

Le retour au pouvoir des talibans en août 2021 a mis fin à deux décennies de guerre en Afghanistan et a entraîné une réduction significative de la violence, mais la sécurité a commencé à se détériorer au cours des derniers mois.


Ukraine: Vote vendredi au Conseil de sécurité sur une résolution condamnant les «référendums»

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a dénoncé sans équivoque jeudi l'imminence des annexions russes, estimant qu'elles n'ont «pas de place dans le monde moderne» (Photo, AFP).
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a dénoncé sans équivoque jeudi l'imminence des annexions russes, estimant qu'elles n'ont «pas de place dans le monde moderne» (Photo, AFP).
Short Url
  • La réunion aura lieu vendredi à 15H00 (19H00 GMT), avant une autre discussion prévue sur les fuites découvertes sur les gazoducs Nord Stream
  • Un texte qui n'a aucune chance d'être adopté en raison du droit de véto russe

NATIONS UNIES: Le Conseil de sécurité de l'ONU votera vendredi sur une résolution condamnant les "référendums" d'annexion de plusieurs régions ukrainiennes, un texte qui n'a aucune chance d'être adopté en raison du droit de véto russe.

La réunion aura lieu vendredi à 15H00 (19H00 GMT), avant une autre discussion prévue sur les fuites découvertes sur les gazoducs Nord Stream en mer Baltique, a précisé la présidence française du Conseil.

Mardi, lors d'une première réunion du Conseil sur ces "référendums" dénoncés comme des "parodies" par l'Occident, les Etats-Unis avaient annoncé qu'ils allaient mettre sur la table, avec l'Albanie, une telle résolution.

Pour "condamner les simulacres de référendums, appeler les Etats membres à ne pas reconnaître tout statut modifié de l'Ukraine et obliger la Russie à retirer ses troupes d'Ukraine", avait déclaré l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield.

Et si la Russie utilise son droit de veto "pour se protéger", "alors nous nous tournerons vers l'Assemblée générale pour envoyer un message sans ambiguïté à Moscou", avait-elle ajouté.

Si le veto russe ne fait pas de doute, c'est surtout la position de la Chine, parfois accusée par les Occidentaux d'être trop conciliante avec la Russie, qui sera examinée avec attention. Pékin, officiellement neutre, a répété cette semaine son appel au respect de l'intégrité territoriale "de tous les pays".

La position de l'Inde sera également suivie de près.

Les deux pays s'étaient abstenus en février au lendemain de l'invasion russe, lorsque la Russie avait mis son véto au Conseil à une résolution dénonçant son "agression" de l'Ukraine.

Le vote ultérieur à l'Assemblée générale, où aucun des 193 Etats membres n'a de droit de véto, permettra lui d'évaluer le degré d'isolement de la Russie, alors que certains pays en développement s’agacent que l'Occident concentre toute son attention sur l'Ukraine.

Les Occidentaux sont "relativement confiants d'obtenir un fort soutien pour l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'Assemblée générale", a indiqué Richard Gowan, analyste au sein de l'ONG International Crisis Group.

"Beaucoup de pays commençaient à retirer leur soutien à l'Ukraine (...)  mais en mettant l'annexion et l'intégrité territoriale sur la table (Vladimir) Poutine va forcer nombre d'Etats hésitants à revenir dans le camp de Ukraine", notamment certains Etats africains, a-t-il ajouté, estimant que le président russe avait fait une "erreur diplomatique fondamentale".

Au printemps, l'Assemblée générale avait voté trois résolutions concernant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la troisième fin avril s'étant traduit par un effritement de l'unité internationale face à Moscou.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a lui dénoncé sans équivoque jeudi l'imminence des annexions russes, estimant qu'elles n'ont "pas de place dans le monde moderne".


Trois inculpations dans deux affaires d'espionnage aux Etats-Unis

Si, dans la première affaire, l'accusé dit avoir agi pour des raisons financières et afin d'exprimer son mécontentement à l'égard de la société américaine, le couple dit avoir agi par leurs sentiments pro-russes (Photo, Reuters).
Si, dans la première affaire, l'accusé dit avoir agi pour des raisons financières et afin d'exprimer son mécontentement à l'égard de la société américaine, le couple dit avoir agi par leurs sentiments pro-russes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Dans la première affaire, Jareh Sebastian Dalke, 30 ans, a imprimé des documents top secret qu'il a ensuite proposé de vendre
  • Dans la deuxième affaire, un couple a été inculpé pour d'avoir tenté de vendre des informations confidentielles sur la santé de militaires

WASHINGTON: Un spécialiste de la cybersécurité ayant travaillé pour l'Agence nationale de la sécurité (NSA) américaine et un couple composé de professionnels de santé notamment militaire ont été inculpés jeudi, dans deux procédures séparées, d'avoir tenté de vendre des informations secrètes à des Etats étrangers.

Dans la première affaire, Jareh Sebastian Dalke, 30 ans, a passé moins de quatre semaines à travailler pour la NSA, avant de démissionner abruptement fin juin en avançant un motif familial, a relaté le ministère américain de la Justice dans un communiqué.

Pendant ces quelques semaines, il a pu imprimer des documents top secret qu'il a ensuite proposé de vendre à ce qu'il pensait être un agent d'un gouvernement étranger mais qui n'était autre qu'un agent du FBI infiltré.

M. Dalke a communiqué par l'intermédiaire d'un site du dark web – web clandestin – créé par le principal service de renseignements extérieurs de la Russie, selon un compte-rendu d'enquête déposé au tribunal par le FBI. Il a demandé 85 000 dollars en échange de l'intégralité des documents. Il a obtenu trois paiements en cryptomonnaie dont un d'une valeur de 11 422 dollars.

Il a été arrêté à Denver dans l'Etat du Colorado alors qu'il s'apprêtait à remettre les documents et encourt la peine de mort ou la prison à vie.

Dans la deuxième affaire, une médecin militaire, Jamie Lee Henry, et sa femme, Anna Gabrielian, une spécialiste russophone en anesthésiologie à l'Université Johns Hopkins, ont été inculpées jeudi d'avoir tenté de vendre des informations confidentielles sur la santé de militaires américains et de responsables officiels américains à la Russie.

Le couple a été accusé d'association de malfaiteurs et de plusieurs chefs d'infraction en rapport avec la divulgation illégale d'informations médicales privées. Ces accusations peuvent entraîner jusqu'à 20 ans de prison.

Si, dans la première affaire, l'accusé dit avoir agi pour des raisons financières et afin d'exprimer son mécontentement à l'égard de la société américaine, le couple dit avoir agi par leurs sentiments pro-russes.