Les dirigeants du Moyen-Orient et du monde rendent hommage au Cheikh Khalifa

Cheikh Khalifa présente une écharpe au président américain George W. Bush le 13 janvier 2008 au palais Al Mushref à Abu Dhabi (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa présente une écharpe au président américain George W. Bush le 13 janvier 2008 au palais Al Mushref à Abu Dhabi (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa remet une écharpe au président américain George W. Bush le 13 janvier 2008 au palais Al Mushref à Abu Dhabi (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa remet une écharpe au président américain George W. Bush le 13 janvier 2008 au palais Al Mushref à Abu Dhabi (Photo, AFP).
La reine Elizabeth II (à gauche) et le prince Philip de Grande-Bretagne accueillent le cheikh Khalifa au château de Windsor lors de sa visite d'État en Grande-Bretagne le 30 avril 2013. (Photo, AFP).
La reine Elizabeth II (à gauche) et le prince Philip de Grande-Bretagne accueillent le cheikh Khalifa au château de Windsor lors de sa visite d'État en Grande-Bretagne le 30 avril 2013. (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahayan (à droite) rencontre son homologue français Nicolas Sarkozy au palais présidentiel Al-Mushrif à Abou Dhabi le 26 mai 2009. (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahayan (à droite) rencontre son homologue français Nicolas Sarkozy au palais présidentiel Al-Mushrif à Abou Dhabi le 26 mai 2009. (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa rencontre l'émir koweïtien Cheikh Sabah al-Ahmed al-Sabah à Abou Dhabi le 6 octobre 2009 (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa rencontre l'émir koweïtien Cheikh Sabah al-Ahmed al-Sabah à Abou Dhabi le 6 octobre 2009 (Photo, AFP).
Cheikh Khalifa rencontre l'ex chanceliere allemande Angela Merkel (Photo, Fournie).
Cheikh Khalifa rencontre l'ex chanceliere allemande Angela Merkel (Photo, Fournie).
Des messages de condoléances ont afflué du monde entier (Photo, Fournie).
Des messages de condoléances ont afflué du monde entier (Photo, Fournie).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Les dirigeants du Moyen-Orient et du monde rendent hommage au Cheikh Khalifa

  • Cheikh Khalifa ben Zayed, le 16e souverain d'Abou Dhabi, est décédé vendredi à l'âge de 73 ans
  • Le gouvernement indien a annoncé samedi une journée de deuil

DUBAI: Des messages de condoléances ont afflué du Moyen-Orient et du monde entier après l'annonce du décès vendredi du cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyan, président des Émirats arabes unis, à l'âge de 73 ans.

"Les Emirats ont perdu leur fils vertueux, le leader de la" phase d'autonomisation "et l'administrateur de son voyage béni", a déclaré le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, prince héritier d'Abu Dhabi, dans un tweet. « Ses prises de position, ses réalisations, sa sagesse, ses dons et ses initiatives aux quatre coins du pays. Que Dieu ait pitié de vous avec sa grande miséricorde et vous fasse entrer dans son paradis.

F
Cheikh Khalifa était un homme "connu pour sa sagesse et sa générosité".(Photo, AFP).

Tout au long de la journée, les dirigeants des pays du Golfe ont adressé des messages de condoléances à la famille Al-Nahyane et au peuple émirati. Dans un communiqué publié par la SPA, la Cour royale d'Arabie saoudite a déclaré que la nouvelle du décès de Cheikh Khalifa avait été "reçue avec beaucoup de tristesse et de chagrin".

Le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane "ont exprimé leurs plus sincères condoléances et leur sympathie au gouvernement des Émirats arabes unis, à l'honorable famille Al-Nahyane, au peuple frère émirati et aux nations arabes et islamiques à l'occasion du décès d'un dirigeant qui a beaucoup donné à son peuple, à sa nation et au monde.

Déclarant trois jours de deuil national, le sultan d'Oman Haitham ben Tarik a déclaré : "Le sultanat partage la douleur des dirigeants, du gouvernement et du peuple des Émirats arabes unis frères dans leur grande affliction".

Ordonnant également trois jours de deuil officiel, la Cour royale de Bahreïn "a rendu hommage au défunt président des Émirats arabes unis décédé après une vie riche en réalisations au service du peuple des Émirats arabes unis ainsi que des nations arabes et islamiques".

Ahmed Aboul Gheit, secrétaire général de la Ligue arabe, a publié une déclaration de condoléances adressée aux dirigeants, au gouvernement et au peuple des Émirats arabes unis, ajoutant que la Ligue arabe observera trois jours de deuil avec des drapeaux en berne.

U
Le cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane (à droite) reçoit le roi Abdallah d'Arabie saoudite à Abou Dhabi le 18 décembre 2005 (Photo, WAM/AFP).

Les dirigeants du Moyen-Orient élargi et de l'Afrique du Nord ont également rendu hommage. "Avec une tristesse et un chagrin sincères, je pleure l'un des hommes les plus précieux et l'un des plus grands dirigeants", a tweeté vendredi le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi.

"Il a beaucoup donné à son pays et à sa nation, jusqu'à ce que les Emirats deviennent un modèle de développement et de modernité dans notre région et dans le monde."

La Cour royale hachémite de Jordanie a également présenté ses condoléances. "Nous avons perdu un cher frère et un dirigeant exceptionnel qui a hérité de la sagesse de son défunt grand-père Cheikh Zayed et a consacré sa vie au service de son pays et des nations arabes et islamiques", a tweeté le roi Abdallah II de Jordanie.

Le président irakien Barham Salih a déclaré que Cheikh Khalifa était un homme "connu pour sa sagesse et sa générosité pour le bien de sa patrie et de la nation arabe et islamique", tandis que le Premier ministre Mustafa Al-Kadhimi a déclaré : "Nous sommes convaincus que la voie pionnière que le feu grand homme a pris poursuivra les efforts des dirigeants et du peuple de son pays.

Plusieurs responsables libanais ont exprimé leur chagrin via Twitter. "Aujourd'hui, la nation arabe a perdu l'un de ses hommes les plus éminents", a déclaré Saad Hariri, l'ancien Premier ministre libanais.

Les dirigeants arabes n'étaient pas les seules personnalités publiques du Moyen-Orient à présenter leurs condoléances. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré : « L'héritage et les actes formidables de Cheikh Khalifa sont très admirés en Israël. L'État d'Israël se tient aux côtés des Émirats arabes unis en cette période difficile.

Israël et les Émirats arabes unis ont établi des relations diplomatiques en 2020 – le premier de plusieurs accords de normalisation soutenus par les États-Unis entre l'État juif et les pays arabes cette année-là, connus sous le nom d'Accords d'Abraham.

Le président israélien Isaac Herzog a qualifié la mort de Cheikh Khalifa de "grande perte pour nos amis des Émirats arabes unis et pour toute la région".

Il a ajouté : "Le leadership audacieux de Cheikh Khalifa a tant contribué à l'avancement des Émirats arabes unis et de son peuple et au partenariat croissant entre nos pays et est un grand héritage pour ses successeurs".

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a présenté ses condoléances aux dirigeants et au peuple des Émirats arabes unis, notant que Cheikh Khalifa a "dirigé les Émirats arabes unis à travers une période importante de son développement, marquée par de grandes avancées économiques et une montée en puissance de son influence régionale et mondiale".

Pendant ce temps, dans une lettre à son homologue des Émirats arabes unis, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a exprimé « son chagrin et ses regrets » face à la mort de Cheikh Khalifa.

Des messages sont également arrivés de plus loin. Le gouvernement indien a annoncé samedi une journée de deuil.

"En signe de respect envers le dignitaire décédé, le gouvernement indien a décidé qu'il y aura un jour de deuil national demain dans toute l'Inde", a déclaré le ministère indien de l'Intérieur dans un communiqué.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a tweeté qu'il était "profondément attristé" par la nouvelle, affirmant que Cheikh Khalifa "était un grand homme d'État et un leader visionnaire sous la direction duquel les relations Inde-EAU ont prospéré".

Le président américain Joe Biden a rendu hommage au Cheikh Khalifa, qualifiant le dirigeant émirati décédé de "véritable partenaire et ami des États-Unis".

"Nous honorerons sa mémoire en continuant à renforcer les liens de longue date entre les gouvernements et les peuples des États-Unis et des Émirats arabes unis", a déclaré Biden.

« Cheikh Khalifa a beaucoup fait pour renforcer les relations amicales et la coopération constructive », a déclaré le président russe Vladimir Poutine, tandis que le président français Emmanuel Macron a déclaré que ses « pensées vont à son frère le prince héritier Mohammed ben Zayed, à toute sa famille et au peuple émirati. ”

Le président italien Sergio Mattarella a également présenté ses condoléances, affirmant qu'il se souviendrait du cheikh Khalifa pour sa "ténacité et sa clairvoyance".

Dans un message adressé au cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum, aujourd'hui président par intérim des Émirats arabes unis, Mattarella a déclaré qu'il "avait appris avec tristesse la nouvelle du décès de Son Altesse Khalifa ben Zayed Al-Nahyane", qui, a-t-il ajouté, avait dirigé son pays sur « une voie importante » de croissance et de développement.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit "attristé" d'apprendre le décès de Cheikh Khalifa. "C'était un leader sage et respecté qui nous manquera énormément. Par son travail de président et de cheikh, il a apporté une contribution personnelle à la stabilité et à la conservation régionales dont on se souviendra longtemps.

« Je sais que les liens longs et profonds qui unissent nos pays se poursuivront et grâce à notre coopération et notre amitié, nous pouvons assurer la paix, la prospérité et la justice dans le monde.

Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique, qui continue d'entretenir des relations étroites avec le Moyen-Orient et ses dirigeants, a partagé sa "profonde tristesse" en apprenant la mort de Cheikh Khalifa.

« En cette triste occasion, je me souviens de la longue et distinguée carrière du président en tant que fonctionnaire. Il était respecté non seulement dans son pays, mais dans toute la région et dans le monde.

Né en 1948, le fils aîné de Cheikh Zayed, Cheikh Khalifa a pris la relève en tant que deuxième président des Émirats arabes unis en novembre 2004, succédant à son père en tant que 16e dirigeant d'Abu Dhabi, la plus grande des sept villes du pays et jusqu'en 1971 un émirat indépendant.

Cheikh Khalifa a dirigé les Émirats arabes unis alors qu'ils commençaient leur ascension pour devenir une puissance pétrolière et commerciale mondiale. Il laisse derrière lui son épouse Cheikha Shamsa bent Suhail Al-Mazrouei et leurs huit enfants.

Cheikh Khalifa devrait être remplacé par Cheikh Mohammed, prince héritier et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Égypte et Oman conviennent de créer un fonds d’investissement commun

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Short Url
  • Les deux pays ont signé des accords dans plusieurs secteurs, notamment l’environnement et l’éducation
  • Les accords ont été conclus lors de la visite officielle du président égyptien, El-Sissi, à Oman

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq, se sont mis d’accord sur une étude visant à créer un fonds d’investissement commun entre leurs deux pays, axé sur les projets réalisables dans différents secteur vitaux.

Dans une déclaration commune publiée mardi, les deux dirigeants ont confirmé, lors de la visite officielle du président égyptien à Oman, que toutes les autorités compétentes discuteraient des possibilités d’investissement dans des domaines comprenant l’énergie et les énergies renouvelables, l’industrie, les soins de santé et les produits pharmaceutiques.

Au cours de la visite d’El-Sissi, l’Égypte et Oman ont signé deux accords, six protocoles d’accord, trois programmes exécutifs et des lettres de coopération en matière de promotion de la concurrence, de lutte contre les monopoles, de promotion des investissements, de développement des exportations, d’établissement et de gestion des zones industrielles et de protection de l’environnement, en plus de la reconnaissance mutuelle des certificats de qualification maritime pour les navigateurs.

Les gouvernements des deux pays ont également signé un accord de coopération dans le domaine du transport maritime et des ports, ainsi qu’un accord de coopération entre l’université Sultan Qaboos et l’Institut national égyptien de recherche astronomique et géophysique.

El-Sissi a affirmé «la volonté de l’Égypte, au cours de la période à venir, de développer des relations de coopération économique et commerciale avec la communauté d’affaires et les entreprises omanaises, et de développer des investissements conjoints, afin de contribuer à soutenir le développement économique pour maximiser les intérêts mutuels et l’utilisation optimale des opportunités disponibles».

Lors de sa rencontre avec les représentants de la communauté des affaires et des chefs de grandes entreprises à Oman, avec la participation de plusieurs hauts responsables et représentants omanais, il a souligné que «le bond qualitatif que l’Égypte a connu récemment dans les divers secteurs de développement reflète la forte volonté de l’État, avec ses composantes gouvernementales et populaires, de réaliser un développement durable, ce qui aura des répercussions positives sur le renforcement des relations bilatérales entre l’Égypte et le Sultanat d’Oman en ouvrant des portes pour maximiser les investissements omanais existants dans divers secteurs».

«Les relations fraternelles distinguées entre les deux pays frères sont le véritable parapluie pour soutenir les efforts visant à développer la coopération conjointe dans divers domaines économiques grâce à la disponibilité de la volonté politique nécessaire», a déclaré El-Sissi.

Le dirigeant égyptien a également discuté des différentes opportunités en Égypte, au premier rang desquelles l’axe de développement de la zone du canal de Suez, qui comprend un certain nombre de zones industrielles et logistiques majeures, et qui offre des possibilités prometteuses pour les entreprises omanaises souhaitant bénéficier de l’emplacement stratégique de l’Égypte.

El-Sissi est arrivé à Oman lundi et une cérémonie de réception officielle a été organisée en son honneur.

Les discussions entre les deux dirigeants ont été tenues au palais Al-Alam dans la capitale omanaise, Mascate, et ont réuni des délégations des deux pays.

El-Sissi a affirmé la «fierté de l’Égypte pour la profondeur et la force des relations stratégiques avec le Sultanat d’Oman», et son désir de «renforcer et de diversifier les cadres de la coopération bilatérale conjointe, et d’explorer les mécanismes pour les pousser vers des horizons plus larges dans plusieurs domaines politiques, sécuritaires, économiques et commerciaux».

Il a de même salué «le niveau existant de coordination et d’unité des vues entre les deux pays frères sur les questions d’intérêt commun», ainsi que le «consensus omano-égyptien sur toutes les questions régionales et internationales».

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence de la République, a déclaré qu’El-Sissi et le sultan Haitham ont eu une session élargie d’entretiens, au cours de laquelle le sultan a salué les «liens fraternels étroits et historiques qui unissent les deux pays».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cinq morts dans une explosion à Aden ciblant un responsable de la sécurité

L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un bombe artisanale placée dans une voiture a explosé au passage d’un véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, dans le quartier de Khormaksar à Aden
  • Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules

AL-MUKALLA: Au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées mercredi quand une explosion a ciblé un responsable de la sécurité dans la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, capitale provisoire du pays et siège de son gouvernement, selon une source de sécurité locale et des habitants.

Une bombe artisanale placée dans une voiture a explosé lorsque le véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, a traversé le quartier de Khormaksar, tuant cinq personnes – quatre civils et un garde du corps – et en blessant sept autres, a déclaré une source de sécurité par téléphone à Arab News.

Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules qui passaient dans la rue.

Al-Sayed est connu pour avoir dirigé les troupes qui ont purgé la province de Lahj d’Al-Qaïda, de Daech et d’autres groupes armés en 2016 et a également commandé les troupes qui ont combattu les Houthis à Aden en 2015.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais les responsables locaux accusent les groupes terroristes d’être à l’origine de telles attaques.

L’explosion de mercredi à Aden est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années.

Ce mois-ci, un journaliste yéménite a été brûlé vif à Aden lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans son véhicule.

En mai, le commandant des opérations conjointes de la 4e région militaire basée à Aden a échappé à la mort après qu’une explosion a touché son 4x4 armé dans le quartier de Mualla à Aden.

En novembre, une journaliste enceinte a été tuée lorsqu’une explosion a soufflé son véhicule à Aden.

Le dernier attentat dans la ville est survenu un jour après que le gouverneur d’Aden, Ahmad Hamed Lamlis, a déclaré à un groupe de responsable des Nations unies basés au Yémen que la ville était «sûre» pour accueillir leurs bureaux.

Lors d’une réunion avec Diego Zorella, coordinateur résident adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires au Yémen, Lamlis s’est engagé à protéger les délégations de l’ONU qui se rendent ou s’installent à Aden, les incitant à intensifier leurs opérations humanitaires dans la ville.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com