Aux enchères à New York, un Degas, une sculpture de Picasso et un dinosaure à 12 millions de dollars

Cette image distribuée par la maison d'enchères Christie's montre "The Raptor", un squelette de Deinonychus extrait du Montana, qui sera mis aux enchères le 12 mai 2022. (Christie's Images LTD. /AFP)
Cette image distribuée par la maison d'enchères Christie's montre "The Raptor", un squelette de Deinonychus extrait du Montana, qui sera mis aux enchères le 12 mai 2022. (Christie's Images LTD. /AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Aux enchères à New York, un Degas, une sculpture de Picasso et un dinosaure à 12 millions de dollars

  • Baptisé le Raptor, le squelette d'un Deinonychus antirrhopus, constitué de 126 os fossilisés et mesurant plus de 3 mètres de long, a été adjugé pour 12,4 millions de dollars
  • Plus petit que le T-Rex, plus agile aussi, le Deinonychus antirrhopus a inspiré le Velociraptor du film «Jurassic Park» de Steven Spielberg (1993)

NEW YORK : Un record pour Degas, un autre pour un bronze de Picasso, mais aussi un squelette de dinosaure qui a inspiré Jurassic Park, parti pour 12 millions de dollars: les enchères chez Christie's à New York jeudi soir ont confirmé l'appétit des collectionneurs dans tous les domaines.

Baptisé le Raptor, le squelette d'un Deinonychus antirrhopus, constitué de 126 os fossilisés et mesurant plus de 3 mètres de long, a été adjugé pour 12,4 millions de dollars, frais inclus, à un client asiatique, a indiqué la maison d'enchères après la vente, sans autre précision.

C'est le deuxième prix le plus élevé pour une telle relique, loin cependant derrière un spécimen de la grande star, le Tyrannosaurus Rex, parti en 2020 pour 31,8 millions de dollars.

En bon état de conservation, le Raptor, qui trônait à l'entrée du siège de Christie's à Manhattan, était présenté comme le plus complet pour cette espèce. Il avait été découvert il y a plusieurs années à Wolf Canyon, dans le Montana, et a toujours été en mains privées depuis.

- Libertés scientifiques -

Plus petit que le T-Rex, plus agile aussi, le Deinonychus antirrhopus a inspiré le Velociraptor du film «Jurassic Park» de Steven Spielberg (1993). En réalité, il s'agit de deux espèces différentes, mais les scénaristes avaient pris quelques libertés avec la vérité scientifique.

Les ventes de squelettes de dinosaures animent désormais régulièrement les enchères, comme «Big John», squelette de tricératops de 8 m de long vendu 6,6 millions d'euros à un particulier américain en octobre 2020. Quitte à frustrer les paléontologues, qui y voient une chance de moins de les exposer dans les musées.

Cette vente venait achever une soirée plus traditionnelle, marquée notamment par un record pour Edgar Degas (1834-1917), dont une sculpture, «Petite danseuse de quatorze ans», a été vendue pour 41,6 millions de dollars, le plus haut jamais atteint aux enchères pour l'artiste français.

Ce bronze délicat à patine brune, qui représente avec réalisme et détails une jeune ballerine, n'est pas l'original, exposé à la National Gallery of Art de Washington, mais l'une des épreuves exécutées dix ans après la mort de l'impressionniste français par le fondeur Adrien-Aurélien Hébrard.

Le précédent record pour une sculpture de Degas appartenait à une autre version de la petite danseuse (24 millions de dollars en 2015), mais la vente de jeudi soir bat aussi le record pour toute œuvre du Français, détenu par la peinture «Danseuse au repos» (37 millions de dollars en 2008).

- Appartement bien décoré -

La sculpture faisait partie des douze pièces de la collection d'Anne Bass, femme d'affaires américaine et mécène décédée en 2020, qui fut aussi l'épouse du milliardaire et héritier d'un empire du pétrole au Texas, Sid Bass.

De son vivant, toutes les oeuvres étaient exposées dans son luxueux appartement de la 5e avenue à Manhattan: parmi elles, deux peintures de l'expressionniste américain Marc Rothko (1903-1970), dont un «Untitled (Shades of red)» est parti à 66,8 millions de dollars, et trois peintures de Claude Monet (1840-1926). Son «Parlement, soleil couchant», une huile sur toile à la fois sombre et lumineuse, a été vendu 75,96 millions de dollars. Au total, les douze oeuvres ont rapporté 363 millions de dollars.

Autre record, dans le cadre d'une vente consacrée au XXe siècle, avec une «Tête de femme (Fernande)» de Pablo Picasso, devenue le bronze le plus cher de l'artiste espagnol jamais vendu aux enchères, à 48,48 millions de dollars. Cette pièce a été vendue par le Metropolitan Museum de New York, qui a reçu en don un autre modèle de cette sculpture.

Parmi les moments forts de la soirée, une peinture de l'Afro-américain Ernie Barnes (1938-2009), qui fut artiste après avoir été joueur de football américain. Son «Sugar Shack», une acrylique sur toile, était estimée entre 150.000 et 200.000 dollars par Christie's, mais elle s'est envolée à 15,2 millions de dollars, après une longue bataille de 10 minutes qui a impliqué 22 acheteurs. Il plafonnait aux enchères à 550.000 dollars.

Enfin, un peintre américain du XIXe siècle, Emanuel Leutze, a décuplé son record avec une fresque, «Washington crossing the Delaware», vendue 45 millions de dollars. Total des ventes de la soirée: 831 millions de dollars.


Le Taj Mahal, joyau architectural de l'Inde, dans le viseur des fanatiques hindous

Les touristes visitent le Taj Mahal à Agra le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Les touristes visitent le Taj Mahal à Agra le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Trente ans après la destruction par des fanatiques hindous d'une mosquée séculaire à Ayodhya, les suprémacistes ciblent d'autres sites musulmans dont le Taj Mahal
  • La semaine dernière, selon des informations de presse, des fouilles ordonnées par un tribunal ont été conduites sur le site de la mosquée

NEW DELHI: Trente ans après la destruction par des fanatiques hindous d'une mosquée séculaire à Ayodhya, qui avait engendré des émeutes interconfessionnelles sanglantes, les suprémacistes ciblent d'autres sites musulmans dont le Taj Mahal, joyau architectural et symbole de l'Inde aux yeux du monde.

Actuellement dans le collimateur des partisans de l'Hindutva (suprématie hindoue), la mosquée Gyanvapi, érigée au XVIIe siècle dans l'antique cité de Varanasi (ancienne Bénarès ou Kashi), dans l'Etat de l'Uttar Pradesh (nord), est la plus menacée. 

La semaine dernière, selon des informations de presse, des fouilles ordonnées par un tribunal ont été conduites sur le site de la mosquée, et auraient mis au jour un "shiva linga", objet de forme phallique, "signe" du dieu Shiva pour ses adorateurs.

"Cela signifie que c'est le site d'un temple", a aussitôt conclu devant la presse Kaushal Kishore, un ministre de l'Etat issu du BJP, le parti nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi. Les hindous devraient pouvoir y prier, a-t-il ajouté.

Emeutes sanglantes

Les musulmans ont déjà interdiction de pratiquer leurs ablutions rituelles habituelles là où la prétendue relique a été trouvée.

Ils craignent que ce lieu de culte islamique ne subisse le même sort que la mosquée Babri Masjid d'Ayodhya (Uttar Pradesh), bâtie au XVIe siècle.

Après la destruction de la mosquée en 1992, des émeutes interconfessionnelles, parmi les pires de l'histoire de l'Inde indépendante, avaient éclaté, et plus de 2.000 personnes, musulmanes pour la plupart, avaient péri. 

Ces événements ont ébranlé les fondements laïques du pays et imposé le nationalisme hindou en force politique dominante, ouvrant la voie à l'élection de M. Modi en 2014 à la tête du pays, où vivent 200 millions de musulmans.

Depuis les années 1980, le BJP a soutenu avec grand zèle la construction d'un temple dédié au dieu Râma, avatar de Vishnou, sur le site même de la mosquée. M. Modi en a posé la première pierre en 2020. 

Des extrémistes hindous se sont depuis tournés vers le Taj Mahal, bâti par les Moghols, qui ont régné sur une grande partie du sous-continent indien du XVIe au XIe siècle, et classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ils s'agitent pour obtenir le droit d'y prier, arguant que le monument a été édifié sur le site d'un ancien sanctuaire dédié à Shiva. 

Selon Sanjay Jat, porte-parole de l'Hindu Mahasabha, organisation radicale hindoue, le Taj Mahal a été construit à Agra (Uttar Pradesh) sur un temple dédié à Shiva "détruit par les envahisseurs moghols".

Le mausolée -- érigé entre 1631 et 1648 à l'initiative de l'empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de sa défunte épouse Mumtaz Mahal -- est devenu le symbole universel de l'amour éternel, et la principale attraction touristique du pays, et des millions de visiteurs s'y pressent chaque année. 

«Nous détruirons le Taj»

Que le Taj Mahal symbolise l'Inde aux yeux du monde entier a toujours enragé les suprémacistes hindous. Mais aujourd'hui ce ressentiment s'exprime au point d'en menacer ouvertement l'intégrité.

"Je continuerai à me battre pour cela jusqu'à ma mort. Nous respectons les tribunaux, mais si nécessaire, nous détruirons le Taj et prouverons l'existence d'un temple à cet endroit", affirme à l'AFP M. Jat, admettant de fait que la revendication n'est pas fondée. 

Ce mois-ci, une requête d'un membre BJP a été déposée dans l'Uttar Pradesh afin de contraindre l'Agence archéologique indienne (ASI) à ouvrir vingt pièces du Taj qui, soi-disant, recèleraient des idoles hindoues. L'ASI a démenti l'existence de telles objets et le tribunal a sommairement rejeté la demande. 

Audrey Truschke, professeure agrégée d'histoire de l'Asie du Sud à l'Université Rutgers (Etats-Unis), juge ces revendications "à peu près aussi raisonnables que de dire que la Terre est plate". 

Aucune "théorie cohérente" sur le Taj Mahal n'est avancée, déclare à l'AFP l'experte, qui y voit plutôt l'expression d'"une fierté nationaliste furieuse et fragile qui ne permet à rien de non hindou d'être Indien et exige d'effacer l'apport musulman dans l'héritage indien".

Jeudi, un tribunal a accepté d'examiner l'une des nombreuses requêtes visant à détruire la mosquée Shahi Idgah à Mathura (Uttar Pradesh), où la police est depuis en état d'alerte.

Elle a été érigée par l'empereur moghol Aurangzeb après avoir conquis la ville et détruit ses temples en 1670, à côté un temple bâti ultérieurement sur le lieu de naissance du dieu Krishna, selon les hindous.

Ces revendications résultent d'une connaissance "très sommaire" de l'histoire indienne, explique l'historienne Rana Safvi, doublée d'un "sentiment de victimisation" alimenté par le flot de désinformation qui circule sur les réseaux sociaux. 


Deux artistes, l’une belge et l’autre saoudienne, célèbrent la femme à travers leurs œuvres

L’artiste belge Andrea B. M. Hulsbosch fait part de ses idées sur ses œuvres. (Photo de Saad Aldossari)
L’artiste belge Andrea B. M. Hulsbosch fait part de ses idées sur ses œuvres. (Photo de Saad Aldossari)
L’artiste saoudienne Skna Hassan explique ses œuvres à l’ambassadrice belge. (Photo de Saad Aldossari)
L’artiste saoudienne Skna Hassan explique ses œuvres à l’ambassadrice belge. (Photo de Saad Aldossari)
Les ambassadeurs de Belgique et de l’Union européenne ont convié les visiteurs à une exposition d’art intitulée «La Belgique et l’Arabie saoudite face à face». (Photo de Saad Aldossari)
Les ambassadeurs de Belgique et de l’Union européenne ont convié les visiteurs à une exposition d’art intitulée «La Belgique et l’Arabie saoudite face à face». (Photo de Saad Aldossari)
Short Url
  • L’exposition présente des œuvres abstraites centrées sur les femmes et réalisées par l’artiste belge Andrea B. M. Hulsbosch et l’artiste saoudienne Skna Hassan
  • «Raconter des histoires de femmes en tant que femmes transcende les frontières», explique l’artiste belge

RIYAD: À l’occasion de l’édition 2022 du Mois de l’Europe, l’ambassadrice de Belgique en Arabie saoudite, Dominique Mineur, a convié les visiteurs à une exposition d’art intitulée «La Belgique et l’Arabie saoudite face à face» à la galerie Lar't Pur. Cette exposition, qui a débuté le 17 mai, devrait se poursuivre pendant une semaine.
«L’ambassade de Belgique est ravie de collaborer avec l’Union européenne (UE) et l’Arabie saoudite pour proposer une exposition de deux artistes, l’une belge et l’autre saoudienne, à l’occasion du mois de l’UE», déclare l’ambassadrice Mineur à Arab News.
L’exposition présente des œuvres abstraites centrées sur les femmes et réalisées par l’artiste belge Andrea B. M. Hulsbosch et l’artiste saoudienne Skna Hassan.

expo
Les œuvres de Skna Hassan sont colorées et montrent des femmes arabes vêtues de tenues traditionnelles, mais modernes, sur des toiles de grand format, tandis que les œuvres d’Andrea Hulsbosch, mystérieuses, présentent des couleurs sombres sur de petites toiles. Photo fournie.


«Les deux artistes évoquent des femmes dans leurs contextes respectifs. Je pense que le dialogue qui s’établit est inspirant. De fait, l’art est le meilleur moyen de créer des liens entre deux pays», poursuit l’ambassadrice.
Les œuvres de Skna Hassan sont colorées et montrent des femmes arabes vêtues de tenues traditionnelles, mais modernes, sur des toiles de grand format, tandis que les œuvres d’Andrea Hulsbosch, mystérieuses, présentent des couleurs sombres sur de petites toiles.
«Je crois que Skna et moi sommes très complémentaires. Ses œuvres sont grandes et lumineuses, tandis que les miennes sont volontairement plus petites et plus sobres. Mon travail nécessite une connexion symbiotique avec mes collaborateurs et un niveau d’intimité avec le public qui génère un sentiment de mystère, tandis que l’art de Skna a une incidence immédiate. Mais nos deux productions se concentrent sur les femmes, et je pense que c’est ce qui nous unit. Raconter des histoires de femmes en tant que femmes transcende les frontières», explique l’artiste belge.
L’artiste saoudienne est célèbre pour ses représentations féminines, puisqu’elle met toujours l’accent sur les traditions, en particulier la culture de la région du Nejd, dans ses œuvres.
«Mon travail représente la femme saoudienne, sa vie et sa culture. Je suis heureuse qu’on m’ait sollicitée et que l’ambassade de Belgique m’ait choisie pour représenter la femme saoudienne. Je pense qu’il était intéressant d’exposer avec Andrea, parce que ses pièces évoquent les femmes et leurs cultures», indique l’artiste saoudienne.
Le mois de l’Europe commémore la fondation de l’Union européenne le 9 mai et il célèbre la paix et l’unité en Europe ainsi que la coopération avec le royaume d’Arabie saoudite.
Les célébrations se poursuivent jusqu’au 9 juin. Elles sont centrées sur l’échange d’expériences culturelles et sur la mise en place de nouvelles communications entre l’Europe et le Royaume pour améliorer la compréhension mutuelle et renforcer les relations.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une exposition dévoile la présence juive en Grèce dès l'Antiquité

La présence juive en Grèce remonte au IVe siècle avant JC (Photo, AFP).
La présence juive en Grèce remonte au IVe siècle avant JC (Photo, AFP).
Short Url
  • Quelque 5 000 Juifs vivent aujourd'hui en Grèce, où la population est à plus de 90% chrétienne orthodoxe
  • Environ 60 000 Juifs grecs ont péri dans les camps de la mort nazis, 83% de leur communauté d'avant-guerre, selon les estimations

ATHENES: La présence juive en Grèce remonte au IVe siècle avant JC, révèle une exposition de stèles à Athènes, attestant pour la première fois de la "multiculturalité" du monde grec à l'Antiquité.

Souvent oubliée de l'histoire officielle grecque, la communauté juive de Grèce revient sur le devant de la scène à Athènes, simultanément au musée juif de Grèce et au musée épigraphique d'Athènes.

"Pour la première fois, nous exposons des inscriptions qui révèlent la présence juive dans le monde grec depuis le IVème siècle avant JC", explique Anastasia Loudarou, curatrice de l'exposition "Chemins de pierres-histoires de pierres, les inscriptions juives en Grèce". 

Depuis les années 2000, Anastasia Loudarou et le musée juif de Grèce tentaient de "prouver que la société grecque a toujours été multiculturelle" et que l'histoire grecque n'est pas seulement dominée par la religion orthodoxe.

Un visiteur regarde les stèles exposées pour l'exposition «Stone Paths - Stories set in Stone : Jewish Inscriptions in Greece», au Musée juif de Grèce, à Athènes, le 17 mai 2022 (Photo, AFP).
L'exposition «Stone Paths - Stories set in Stone : Jewish Inscriptions in Greece», au Musée juif de Grèce, à Athènes, le 17 mai 2022 (Photo, AFP).

«Partie intégrante»

"La communauté juive est partie intégrante de l'identité grecque, ce qui a été trop souvent nié à travers les siècles", a déclaré à l'AFP le grand rabbin de Grèce Gabriel Negrin.

Quelque 5 000 Juifs vivent aujourd'hui en Grèce, où la population est à plus de 90% chrétienne orthodoxe.

Jusqu'en février 2023, les visiteurs étrangers et grecs peuvent découvrir pour la première fois des stèles documentant la vie des Juifs du IVème siècle avant JC jusqu'à l'époque byzantine. 

"Cette exposition est vitale", à l'heure où les quelques survivants grecs de l'Holocauste ne sont plus nombreux pour témoigner, a souligné Gabriel Negrin, en marge du vernissage de l'exposition.  

Environ 60 000 Juifs grecs ont péri dans les camps de la mort nazis, 83% de leur communauté d'avant-guerre, selon les estimations.

"Cette histoire doit être transmise aux nouvelles générations et doit permettre de combattre l'ignorance et les préjugés d'où surgissent souvent l'antisémitisme et la haine de l'autre", a encore estimé le grand rabbin.

En Grèce, les comportements antisémites qui subsistent sont liés à la puissante Eglise orthodoxe qui n'a pas officiellement pardonné les Juifs pour la mort de Jésus-Christ.

Quelque 36% des Grecs ont des "sentiments négatifs" envers les Juifs et près de 60% d'entre eux croient aux théories conspirationnistes d'un "réseau secret juif qui influence les affaires économiques et politiques", selon un sondage de la Ligue d'action et de protection publié en 2021.

«Les inscriptions ne mentent pas»

Au musée juif d'Athènes, les objets antiques accolés aux oeuvres d'art contemporaines permettent "un dialogue sur la question de la diversité", souligne la directrice du musée Zanet Battinou.

Ainsi, une inscription datant de 300 à 250 avant J-C évoque la libération d'un esclave juif tandis que l'oeuvre de l'artiste Viktor Koen présente sa grand-mère, ancienne esclave noire aux Etats-Unis.

Attenant au musée archéologique d'Athènes, la galerie épigraphique dévoile une trentaine d'objets qui nous emmènent à Délos, petite île des Cyclades, sanctuaire dédié à Apollon, où ont été retrouvés les vestiges d'une synagogue, mais aussi à Chalkida sur l'île d'Eubée où un cimetière juif a été mis au jour, ou encore dans la cité byzantine de Mystras dans le Péloponnèse, où des stèles funéraires juives ont été découvertes.

"Les inscriptions sont des preuves qui ne peuvent pas mentir", note Eleni Zavou, archéologue au musée épigraphique. Elles "attestent de la multiculturalité du monde grec, de l'importance des communautés juives aux niveaux politique, artistique, religieux, économique".

En décembre, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et le président russe Vladimir Poutine s'étaient mis d'accord sur le retour des archives de la communauté juive grecque, dont les nazis s'étaient emparés et que Moscou avait récupérées après la prise de Berlin par l'Armée rouge en mai 1945.

Leur retour en Grèce constitue "un événement d'une grande importance historique qui clôt un chapitre tragique du judaïsme grec et en ouvre un autre, plus brillant, pour la communauté scientifique qui va pouvoir désormais reconstituer la longue histoire de la présence juive en Grèce", avait alors déclaré la ministre grecque de la Culture Lina Mendoni.