La «cruauté de l'Otan» en exposition à Moscou, en plein conflit en Ukraine

Une femme passe devant un tableau lors de l'exposition OTAN. Une chronique de la cruauté" au Musée d'histoire contemporaine de la Russie à Moscou le 5 mai 2022. (AFP)
Une femme passe devant un tableau lors de l'exposition OTAN. Une chronique de la cruauté" au Musée d'histoire contemporaine de la Russie à Moscou le 5 mai 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 07 mai 2022

La «cruauté de l'Otan» en exposition à Moscou, en plein conflit en Ukraine

  • Moscou considère l'Alliance atlantique, son vieil ennemi de la Guerre froide, comme une menace existentielle
  • Juste avant la grande parade militaire annuelle du 9 mai, l'exposition est bien achalandée. A l'entrée, un groupe de cadets adolescents en uniforme pose pour une photo

MOSCOU: Des haut-parleurs crachent le bourdonnement assourdissant d'avions de guerre, des peintures d'enfants blessés et de femmes éplorées tapissent les murs: un musée de Moscou met en scène la "cruauté" de l'Otan, en plein conflit en Ukraine.


"Je le dis à chaque fois: c'est difficile de parler des crimes qui ont été commis par les troupes de l'Otan", se plaint Iaroslav Polesterov, 46 ans, guide de l'exposition "Otan - chronique de la cruauté", qui se tient au musée d'Etat d'histoire contemporaine russe jusqu'au 22 mai.


Moscou considère l'Alliance atlantique, son vieil ennemi de la Guerre froide, comme une menace existentielle et a notamment justifié son offensive en Ukraine par les ambitions atlantistes de Kiev et le soutien politique et militaire occidental à ce voisin de la Russie.


Juste avant la grande parade militaire annuelle du 9 mai, l'exposition est bien achalandée. A l'entrée, un groupe de cadets adolescents en uniforme pose pour une photo. Contrairement aux autres expositions du musée, situé sur l'avenue Tverskaïa en plein coeur de Moscou, celle-ci est gratuite.


Le message principal: l'Otan est un agresseur. Sur les murs abondent des photos de manifestations européennes anti-Alliance et de nombreuses photos d'enfants, blessés ou souriants, dans les gravats de zones de conflit.


"Nous parlons ici, entre autres, du fait que, dans le conflit actuel, l'Otan joue un rôle très important et très actif", affirme à l'AFP Fiodor Kokine, 28 ans, responsable scientifique du musée. "Ils fournissent des armes, du matériel, des munitions à l'Ukraine".


Cette exposition préparée "en moins de quelques semaines" a accueilli 14 000 visiteurs jusqu'à présent, ajoute-t-il.


Il signale la présence dans la salle d'un "lanceur de missiles antichars produit au Royaume-Uni et utilisé par les forces armées ukrainiennes" actuellement.


"Ce travail a été fait à la hâte", soupire Alexandra, 40 ans, professeure documentaliste dans un établissement d'Etat. "Je pensais que ce serait pertinent d'emmener mes étudiants, en lien avec les événements politiques, mais je regrette le temps perdu".


"Pourquoi parle-t-on de +cruauté+? Pourquoi ne pas parler plutôt des raisons de la création de ce bloc, de comment il a évolué avec le temps?", s'interroge-t-elle, le ruban de Saint-Georges, utilisé en Russie pour commémorer la Seconde Guerre mondiale, épinglé sur la poitrine.

«Propagande à la soviétique»
Pointant du doigt des segments dédiés à la guerre au Vietnam, elle note que "ce sont les Etats-Unis, pas l'Otan", qui sont à blâmer.


Le guide Polesterov, essoufflé, montre pèle-mêle aux étudiants des treillis et drapeaux bleu et jaune fraîchement arrivés d'Ukraine posés à côté d'un casque de SS nazi et d'un drapeau américain, des cartes montrant jusqu'où en Russie pourraient arriver des missiles de l'Otan.


Pour Moscou, le caractère belliqueux de l'Alliance n'est plus à démontrer, le Kremlin et Vladimir Poutine n'ayant cesse de citer l'exemple du bombardement de Belgrade en 1999, durant la guerre du Kosovo, ou encore celui de la Libye de Kadhafi en 2011.


Polesterov cite d'ailleurs les frappes contre la Yougoslavie: "A l'ONU, la Russie et la Chine étaient contre (...) La décision a été prise par (Bill) Clinton, le président des États-Unis, et des criminels comme lui".


Il reconnaît que certains visiteurs, une minorité d'après lui, ne partagent pas son indignation et désigne un livre où l'on peut inscrire ses impressions.


"Il faut (...) que les enfants, les adolescents et même de nombreux adultes voient à quel point le monde occidental est pourri", ont écrit deux femmes, signant de leurs noms complets.


Un autre message remerciant l'exposition de dire la "vérité" est signé par la "députée de la Douma d'Etat Maria Boutina", connue pour avoir été emprisonnée plus d'un an aux Etats-Unis pour avoir tenté d'infiltrer des milieux politiques.


Sur fond de répression tous azimuts des détracteurs du Kremlin, ceux en désaccord s'expriment anonymement: "L'Etat a essayé d'hypnotiser les gens" ou "cette exposition, c'est de la merde de propagande à la soviétique".


"Ne laissez pas la propagande vous tromper. Paix à l'Ukraine et au monde entier, liberté et sagesse à la Russie!", proclame un autre.


Zelensky met fin aux relations diplomatiques avec la Syrie

«Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie», a déclaré Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram (Photo, Reuters).
«Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie», a déclaré Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram (Photo, Reuters).
Short Url
  • La Syrie avait annoncé plus tôt dans la journée reconnaître l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk
  • Jusqu'à présent seul Moscou avait reconnu en février l'indépendance de ces deux régions, situées dans l'est de l'Ukraine, quelques jours avant le début de l'invasion russe

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé mercredi soir mettre fin aux relations diplomatiques avec la Syrie, après que le régime de Damas a reconnu l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, soutenues par Moscou depuis 2014.

"Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie", a déclaré M. Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram, affirmant que "la pression des sanctions" contre Damas, allié de la Russie, "sera encore plus grande".

"C'est une histoire insignifiante", a-t-il balayé, préférant mettre en avant la signature avec Bruxelles d'un accord pour un régime de "transport sans visa" pour le fret venant d'Ukraine dans l'Union européenne.

La Syrie avait annoncé plus tôt dans la journée reconnaître l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, devenant ainsi le premier pays étranger à le faire.

Jusqu'à présent seul Moscou avait reconnu en février l'indépendance de ces deux régions, situées dans l'est de l'Ukraine, quelques jours avant le début de l'invasion russe.

"Conformément à la volonté et au désir commun d'établir des relations dans tous les domaines, la Syrie a décidé de reconnaître l'indépendance et la souveraineté de la république populaire de Lougansk et de la république populaire de Donetsk", avait indiqué une source au sein du ministère syrien des Affaires étrangères, citée par l'agence de presse officielle Sana.

Des responsables des "deux pays vont se mettre en contact pour convenir des cadres de renforcement des relations, y compris l'établissement de relations diplomatiques, conformément aux règles", a ajouté la même source.

Ce n'est pas la première fois que la Syrie exprime son soutien à des territoires reconnus par la Russie comme indépendants.

En 2018, Damas avait reconnu l'indépendance des régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud en Géorgie.

La Syrie et la Russie sont alliées depuis des décennies mais les liens se sont sensiblement renforcés à la faveur du conflit syrien et de l'intervention militaire de Moscou à partir de 2015 au côté du régime de Bachar al-Assad.


Variole du singe: L'OMS appelle au partage des données sur l'efficacité des vaccins

Les experts ont détecté une recrudescence de cas de variole du singe depuis mai, dont la plupart se sont produits en Europe occidentale (Photo, Reuters).
Les experts ont détecté une recrudescence de cas de variole du singe depuis mai, dont la plupart se sont produits en Europe occidentale (Photo, Reuters).
Short Url
  • La variole du singe est considérée comme étant bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980
  • Du 1er janvier au 22 juin, 3 413 cas confirmés et un décès ont été signalés à l'OMS dans 50 pays

GENÈVE: L'OMS a appelé mercredi au partage des données sur l'efficacité des vaccins contre la variole du singe dont plus de 3.400 cas - dont des enfants - ont été répertoriés à travers le monde depuis janvier.

"Les pays qui ont actuellement stocké ce vaccin, dont les Etats-Unis et sous l'impulsion des Etats-Unis, ont exprimé leur volonté de partager ces vaccins avec d'autres pays", s'est réjoui le directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, le Dr Michael Ryan, en conférence de presse.

Mais, a-t-il dit, "il est très important - alors que nous encourageons le partage de ces produits - que nous puissions recueillir les données nécessaires sur l'efficacité clinique".

Connue chez l'être humain depuis 1970, la variole du singe est considérée comme étant bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980. Une recrudescence inhabituelle des cas a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus circule d'ordinaire.

Du 1er janvier au 22 juin, 3 413 cas confirmés et un décès ont été signalés à l'OMS dans 50 pays, dont 2 933, soit 86%, en Europe. Selon l'OMS, le nombre réel de cas est plus élevé.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est dit mercredi "préoccupé par la transmission soutenue" du virus. "Cela suggère que le virus est en train de s'établir et qu'il peut atteindre des groupes à haut risque, notamment les enfants, les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes", et "c'est ce que nous commençons à voir avec plusieurs enfants déjà infectés", a-t-il expliqué.

L'OMS a estimé samedi que cette flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l'évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d'une "urgence de santé publique de portée internationale", le plus haut degré d'alerte de l'organisation.

"Ne pas déclarer une urgence de santé publique de portée internationale ne signifie pas que ce n'est pas une urgence", a souligné le Dr Ibrahima Socé Fall, sous-directeur général de l'OMS chargé des interventions dans les situations d'urgence.

Sur les 14 experts, seuls 3 ont estimé que les critères étaient remplis pour déclarer l'alerte, a révélé le Dr Tedros. "Ils m'ont conseillé de les convoquer à nouveau rapidement en fonction de l'évolution de la situation. Ce que je ferai".

L'OMS estime que la priorité actuellement est de réduire la transmission du virus, à travers des actions de prévention, de dépistage et d'information. "Pour l'instant, l'utilisation des vaccins est limitée aux travailleurs (de santé) à haut risque", a indiqué le Dr Ryan.


Nasa: Le télescope James Webb va livrer l'image «la plus profonde» de l'univers

Le 12 juillet, la Nasa entend rendre publique la première spectroscopie du télescope James Webb d'une planète lointaine, une exoplanète (Photo, Reuters).
Le 12 juillet, la Nasa entend rendre publique la première spectroscopie du télescope James Webb d'une planète lointaine, une exoplanète (Photo, Reuters).
Short Url
  • James Webb doit notamment permettre d'observer les premières galaxies formées après le Big Bang
  • Le télescope pourrait rester opérationnel pendant 20 ans, le double de la durée de vie initialement prévue

WASHINGTON: La Nasa va dévoiler "l'image la plus profonde jamais prise de notre univers" le 12 juillet, grâce à son nouveau télescope spatial James Webb, a déclaré mercredi Bill Nelson, le patron de l'agence américaine.

"C'est plus loin que tout ce que l'humanité a pu regarder auparavant", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse au Space Telescope Science Institute à Baltimore, centre d'opérations de ce bijou d'ingénierie à 10 milliards de dollars lancé en décembre et se trouvant désormais à 1,5 million de kilomètres de la Terre.

James Webb est capable de regarder plus loin dans le cosmos que tous les télescopes avant lui grâce à son immense miroir principal, et ses instruments percevant les signaux infrarouges, ce qui lui permet de scruter à travers les nuages de poussière.

"Il va explorer les objets du système solaire et les atmosphères des exoplanètes en orbite autour d'autres étoiles, nous donnant des indices pour savoir si leurs atmosphères sont potentiellement similaires à la nôtre", a expliqué Bill Nelson.

"Cela répondra peut-être à certaines de nos questions: d'où venons-nous? Qu'y a-t-il d'autre? Qui sommes-nous? Et bien sûr, il répondra à des questions que nous ne connaissons même pas encore."

James Webb doit notamment permettre d'observer les premières galaxies, formées seulement quelques centaines de millions d'années après le Big Bang, et des exoplanètes.

Grâce à un lancement efficace par Arianespace, partenaire de la Nasa, le télescope pourrait rester opérationnel pendant 20 ans, le double de la durée de vie initialement prévue, s'est réjouie Pam Melroy, administratrice adjointe de l'agence spatiale américaine.

Le 12 juillet, la Nasa entend rendre publique la première spectroscopie du télescope James Webb d'une planète lointaine, une exoplanète.

La spectroscopie est un outil permettant de connaître la composition chimique et moléculaire d'objets lointains, et, dans le cas d'une planète, peut aider à déterminer son atmosphère, à détecter la présence d'eau ou à analyser son sol.

Selon Nestor Espinoza, astronome du Space Telescope Science Institute, les spectroscopies d'exoplanètes étaient jusque-là très limitées, comparé à ce dont le télescope James Webb est capable.

"C'est comme être dans une pièce très sombre et vous n'avez qu'un petit trou d'épingle par lequel vous pouvez regarder", a-t-il dit à propos de la technologie actuelle. Avec ce nouveau télescope, "vous avez ouvert une énorme fenêtre, vous pouvez voir tous les petits détails".