Journalistes otages en Syrie en 2013: dans l'enquête française, 4 suspects dont un absent

En France, trois suspects ont été mis en examen, tous pour «association de malfaiteurs terroriste», et placés en détention provisoire (Photo, AFP).
En France, trois suspects ont été mis en examen, tous pour «association de malfaiteurs terroriste», et placés en détention provisoire (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 mars 2022

Journalistes otages en Syrie en 2013: dans l'enquête française, 4 suspects dont un absent

  • Trois suspects ont été mis en examen dans l'enquête sur la prise en otage de journalistes français lors de la guerre en Syrie en 2013
  • En France, trois suspects ont été mis en examen, tous pour «association de malfaiteurs terroriste», et placés en détention provisoire

PARIS: Trois suspects ont été mis en examen dans l'enquête sur la prise en otage de journalistes français lors de la guerre en Syrie en 2013 mais le gouvernement français refuse de rapatrier, pour un éventuel procès, un quatrième geôlier présumé, pourtant localisé.

Selon plusieurs avocats, si les investigations touchent à leur fin, la comparution en cours aux Etats-Unis d'un djihadiste membre de la cellule des "Beatles", spécialisée dans la capture et l'exécution d'otages étrangers, pourrait néanmoins apporter de nouveaux éléments au juge d'instruction antiterroriste Bertrand Grain et aux enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Depuis huit ans, ils travaillent à identifier les ravisseurs de Didier François, Pierre Torres, Edouard Elias et Nicolas Hénin, enlevés en juin 2013 et libérés en avril 2014 après des mois passés, entre autres, dans des cellules de l'hôpital ophtalmologique d'Alep transformé en quartier général du groupe djihadiste Front al-Nosra. 

«Prétendus indices»

A ce stade, en France, trois suspects ont été mis en examen, tous pour "association de malfaiteurs terroriste", et placés en détention provisoire. 

Parmi eux, le Français Mehdi Nemmouche, condamné à la perpétuité en Belgique pour la tuerie du musée juif de Bruxelles. Il est mis en examen depuis 2017 pour "enlèvement et séquestration en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste", dans ce dossier qui "repose quasi exclusivement sur les déclarations des quatre journalistes dans lesquelles apparaissent distorsions et contradictions flagrantes", selon son avocat Me Francis Vuillemin.

Le Français Abdelmalek Tanem, 32 ans, aurait aussi, selon des éléments de l'enquête dont a eu connaissance l'AFP, fréquenté l'hôpital d'Alep et été en lien avec Nemmouche et Salim Beghalem - également geôlier présumé mais réputé mort. 

"Oui, il était en Syrie à l’époque, et oui, il a rejoint les rangs de l’EI. Il a d’ailleurs déjà été condamné pour cela et a purgé sa peine. Est-ce que cela fait de lui un geôlier d’otages occidentaux ? Non", a réagi auprès de l'AFP son avocate Me Noémie Coutrot-Cieslinski, rejetant "de prétendus indices qui ne concordent pas."

Depuis 2019, la justice française incrimine aussi le Syrien Kais Al-A., mis en examen pour "complicité". Né en 1983, cet ancien cadre de la Syrian Petroleum Company et professeur de chimie à l'université s'était réfugié depuis 2015 en Allemagne, où il poursuivait des études supérieures.

Surnommé "le chimiste" et présenté selon des éléments du dossier comme un expert en explosifs de l'Etat islamique, il serait derrière l'enlèvement de MM. Hénin et Torres survenu dans les rues de Raqqa. Face au juge, lui a maintenu n’avoir toujours appartenu qu'à l'Armée syrienne libre. 

Mandat d'arrêt

Mais il manque l'interrogatoire d'un autre suspect français, Guillaume Kapo, qui s'est rendu en 2019 aux Forces démocratiques syriennes, dominées par les Kurdes, comme l'avait pointé Mediapart. Il est toujours emprisonné à Derik, dans l'extrême nord-est de la Syrie, selon une source proche du dossier. 

"L’exécution du mandat d’arrêt dont il fait l’objet est aujourd'hui empêchée par des choix politiques du gouvernement", regrettent les avocats de Nicolas Hénin, Me Vincent Brengarth et William Bourdon, jugeant "essentiel qu’il soit confronté aux éléments du dossier mais également à ses victimes".

Né en 1989 à Abidjan, Guillaume Kapo vivait à Nîmes et aurait rejoint la Syrie en 2012. Selon les éléments de l'enquête, à l'été 2013 il aurait fait partie de l'"Amniyat", les redoutables services de renseignements de l'EI, à Alep et fréquenté les geôles de l’hôpital, avant de partir combattre notamment à Deir-el-Zor, où il aurait été grièvement blessé.

Interrogé par l'AFP, le Quai d'Orsay a rappelé sa doctrine, selon laquelle "les combattants de Daech (...) doivent être jugés au plus près des lieux où ils ont perpétré leurs crimes". "C'est à la fois une question de sécurité et un devoir de justice à l'égard des victimes".

Mais pour Me Pascal Garbarini, avocat d'Edouard Elias, "pour une bonne administration de la justice, il faut que toutes les personnes identifiées passent en même temps dans le même procès".

L'avocat de Pierre Torres, Me Clément Testard, s'inquiète "d’un renversement politique" sur place: "Monsieur Kapo pourrait se retrouver totalement libre, sans autre forme de procès".


France : gaz lacrymogènes pour empêcher des manifestants d'arriver à l'ambassade d'Iran

Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents», a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations
  • La préfecture de police de Paris a fait état de «4 000 personnes» rassemblées place d'Iéna

PARIS: La police française a utilisé dimanche des gaz lacrymogènes pour empêcher des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran d'atteindre l'ambassade de la République islamique, selon des journalistes. 

Cette deuxième manifestation consécutive en deux jours à Paris pour dénoncer la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée à Téhéran le 13 septembre par la police des moeurs pour "port de vêtements inappropriés", a coïncidé avec un autre rassemblement tendu à Londres près de l'ambassade d'Iran. 

"Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents", a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations. 

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s'est dirigé vers l'ambassade d'Iran au son de slogans tels que "femme, vie, liberté !", en écho à ceux des manifestants en Iran, ou encore "France, ça suffit le silence". 

Les participants reprochent notamment au président français Emmanuel Macron d'avoir serré la main de son homologue iranien Ebrahim Raïssi lors de leur rencontre le 20 septembre en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York, portant notamment sur une relance de l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran. 

A l'approche de l'ambassade, près du siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE), les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui tentaient de franchir leur cordon interdisant l'accès à la représentation diplomatique de la République islamique. 

La préfecture de police de Paris a fait état de "4 000 personnes" rassemblées place d'Iéna. A plusieurs reprises, des groupes ont tenté de forcer le barrage mis en place par les forces de l’ordre qui ont eu recours à des "moyens d’intervention intermédiaires" (gaz lacrymogènes) pour les repousser, selon la préfecture de police. 

Une personne a été interpellée pour "outrage et rébellion" et un policier a été légèrement blessé, a ajouté la préfecture. 

"Au vu de ce qui se passe actuellement, nous Iraniens, nous sommes vraiment mobilisés, nous devons réagir étant donné que nous sommes loin de notre patrie, notre pays", a déclaré à l'AFP une manifestante franco-iranienne qui n'a souhaité s'identifier que par son prénom, Nina. 

Au moins 41 personnes ont été tuées et des centaines arrêtées en Iran depuis l'annonce le 16 septembre du décès de Mahsa Amini, selon le dernier bilan officiel. 


Reconnaissance faciale, caméras: plainte de La Quadrature du net contre l'Intérieur

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Short Url
  • Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les «quatre piliers» d'un «système de surveillance de masse»
  • Ces 4 piliers sont :  la «vidéosurveillance», la «détection automatisée des comportements», le «fichage» et la «reconnaissance faciale»

PARIS : L'association La Quadrature du net a annoncé dimanche avoir déposé une plainte collective contre le ministère de l'Intérieur pour dénoncer l'utilisation de la reconnaissance faciale, le fichage et la vidéosurveillance.

Ces plaintes collectives, au nombre de trois, ont été déposées devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) après que l'association a recueilli le mandat de près de 13 000 personnes via une campagne de signatures sur le site plainte.technopolice.fr.

La Quatrature du net, qui se présente comme défenseur des libertés fondamentales dans l'environnement numérique, s'est inspirée des plaintes collectives qu'elle avait déposées en 2018 contre les Gafam en s'appuyant sur le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Ces procédures avaient abouti à de lourdes amendes contre Google et Amazon, respectivement de 50 et 746 millions d'euros.

Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les "quatre piliers" d'un "système de surveillance de masse":  "vidéosurveillance", la "détection automatisée des comportements", le "fichage" et la "reconnaissance faciale".

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)", puis à démontrer "en quoi ces dispositifs sont illégaux car leur proportionnalité n'est jamais justifiée". L'objectif étant d'obtenir le retrait de l'ensemble des caméras déployées dans l'espace public.

La seconde plainte concerne les fichiers TAJ (Traitement automatisé des antécédents judiciaires), qui comprend "huit millions" de photos de visage.

La troisième a trait aux fichiers TES (Titres électroniques sécurisés) qui comportent les photos de tout demandeur de carte d'identité ou de passeport.

S'agissant des TAJ, l'association dénonce l'illégalité des données collectées, car "un grand nombre d'informations ne sont pas en rapport avec une procédure judiciaire, soit pas mises à jour".

Elle relève aussi que les policiers et gendarmes l'utilisent en "dehors de toute procédure judiciaire, notamment lors de contrôles d'identités".

Concernant les TES, la plainte dénonce notamment "le manquement à l'obligation de sécurité du ministre par les choix d'une architecture centralisée, malgré les risques de détournement", a expliqué la juriste.

Il s'agit pour l'association d'obtenir le retrait des photos.


Spectaculaire incendie dans un entrepôt du marché de Rungis

Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés», a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris
  • «Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu», a-t-il ajouté

PARIS : Un spectaculaire incendie s'est déclaré dimanche en fin de matinée dans un entrepôt du marché de Rungis sans faire de victimes, selon les premiers éléments fournis par les pompiers contactés par l'AFP.

"Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés", a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris. "Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu", a-t-il ajouté.

"Un incendie s'est déclaré dans un entrepôt de fruits et légumes vers 12h20", a précisé sur son compte Twitter la préfecture du Val-de-Marne. Une épaisse fumée noire était visible plusieurs kilomètres à la ronde en milieu de journée au sud de Paris.

Les pompiers ont conseillé, via leur compte Twitter, d'éviter les "déplacements dans ce secteur" et de faciliter "le passage des secours".

Le marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, le plus grand marché de gros et de produits frais au monde, s'étend sur 234 hectares. Il est situé à sept kilomètres au sud de Paris dans le Val-de-Marne.

Fin juin, un incendie s'était déclenché dans la zone industrielle du marché sans faire de blessé ni provoquer de danger immédiat. Un feu de four s'était déclenché avant de se propager dans un catalyseur.