Philippe Aractingi: «Je suis en train de sentir un changement» en Arabie saoudite

Philippe Aractingi. (AFP).
Philippe Aractingi. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 28 mars 2022

Philippe Aractingi: «Je suis en train de sentir un changement» en Arabie saoudite

  • En marge des événements du mois de la francophonie, célébré à travers l’Arabie saoudite et le monde entier, Arab News en français a rencontré Philippe Aractingi
  • Arrivé en France, Aractingi a fondé sa propre maison de production, ce qui lui a permis de produire à ce jour plus d’une centaine de films

RIYAD: En marge des événements du mois de la francophonie, célébré à travers l’Arabie saoudite et le monde entier, Arab News en français a rencontré Philippe Aractingi. 

Nommé chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par le ministère français de la Culture en 2018, Philippe Aractingi est à la fois un scénariste, un réalisateur, un cinéaste, un producteur et un photographe franco-libanais.

À l’âge de 8 ans, Philippe a découvert sa passion lorsque son père lui a offert son premier appareil photo. Il a photographié la guerre civile au Liban avant de partir pour Paris, en 1989.

Arrivé en France, Aractingi a fondé sa propre maison de production, ce qui lui a permis de produire à ce jour plus d’une centaine de films diffusés sur des chaînes de télévision internationales telles que Discovery Channel, France 2, France 3 ou Arte.

Philippe Aractingi a réalisé plus d’une cinquantaine de films, dont quatre longs métrages primés à travers le monde, notamment à Venise, Rotterdam et Dubaï. 

Il est notamment connu, dans différents pays, grâce à quelque quarante documentaires. 

1
(Photo, Facebook: Philippe Aractingi)

Il est l’un des premiers cinéastes libanais à proposer un regard différent sur son pays à travers ses deux premiers longs métrages, Bosta et Sous les bombes, qui ont représenté le Liban aux Oscars en 2006 et 2008. Sous les bombes a reçu vingt-trois récompenses, dont le prix Fipresci.

Aractingi a révélé à Arab News en français qu’il s’était rendu à Riyad pour enseigner le documentaire. «Le ministère de la Culture m’a invité à venir enseigner le documentaire à des jeunes Saoudiennes et Saoudiens. J’ai passé une semaine avec eux», a-t-il expliqué, ajoutant que son expérience avait été magnifique: «C’était à la fois passionnant pour moi et pour eux, j’imagine», nous a-t-il confié.

«J’ai beaucoup appris d’eux. Ils ont énormément vécu et ils ont énormément de choses à dire. Ils connaissent peu les documentaires, car les chaînes proposent des documentaires particuliers, informatifs», a-t-il indiqué.

Aractingi a travaillé à élargir le cadre de leurs connaissances et, en même temps, il a écouté leurs histoires, remarquant qu’il y avait vraiment beaucoup de récits à raconter et à documenter dans ce pays.

«C’était fascinant. Les femmes m’ont vraiment intéressé, parce qu’elles ont plus de choses à dire», a-t-il souligné.

Le cinéaste franco-libanais a noté que le gouvernement saoudien œuvrait maintenant pour que le pays s’ouvre à l’audiovisuel. «Le festival de la Mer rouge, qui a eu lieu récemment, a fait beaucoup de bruit.»

Dans le même temps, il a ajouté qu’il y a «de jeunes Saoudiens auxquels nous sommes en train de donner des moyens pour pouvoir écrire des documentaires et des films».

«Les sujets sont forts et denses», nous a-t-il révélé. Ces derniers vont des problèmes de société, des tabous, à des thèmes comme l’archéologie ou la culture. «Ce sont vraiment des sujets très saoudiens, avec un point de vue saoudien. Il leur faut et il leur manque peut-être le savoir-faire pour les réaliser ainsi qu’une culture générale pour pouvoir faire des films, et c’est pour cela que je suis là aujourd’hui.»

Cette visite en Arabie saoudite n’est pas une première pour Aractingi: il s’est déjà rendu dans le Royaume et a réalisé des films d’entreprises pour des sociétés. «Aujourd’hui, je sens que les gens comme moi, qui ont travaillé dans le cinéma en Europe, sont appelés à venir par les gouvernements et les gens d’ici. Avant, ceux qui venaient étaient ceux qui construisaient les immeubles et les routes. Maintenant, on est là pour construire – ou aider à construire – une nouvelle culture et à la renforcer.»

Concernant la nouvelle image de l’Arabie saoudite annoncée par le prince héritier, Aractingi a souligné les changements d’ordre émotionnel, intellectuel ainsi que ceux qui sont survenus au niveau de la mentalité. «Je suis en train de sentir un changement, mais je ne l’ai pas complètement vu… Ce sont des changements plus lents que les changements physiques... J’ai senti chez les élèves une peur de s’exprimer. J’ai encouragé mes élèves à ouvrir la porte, à ouvrir la bouche et à raconter. Cela va venir.»

Au sujet de ces nouveaux projets, il nous a confié qu’il avait été appelé par des Saoudiens pour reprendre des projets qu’il avait faits et qui ont eu beaucoup de succès auparavant, au Liban et ailleurs, pour «les “saoudiser” et leur rendre une spécificité saoudienne».


Musique contemporaine: la fermeture du centre de création musicale de Nice actée

Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Short Url
  • Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, «a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022»
  • Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale

NICE: Le Centre international de création musicale (Cirm) de Nice, l'un des huit centres nationaux de création musicale qui organisait depuis 1978 le festival Manca de musique contemporaine, va cesser ses activités à la fin de l'année, selon des sources concordantes. 

Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, « a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022 », a-t-on appris auprès de Camille Giuglaris, directeur technique et représentant du personnel. 

« Le matériel du Cirm va aller au conservatoire régional de Nice et le patrimoine, à savoir les nombreux enregistrements, iront à l'Université Côte d'Azur, tous deux partenaires », a ajouté M. Giuglaris, qui dénonce « un gâchis » et s'interroge sur « les conditions de cession et l'avenir de ce patrimoine ». 

Les trois salariés restants devraient quitter leur emploi dans le cadre d'un licenciement économique, a encore précisé M. Giuglaris. 

Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale. Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. 

A sa présidence depuis un an, Sylvain Lizon, qui évoque des « difficultés structurelles », déplore que « le Cirm n'ait pas connu le développement qu'ont connu les autres centres nationaux, comme celui de Marseille », le GMEM (Groupe de musique expérimentale de Marseille). 

M. Lizon, par ailleurs directeur de la Villa Arson à Nice, assure que la musique contemporaine « continuera à vivre à Nice » et qu'une « mission de préfiguration » a été mise place. 

Jointe par l'AFP, Bénédicte Lefeuvre, directrice régionale des affaires culturelles, a indiqué que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) « soutient l'initiative qui va consister à préserver la création contemporaine à Nice » sans donner de précisions. 

Le Cirm disposait d'un budget d'environ 700 000 euros, assuré à parité par l'Etat à travers la Drac et les collectivités (ville de Nice, département et région). 

Interpellée jeudi par les élus Verts qui s'émeuvent de la disparition d'un « nouveau lieu de culture » à Nice alors que la ville est candidate au label de capitale européenne de la culture en 2028, Anthony Borré, Premier adjoint au maire a assuré que la ville « n'a jamais fait défaut au Cirm » et « n'est pas décisionnaire » et « va poursuivre son soutien financier à la recherche musicale ». 


Malgré l'orage, les «Eurocks» confiants en l'avenir

Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Short Url
  • «C'était une édition très particulière»
  • Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total

BELFORT: Après une édition meurtrie par un très violent orage jeudi qui a fait sept blessés et entraîné l'annulation de deux des quatre soirées de concerts, les organisateurs des Eurockéennes ont affirmé dimanche regarder vers l'avenir avec "de nombreuses raisons d'espérer".

"C'était une édition très particulière", a déclaré dimanche soir le président du festival, Matthieu Pigasse, lors d'une conférence de presse sur le site des Eurockéennes.

Après deux éditions annulées pour cause de Covid, cette 32e édition devait signer le grand retour des "Eurocks", sacrées en mars 2020 "meilleur festival" au monde aux Arthur Awards.

Mais jeudi, avant même le premier concert, un violent orage s'est abattu sur la presqu'île du Malsaucy, au pied des Vosges, où se tient le festival belfortain.

Des tentes du camping se sont envolées, des arbres ont été arrachés et une tour métallique portant du matériel électrique est tombée sur des festivaliers, faisant sept blessés, dont un grave.

"Cet épisode météorologique d'une violence rare, imprévu et imprévisible, nous a conduits à annuler les soirées de jeudi et vendredi, c'est-à-dire à peu près deux tiers des 54 concerts prévus sur l'ensemble festival", a rappelé M. Pigasse. Stromae, le duo Bob Sinclar et Pedro Winter, Nick Cave ou encore Clara Luciani n'ont ainsi pas pu se produire.

"La reprise du festival était difficile parce qu'un coup de vent de cette ampleur nécessite de vérifier la sécurité des structures", a relevé le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini, saluant le "remarquable esprit de responsabilité" de l'équipe d'organisation.

Les festivités ont repris samedi avec une "incroyable énergie, aussi bien au niveau du public que des artistes", a constaté le programmateur Kem Lalot. "Izïa a tout donné, les Last Train ont fait un concert fantastique, Meute à remplacé au pied levé Foals sur la grande scène, et ce soir on finit en apothéose avec Muse".

Le groupe Britannique, qui sortira son nouvel album "Will of the people" en août, avait fait sa première grande scène européenne aux "Eurocks" en 2001.

Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total.

"On a de nombreuses raisons d'espérer et d'être confiants en l'avenir: la première ce sont les festivaliers, venus en nombre après l'annulation, et la deuxième c'est la force du collectif des Eurocks, le sens des responsabilités et le sang froid dont a fait preuve l'équipe", selon Matthieu Pigasse.

Après trois années difficiles, le directeur du festival, Jean-Paul Roland, entend regarder vers l'avenir. Pour l'année prochaine, les Eurockéennes tenteront de mettre en place des "mécanismes de mutualisation" entre plusieurs festivals, "pour mutualiser les équipes techniques", alors que la main d'oeuvre se raréfie.

Par ailleurs, les organisateurs on l'intention de renouveler dès septembre les "Résidences secondaires", mini-festival qui a accueilli 5.000 spectateurs, testé en 2021.


Première victoire de Sainz en F1, au terme d'un GP de Grande-Bretagne fou

Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril
  • «C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverston»

SILVERSTONE, Royaume-Uni: La Grande-Bretagne aura servi son lot de "premières" à Carlos Sainz: auteur la veille de la première pole position de sa carrière en Formule 1, l'Espagnol a remporté dimanche son premier Grand Prix, au terme d'une course mouvementée marquée dès le départ par un spectaculaire accident sans gravité.

"C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverstone", a réagi le pilote Ferrari de 27 ans, qui s'impose devant le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), tombé à la 16e place en début de course après un accrochage, et le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes).

Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril.

L'autre Ferrari, celle du Monégasque Charles Leclerc, un temps aux commandes de la course, termine au pied du podium, victime de la stratégie de son équipe.

Contrairement à Sainz ou à Hamilton, Leclerc n'a pas été appelé à changer de pneus lors d'un drapeau jaune à quelque dix tours de la fin. Ses pneus durs usés lui ont fait perdre l'avantage sur la concurrence.

Loin derrière, le Néerlandais Max Verstappen, toujours leader au championnat à l'issue de la course mais en difficulté au volant de sa Red Bull, termine à une modeste 7e place après avoir lutté contre l'Allemand Mick Schumacher (Haas), qui, huitième, marque ses premiers points en F1.

Luttes en série

Sur le mythique tracé de Silverstone, où plus de 400.000 spectateurs étaient attendus ce week-end, le spectacle a tenu ses promesses. Et même plus.

Les derniers tours de piste ont notamment vu Sergio Pérez, Lewis Hamilton et Leclerc s'offrir une belle lutte pour la deuxième place. Pérez remportant la bataille, c'est ensuite une haletante lutte pour la troisième place que se sont livrés Hamilton et Leclerc.

S'il assure "avoir tout donné", Hamilton, septuple champion du monde de la discipline, signe un triste record personnel: celui du plus grand nombre de courses disputées – 11 en l'occurrence - sans la moindre victoire. En revanche, son podium, le 13e à Silverstone - lui offre le record absolu sur un seul tracé.

A l'issue de cette manche britannique, la 10e de la saison, statu quo au championnat des pilotes pour les trois premiers: Verstappen compte 181 points au championnat et devance son coéquipier Pérez (147 points) et Leclerc (138 points).

Accident et intrusions 

Plus tôt dans l'après-midi, le Grand Prix a été interrompu seulement quelques instants après le départ en raison d'un accident impliquant plusieurs pilotes.

Sur les images diffusées par les producteurs de la F1, les monoplaces de Pierre Gasly, de George Russell (Mercedes) et de Zhou Guanyu (Alfa-Romeo) sont entrées en contact à l'approche du premier virage. La monoplace de Zhou Guanyu, percutée par celle de Russell, s'est retournée pour terminer sa course de l'autre côté des barrières de sécurité, contre les grillages séparant la piste des spectateurs.

Dans le même temps, Alexander Albon (Williams), Esteban Ocon - mais également l'Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) et le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) - ont aussi été impliqués indirectement dans l'accident - la Williams ayant été envoyée contre les barrières alors que le pilote tentait de ralentir.

Si Zhou est sorti du centre médical "en bonne santé", Albon a été transporté à l'hôpital "pour des examens de précaution". George Russell (Mercedes) a également dû abandonner.

A la suite de cet accident, les autres pilotes sont rentrés dans les stands pour près d'une heure. Et si au premier départ Verstappen avait pris l'avantage sur Sainz, la reprise de la course s'est fait selon l'ordre établi lors des qualifications... au détriment donc du Batave.

Par ailleurs, alors que la course était encore neutralisée, plusieurs personnes ont "tenté" selon la Fédération internationale de l'automobile, de s'introduire sur la piste. "Ces personnes ont été immédiatement éloignées et l'affaire est maintenant traitée par les autorités locales", a indiqué la FIA.

L'opération a été revendiquée par les militants pour le climat de Just Stop Oil, un groupe qui réclame l'arrêt de l'exploration des énergies fossiles au Royaume-Uni.