Au Kurdistan d'Irak, le fléau des féminicides et des violences domestiques

Sur cette photo d'archive prise le 19 novembre 2008, des femmes irakiennes assistent à une conférence sur la violence contre les femmes dans la ville d'Arbil, au nord du Kurdistan, à quelque 350 km de la capitale. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 19 novembre 2008, des femmes irakiennes assistent à une conférence sur la violence contre les femmes dans la ville d'Arbil, au nord du Kurdistan, à quelque 350 km de la capitale. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 20 mars 2022

Au Kurdistan d'Irak, le fléau des féminicides et des violences domestiques

  • En décembre dernier, une jeune fille de 16 ans a été défigurée à l'acide à Bagdad par un adulte qu'elle avait refusé d'épouser
  • Depuis des années, des militants dénoncent aussi excisions et mariages forcés dans une société irakienne largement conservatrice et patriarcale

SOULEIMANIYEH: Une femme brûlée vive par son époux, d'autres tuées par balle par un père ou un frère: au Kurdistan d'Irak, les autorités locales et des ONG tirent la sonnette d'alarme sur les féminicides et les violences domestiques.


Dans cette région autonome du nord de l'Irak qui veut présenter une image de stabilité et de tolérance, l'assassinat d'une personne par son frère a provoqué en février une vague de haine contre la victime sur les réseaux sociaux, même si certains ont défendu les droits des minorités.


"Ces deux derniers mois, il y a une hausse des féminicides en comparaison avec l'année dernière", indique Hiwa Karim Jwamir, porte-parole à Souleimaniyeh du Département gouvernemental de lutte contre les violences faites aux femmes.


En janvier et février, 11 femmes ont déjà été tuées au Kurdistan, la majorité d'entre elles par balle, selon le responsable. Pour l'ensemble de l'année 2021, le nombre de victimes était de 45 dans la région, contre 25 l'année précédente, ajoute-t-il.


Vendredi, une adolescente de 15 ans a été tuée de "six balles" par son père dans le village de Soran. L'homme a dit à la police que sa fille "était sortie avec deux garçons à une heure tardive de la nuit", selon une unité de lutte contre les violences domestiques.


Depuis des années, des militants dénoncent aussi excisions et mariages forcés dans une société irakienne largement conservatrice et patriarcale. 


Le reste du pays connaît aussi son lot de violences faites aux femmes: en décembre dernier, une jeune fille de 16 ans a été défigurée à l'acide à Bagdad par un adulte qu'elle avait refusé d'épouser.


Au Kurdistan, "les cas de violences envers les femmes sont en hausse", confirme Bahar Munzir, directrice de l'ONG locale People's development organization. "La plupart des femmes qui sont tuées sont victimes d'un membre de leur famille".


Début mars, le cadavre de Maria Sami, 20 ans, connue pour ses discours féministes, a été retrouvé en bord de route à Erbil, capitale du Kurdistan.

Climat d'impunité 
La police de Kirkouk a arrêté son frère le 9 mars. Avant son interpellation, l'adolescent joint par une télévision se justifiait en disant que sa soeur n'obéissait pas à la famille.


En février, Shinyar Houner Rafik, mère de deux enfants, est, elle, décédée à l'hôpital.


"Son mari était rentré soûl un soir. Il a recouvert son corps d'essence et y a mis le feu", raconte à l'AFP le père de la victime, Houner Rafik. Le mari a été arrêté.


Le Premier ministre du Kurdistan Masrour Barzani a dénoncé une "affaire horrible". "Le gouvernement doit imposer le châtiment le plus lourd possible aux auteurs" de ces crimes, a-t-il insisté. "Ces crimes dits d'honneur n'ont rien à avoir avec l'honneur".


Hana Shwan, de l'ONG Civil Development Organization, pointe toutefois du doigt un climat d'impunité qui serait responsable de cette hausse des violences.


"Il y a des manquements dans l'application de la loi et l'absence de procédures judiciaires contre les accusés", dit-elle.


En 2011, le Kurdistan avait voté une loi criminalisant l'excision et les violences domestiques. Le texte, prévoyant jusqu'à la perpétuité pour les auteurs de crimes dits d'honneur, a été salué par les ONG.


Mais son application reste inégale, malgré certains cas médiatisés.

«Dépression, suicide»
"Quand une femme est tuée, la façon dont les services de sécurité (puis judiciaires) traitent le cas n'est pas la même que si c'est un homme", affirme la militante Bahar Munzir.


"Certaines affaires n'arrivent même pas devant les tribunaux. Elles font l'objet d'un arrangement entre la famille" de l'auteur des violences et celle de sa victime.


Début février, la police de Dohouk a retrouvé le corps de Doski Azad, 23 ans, ostracisée par sa famille.


Un mandat d'arrêt a été émis pour retrouver son frère, accusé du meurtre. Mais celui-ci a fui l'Irak, selon les autorités.


Le drame a été condamné par la mission de l'ONU en Irak et des consulats occidentaux à Erbil.


Entre 2020 et 2021, dans tout l'Irak, les violences basées sur le genre ont augmenté de 125%, dépassant les 22 000 cas, selon l'Unicef.


L'agence évoque aussi "une augmentation inquiétante de la dépression et des suicides parmi les femmes et les filles, en particulier chez les déplacées et les réfugiées."                


Hamdan ben Mohammed nommé vice-Premier ministre lors d'un remaniement ministériel

Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre
  • Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères

DUBAÏ : Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre, a déclaré dimanche sur X le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum.

« Le cheikh Hamdan est un dirigeant qui aime son peuple et son peuple l'aime. Nous sommes persuadés qu'il sera un atout majeur pour le gouvernement des Émirats arabes unis et qu'il contribuera grandement à façonner l'avenir du pays », a déclaré le cheikh Mohammed sur X.

Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères.

D'autres nominations majeures incluent la désignation de Sarah Al-Amiri comme ministre de l'Éducation ; Ahmed Belhoul comme ministre des Sports ; Abdul Rahman Al-Awar comme ministre par intérim de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; et Alia Al-Mazroui comme ministre d'État de l'Entrepreneuriat.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants saoudiens félicitent le président français à l’occasion du 14 juillet

Short Url

RIYAD: Le roi saoudien Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont félicité le Président de la République française Emmanuel Macron à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).

#خادم_الحرمين_الشريفين وسمو #ولي_العهد يهنئان رئيس الجمهورية الفرنسية بذكرى اليوم الوطني لبلاده.#واس pic.twitter.com/uWOlfsM8EI

— واس الأخبار الملكية (@spagov) July 14, 2024

 


Le ministère saoudien des Affaires étrangères condamne la poursuite du génocide contre le peuple palestinien

Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés.

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation du Royaume dans les termes les plus forts de la « poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien aux mains de la machine de guerre israélienne. »

Le ministère a attiré une attention particulière sur le dernier ciblage des Palestiniens déplacés dans les camps de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, qui a coûté la vie à 100 personnes.

L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés dans tous les territoires palestiniens occupés.

Le ministère a également souligné la nécessité d'activer les mécanismes internationaux de responsabilisation concernant les violations persistantes par Israël du droit humanitaire international et des résolutions internationales.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont condamné et dénoncé dimanche les violations israéliennes continues dans la bande de Gaza, ainsi que le ciblage le plus récent des camps pour personnes déplacées à Khan Younis, dans le sud de Gaza, qui a entraîné de nombreux décès et blessures de dizaines de civils innocents.

Dans des déclarations émises par les deux ministères des Affaires étrangères, ils ont appelé au respect du droit international et du droit humanitaire international concernant la protection des civils et des biens de caractère civil, à un cessez-le-feu immédiat et complet dans la bande de Gaza, et à permettre la livraison sans entrave d'une aide humanitaire à grande échelle directement aux civils palestiniens.

Samedi également, la Ligue islamique mondiale a condamné le massacre de Khan Younis.

Le Secrétaire général de la Ligue, Muhammad bin Abdul Karim Al-Issa, a dénoncé dans un communiqué ce « crime odieux » et les « violations flagrantes et continues de toutes les lois et normes internationales et humanitaires » commises par l'occupation israélienne.

Al-Issa a souligné la nécessité urgente pour la communauté internationale d'intervenir pour mettre fin à la violence qui fait rage à Gaza.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com