Les conflits et la corruption transforment le Liban et la Syrie en narco-États

Capture d'écran du reportage de Channel 4.
Capture d'écran du reportage de Channel 4.
Short Url
Publié le Mercredi 19 janvier 2022

Les conflits et la corruption transforment le Liban et la Syrie en narco-États

  • Au Liban, les milices et les gangs qui opèrent dans les zones contrôlées par le Hezbollah produisent jusqu’à 600 000 comprimés de Captagon par semaine
  • Pour le régime d’Al-Assad, le commerce de drogues représente désormais une bouée de sauvetage pour une économie ravagée par une décennie de guerre civile

LONDRES: L’exportation de Captagon à grande échelle à partir de la Syrie et du Liban est le fruit d’un conflit long d’une décennie doublé d’une corruption généralisée. La dépendance à l’égard des revenus qui proviennent de la drogue transforme les deux pays en narco-États, selon un nouveau reportage de la chaîne britannique Channel 4 News.
Au Liban, les milices et les gangs qui opèrent dans les zones contrôlées par le Hezbollah, comme la vallée de la Bekaa, produisent jusqu’à 600 000 comprimés de Captagon par semaine, ce qui représente environ 3 millions de dollars (1 dollar = 0,88 euro) si cette drogue est vendue dans les pays du Golfe.
Le Captagon, forme commercialisée de fénéthylline, un dérivé de l’amphétamine, est une drogue bon marché et facile à produire qui était utilisée par les combattants de Daech pour lutter sans peur.
Un fabricant anonyme de cette drogue déclare à Channel 4 News: «La pauvreté et le besoin m’ont contraint à vendre du Captagon.»
Le Liban est en proie à un effondrement économique qui a poussé un grand nombre de ses habitants à quitter le pays ou à se livrer à des activités illicites.
La corruption de l’État libanais, dont le Hezbollah, soutenu par l’Iran, est l’une des composantes principales, facilite le processus de fabrication et d’exportation de drogues.
«Dans ce pays, la criminalité va de pair avec la corruption. S’il n’y avait pas de corruption, il n’y aurait pas de criminalité», explique le fabricant de Captagon.
Le régime d’Al-Assad, en Syrie, pays qui fait également face à une crise monétaire et à un effondrement économique, se transforme également en un narco-État, explique Makram Rabah, professeur d’histoire à l’Université américaine de Beyrouth.
«En ce moment, le Liban, la Syrie ainsi que tous les pays qui sont sous occupation iranienne sont techniquement des narco-États – et nous en subissons les conséquences», déplore l’enseignant à Channel 4 News.
«Malheureusement, c’est une réalité que les Libanais n’ont toujours pas admise et qui nous empêchera de nous remettre de l’effondrement économique actuel.»
Pour le régime d’Al-Assad, le commerce de drogue représente désormais une bouée de sauvetage pour une économie ravagée par une décennie de guerre civile et de sanctions internationales paralysantes.
En 2020, les exportations légales du pays ne valaient qu’un cinquième de la valeur du Captagon confisqué aux trafiquants de drogue syriens. Selon un rapport publié par le Centre d’analyse opérationnelle et de recherche, situé à Chypre, «les exportations de Captagon à partir de la Syrie ont atteint une valeur marchande d’au moins 3,46 milliards de dollars» cette année-là.
Certains de ces trafiquants de drogue syriens mènent leurs activités dans le port de Lattaquié, un bastion du régime soumis au contrôle direct du frère du président Bachar al-Assad, qui commande des unités de combat d’élite qui comptent parmi les plus dévouées du pays.
L’enseignant libanais ajoute que l’exportation de Captagon empêche non seulement l’économie syrienne de s’effondrer complètement, mais qu’elle est également utilisée pour se venger des pays du Golfe qui se sont opposés à la violente répression du régime contre les manifestants et à la guerre qui a suivi.
«Cette drogue est devenue une arme, un outil que le régime syrien et le régime iranien utilisent à la fois contre le Liban et le Golfe, surtout au cours des dernières années, avec le début de la guerre civile syrienne», souligne-t-il. Le Captagon «est désormais associé au Hezbollah et au régime d’Al-Assad», affirme-t-il encore.
Le commerce de la drogue pose également un problème pour les autorités frontalières libanaises, dont la responsabilité est d’empêcher son exportation, encouragée par d’autres factions au sein de l’État, en particulier par le Hezbollah.
Le colonel Joseph Moussallemw, qui fait partie des Forces de sécurité intérieure libanaises, déclare: «La fabrication et la contrebande de Captagon n’existaient pas au Liban avant la crise syrienne. Elles ont connu un essor après la crise, ce qui a montré aux commerçants et aux fabricants qu’il s’agissait d’une activité lucrative.»
Les pays du Golfe ont réagi au flux de Captagon en provenance du Liban et de la Syrie en renforçant les restrictions douanières sur les marchandises souvent utilisées par les trafiquants de drogue.
Au mois d’avril dernier, l’Arabie saoudite a annoncé la suspension de ses importations de fruits et légumes en provenance du Liban après avoir saisi plus de cinq millions de comprimés de Captagon dissimulés dans des fruits.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Fédération internationale d'astronautique élit une première femme saoudienne au poste de vice-présidente

L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
Short Url
  • La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace, en soutenant le développement et l'application des moyens spatiaux par le biais de la coopération mondiale.
  • Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale,

 

RIYAD : L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry est devenue la première femme saoudienne à occuper un poste de direction au sein de la Fédération internationale d'astronautique après avoir été élue comme l'un des 12 vice-présidents de l'organisme.

Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale, de sa contribution au développement et à la consolidation des orientations de la fédération, et de son rôle dans le renforcement de la position de leader du Royaume dans le secteur aérospatial, rapporte l'agence de presse saoudienne.

L'IAF compte plus de 400 membres issus de 71 pays différents, dont des agences de premier plan, des entreprises spatiales, des industries, des instituts de recherche, des universités, des sociétés, des associations, des musées et des instituts.

La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace et soutient le développement et l'application des moyens spatiaux en encourageant la coopération mondiale.

En tant qu'organisateur du Congrès astronautique international annuel ainsi que d'autres conférences et ateliers thématiques, l'IAF encourage activement le développement de l'astronautique à des fins pacifiques et soutient la diffusion d'informations scientifiques et techniques liées à l'espace.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
Short Url
  • La KSRNR veut se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce type au Moyen-Orient
  • En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec la KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq

DJEDDAH : L'Arabie saoudite entame lundi sa participation au 19e Salon international de la chasse et de l'équitation d'Abu Dhabi 2022.

L'événement se tiendra du 26 septembre au 2 octobre au Centre national des expositions d'Abou Dhabi.

Le Royaume sera représenté par la réserve naturelle royale King Salman bin Abdulaziz.

Au cours de l'exposition, la KSRNR entend se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce genre au Moyen-Orient, avec sa diversité géographique frappante et ses sites d'art d'inscriptions anciennes. La KSRNR soulignera également la présence d’animaux plus rares et en voie de disparition, tels que l'oryx arabe, l'outarde houbara et la gazelle à cornes fines.

La participation saoudienne mettra l'accent sur les trésors naturels et les caractéristiques du pays, tout en sensibilisant à l'importance de la faune et à son rôle dans le maintien de l'équilibre environnemental et de la biodiversité.

En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec le KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq, dans le nord-ouest du Royaume. Parmi ces espèces figuraient 50 oryx arabes, 100 antilopes, 30 houbara et 20 bouquetins des montagnes.

Mohammed Qurban, PDG de NCW, a déclaré que la remise en liberté de ces animaux s'inscrivait dans le cadre des initiatives visant à réinstaller les espèces locales menacées, à restaurer la biodiversité, à renforcer l'équilibre écologique et à améliorer la durabilité environnementale.

Qurban a également été cité par l'Agence de presse saoudienne comme ayant déclaré que le centre avait relâché 785 animaux dans les réserves et les parcs nationaux du Royaume l'année dernière, ajoutant que NCW avait prévu de relâcher plus de 1 000 animaux en 2022.

Le KSRNR a récemment mené sa première enquête de référence approfondie sur les oiseaux afin d'observer les oiseaux migrateurs, les oiseaux de passage et d'eau, ainsi que les espèces résidentes. L'étude vise à estimer le nombre de ces oiseaux et des oiseaux résidents, migrateurs et visiteurs. L'aperçu scientifique porte également sur l'abondance de ces oiseaux et leur répartition. Elle est intervenue après la découverte d'un grand nombre d'aigles nichés en plusieurs endroits de la réserve.

L'ADIHEX de cette année, considéré comme le plus important de son genre dans la région MENA, cible les secteurs de la chasse et de l'équitation. L'événement vise à promouvoir et à conserver le patrimoine culturel.

L'événement, qui se déroule sous le thème « Durabilité et patrimoine. . . Une aspiration renaissante », sera parrainé par le cheikh Hamdan ben Zayed Al-Nahyane, représentant du souverain dans la région d'Al-Dhafra et président de l'Emirates Falconers' Club.

Selon les organisateurs, ADIHEX 2022 rassemblera plus de 105 000 visiteurs qui pourront explorer les 11 secteurs de l'exposition sur 50 000 m². Plus de 680 exposants et marques présentant les dernières technologies, innovations et tendances en matière de matériel équestre, de chasse et de camping, ainsi que d'accessoires et de méthodes de chasse traditionnelles et modernes, seront présents. L'exposition comprendra également des ventes aux enchères de faucons, de chameaux et de chevaux et plusieurs concours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Quad condamne le renforcement militaire des Houthis et les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les pays du Quad appellent les Houthis à ouvrir les principales routes autour de Taïz.
  • Ils réaffirment leur soutien au Conseil des dirigeants présidentiels du Yémen et soulignent l'importance de la cohésion au sein du conseil.

 

LONDRES : L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné le renforcement militaire à grande échelle des Houthis et toutes les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen.

Les pays, connus sous le nom de « Quad », se sont récemment réunis pour discuter de la situation au Yémen et ont également condamné les récentes attaques des Houthis contre Taïz et la parade militaire des Houthis qui a eu lieu à Hodeidah au début du mois et qui viole l'accord éponyme.

Le Quad a salué les bénéfices tangibles de la trêve au Yémen pour la population du pays depuis son début le 2 avril et la mise en œuvre continue des mesures de confiance convenues par le gouvernement.

Les pays se sont félicités de l'arrivée de carburant dans le port de Hodeidah, malgré un ordre des Houthis qui a retardé le processus établi pour le dédouanement des navires, et de la reprise des vols à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa.

Ils ont appelé à la mise en œuvre des mesures en suspens, notamment l'ouverture par les Houthis des principales routes autour de Taïz et un accord sur un mécanisme conjoint pour le paiement des salaires des fonctionnaires.

Le Quad a déclaré qu'il soutenait pleinement les efforts de l'envoyé spécial des Nations unies, Hans Grundberg, pour prolonger et étendre la trêve qui doit être renouvelée le 2 octobre, et que tous les termes de la trêve devaient être pleinement appliqués.

Les gouvernements des quatre pays ont également convenu qu'un cessez-le-feu permanent et un règlement politique durable doivent être les objectifs ultimes du processus politique yéménite, sous les auspices des Nations Unies, et qu'un tel règlement doit être fondé sur les références convenues et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ils ont réaffirmé leur soutien au Conseil présidentiel des dirigeants du Yémen, souligné l'importance de la cohésion au sein du conseil, et salué l'engagement du conseil à améliorer les services de base et la stabilité économique dans le pays déchiré par la guerre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.co