Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

Sur cette photo de l'armée royale thaïlandaise publiée le 25 octobre 2021, des migrants du Myanmar sont photographiés après avoir été appréhendés par le personnel militaire thaïlandais dans la province de Kanchanaburi, à la frontière du Myanmar. (Photo, AFP)
Sur cette photo de l'armée royale thaïlandaise publiée le 25 octobre 2021, des migrants du Myanmar sont photographiés après avoir été appréhendés par le personnel militaire thaïlandais dans la province de Kanchanaburi, à la frontière du Myanmar. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

  • La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique
  • La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires

RANGOUN, Birmanie: Des centaines de moines ont fui leur monastère dans l'est de la Birmanie pour échapper à d'intenses combats entre l'armée et des groupes rebelles anti-junte, ont rapporté dimanche des témoins.

A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions, a raconté l'un d'eux à l'AFP sous couvert d'anonymat.

De nombreux moines ont aussi fui l'agglomération de Demoso, distante de quelques kilomètres, a-t-il ajouté.

Ces deux villes, situées à 200 kilomètres à l'est de la capitale Naypyidaw, sont depuis plusieurs jours le théâtre d'intenses combats entre rebelles et forces armées. Ces dernières ont lancé des frappes aériennes et procédé à des tirs d'artillerie.

Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90 000 personnes de l'État de Kayah ont fui. Des médias locaux chiffrent, eux, à plus de 170 000 le nombre de déplacés.

A Loikaw, des combattants rebelles ont investi des églises et des maisons abandonnées. Ils ont aussi forcé les portes d'une prison pour tenter d'inciter les détenus à les rejoindre, a indiqué un membre de la police locale.

La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique.

Des groupes rebelles, souvent formés de citoyens, ont pris les armes contre la junte et les combats se sont intensifiés dans l'est du pays depuis la fin de la mousson et l’arrivée de la saison sèche.

La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie, Tom Andrews, a exhorté le chef de la junte, Min Aung Hlaing, à "mettre fin aux attaques aériennes et terrestres" lancées contre Loikaw et à "laisser passer l'aide humanitaire".

Depuis le coup d’État, la communauté internationale n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter de résoudre la crise. La junte fait la sourde oreille aux appels de l'ONU et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean).

Et, alors que la situation sanitaire et humanitaire est critique, les militaires bloquent l’acheminement de l’aide et des fournitures médicales dans les régions où la résistance est forte, selon l'ONG Human Rights Watch.

Plus de 1 400 civils ont été tuées par les forces de sécurité depuis le putsch et plus de 11 000 ont été arrêtés, d'après une ONG locale.


Sur le front sud ukrainien, l'éducation pilonnée par la Russie

Cette photo prise le 24 septembre 2022 montre une vue d'un jardin d'enfants qui a été utilisé par les troupes comme leur base dans le village de Lyptsi, dans la région de Kharkiv, récemment repris par l'armée ukrainienne. (Photo de Sergey BOBOK / AFP)
Cette photo prise le 24 septembre 2022 montre une vue d'un jardin d'enfants qui a été utilisé par les troupes comme leur base dans le village de Lyptsi, dans la région de Kharkiv, récemment repris par l'armée ukrainienne. (Photo de Sergey BOBOK / AFP)
Short Url
  • D'après l'Unesco, citant le ministère de l'Education ukrainien, 291 écoles ont été détruites depuis le début de l'invasion russe et 2.551 sont endommagées
  • Parce que les écoles n'ont pas suffisamment d'abris, parce qu'elles sont en territoire contesté... ou parce que les parents ont trop peur d'y envoyer leurs enfants, 40% des élèves ukrainiens ont commencé l'année scolaire en ligne

MYKOLAÏV, Ukraine : A une poignée de kilomètres du front sud, dans la région de Mykolaïv, les ruines d'une école incarnent les destructions infligées par la Russie à l'éducation ukrainienne. Quelques peluches gisent au sol. De petits pupitres sont couverts de gravats tombés du plafond.

L'avant du bâtiment a été éventré. A l'arrière, le toit n'est plus et un mur s'est écroulé, laissant voir les restes d'un gymnase. Autour, des carcasses de voitures calcinées et des jeux pour enfants laissés à l'abandon.

L'armée russe a traversé le village au tout début de la guerre, sans s'y arrêter, puis elle s'est repliée début mars, le laissant alors intact, raconte Serguiï, 51 ans, le chef du conseil municipal, joint par téléphone par l'AFP à Mykolaïv, où il vit désormais.

Mais une fois que les troupes ukrainiennes y ont pris position, «les Russes se sont rendu compte de leur erreur et ils ont tout bombardé», poursuit-il.

Ici, les toits ont largement été soufflés. Seuls 25 habitants sur 1.700 sont restés, selon Serguiï.

De jour, les rues sont absolument désertes, le grondement de l'artillerie tonne des deux côtés depuis que l'Ukraine a lancé une contre-offensive dans la région.

Jeudi, un projectile s'est écrasé sur un terrain vague du village. Le cratère, profond de cinq mètres, témoigne de la puissance du «cadeau russe», ironise le lieutenant Andriï Grouchelsky.

«La bombe devait faire au moins une tonne. Dieu merci, elle est tombée à 20 mètres de notre campement !, sourit-il. Sinon, je ne serais pas là pour vous parler aujourd'hui».

Et de désigner l'école : «Au début de la guerre, elle était assez belle. Mais jour après jour, bombe après bombe, on voit ce qu'elle est devenue».

Serguiï se remémore avec émotion l'établissement, dans lequel 190 enfants étudiaient de la maternelle au lycée. Sa femme y dirigeait le laboratoire d'informatique, son aîné y avait passé son bac.

«Nous avions investi tant d'heures et d'efforts pour que l'école soit la meilleure possible. Les classes étaient magnifiques. Même notre cantine était meilleure qu'ailleurs», se lamente-t-il.

- Futur compromis -

A l'intérieur, des lettres peintes au mur accompagnées de dessins - «A» pour autobus, «T» pour «tracteur»... - font désormais face à des meubles retournés, des livres gisent au sol.

«Les Russes ont délibérément visé l'école. Je les hais», lance Serguiï.

Dans le village voisin, où 8 civils ont péri en sept mois de guerre, selon les autorités locales, un obus de mortier a explosé face à une jolie école de brique beige, soufflant de nombreuses fenêtres. L'une d'elles pend désormais sur la façade du bâtiment.

«Mon âme se détache de mon corps quand je vois toutes ces destructions. Ils ne nous privent pas seulement de nos écoles, mais aussi du futur de nos enfants», enrage Alla Kovalenko, dont le fils vient d'y terminer ses études secondaires.

Et de montrer des photos de son fils, lors du bal célébrant la fin du lycée l'été dernier. Là où la fête se tenait, l'escalier est à présent troué par l'explosion. Des restes de l'obus ont été soigneusement amassés sur une marche.

«Si je pouvais, je prendrais les soldats russes et je les découperais millimètre par millimètre», s'emporte Mme Kovalenko.

D'après l'Unesco, citant le ministère de l'Education ukrainien, 291 écoles ont été détruites depuis le début de l'invasion russe et 2.551 sont endommagées.

Si la directrice générale de l'institution onusienne Audray Azoulay demande régulièrement «la cessation des attaques contre les lieux d'enseignement, les professeurs et les étudiants», la réalité du terrain montre qu'elle n'est pas entendue.

En Ukraine, parce que les écoles n'ont pas suffisamment d'abris, parce qu'elles sont en territoire contesté... ou parce que les parents ont trop peur d'y envoyer leurs enfants, 40% des élèves ont commencé l'année scolaire en ligne, selon le ministère de l'Education. Dont ceux des deux établissements visités samedi par l'AFP.


La Suisse vote sur la retraite des femmes et l'élevage intensif

Cette photo prise le 15 septembre 2022 près de Collex-Bossy montre une statue de vache en plastique sur une remorque dans un champ entre deux pancartes sur lesquelles on peut lire en français «Nourriture chère ? Non à l'initiative inutile sur les animaux de rente» (L) et «Le bien-être des animaux ?(Photo de Fabrice COFFRINI / AFP)
Cette photo prise le 15 septembre 2022 près de Collex-Bossy montre une statue de vache en plastique sur une remorque dans un champ entre deux pancartes sur lesquelles on peut lire en français «Nourriture chère ? Non à l'initiative inutile sur les animaux de rente» (L) et «Le bien-être des animaux ?(Photo de Fabrice COFFRINI / AFP)
Short Url
  • La partie la plus controversée de la réforme exigerait que -comme les hommes- les femmes travaillent jusqu'à 65 ans, avant de pouvoir prétendre à une pension à taux plein
  • Un autre sujet vivement débattu lors du scrutin dimanche est une proposition d'interdire l'élevage intensif, éradiquant essentiellement les fermes industrielles dans un pays qui est encore très rural

GENÈVE : Les Suisses votent dimanche sur une proposition d'interdiction de l'élevage intensif et une réforme des retraites qui repousserait l'âge de la retraite des femmes d'un an.

L'issue sur ces deux sujets reste incertaine, selon les sondages.

Après deux tentatives avortées en 2004 et 2017, Berne espère enfin recueillir suffisamment de voix pour «stabiliser» le système suisse d'assurance vieillesse, soumis à une énorme pression alors que l'espérance de vie augmente et que la génération géante des baby-boomers atteint l'âge de quitter la vie active.

La partie la plus controversée de la réforme exigerait que -comme les hommes- les femmes travaillent jusqu'à 65 ans, avant de pouvoir prétendre à une pension à taux plein. Un an de plus qu'à présent.

Le Parlement a approuvé l'année dernière les mesures clés, qui comprennent également une hausse de la TVA, mais les partis et les syndicats de gauche ont dénoncé la réforme «sur le dos des femmes» et ont forcé le référendum.

- Moins d'argent, travail plus longtemps -

Pour les partisans du oui à la réforme demander aux femmes de travailler un an de plus n'est pas déraisonnable au regard des données économiques et démographiques.

Mais les opposants à la réforme soutiennent que les femmes continuent d'être confrontées à une discrimination importante et à un large écart de rémunération en Suisse. Ils estiment qu'il est injuste d'augmenter l'âge de la retraite des femmes sans d'abord résoudre ces inégalités.

En 2020, les femmes en Suisse ont reçu en moyenne des pensions inférieures de près de 35% à celles de leurs homologues masculins, selon le ministère suisse de l'Economie. Les sondages indiquent cependant que les électeurs suisses, qui ont rejeté à deux reprises les plans gouvernementaux de réforme des retraites, sont aujourd'hui plus favorables à la réforme.

Dans un récent sondage Tamedia, 55% des personnes interrogées l'ont soutenu. Mais ce chiffre cache une dissension entre les sexes: si 70% des hommes interrogés soutiennent la réforme, 58% des femmes s'y opposent.

- Pas d'élevage intensif ? -

Un autre sujet vivement débattu lors du scrutin dimanche est une proposition d'interdire l'élevage intensif, éradiquant essentiellement les fermes industrielles dans un pays qui est encore très rural même si l'agriculture pèse relativement peu dans la richesse nationale.

Les organisations de défense des droits et de protection des animaux à l'origine de l'initiative veulent faire de la protection de la dignité des animaux de ferme comme le bétail, les poulets ou les porcs une exigence constitutionnelle.

«Nous pensons que l'agriculture animale est l'un des problèmes déterminants de notre époque», affirme sur son site internet le groupe de protection des animaux Sentience, qui a forcé au vote.

Si elle est acceptée, l'initiative -qui bénéficie du soutien des partis de gauche, de Greenpeace et d'autres organisations environnementales- imposerait des exigences minimales plus strictes en matière d'hébergement et de soins respectueux des animaux, d'accès à l'extérieur et de pratiques d'abattage.

Cela réduirait également considérablement le nombre maximal d'animaux par enclos, les nouvelles exigences s'étendant également aux importations d'animaux et de produits d'origine animale.

Le gouvernement et le parlement s'opposent à l'initiative, insistant sur le fait que la Suisse possède déjà l'une des lois parmi les plus strictes au monde en matière de bien-être animal. Selon les lois en vigueur, les fermes ne peuvent pas garder plus de 1.500 porcs à engraisser, 27.000 poulets de chair ou 300 veaux, ce qui exclut les gigantesques fermes industrielles que l'on trouve dans d'autres pays.

- Non fermier -

Berne a averti que ces nouvelles règles entraîneraient une hausse significative des prix, tandis que la clause d'importation pourrait avoir un impact sur les relations avec les partenaires commerciaux.

De tels arguments semblent avoir convaincu un nombre croissant de Suisses, le dernier sondage gfs.bern donnant le camp du «non» en tête, avec 52% des répondants opposées à cette décision. Les agriculteurs semblent particulièrement sceptiques, l'opposition atteignant 62% dans les zones rurales, tandis que 53% des citadins se disent favorables au changement.

La plupart des gens en Suisse votent par anticipation lors de ces scrutins, qui se tiennent tous les quelques mois.

Les bureaux de vote ne s'ouvrent que quelques heures dimanche avant de fermer à midi (10H00 GMT). Les premiers résultats sont attendus en début d'après-midi.


La santé mentale, «beaucoup plus importante que de gagner une médaille d'or» pour Michael Phelps

L'ancien nageur américain et champion olympique Michael Phelps (Photo, AFP).
L'ancien nageur américain et champion olympique Michael Phelps (Photo, AFP).
Short Url
  • Phelps a commencé à souffrir d'une dépression en 2004
  • «J'ai vécu une période pendant laquelle je ne voulais pas vivre»

PARIS: L'ancien nageur américain Michael Phelps, sportif le plus titré des Jeux olympiques, "voyage partout dans le monde" pour alerter sur la condition mentale des athlètes, une mission "beaucoup plus importante que de gagner une médaille d'or", dit-il dans un entretien à l'AFP.

À 37 ans, le "requin" de Baltimore s'est forgé une nouvelle carrière loin des bassins. "Je préfèrerais avoir l'opportunité de sauver une vie plutôt que de remporter une nouvelle médaille d'or", a-t-il expliqué à l'AFP lors de son passage au forum Demain le sport, à Paris.

Après des années durant lesquelles il a caché sa dépression, Phelps dédie sa nouvelle vie à la prévention pour la santé mentale des sportifs. "Beaucoup trop d'athlètes olympiques se sont suicidés. Je ne veux plus perdre un seul membre de ma famille olympique", souffle-t-il.

Phelps a commencé à souffrir d'une dépression en 2004, alors qu'il disputait les Jeux olympiques d'Athènes. En Grèce, l'Américain avait pourtant remporté huit médailles, dont six en or, le début d'une moisson conclue aux JO-2016 à Rio de Janeiro, avec 28 médailles dont 23 titres.

«Je ne voulais pas vivre»

"Disputer des compétitions était ce que je préférais. J'étais un requin, je sentais le sang dans l'eau, et je continuais", admet-il. Mais à l'époque, Michael Phelps craignait qu'avouer ce qu'il subissait ne soit vu comme "un signe de faiblesse, et puisse donner un avantage aux autres compétiteurs".

"J'ai vécu une période pendant laquelle je ne voulais pas vivre", avoue-t-il.

Impliqué dans la réalisation du documentaire "Le Poids de l'or" sur la santé mentale des sportifs, Phelps salue la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka et la gymnaste américaine Simone Biles pour avoir révélé leurs maux intérieurs.

"J'applaudis Naomi. Elle a exprimé ce qu'elle vivait sur ses réseaux sociaux, avec ses propres mots. Ce n'est pas la chose la plus facile à faire", détaille-t-il.

"Quand on regarde ce qu'il s'est passé avec Simone Biles, elle a dû endurer tout ça durant l'un des moments les plus importants de sa carrière", ajoute l'ex-nageur de 37 ans.

"Ça montre à quel point les troubles mentaux interviennent à des moments inattendus. Ça peut survenir comme ça", dit-il en claquant ses doigts.

"On a besoin de davantage de gens prêts à s'ouvrir et à partager leur expérience", affirme le "requin" de Baltimore.

«Trouver l'équilibre»

Désormais père de trois garçons âgés de six, quatre et trois ans, Phelps a une vie qui "ne s'arrête jamais", avec sa femme Nicole. "Je voyage à travers le monde, travaillant avec des sponsors ou donnant des discours de motivation."

"(Nicole) pourrait vous dire qu'il y a des jours où je me réveille et je me sens très bien, et le lendemain je pourrais me réveiller et être complètement différent, donc il s'agit vraiment pour moi de trouver un équilibre", souffle-t-il.

Outre ses conférences, Michael Phelps "cherche des voies pour être lui-même, authentique". "Je nage. On a construit une salle de sport dans notre garage. J'écris un journal."

Phelps a pris sa retraite en 2016, après avoir interrompu sa carrière pendant deux ans. "Ça m'a permis d'effectuer une transition vers le prochain chapitre (de ma vie, ndlr) qui est désormais tourné vers la santé mentale."

Concernant la possibilité de débuter une carrière d'entraîneur, Michael Phelps a balayé l'idée d'un revers de la main, assurant qu'il n'y avait "aucune chance" qu'il marche dans les pas de son ancien entraîneur Bob Bowman.

Il n'écarte toutefois pas l'idée d'avoir un rôle au sein de l'équipe américaine ou de la Fédération internationale de natation (Fina), mais "pas maintenant".

"Beaucoup de choses doivent se passer, il doit y avoir du changement."

Loin des bassins, Phelps continue pourtant de suivre l'actualité de la natation, et se dit en faveur d'une "catégorie ouverte" pour les nageurs et nageuses transgenres.

"Je crois qu'il devrait y avoir trois classes : hommes, femmes et trans', pour donner à tout le monde des opportunités égales pour concourir", expose-t-il.