Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

Sur cette photo de l'armée royale thaïlandaise publiée le 25 octobre 2021, des migrants du Myanmar sont photographiés après avoir été appréhendés par le personnel militaire thaïlandais dans la province de Kanchanaburi, à la frontière du Myanmar. (Photo, AFP)
Sur cette photo de l'armée royale thaïlandaise publiée le 25 octobre 2021, des migrants du Myanmar sont photographiés après avoir été appréhendés par le personnel militaire thaïlandais dans la province de Kanchanaburi, à la frontière du Myanmar. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

  • La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique
  • La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires

RANGOUN, Birmanie: Des centaines de moines ont fui leur monastère dans l'est de la Birmanie pour échapper à d'intenses combats entre l'armée et des groupes rebelles anti-junte, ont rapporté dimanche des témoins.

A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions, a raconté l'un d'eux à l'AFP sous couvert d'anonymat.

De nombreux moines ont aussi fui l'agglomération de Demoso, distante de quelques kilomètres, a-t-il ajouté.

Ces deux villes, situées à 200 kilomètres à l'est de la capitale Naypyidaw, sont depuis plusieurs jours le théâtre d'intenses combats entre rebelles et forces armées. Ces dernières ont lancé des frappes aériennes et procédé à des tirs d'artillerie.

Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90 000 personnes de l'État de Kayah ont fui. Des médias locaux chiffrent, eux, à plus de 170 000 le nombre de déplacés.

A Loikaw, des combattants rebelles ont investi des églises et des maisons abandonnées. Ils ont aussi forcé les portes d'une prison pour tenter d'inciter les détenus à les rejoindre, a indiqué un membre de la police locale.

La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique.

Des groupes rebelles, souvent formés de citoyens, ont pris les armes contre la junte et les combats se sont intensifiés dans l'est du pays depuis la fin de la mousson et l’arrivée de la saison sèche.

La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie, Tom Andrews, a exhorté le chef de la junte, Min Aung Hlaing, à "mettre fin aux attaques aériennes et terrestres" lancées contre Loikaw et à "laisser passer l'aide humanitaire".

Depuis le coup d’État, la communauté internationale n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter de résoudre la crise. La junte fait la sourde oreille aux appels de l'ONU et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean).

Et, alors que la situation sanitaire et humanitaire est critique, les militaires bloquent l’acheminement de l’aide et des fournitures médicales dans les régions où la résistance est forte, selon l'ONG Human Rights Watch.

Plus de 1 400 civils ont été tuées par les forces de sécurité depuis le putsch et plus de 11 000 ont été arrêtés, d'après une ONG locale.


Pacifique Sud: les îles Samoa et la Chine signent à leur tour un accord

Cette photo publiée par le Samoa Observer le 27 juillet 2021 montre le nouvelle Première ministre de Samoa, Fiame Naomi Mata'afa, posant pour des photos dans son bureau avant la première réunion de son cabinet au siège du gouvernement à Apia. (AFP).
Cette photo publiée par le Samoa Observer le 27 juillet 2021 montre le nouvelle Première ministre de Samoa, Fiame Naomi Mata'afa, posant pour des photos dans son bureau avant la première réunion de son cabinet au siège du gouvernement à Apia. (AFP).
Short Url
  • Le gouvernement des îles Samoa a confirmé, dans un communiqué, que le ministre chinois des Affaires étrangères et la Première ministre samoane s'étaient rencontrés pour évoquer «le changement climatique, la pandémie et la sécurité»
  • Des dirigeants occidentaux ont appelé ces Etats insulaires à repousser les tentatives de la Chine d'étendre son emprise sur le plan sécuritaire dans la région

APIA : Les îles Samoa et la Chine ont signé samedi un accord en vue d'une "plus grande collaboration", au moment où le ministre chinois des Affaires étrangères effectue une tournée dans le Pacifique Sud, suscitant notamment l'inquiétude de l'Australie et des Etats-Unis.

Les détails de ce pacte n'ont pas été révélés  mais un projet d'accord, envoyé à plusieurs nations de cette région, a fuité. Il évoquait notamment une plus grande coopération en matière économique et de sécurité.

Des dirigeants occidentaux ont appelé ces Etats insulaires à repousser les tentatives de la Chine d'étendre son emprise sur le plan sécuritaire dans la région.

Le gouvernement des îles Samoa a confirmé, dans un communiqué, que le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et la Première ministre samoane Fiame Naomi Mata'afa s'étaient rencontrés pour évoquer le "changement climatique, la pandémie et la sécurité".

Selon le communiqué, la Chine continuera à fournir une aide au développement d'infrastructures et un nouveau cadre sera établi pour de futurs projets "à déterminer".

"Les Samoa et la Chine continueront à rechercher une collaboration accrue afin de concrétiser leurs intérêts et engagements communs".

Avant d'arriver vendredi soir aux Samoa, la délégation chinoise s'est rendue cette semaine aux îles Salomon et Kiribati. Elle devait partir samedi après-midi pour les Fidji, avant de se rendre aux Tonga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Timor oriental.

Dans le cadre de cette bataille d'influence, la ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong, s'est rendue en fin de semaine aux îles Fidji. 

"Nous avons exprimé publiquement nos préoccupations concernant cet accord de sécurité", a déclaré Mme Wong dans la capitale Suva. 

"Comme d'autres îles du Pacifique, nous pensons qu'il y a des conséquences. Nous pensons qu'il est important que la sécurité de la région soit déterminée par la région", a-t-elle ajouté.

Lors de sa première escale aux îles Salomon, M. Wang avait dénoncé jeudi les "calomnies et les attaques" contre l'accord de sécurité conclu avec l'État insulaire.

Selon le projet d'accord et le plan sur cinq ans, qui serait proposé à plusieurs Etats insulaires de la région et dont l'AFP a obtenu une copie, Pékin entend accroître son emprise sur le plan sécuritaire. 

Dans une lettre véhémente adressée à ses collègues du Pacifique sud, le président des États fédérés de Micronésie David Panuelo a mis en garde contre un accord "attrayant" à première vue, mais susceptible de donner à la Chine les moyens "d'acquérir accès et contrôle sur notre région".


Ukraine: l'armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Short Url
  • «La ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens», a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense
  • Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette «république» autoproclamée de l'Est ukrainien

MOSCOU : L'armée russe a confirmé samedi la conquête de la localité clé de Lyman, dans l'est de l'Ukraine, un carrefour qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk.

"A l'issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette "république" autoproclamée de l'Est ukrainien.

Lyman est un important noeud ferroviaire situé au nord-est de la ville symbole de Sloviansk, reprise aux séparatistes prorusses par Kiev en 2014, et de Kramatorsk, la capitale de la partie de la région de Donetsk (est) sous contrôle ukrainien.

La prise de Lyman permettrait de lever un obstacle vers Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en marquant un progrès dans la tentative d'encercler Severodonetsk et Lyssytchansk, deux autres importantes villes ukrainiennes situées plus à l'est.


Effondrement d'un immeuble en Iran: une manifestation dispersée avec des lacrymogènes

Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée
  • Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran

TEHERAN : La police iranienne a fait usage de gaz lacrymogènes et a tiré des coups de semonce pour disperser une manifestation dans le sud-ouest du pays après l'effondrement d'un immeuble ayant fait 28 morts, ont rapporté samedi des médias locaux.

Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée.

Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran.

D'autres ont également eu lieu vendredi dans plusieurs villes du centre de l'Iran, dont Ispahan, Yazd et Shahin, en solidarité avec les familles des victimes, a rapporté l'agence de presse Fars.

Vendredi soir à Abadan, les forces de sécurité ont "fait usage de gaz lacrymogènes et ont tiré des coups de semonce" pour disperser des centaines de manifestants qui se trouvaient près du site de l'effondrement, a indiqué l'agence.   

"Mort aux fonctionnaires incompétents", scandaient certains protestataires, toujours selon Fars.

Samedi, le bilan s'élevait à 28 morts après la découverte de deux cadavres, a indiqué le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, selon l'agence de presse d'Etat Irna. 

Selon des responsables, 37 personnes ont également été blessées.

La justice locale a annoncé l'arrestation de 13 personnes, dont le maire d'Abadan et deux anciens maires, accusés d'être "responsables" du drame.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a présenté ses condoléances aux habitants d'Abadan, appelant à poursuivre et punir les responsables de cette tragédie.

En 2017, l'effondrement dans le centre de Téhéran du Plasco Building, un centre commercial de 15 étages datant du début des années 1960, avait fait 22 morts, dont 16 pompiers.