Birmanie: Save the Children confirme la mort de deux de ses employés dans un massacre imputé à l'armée

Un porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, avait admis samedi que des affrontements avaient éclaté dans cette zone vendredi, et que les soldats avaient tué un certain nombre de personnes, sans donner plus de détails. (Photo, AFP/Archives)
Un porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, avait admis samedi que des affrontements avaient éclaté dans cette zone vendredi, et que les soldats avaient tué un certain nombre de personnes, sans donner plus de détails. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Mardi 28 décembre 2021

Birmanie: Save the Children confirme la mort de deux de ses employés dans un massacre imputé à l'armée

  • En octobre, l'ONG avait déclaré que son bureau dans la ville de Thantlang, dans l'ouest du pays, avait été détruit par des bombardements de la junte
  • La Birmanie est en proie au chaos depuis le coup d'État de février, et plus de 1 300 personnes ont été tuées

RANGOUN: L'ONG Save the Children a confirmé mardi que deux de ses employés avaient été tués dans un massacre imputé à l'armée birmane, après lequel les restes calcinés d'au moins 35 personnes avaient été découverts dans l'est de la Birmanie. 

"C'est avec une profonde tristesse que nous confirmons aujourd'hui que deux membres des équipes de Save the Children étaient parmi les 35 personnes au moins, dont des femmes et des enfants, qui ont été tués vendredi 24 décembre dans une attaque commise par les militaires birmans dans l'Etat de Kayah", a déclaré l'ONG dans un communiqué.

Un porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, avait admis samedi que des affrontements avaient éclaté dans cette zone vendredi, et que les soldats avaient tué un certain nombre de personnes, sans donner plus de détails. 

Selon l'observatoire Myanmar Witness, "35 personnes, dont des enfants et des femmes, ont été brûlées et tuées par les militaires le 24 décembre dans le canton de Hpruso".

Save The Children a précisé mardi que ses deux employés tués étaient de tout jeunes pères de famille. L'un des hommes était chargé de former des enseignants, l'autre avait rejoint l'ONG il y a six ans.

"Les militaires ont forcé les gens à descendre de leur voiture, en ont arrêté certains, en ont tué beaucoup et ont brûlé les corps", a ajouté l'ONG, qui emploie environ 900 personnes en Birmanie et a décidé de suspendre ses activités dans l'État de Kayah et dans plusieurs autres régions.

"Nous sommes ébranlés par la violence exercée contre les civils et notre personnel, qui sont des humanitaires dévoués, soutenant des millions d'enfants dans le besoin à travers la Birmanie", a déclaré sa directrice générale Inger Ashing.

En octobre, l'ONG avait déclaré que son bureau dans la ville de Thantlang, dans l'ouest du pays, avait été détruit par des bombardements de la junte qui avaient également rasé des dizaines de maisons à la suite d'affrontements avec un groupe anti-junte local.

Lundi, la nouvelle envoyée spéciale des Nations Unies pour la Birmanie, Noeleen Heyzer, s'est déclarée "profondément inquiète" de l'escalade de la violence dans le pays et a appelé à un cessez-le-feu entre la junte et ses opposants à l'occasion de la nouvelle année.

La Birmanie est en proie au chaos depuis le coup d'État de février, et plus de 1 300 personnes ont été tuées dans le cadre de la répression menée par les forces armées, selon un groupe de surveillance local.


La Belgique accorde le droit de vote à 16 ans pour les Européennes

Tous les jeunes Européens résidant en Belgique pourront voter dès l'âge de 16 ans aux élections européennes de 2024. (AFP)
Tous les jeunes Européens résidant en Belgique pourront voter dès l'âge de 16 ans aux élections européennes de 2024. (AFP)
Short Url
  • La décision concerne les jeunes Belges et les ressortissants d'un autre Etat membre de l'UE qui résident en Belgique, précise le communiqué
  • La Belgique devient de quatrième pays de l'UE à abaisser l'âge du droit de vote pour les Européennes après l'Autriche, la Grèce et Malte

BRUXELLES: Tous les jeunes Européens résidant en Belgique pourront voter dès l'âge de 16 ans aux élections européennes de 2024, une des demandes de la "Conférence pour l'avenir de l'Europe", a annoncé la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden dans un communiqué.


La décision concerne les jeunes Belges et les ressortissants d'un autre Etat membre de l'UE qui résident en Belgique, précise le communiqué.


La mesure concerne environ 270.000 jeunes âgés de 16 et 17 ans en Belgique et les quelque 13.000 jeunes Belges âgés de seize ou dix-sept ans vivant à l'étranger.


Le Parlement belge a approuvé jeudi soir cette mesure présentée par le gouvernement. La Belgique devient de quatrième pays de l'UE à abaisser l'âge du droit de vote pour les Européennes après l'Autriche, la Grèce et Malte.


"En donnant aux jeunes l’opportunité de participer activement à notre démocratie, nous leur permettons de faire entendre leur voix et nous stimulons davantage leur intérêt pour la politique", a souligné Mme Verlinden.


Les jeunes électeurs devront au préalable s'inscrire sur le registre électoral et seront alors "tenus de voter", souligne le ministère. Le vote est obligatoire en Belgique.


Bruxelles est la capitale de l'UE où siègent et travaillent les institutions européenne. Le siège du Parlement européen est à Strasbourg, mais les députés ne s'y réunissent que quatre jours par mois pour des sessions plénières.


"Voter aux élections européennes dès 16 ans" est l'une des 325 propositions adoptées fin avril par la "Conférence sur l'avenir de l'Europe" voulue par le président français Emmanuel Macron. Leur mise en oeuvre dépend désormais des Etats membres.


Le taux de participation aux élections européennes a été 50,95% lors du dernier scrutin de 2019. Il était inférieur à 50% lors des quatre précédentes consultations élections de 1999, 2004, 2009 et 2014.


Ukraine: les défenseurs d'Azovstal ont reçu l'ordre de Kiev d'arrêter de combattre

Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo prise le 17 mai 2022 et publiée par le ministère russe de la Défense le 18 mai 2022, montre un militaire ukrainien fouillé par un responsable militaire pro-russe après avoir quitté l'aciérie assiégée d'Azovstal dans la ville portuaire ukrainienne de Marioupol. HANDOUT / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo prise le 17 mai 2022 et publiée par le ministère russe de la Défense le 18 mai 2022, montre un militaire ukrainien fouillé par un responsable militaire pro-russe après avoir quitté l'aciérie assiégée d'Azovstal dans la ville portuaire ukrainienne de Marioupol. HANDOUT / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP
Short Url
  • Les derniers soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ont reçu l'ordre de Kiev d'«arrêter de défendre la ville»
  • Dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville, cet immense complexe métallurgique avec son dédale de galerie souterraines creusées à l'époque soviétique était la dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire

KIEV: Les derniers soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ont reçu l'ordre de Kiev d'"arrêter de défendre la ville", a déclaré un des commandants dans un message vidéo vendredi.
"Le commandement militaire supérieur a donné l'ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d'arrêter de défendre la ville", a déclaré Denys Prokopenko, commandant du régiment Azov, une des unités ukrainiennes présentes dans l'aciérie.
Dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville, cet immense complexe métallurgique avec son dédale de galerie souterraines creusées à l'époque soviétique était la dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire sur la mer d'Azov, massivement bombardée par les Russes.
Après la récente évacuation de civils dont femmes et enfants d'Azovstal, 1.908 soldats ukrainiens retranchés dans les entrailles de l'aciérie, dont des blessés, se sont rendus depuis lundi aux forces russes, a déclaré le ministre russe de la Défense.
"On a réussi à sauver les civils, les blessés graves ont reçu de l'aide nécessaire, on a réussi à les évacuer en vue d'un échange ultérieur", a déclaré M. Prokopenko.
"Les processus se poursuit" pour évacuer les corps des militaires tués, a-t-il, ajouté. "J'espère que bientôt les familles et toute l'Ukraine vont pouvoir enterrer leurs combattants avec les honneurs. Gloire à l’Ukraine", a-t-il conclu.

 


Burkina: 11 soldats tués lors de l'attaque de jeudi dans l'est, selon l'armée

Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes (Photo, AFP).
Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Burkina Faso, en particulier le nord et l'est, est la cible d'attaques djihadistes depuis 2015
  • Le nouveau chef de l'Etat, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé fin janvier le président élu Roch Marc Christian Kaboré accusé d'être inefficace face à la violence djihadiste

OUAGADOUGOU: Onze soldats ont été tués jeudi dans l'est du Burkina lors d'une attaque de djihadistes présumés contre un détachement militaire, a annoncé l'état-major burkinabè des armées.

Un précédent bilan donné jeudi de sources sécuritaires et locales, faisait état d'un bilan provisoire de sept soldats tués.

"Une attaque complexe - tirs d'obus suivis de tirs directs sur la base - a visé le détachement militaire de Madjoari" de la province de la Kompienga, dans la région de l'Est, indique le communiqué, publié jeudi soir.

"Onze soldats ont perdu la vie au cours de cette attaque" et "au moins 20 militaires blessés par les éclats des obus ou par des projectiles, ont été pris en charge par les services de santé", ajoute-t-il.

Des avions de l'armée sont intervenus et ont permis "de neutraliser au moins 15 terroristes qui tentaient de s'échapper après l'attaque", selon l'armée.

Dans la même matinée de jeudi, des individus armés ont par ailleurs attaqué un autocar à Seytenga, dans la province du Séno (nord), selon des habitants de la région qui ont précisé qu'un civil avait été tué et une dizaine de passagers blessés.

Samedi, une quarantaine de supplétifs de l'armée et de civils avaient été tués lors de trois attaques menées par des djihadistes présumés dans les mêmes régions.

Le Burkina Faso, en particulier le nord et l'est, est la cible d'attaques djihadistes depuis 2015 perpétrées par des mouvements affiliés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui ont fait plus de 2 000 morts et 1,8 million de déplacés.

Le nouveau chef de l'Etat, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé fin janvier le président élu Roch Marc Christian Kaboré accusé d'être inefficace face à la violence djihadiste, a fait de la question sécuritaire sa "priorité".

Après une relative accalmie lors de sa prise de pouvoir, M. Damiba fait depuis face à une recrudescence d'attaques de djihadistes présumés qui ont fait près de 200 morts, civils et militaires.

Début avril, il avait annoncé la création de comités locaux de dialogue avec des groupes djihadistes pour tenter d'enrayer les violences.