La maison Cardin se relance et veut intégrer la Fashion Week à Paris

Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président de la société Pierre Cardin Rodrigo Basilicati-Cardin pose parmi des mannequins lors d'une séance photo à l'atelier de la maison de couture Cardin à Paris, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 17 janvier 2022

La maison Cardin se relance et veut intégrer la Fashion Week à Paris

  • A l'heure où certaines marques du luxe présentent les collections à leur rythme, la maison Cardin souhaite intégrer la Semaine de la Mode parisienne
  • Aujourd'hui, Rodrigo Basilicati-Cardin veut faire passer le message: «on relance la marque» et profiter du poids de la Fédération

PARIS : A l'heure où certaines marques du luxe présentent les collections à leur rythme, la maison Cardin souhaite intégrer la Semaine de la Mode parisienne, un an après le décès du couturier qui avait créé, pendant un quart de siècle, en électron libre.

Premier pas dans ce sens, son neveu, Rodrigo Basilicati-Cardin, PDG de la griffe, va présenter le 28 janvier, au lendemain de la semaine de la haute couture, un défilé-hommage à Pierre Cardin décédé en décembre 2020 à 98 ans.

"Pierre voulait être libre. A l'approche de ses 80 ans, il a dit qu'il y avait plein de jeunes créateurs qui (avaient) besoin d'intégrer cette Semaine de la mode" et qu'il ne voulait pas prendre leur place, se souvient Rodrigo Basilicati-Cardin.

Défilés sur la Grande Muraille en Chine en 2018, à Moscou en 2016, à Astana (Kazakhstan) en 2017, au Palais Bulles en Provence, résidence préférée du créateur, présentation de modèles au théâtre du Châtelet à Paris à l'occasion de la projection d'un film consacré au couturier en 2020... les évènements ne manquaient pas du vivant du styliste qui n'a jamais cessé de travailler.

Aujourd'hui, Rodrigo Basilicati-Cardin veut faire passer le message: "on relance la marque" et profiter du poids de la Fédération.

"On voudrait entrer dans la semaine de la mode, au moins une fois par an. Il nous faut la communication. Mon oncle a fait beaucoup et la communication arrivait toute seule".

"Il a dédié la dernière partie de sa vie à la créativité, pas à la distribution", souligne Rodrigo Basilicati-Cardin.

Thème spatial

Le défilé-hommage de 30 minutes, deux à trois fois plus long que les shows de la Fashion week, s'envolera au Bourget, près de Paris, au Musée de l’Air et de l’Espace, pour présenter une trentaine de modèles inédits de Cardin ainsi que des vêtements signés par le Studio de création, dans le même style graphique, coloré et minimaliste.

"On a voulu le faire sur le thème de l'espace pour évoquer les années 60 quand Pierre Cardin voulait habiller l'homme qui va sur les vaisseaux spatiaux", souligne son neveu. "Il a été le premier, avec André Courrèges à oser à faire ça, critiqué par tout le monde à l'époque".

Nommé par Pierre Cardin directeur général en 2018 puis président peu avant sa mort, M. Basilicati-Cardin, ingénieur et concepteur graphique de formation, travaillait avec son grand-oncle depuis la fin des années 1990 et participait à la création notamment des accessoires.

Un dessin sur 50 retenu

Actuellement, il remplit également les fonctions de directeur artistique, il dessine lui-même les lunettes et sélectionne les idées à développer.

"Il y a 25 ans mon oncle m'a connu comme designer, je dessinais des lampes, des meubles. Il a beaucoupé aimé une certaine simplicité, l'amour pour la courbe (...) Il m'a expliqué des choses que je faisais de façon instinctive".

Sur le téléphone, il regarde en permanence des centaines de dessins que lui envoie le studio.

"Dans un dessin sur 50, je trouve quelque chose de nouveau, je le prends, on va travailler les proportions" comme dans cette jupe "cloche fermée qui évoque un lampadaire".

S'il puise pour l'instant dans la créativité de la maison, il réfléchit toutefois à "monter un groupe de designers" venu de l'extérieur pour apporter un vent nouveau à la maison qu'il compte "rajeunir".

Il prévoit également d'organiser un évènement le 2 juillet pour les 100 ans de Pierre Cardin "qui aura peut-être lieu à Venise", ville natale du couturier.

A Paris, la Semaine de la mode opte pour les défilés malgré Omicron

Malgré le casse-tête sanitaire et l'incertitude qui pèse, la Semaine de la mode à Paris opte massivement pour les défilés physiques, désormais diffusés en direct ou doublés de présentations numériques.

La Fashion week, qui débute mardi "se présente bien dans le contexte qui est le nôtre", lance Pascal Morand, de la Fédération de la haute couture et de la mode.

Près de trente marques, dont Courrèges et Issey Miyake, prévoient des présentations "en vrai" moins formelles que des défilés, auxquelles sont conviés journalistes et acheteurs.

Et sur les 76 maisons inscrites dans le calendrier officiel du prêt-à-porter homme, 17 organisent des défilés contre six en juin, dans un contexte sanitaire plus serein. Parmi elles, Dior, Hermès, Rick Owens et Y/Project, ainsi que Kenzo, avec à la barre son tout nouveau directeur artistique, le Japonais Nigo, célèbre dans le milieu du streetwear.

Dernière collection de Virgil Abloh

Louis Vuitton organise deux défilés jeudi pour la dernière collection de Virgil Abloh. Le créateur prisé des millenials et premier styliste noir à la tête d'une maison du luxe a été emporté en novembre par un cancer, à 41 ans.

Egonlab, marque française fondée il y a deux ans par Florentin Glémarec et Kévin Nompeix, qui s'est fait connaître avec des vidéos artistiques, entre dans le calendrier officiel avec un défilé.

"Toutes les marques aujourd'hui ont envie de défiler", estime Florentin Glémarec. "Défiler à côté des grandes maisons qui nous ont beaucoup influencés, cela nous fait quelque chose". "C'est excitant de pouvoir proposer une réelle expérience aux personnes qui nous suivent", renchérit Kévin Nompeix.

Pourtant, Egonlab "ne quitte pas à 100% le côté numérique, on a un projet de NFT et de métavers (le futur monde virtuel sur lequel travaillent les géants du numérique) qu'on développe avec une startup en collaboration avec Crocs", le fabricant de sabots en plastique, ajoute Kévin Nompeix.

«Entre les deux feux»

Quant à la haute couture, évènement mode bi-annuel exclusivement parisien, qui se tiendra dans la foulée, du 24 au 27 janvier, 18 sur 29 maisons préparent des défilés, même si certaines reconnaissent que l'évolution de la situation sanitaire pourrait encore leur faire changer d'avis.

Le dîner du Sidaction, au profit de la lutte contre le sida, qui clôture traditionnellement la semaine de la haute couture, a été reporté à juillet.

Giorgio Armani a jeté un froid en annulant la semaine dernière ses défilés prêt-à-porter à Milan et haute couture à Paris, en raison de la nouvelle vague de Covid-19. Un air de déjà vu, car c'était le maestro de 87 ans qui avait été le premier à renoncer aux défilés au tout début de la pandémie, en février 2020.

"C'est leur choix", estime Pascal Morand. La Fédération synthétise les recommandations des administrations et "préconise" auprès des "référents Covid" de chaque marque des mesures comme le port du masque FFP2.

"On a appris à vivre avec le Covid", résume Pascal Morand et c'est l'"aspiration profonde" pour le physique qui l'emporte sur les contraintes sanitaires. "Le digital enrichit le physique, mais ne remplace pas l'émotion et le côté sensoriel du défilé".

Jean Paul Cauvin, directeur de la maison de couture Julien Fournié, se sent lui "pris entre deux feux". "On est frustré de ne pas défiler, mais j'espère qu'on ne va pas créer un nouveau cluster +haute couture+", affirme-t-il lors du tournage d'un film devant accompagner le défilé du 25 janvier.

"J'ai dû choisir un studio plus grand pour des raisons sanitaires, il faut qu'il y ait un mètre de distance entre les personnes assises". Avec les mannequins testés positives après les castings, les ouvrières de l'atelier atteintes de Covid ce qui "retarde les collections" et la réglementation qui change toute le temps, "on doit prévoir beaucoup de scénarios", conclut-il.


Le Misk Art Institute saoudien célèbre les œuvres de Fahad Hajailan et d'Amina Agueznay

Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Amina Agueznay
Amina Agueznay
Fahad Hajailan
Fahad Hajailan
Short Url
  • L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments

RIYAD : Le Misk Art Institute a célébré le lancement de ses cinquième et sixième série des livres Art Library, mettant en avant le travail de l'artiste saoudien décédé Fahad Hajailan et de l'artiste marocaine Amina Agueznay.

L'ouvrage présente une sélection de leurs œuvres influentes et séminales, ainsi que des articles de critiques d'art et de conservateurs locaux et internationaux.

Le lancement a été accompagné de deux expositions d'œuvres d'artistes abordées dans les livres de l'Art Library.

Le livre « Poetry in Color » de Hajailan présente un ensemble de peintures qui incarnent son style figuratif et abstrait et son utilisation poétique de la couleur.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Il était connu pour son incarnation de la femme et de l'art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés.

L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.
L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Agueznay est une artiste, une créatrice de bijoux et une architecte basée à Casablanca. 

« Je suis dans l'art depuis mon enfance puisque ma mère a également été une artiste », a-t-elle déclaré à Arab News. « J'ai travaillé comme architecte aux États-Unis, et je suis revenue au Maroc pour concevoir des bijoux et collaborer avec d'autres artistes pour fabriquer des bijoux. J'ai aimé la synergie et l'échange que j'ai appris d'eux. De même, ils apprennent de moi. »


Bannie depuis 45 ans, la plus célèbre pièce de théâtre du Kenya de retour au pays

Depuis quelques semaines, le théâtre de Nairobi résonne de tirades presque oubliées (Photo, AFP).
Depuis quelques semaines, le théâtre de Nairobi résonne de tirades presque oubliées (Photo, AFP).
Short Url
  • Près de 60 ans après son indépendance de la Grande-Bretagne en 1963, le Kenya reste le lieu d'immenses inégalités
  • L'élection présidentielle prévue en août aura pour principaux candidats deux multimillionnaires

NAIROBI: Depuis quelques semaines, le théâtre de Nairobi résonne de tirades presque oubliées: 45 ans après avoir été interdite et ses deux auteurs -dont le célèbre Ngugi wa Thiong'o- emprisonnés, la pièce la plus connue du Kenya fait son retour au pays.

La dernière représentation de "Ngaahika Ndeenda" ("Je me marierai quand je veux") sur le sol kényan remontait à 1977, interprétée par des ouvriers et paysans de la ville de Limuru, dans le centre du pays. La pièce n'aura été jouée que quelques semaines.

Les comédiens jouent une scène dans une pièce historique qui a été interdite pendant des années, dont le célèbre Ngugi wa Thiong'o, au Centre culturel du Kenya, Nairobi le 26 mai 2022 (Photo, AFP).
Les comédiens jouent une scène dans une pièce historique qui a été interdite pendant des années, dont le célèbre Ngugi wa Thiong'o, au Centre culturel du Kenya, Nairobi le 26 mai 2022 (Photo, AFP).

L'écho rencontré par ce récit évoquant l'exploitation des Kényans ordinaires par l'élite politique et économique du pays a déplu aux autorités, qui ont rapidement interdit la pièce et l'ensemble de l'oeuvre de Ngugi wa Thiong'o. L'écrivain et le co-auteur de la pièce, Ngugi wa Mirii, ont été arrêtés et emprisonnés.

Après un an dans la prison de haute sécurité de Kamiti, Ngugi wa Thiong'o est libéré.

Mais "ils (le gouvernement) m'ont ensuite pratiquement interdit d'obtenir un emploi", raconte-t-il à l'AFP dans une interview depuis la Californie, où il s'est exilé.

Il est revenu au pays en 2004, après que le Kenya a pris un virage démocratique, mais son séjour a tourné court.

Quelques jours après avoir été acclamé à son arrivée à l'aéroport, des hommes armés l'ont passé à tabac et ont violé sa femme dans leur appartement de Nairobi. Il n'a jamais été établi si cette attaque était un cambriolage violent ou si elle avait d'autres motifs.

"La pièce a eu toutes ces conséquences sur ma vie (...) Ma vie ne me laisserait pas l'oublier même si j'essayais", affirme l'auteur de 84 ans.

«Expérience spirituelle»

Né en 1938 dans une famille nombreuse de paysans du centre du Kenya, le plus célèbre écrivain du pays - et régulièrement pressenti pour le Nobel de littérature - a d'abord écrit en anglais.

Sa décision dans les années 1970 d'abandonner l'anglais au profit de sa langue maternelle, le kikuyu, a assis sa réputation d'écrivain engagé dans la défense des langues africaines.

A Nairobi, la pièce «Ngaahika Ndeenda», qui raconte l'histoire d'une modeste famille kényane luttant contre l'accaparement de ses terres par de riches compatriotes, est jouée en kikuyu (Photo, AFP).
A Nairobi, la pièce «Ngaahika Ndeenda», qui raconte l'histoire d'une modeste famille kényane luttant contre l'accaparement de ses terres par de riches compatriotes, est jouée en kikuyu (Photo, AFP).

A Nairobi, la pièce "Ngaahika Ndeenda", qui raconte l'histoire d'une modeste famille kényane luttant contre l'accaparement de ses terres par de riches compatriotes, est jouée en kikuyu, avec également quelques représentations en anglais.

"C'est une expérience spirituelle pour moi d'être sur cette scène", explique le comédien Mwaura Bilal, qui joue le rôle de Kiguunda, un agriculteur qui se bat pour son identité et son lopin de terre.

"Il y a un besoin humain intrinsèque de se relier à ce qu'on est, surtout en Afrique où on nous a appris que l'anglais, le français, l'allemand sont des marques de supériorité, d'intelligence", poursuit ce Kikuyu de 34 ans.

La production de la pièce, jouée jusqu'à fin mai, a nécessité une grande collaboration, souligne le metteur en scène britannique Stuart Nash.

"Ce n'est pas tant la langue qui a compliqué la tâche, mais plutôt le fait que n'étant pas Kényan ou Kikuyu, il y a un sous-texte culturel qui n'est pas toujours évident", explique-t-il. 

L'équipe s'est efforcée de restituer la pièce aussi authentiquement que possible, parsemant la version anglaise de phrases en swahili et les représentations dans les deux langues de chants traditionnels kikuyu.

«Rien n'a changé»

De l'aggravation des inégalités au traumatisme du racisme, les thèmes abordés par les dramaturges restent d'actualité au Kenya, et même au-delà.

Près de 60 ans après son indépendance de la Grande-Bretagne en 1963, le Kenya reste le lieu d'immenses inégalités. L'élection présidentielle prévue en août aura pour principaux candidats deux multimillionnaires.

L'actualité de la pièce n'échappe ni aux comédiens, ni au metteur en scène ni à son auteur.

"Je suis un activiste, je veux voir du changement", affirme Ngugi wa Thiong'o.

"Rien n'a changé", abonde Nice Githinji, qui incarne le personnage de Wangeci, une femme à la recherche d'une vie meilleure pour sa fille. "C'est peut-être pour cela que la pièce a été interdite, pour que rien ne change", estime cette comédienne de 36 ans.

Néanmoins, le retour triomphal au pays de la pièce est en soi source d'optimisme. 

Plus de quatre décennies après que Ngugi wa Thiong'o a pris la décision d'arrêter d'écrire de la fiction en anglais, renverser "la hiérarchie de la langue" reste au coeur de ses efforts pour lutter contre les inégalités.

Les enfants kényans sont toujours punis par les enseignants quand ils parlent leur langue d'origine au lieu de l'anglais à l'école.

"Il est très important d'insuffler la fierté de sa langue", estime Ngugi wa Thiong'o: "J'espère que nous pourrons continuer à lutter pour ce monde. Nous ne devons pas céder."


Avatars et paillettes: les fans conquis par le spectacle d'ABBA à Londres

 Dans l'une des retrouvailles les plus attendues de l'histoire de la musique, les légendes de la pop suédoise ABBA reviennent sur scène le 27 mai 2022 à Londres - sous la forme d'avatars ressemblant à leurs homologues de 1979. (AFP).
Dans l'une des retrouvailles les plus attendues de l'histoire de la musique, les légendes de la pop suédoise ABBA reviennent sur scène le 27 mai 2022 à Londres - sous la forme d'avatars ressemblant à leurs homologues de 1979. (AFP).
Short Url
  • Le concert se déroule dans un théâtre de 3 000 places spécialement conçu à cet effet et met en scène quatre «ABBAtars», diffusés en hologramme
  • «Nous avons fait tout le chemin depuis l'Amérique et ça valait le coup», a déclaré de son côté Caleb Graham, 33 ans, originaire de Floride, lui et son compagnon portant des T-shirts ABBA noirs assortis

LONDRES : Vêtus de culottes en satin, de paillettes et de bottes compensées, les fans d'ABBA ont afflué dans une salle de concert de l'est de Londres vendredi pour la soirée d'ouverture d'"ABBA Voyage", le spectacle avatar numérique du supergroupe suédois. 

Beaucoup avaient traversé l'océan et acheté des billets pour plusieurs soirées. "Je suis fan depuis 1975", a déclaré Roxanne Dixon, en tunique de satin blanc bordée d'or, boucles d'oreilles "A" et "B" scintillantes, et bottes dorées. "Je suis venue d'Australie juste pour ça". 

"Nous avons fait tout le chemin depuis l'Amérique et ça valait le coup", a déclaré de son côté Caleb Graham, 33 ans, originaire de Floride, lui et son compagnon portant des T-shirts ABBA noirs assortis. 

Le concert se déroule dans un théâtre de 3 000 places spécialement conçu à cet effet et met en scène quatre "ABBAtars", diffusés en hologramme, qui interprètent les tubes des années 1970 et 1980 mais aussi des chansons sorties l'année dernière, lorsque les septuagénaires se sont réunis pour enregistrer un nouvel album, "Voyage". 

Si ce sont bien les voix actuelles d'Anni-Frid, Björn, Benny, et Agnetha (acronyme "ABBA") que l'on entend, leurs avatars numériques représentent les membres du groupe avec leurs visages de 1979.

«Bande-son de votre vie»

Dans l'"ABBA Arena", le public est hétéroclite, constitué d'enfants comme de personnes assez âgées pour avoir connu le groupe au sommet de sa gloire. 

"Je trouve incroyable qu'ABBA attire des gens de tous les horizons, de tous les âges", s'est réjoui Jordan Charlesworth, 27 ans, employé d'une agence de santé publique en combinaison à paillettes. 

"C'est presque la bande-son de votre vie, n'est-ce pas, quand vous atteignez 56 ans", s'est enthousiasmée Sarah Armstrong, vêtue d'un pantalon turquoise tourbillonnant, qui a assisté au concert avec sa sœur et sa fille.

L'ambitieux spectacle, prévu sept jours sur sept jusqu'à début octobre, est un projet extrêmement coûteux, le Times rapportant que ABBA doit récupérer 140 millions de livres sterling (165 millions d'euros) pour couvrir les frais. 

Bjorn Ulvaeus, 77 ans, membre du groupe, a déclaré à l'AFP avant la première : "Je sais que c'est l'un des projets les plus audacieux que quelqu'un ait jamais entrepris dans l'industrie musicale".

Les spectateurs assistent à un spectacle d'une heure et demie, avec une douzaine de musiciens sur scène qui accompagnent les avatars. 

Les hologrammes sont le fruit d'un projet de plusieurs années, conçu en partenariat avec une société d'effets spéciaux fondée par le créateur de "Star Wars", George Lucas. Les mouvements des septuagénaires ont été captés en studio pour les reproduire sur scène. 

Après d'autres expériences mitigées de spectacles "ressuscitant" des artistes décédés, boudés pour leur manque de réalisme et leur caractère effrayant, ce nouveau spectacle a ravi les critiques.  

Cette fois, il n'y avait "rien de macabre", a écrit The Times. Le Guardian a déclaré que les effets numériques étaient un "triomphe" et que "l'effet est véritablement époustouflant". 

Et les fans ont dit qu'ils avaient l'impression d'avoir assisté à un spectacle en direct. "C'était incroyable, tellement immersif, j'avais vraiment l'impression d'être là", a déclaré Dawn Waugh, 63 ans, qui y assistait avec sa fille de 26 ans. 

"C'était un merveilleux sentiment de remonter dans le temps", a déclaré un autre fan, Stan Papoulias, 56 ans, originaire de Grèce. "Je suis un fan d'ABBA depuis 45 ans et je n'ai jamais pensé que je les verrais en chair et en os - ou quelque chose comme ça".