Malgré les nuages avec Macron, Philippe dessine son « Horizons »

Le président du parti de droite français Horizons et ancien Premier ministre Edouard Philippe participe à une réunion de lancement du premier comité du parti à Niort, le 15 janvier 2022.(AFP)
Le président du parti de droite français Horizons et ancien Premier ministre Edouard Philippe participe à une réunion de lancement du premier comité du parti à Niort, le 15 janvier 2022.(AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Malgré les nuages avec Macron, Philippe dessine son « Horizons »

  • En filigrane se prépare aussi la bataille des législatives, et la possibilité qu'Horizons, qui aurait, de sources internes, déjà rallié une trentaine de députés d'étiquettes diverses, constitue son propre groupe à l'Assemblée
  • Au coeur des crispations, le refus opposé par le chef de l'Etat en personne à la fusion entre Horizons et le petit parti Agir

NIORT : Edouard Philippe a lancé samedi à Niort les premiers comités locaux d'Horizons, plus que jamais "déterminé" à avancer dans la structuration de son parti malgré l'épisode de guerre froide l'opposant à Emmanuel Macron, qui a fait capoter son OPA sur l'aile droite de la majorité.

Difficile pour M. Philippe de se cramponner à son slogan - "enraciner" son parti Horizons, et "élever le débat collectif" - quand il est sans cesse ramené aux bisbilles internes à la majorité. A commencer par la défiance supposée que le chef de l'Etat entretiendrait envers son ancien Premier ministre, dont la popularité depuis son départ de Matignon en juillet 2020 reste élevée.

Un sujet sur lequel il ne veut "pas y passer des heures", prévient-il samedi, alors qu'il vient d'inaugurer devant une centaine de Niortais, dont le maire Jérôme Baloge, la première déclinaison locale d'Horizons. Environ 130 comités sont étrennés le même jour, et une centaine d'autres doivent champignonner d'ici à la fin janvier, se réjouit M. Philippe, attendu dans la foulée à La Roche-sur-Yon puis Guérande.

Une manière pour lui d'afficher que sa "détermination est totale" tout comme, sa "loyauté est totale". "Il y a peut-être des gens que ça angoisse mais c'est leur problème, pas le mien", ironise-t-il encore, répétant ne pas être "dans une logique de confrontation, qui serait absurde".

Au coeur des crispations, le refus opposé par le chef de l'Etat en personne à la fusion entre Horizons et le petit parti Agir, dirigé par le ministre Franck Riester, qui aurait offert la mainmise à M. Philippe sur la droite de la majorité. 

Une manoeuvre qui a suscité la consternation dans les rangs philippistes, et avivé les bruits de friction entre les entourages alors même que la majorité s'était mise en ordre de marche pour la présidentielle en se rassemblant dans une structure, "Ensemble citoyens!".

Par conséquent, Horizons a "suspendu sa participation" à cette "maison commune", explique l'eurodéputé Gilles Boyer, "car on a considéré qu'empêcher la fusion avec Agir contrevenait directement à une clause que l'on s'était collectivement fixée dès le début: à savoir pouvoir se rapprocher entre partis". 

« Fébrilité »

Ami de M. Philippe, M. Boyer observe avec circonspection la publicité induite autour de ce qui aurait dû rester un non-événement: "si on nous laissait faire, personne n'en parlerait." Cela n'a d'ailleurs pas empêché plusieurs élus Agir de rejoindre Horizons, grâce au système de double adhésion, sans toutefois offrir au nouveau parti de M. Philippe les financements publics afférents.

"Ca traduit une forme de fébrilité dans la majorité que je trouve surprenante", relève encore un député. Ce dernier fait l'inventaire des "pressions" subies par ses collègues appartenant à La République en marche, "rattrapés par la patrouille, c'est-à-dire par Casta (Christophe Castaner, le patron des députés LREM) ou Richard (Ferrand, le président de l'Assemblée)" au moindre "tweet favorable à Horizons".

En filigrane se prépare aussi la bataille des législatives, et la possibilité qu'Horizons, qui aurait, de sources internes, déjà rallié une trentaine de députés d'étiquettes diverses, constitue son propre groupe à l'Assemblée, réduisant d'autant l'influence de LREM.

Dans ce contexte, M. Philippe tente d'adopter une posture de surplomb, fustige "l'omniprésence de l'immédiateté", "l'affaissement du débat public" et "assume de prendre (s)on temps" pour formuler des propositions.

"Je ne suis pas candidat à la présidentielle, donc je ne suis pas là pour vous présenter un programme", fait-il ainsi valoir à une dame "issue de la gauche" et venue en curieuse l'écouter à Niort.

Toujours dans l'expectative sur sa place dans le futur dispositif de campagne de M. Macron, M. Philippe compte intervenir ponctuellement durant les trois prochains mois sur des sujets spécifiques, à l'image de sa récente prise de position en faveur de la vaccination obligatoire.

Surtout, le maire du Havre cultive soigneusement l'un de ses atouts maîtres en politique, à savoir son réseau d'édiles, à qui il veut "redonner la parole sur les enjeux nationaux", en créant notamment d'ici fin janvier "une assemblée des maires". 

 


Un refuge des Alpes françaises ferme «définitivement», victime du réchauffement climatique

Un homme escalade une cascade de glace dans la vallée de Freissinières dans le Parc National des Ecrins près de L'Argentière-la-Bessée, dans les Alpes, dans le sud-est de la France le 15 janvier 2022 (Photo, AFP).
Un homme escalade une cascade de glace dans la vallée de Freissinières dans le Parc National des Ecrins près de L'Argentière-la-Bessée, dans les Alpes, dans le sud-est de la France le 15 janvier 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le glacier jouait le rôle de contrefort du socle granitique
  • Le refuge du massif des Ecrins était déjà fermé depuis l'été 2021 du fait de la fonte accélérée du glacier de la Pilatte

GRENOBLE: Le refuge de la Pilatte, situé à 2.577 m d'altitude dans les Alpes françaises, ferme "définitivement" pour raisons de sécurité, le réchauffement climatique déstabilisant le socle rocheux sur lequel il est bâti, indique la Fédération française des clubs alpins et de montagne.

Le refuge du massif des Ecrins, ouvert en 1954 et qui servait de camp de base pour de nombreuses courses d'alpinisme, était déjà fermé depuis l'été 2021 du fait de la fonte accélérée du glacier de la Pilatte, à l'origine d'un "phénomène paraglaciaire" qui a provoqué l'apparition d'importantes fissures au niveau du refuge. Ces fissures étaient suivies annuellement par des experts depuis les années 1990. 

Le glacier, qui jouait le rôle de contrefort du socle granitique, a "perdu près de 50 mètres d'épaisseur depuis le début des années 1990", explique la Fédération dans un communiqué sur son site internet.

Des mesures de suivi géologique menées parallèlement autour du bâtiment ont toutes pointé une "accélération nouvelle et brutale" au printemps 2021, "entraînant une fragilisation de la structure du refuge", note la fédération.


Législatives: Mélenchon veut «démanteler le présidentialisme»

Short Url
  • Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent «le troisième tour de l’élection présidentielle», considère qu'«un bouleversement extrêmement profond» est possible
  • «A mes yeux, il s'agit d'une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir politique en France», insiste M. Mélenchon, qui la voit comme «une étape essentielle du démantèlement du présidentialisme»

PARIS: Jean-Luc Mélenchon, qui espère devenir Premier ministre en remportant avec l'alliance de la gauche la majorité à l'Assemblée en juin, veut "démanteler le présidentialisme" et mettre un terme à l'exercice "solitaire du pouvoir d'un seul homme", Emmanuel Macron, explique-t-il vendredi dans Libération.

Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent "le troisième tour de l’élection présidentielle", considère qu'"un bouleversement extrêmement profond" est possible. 

"Pour la première fois, une cohabitation surgirait deux mois après l'élection présidentielle, et en contradiction politique complète avec elle", souligne-t-il dans cette tribune.

En cas de "divergence de fond entre le président de la République et le Premier ministre", "j'ai dit que le problème serait porté devant l’Assemblée nationale", détaille-t-il.

Le tribun Insoumis souligne qu'"un groupe parlementaire peut, par le biais de la procédure prévue à l'article 50-1 (de la Constitution), obtenir une déclaration du Premier ministre sur la politique de son gouvernement dans un domaine particulier ou sur une question spéciale. Cette procédure n'oblige pas à un vote, mais elle n’interdit pas qu’il ait lieu". 

De plus, "un groupe parlementaire peut présenter au vote une résolution et rien n'interdit qu’elle porte sur le sujet du différend dans l'exécutif", entre le président et le Premier ministre. 

"A mes yeux, il s'agit d'une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir politique en France", insiste M. Mélenchon, qui la voit comme "une étape essentielle du démantèlement du présidentialisme".

Il souligne que dans le cadre du programme partagé de gouvernement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), entre LFI, EELV, le PS, le PCF et Générations, les désaccords programmatiques entre les organisations signataires, qui "ne représentent que 5 % du total des 650 propositions", "seront réglés par le vote des parlementaires". 

"La crédibilité et la stabilité gouvernementale apparaissent aussi clairement garanties qu’est affirmée la prééminence du débat et de la décision des parlementaires", vante-t-il, jugeant qu'"un tel mode d’action succéderait à une longue phase d'exercice spectaculairement solitaire du pouvoir d'un seul homme".


Pouvoir d'achat, santé et climat: le nouveau gouvernement français se fixe trois «urgences»

Le pouvoir d'achat, la santé et le climat sont les trois «urgences» auxquelles le gouvernement français doit s'atteler, a indiqué vendredi la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne à ses ministres réunis vendredi. (AFP)
Le pouvoir d'achat, la santé et le climat sont les trois «urgences» auxquelles le gouvernement français doit s'atteler, a indiqué vendredi la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne à ses ministres réunis vendredi. (AFP)
Short Url
  • Entrée en fonction mi-mai dans un contexte de forte inflation, Mme Borne a ainsi fixé trois priorités, en commençant par le pouvoir d'achat
  • Afin de réaliser le suivi de ces feuilles de route, Mme Borne a annoncé qu'un séminaire gouvernemental se déroulerait «avant la fin du mois de juin» autour du président Emmanuel Macron

PARIS: Le pouvoir d'achat, la santé et le climat sont les trois "urgences" auxquelles le gouvernement doit s'atteler, a indiqué vendredi Elisabeth Borne après avoir fixé "trois mots d'ordre" à ses ministres réunis à Matignon: "rapidité, efficacité et résultats".


"Les premières semaines de notre action doivent être consacrées à répondre aux urgences des Français", a plaidé la Première ministre à l'issue de deux heures de réunion à Matignon avec l'ensemble du gouvernement.


Entrée en fonction mi-mai dans un contexte de forte inflation, Mme Borne a ainsi fixé trois priorités, en commençant par le pouvoir d'achat, qui donnera lieu à des mesures dès la reprise des travaux parlementaires après les législatives (12 et 19 juin). 


"Nous sommes convenus qu'il ne devait y avoir ni oubliés ni angles morts. Outre les retraités, les salariés, les indépendants, les agents publics, j'ai demandé à mes ministres d'avoir une attention particulière pour les étudiants", a souligné Mme Borne devant la presse.