Liban: Le fondateur de la Fédération de canoë-kayak retrouvé mort

Le plus célèbre kayakiste libanais et fondateur de la Fédération libanaise de canoë-kayak, Ali Mohammed Awada, a été tué mercredi. (Photo, Ali Awada/Facebook)
Le plus célèbre kayakiste libanais et fondateur de la Fédération libanaise de canoë-kayak, Ali Mohammed Awada, a été tué mercredi. (Photo, Ali Awada/Facebook)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Liban: Le fondateur de la Fédération de canoë-kayak retrouvé mort

  • Le meurtre d'Ali Awada, le plus célèbre kayakiste du pays, déclenche une frénésie sur les réseaux sociaux
  • La victime a été poignardée à la poitrine à la suite d’un cambriolage présumé, selon le médecin légiste

BEYROUTH: L'un des kayakistes et rafteurs les plus célèbres du Liban, et fondateur de la Fédération libanaise de canoë-kayak, a été retrouvé mort mercredi après un cambriolage qui aurait eu lieu dans sa maison dans le sud du pays.

Le corps d'Ali Mohammed Awada, originaire du village de Khiyam, dans le sud du pays, a été découvert dans une mare de sang à son domicile près du pont Al-Kharadly dans un cas présumé de cambriolage raté.

Awada a également été le fondateur du club local de canoë-kayak et de rafting Al-Kharadly, dont le siège social se trouve à son domicile dans le village, près de l'un des plus longs fleuves du Liban, le fleuve Litani, où son corps a été retrouvé.

Le médecin légiste Ali Deeb a déclaré à Arab News que la victime avait été poignardée au côté gauche de la poitrine, ce qui a provoqué un saignement dans ses poumons et a causé son décès.

Deeb, qui a examiné la scène du crime, a révélé : «Il était manifestement debout au moment où il a été poignardé puisque le sang a coulé sur le sol.»

Il a affirmé qu'Awada avait dû essayer de se défendre parce que son corps présentait des ecchymoses.

Selon le médecin légiste, les cambrioleurs présumés avaient apporté avec eux une scie à métaux pour tenter d'ouvrir le coffre-fort d'Awada.

L'heure du décès a été estimée entre 3 et 4 heures du matin du 12 janvier.

Un officier des Forces de sécurité intérieure a déclaré à Arab News que des enquêtes étaient en cours pour identifier les coupables de ce meurtre.

Fondateur et ancien secrétaire général de la Fédération libanaise de canoë-kayak, Awada avait auparavant vécu à Toulouse où il avait été directeur technique de l'équipe olympique française.

Il est retourné au Liban en 1995 et a créé la fédération dans le but d'introduire canoë-kayak comme moyen d'unir le peuple après 20 ans de guerre civile. Il a aussi contribué à populariser le rafting.

Il est définitivement rentré au Liban en 2000 après la fin du conflit au Sud-Liban.

Awada avait dit déclaré avoir créé la fédération pour développer ces sports au Liban, former des athlètes de haut niveau et permettre à davantage de personnes d'y participer.

La mort d'Awada a déclenché une frénésie sur les réseaux sociaux où de nombreux adeptes, amis et membres de son club l'ont pleuré et ont publié des avis de décès et des condoléances.

L'un de ses amis proches, Elie, a publié un commentaire sur la page Facebook d'Awada en disant: «Repose en paix mon plus cher ami... Je peine à croire ce que je viens de lire.»

Un autre ami, Mohammed, a publié des photos d'eux ensemble datant de 1998 et une longue nécrologie commémorant la visite d'Awada sur la rivière Assi d'Al-Hermel, l'un des meilleurs sites de rafting et de kayak du Liban.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: une « menace » sans précédent contre les humanitaires à Al-Hol

Une photo montre le camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI) dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est, le 6 décembre 2021.(AFP)
Une photo montre le camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI) dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est, le 6 décembre 2021.(AFP)
Short Url
  • Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le secouriste a été tué par deux membres de l'EI, qui ont pu entrer dans le centre médical sous de fausses identités
  • Depuis début 2021, l'OSDH a recensé le meurtre de 91 personnes à Al-Hol, pour la plupart des réfugiés irakiens, aux mains de l'EI. Parmi les morts figurent deux travailleurs humanitaires

BEYROUTH : Les dangers pesant contre les humanitaires qui opèrent dans le camp d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, constituent une "menace" sans précédent, a averti dimanche un responsable kurde, quelques jours après le meurtre d'un secouriste par des membres du groupe Etat islamique (EI).

"La situation sécuritaire au camp est volatile et des cellules de l'EI sont toujours présentes" à Al-Hol, a indiqué à l'AFP Chaykhamous Ahmed, un responsable de l'administration semi-autonome kurde qui contrôle le camp.

Mercredi, le Croissant-Rouge kurde avait annoncé la mort d'un de ses membres d'une blessure par balle "alors qu'il accomplissait son devoir humanitaire" au siège de l'organisation à Al-Hol. 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le secouriste a été tué par deux membres de l'EI, qui ont pu entrer dans le centre médical sous de fausses identités.

"La menace contre les organisations humanitaires et médicales constitue un précédent dangereux," a souligné Chaykhamous Ahmed, ajoutant que ces organisations allaient poursuivre leur travail, "mais pas de la manière requise".  

Dans un communiqué conjoint diffusé mercredi, deux hauts responsables de l'ONU ont averti que les aides humanitaires dans le camp ne pourraient être délivrées efficacement que lorsque "des mesures seront prises pour résoudre les problèmes de sécurité persistants". 

Pour sa part, Médecins sans frontières (MSF), l'une des organisations les plus importantes travaillant à Al-Hol, a souligné vendredi la nécessité de trouver des solutions à long terme pour "garantir la sécurité des résidents et des travailleurs humanitaires". 

Le camp d'Al-Hol, qui accueille des proches de combattants jihadistes, abrite près de 56.000 déplacés, dont la moitié sont âgés de moins de 18 ans, selon les derniers chiffres des Nations unies. 

Depuis début 2021, l'OSDH a recensé le meurtre de 91 personnes à Al-Hol, pour la plupart des réfugiés irakiens, aux mains de l'EI. Parmi les morts figurent deux travailleurs humanitaires.

Malgré les exhortations répétées des Kurdes, la plupart des pays occidentaux refusent de rapatrier leurs citoyens qui se trouvent dans le camp, se contentant de rapatriements au compte-goutte par crainte d'éventuels actes terroristes sur leur sol.

Les pays dont les combattants et prisonniers de l'EI sont ressortissants n'ont pas non plus répondu aux demandes des autorités kurdes de mettre en place un tribunal international pour les juger.


La coalition au Yémen tue plus de 280 Houthis lors de frappes aériennes sur Marib et Al-Bayda

Short Url
  • Les forces de la coalition ont mené 64 opérations ciblant la milice houthie à Al-Bayda et Marib
  • Au total, 30 véhicules militaires ont été détruits au cours des opérations

RIYAD : La Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen a déclaré dimanche que plus de 220 militants houthis avaient été tués lors de frappes aériennes sur la province de Marib, a rapporté l'agence de presse saoudienne. 

La coalition a ajouté que 17 véhicules militaires avaient également été détruits au cours de 45 opérations visant la milice houthie soutenue par l'Iran dans la province riche en pétrole de Marib au cours des dernières 24 heures. 

La coalition a également déclaré avoir mené 19 autres opérations ciblant les Houthis dans la province d'Al-Bayda, qui ont tué plus de 60 miliciens et détruit 13 véhicules. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 

 


L'Arabie saoudite protège les tortues menacées grâce à des programmes de sauvetage

L'Arabie saoudite s'est engagée à préserver et à restaurer sa biodiversité marine à travers plusieurs initiatives. (Photo, AFP)
L'Arabie saoudite s'est engagée à préserver et à restaurer sa biodiversité marine à travers plusieurs initiatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • Grâce à des programmes de réhabilitation et à des études de recherche, le Centre national saoudien pour la faune sauvage vise à protéger les sites de nidification des tortues marines en voie de disparition
  • La Red Sea Development Company travaille également à la mise en œuvre d'initiatives visant à protéger la vie marine et les tortues marines en voie de disparition dans le Royaume.

DJEDDAH : Le Centre national saoudien pour la faune sauvage a secouru et réhabilité cinq tortues trouvées sur les côtes saoudiennes. 

Selon le centre, les océans du monde comprennent sept espèces de tortues marines, dont cinq ont été découvertes dans les eaux territoriales du Royaume de la mer Rouge et du golfe Persique. 

Depuis plus de 100 millions d'années, les tortues marines parcourent de grandes distances à travers le monde. Elles jouent un rôle vital dans le maintien de la santé et de l'équilibre de l'écosystème marin. 

Le Royaume a constaté la présence de tortues vertes, imbriquées, caouannes, olivâtres et luth. 

Selon le centre, pendant la saison de nidification, les tortues marines pondent de 60 à 160 œufs à la fois. Cela peut être répété jusqu'à six fois au cours d'une saison de nidification. Dans certains cas, on a vu des tortues revenir plus de 40 ans plus tard dans les zones où elles sont nées.