Ethiopie: au moins 108 morts dans des frappes aériennes au Tigré depuis janvier, selon l'ONU

Des villageois passent devant des véhicules incendiés lors d'une frappe aérienne alors qu'ils retournent dans la ville de Yechila, dans le centre-sud du Tigré, le 10 juillet 2021. (REUTERS/Giulia Paravicini/File)
Des villageois passent devant des véhicules incendiés lors d'une frappe aérienne alors qu'ils retournent dans la ville de Yechila, dans le centre-sud du Tigré, le 10 juillet 2021. (REUTERS/Giulia Paravicini/File)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Ethiopie: au moins 108 morts dans des frappes aériennes au Tigré depuis janvier, selon l'ONU

  • A ce jour, la frappe aérienne la plus meurtrière a touché le camp de déplacés de la ville de Dedebit le 7 janvier, faisant des dizaines de morts et de blessés
  • Le Tigré est le théâtre depuis 14 mois d'un conflit armé entre gouvernement fédéral et anciennes autorités locales, issues du TPLF

GENEVE: Au moins 108 civils ont été tués depuis janvier dans des frappes aériennes qui auraient été menées par les forces aériennes éthiopiennes dans la région du Tigré, a indiqué l'ONU vendredi, évoquant de possibles crimes de guerre.


"Nous sommes alarmés par les multiples informations profondément troublantes que nous continuons de recevoir concernant les victimes civiles et la destruction de biens civils résultant des frappes aériennes dans la région du Tigré, en Ethiopie", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Elizabeth Throssell.


"Au moins 108 civils ont été tués et 75 autres blessés depuis le début de l'année, à la suite de frappes aériennes qui auraient été menées par les forces aériennes éthiopiennes" dans cette région, a-t-elle indiqué, lors d'un point de presse régulier des agences de l'ONU.


A ce jour, la frappe aérienne la plus meurtrière a touché le camp de déplacés de la ville de Dedebit le 7 janvier, faisant des dizaines de morts et de blessés. "Nous avons depuis établi que trois des personnes grièvement blessées sont décédées à l'hôpital (...), ce qui porte le bilan de cette seule frappe à au moins 59 morts", a indiqué la porte-parole du Haut-Commissariat.


Dans un tweet vendredi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a une nouvelle fois appelé les belligérants à "arrêter les combats sous toutes leurs formes". "Toutes les personnes qui ont besoin d'aide humanitaire doivent la recevoir le plus rapidement possible. Il est temps d'entamer le dialogue et la réconciliation", a-t-il ajouté.


Le Tigré est le théâtre depuis 14 mois d'un conflit armé entre gouvernement fédéral et anciennes autorités locales, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018.


Couronné du Nobel de la paix l'année suivant sa prise de fonctions, M. Abiy a envoyé en novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales qui contestaient son autorité depuis plusieurs mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.


"Les parties au conflit doivent (...) suspendre toute attaque s'il apparaît que la cible n'est pas un objectif militaire ou que l'attaque serait disproportionnée. Le non-respect des principes de distinction et de proportionnalité peut constituer un crime de guerre", a averti Mme Throssell.

Du carburant pour 10 jours
Le Haut-Commissariat est également préoccupé par "la poursuite des arrestations et des détentions arbitraires" dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur dans le pays.


L'ONU salue la libération de plusieurs détenus, "notamment des figures clés de l'opposition qui étaient en détention depuis de nombreux mois, mais nous restons préoccupés par le fait que de nombreuses autres personnes - plusieurs centaines au moins - restent détenues pour une durée indéterminée dans des conditions épouvantables", a souligné Mme Throssell.


Le Tigré est par ailleurs soumis, selon l'ONU, à un "blocus de facto" de l'aide humanitaire.


"Nous sommes au bord d'une catastrophe humanitaire majeure", a prévenu un porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Tomson Phiri, qui a participé au point de presse.


Le PAM est sur le point de devoir suspendre ses opérations d'assistance alimentaire dans le nord de l'Ethiopie en raison des combats qui empêchent l'acheminement du carburant et des vivres.


"L'escalade du conflit dans le nord de l'Ethiopie signifie qu'aucun convoi du PAM n'a atteint Mekele (capitale du Tigré) depuis la mi-décembre. (...) Les travailleurs humanitaires du PAM sur le terrain disent que les entrepôts sont complètement vides", a indiqué M. Phiri.


Le PAM réclame des "garanties immédiates" de la part de toutes les parties au conflit afin de mettre en place des couloirs humanitaires terrestres dans le nord de l'Ethiopie.


"Les stocks de vivres et de carburant sont dangereusement bas. Il reste au PAM 4 000 tonnes de nourriture, ce qui ne suffira qu'à couvrir 10% des 2,1 millions de personnes que le PAM doit atteindre", a indiqué le porte-parole. Et le carburant ne suffira que pour les dix prochains jours.


Somalie: le porte-parole du gouvernement blessé lors d'une attaque des shebab

Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral
  • Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures

MOGADISCIO : Le porte-parole du gouvernement somalien a été blessé dimanche dans une attaque-suicide des shebab contre sa voiture à Mogadiscio, ont affirmé les services du Premier ministre et la police de ce pays instable, où les élections maintes fois retardées devaient reprendre ce week-end.

"Le porte-parole du gouvernement fédéral somalien a été blessé dans une attaque terroriste, ses blessures ne sont pas graves et nous lui souhaitons un prompt rétablissement", a déclaré le bureau du Premier ministre dans un bref communiqué.

Selon une source policière et des témoins, l'assaillant a tenté de s'accrocher à la voiture du porte-parole Mohamed Ibrahim Moalimuu avant de faire exploser sa bombe, détruisant partiellement le véhicule. 

"Un kamikaze a sauté sur le véhicule transportant le porte-parole du gouvernement Mohamed Ibrahim qui a eu de la chance de survivre et d'avoir des blessures légères", a affirmé Mohamed Farah, un policier présent sur le lieu de l'attaque.

"Deux autres personnes ont été blessées par l'explosion", a-t-il ajouté. 

Des témoins ont confirmé que l'assaillant, qui est décédé, s'était appuyé sur la voiture avant qu'une forte explosion ne retentisse.

L'attaque a été revendiquée par les shebab.

Porte-parole du gouvernement et conseiller du Premier ministre depuis plus d'un an, M. Moalimuu est un ancien journaliste de la BBC et ancien secrétaire général de l'Union nationale des journalistes somaliens (UNSOJ). 

Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures. 

Tensions politiques 

L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral, enlisé depuis un an, sur fond de tensions entre le président Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous le surnom de Farmajo, et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble. 

Président depuis 2017, Farmajo a vu son mandat expirer le 8 février 2021 en ayant failli à organiser des élections. L'annonce mi-avril de la prolongation de son mandat pour deux ans avait provoqué des affrontements armés à Mogadiscio.

Dans un geste d'apaisement, le chef de l'Etat avait chargé le Premier ministre d'organiser les élections. Mais dans les mois qui ont suivi, les accrochages entre les deux hommes se sont intensifiés, faisant craindre que leur différend ne dégénère en violences généralisées.

En décembre, Farmajo a suspendu M. Roble. Celui-ci a aussitôt accusé le président de "tentative de coup d'Etat" et défié son autorité, tandis que l'opposition appelait Farmajo à démissionner.

Il y a une semaine, M. Roble et les dirigeants régionaux ont conclu un accord pour achever les élections parlementaires d'ici au 25 février. Farmajo a affirmé son soutien à cet accord.

"La seule solution que nous avons pour ce pays est de tenir les élections, donc moi-même ainsi que le reste des dirigeants des Etats régionaux devons prendre des mesures vigoureuses afin de tenir et de finaliser les élections dans les temps", a déclaré M. Roble samedi. 

Le Premier ministre a insisté sur le fait que, selon l'accord, le processus électoral devait "reprendre" le jour même, le 15 janvier. 

Un nouveau président a été élu samedi à la tête de la commission électorale. Dimanche, les avancées se sont limitées à la publication par l'Etat du Puntland d'une liste de dix sièges pour lesquels le vote aura lieu entre le 22 et le 25 janvier. D'autres Etats ont ces derniers jours publié une liste similaire.   

Selon le complexe système électoral somalien, les assemblées des cinq Etats du pays et des délégués investis par une myriade de clans et de sous-clans choisissent les législateurs qui, à leur tour, désignent le président.

Les élections pour la Chambre haute sont terminées dans tous les Etats, à l'exception de celui de Galmudug, et les votes ont commencé début novembre pour la chambre basse.

De nombreux observateurs estiment que la crise au sommet de l'Etat et l'impasse électorale détournent l'attention de problèmes plus importants de la Somalie, comme l'insurrection des shebab.

Ce mouvement lié à Al-Qaïda cherche à renverser le fragile gouvernement fédéral somalien, soutenu par la communauté internationale, et contrôlent de vastes territoires dans les zones rurales tout en menant des attaques jusque dans la capitale.

Lundi, ils ont revendiqué un attentat-suicide à la voiture piégée, qui a fait plus de quatre morts à Mogadiscio.


Djokovic quitte l'Australie après sa défaite judiciaire

Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Short Url
  • Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï
  • Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays

MELBOURNE : Venu à Melbourne pour marquer encore plus l'histoire du tennis, Novak Djokovic a dû quitter l'Australie dimanche sans avoir disputé un seul match et après avoir perdu une bataille judiciaire qui pourrait écorner durablement son image.

Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï, a constaté une journaliste de l'AFP à bord de ce vol.

Le N.1 mondial et ses entraîneurs ont quitté Melbourne à 22h51 (12h51 françaises, 11h51 GMT) et devraient arriver à Dubai lundi vers 05h00 locales, sans que l'on sache quelle sera sa destination finale.

Ce départ sans gloire, alors qu'il aspirait à un dixième titre à l'Open d'Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l'épilogue d'un feuilleton de onze jours mêlant politique et diplomatie sur fond d'opposition à la vaccination anti-Covid. 

Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", a simplement déclaré le président de la Cour James Allsop.

"Je suis extrêmement déçu", a réagi Djokovic dans un communiqué.

"Je vais maintenant prendre du temps pour me reposer et récupérer", a souligné le joueur, dont la carrière, au moins en Australie, pourrait pâtir lourdement de ce revers, puisqu'une annulation de visa est assortie d'une interdiction de trois ans de territoire australien.

Devant la Cour, ses avocats ont qualifié le placement en rétention de leur client et son expulsion d'"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables". Sans convaincre les trois juges de la Cour fédérale qui ont rejeté le recours à l'unanimité.

 « Sentiment anti-vaccination »

Dans ses conclusions déposées samedi devant cette même Cour, le ministre de l'Immigration Alex Hawke avait soutenu que la présence en Australie de Djokovic, qui n'a jamais fait mystère de son opposition à la vaccination anticovid, était "susceptible de représenter un risque sanitaire".

Selon lui, elle encourageait "le sentiment anti-vaccination" et pouvait dissuader les Australiens de se faire injecter leur dose de rappel, alors que le variant Omicron se répand à grande vitesse dans le pays.

Novak Djokovic avait été bloqué à son arrivée en Australie le 5 janvier et placé en rétention administrative. 

Le joueur, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait bénéficier d'une exemption pour entrer dans le pays sans être vacciné, mais les autorités n'avaient pas accepté cette explication.

Le gouvernement australien avait subi un humiliant revers le 10 janvier quand un juge avait bloqué l'expulsion de Djokovic, rétabli son visa et ordonné sa libération immédiate du centre de rétention au confort sommaire où il avait placé.

Mais le ministre de l'Immigration avait contre-attaqué vendredi et annulé son visa pour la deuxième fois en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, invoquant "des raisons sanitaires et d'ordre public".

« Grands sacrifices »

Le gouvernement australien s'est félicité dimanche de sa victoire judiciaire, en pleine campagne électorale dans un pays dont les habitants ont enduré pendant près de deux ans des restrictions anti-Covid parmi les plus strictes au monde.

"La politique ferme de protection des frontières de l'Australie nous a maintenus en sécurité pendant la pandémie", a affirmé le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, dans un communiqué.

"Les Australiens ont fait de grands sacrifices pour en arriver là et le gouvernement Morrison est fermement décidé à protéger cette position" a-t-il ajouté. 

En Serbie, où Djokovic est considéré comme un héros national, la décision australienne a soulevé l'indignation.

"Ils se sont humiliés eux-mêmes, Djokovic peut revenir dans son pays la tête haute et regarder tout le monde droit dans les yeux", s'est emporté le président Aleksandar Vucic à propos des dirigeants australiens.

« Décision scandaleuse »

"Malgré cette décision scandaleuse, nous estimons que Novak est sorti à nouveau vainqueur", a renchéri le comité olympique serbe.

Pour l'ATP, qui gère le circuit professionnel masculin, la décision de la justice australienne "met un terme à une série d'événements profondément regrettables".

Elle a aussi rappelé que Djokovic était "l'un des plus grands champions de notre sport et son absence à l'Open d'Australie est une perte pour le tennis".

Parmi les joueurs, Vasek Pospisil, un proche de "Djoko", l'a défendu en rappelant que "Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu du gouvernement une exemption pour entrer dans ce pays".

"Je n'aime pas qu'il se retrouve dans cette situation et je n'aime pas le fait qu'il a été placé en détention", a regretté de son côté Andy Murray, tandis que Miomir Kecmanovic, le joueur serbe que devait affronter lundi Djokovic, espère "venger le meilleur représentant (de la Serbie) qui a été empêché d'être ici".

Le fiasco australien de Djokovic fait au moins un heureux, l'Italien Salvatore Caruso (150e mondial) qui, profitant de son statut de "lucky loser" (éliminé en qualifications mais repêché grâce à ce forfait), va le remplacer dans le tableau de l'Open d'Australie et jouera lundi dans la soirée à sa place.

"C'est une situation un peu particulière d'être en ce moment le +lucky loser+ le plus célèbre de l'histoire", a-t-il constaté. 

 


Enquête « internationale » après une prise d'otages dans une synagogue au Texas

Des véhicules de police stationnent près de la synagogue Congregation Beth Israel à Colleyville, au Texas, à environ 40 kilomètres à l'ouest de Dallas, le 16 janvier 2022.(AFP)
Des véhicules de police stationnent près de la synagogue Congregation Beth Israel à Colleyville, au Texas, à environ 40 kilomètres à l'ouest de Dallas, le 16 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Les quatre otages, dont un rabbin local respecté, Charlie Cytron-Walker, ont tous été libérés sains et saufs samedi soir
  • Aafia Siddiqui est actuellement détenue dans un hôpital-prison à Fort Worth, près de Dallas

COLLEYVILLE :  Les autorités américaines ont lancé dimanche une enquête "de portée internationale" sur l'homme qui est mort la veille après avoir tenu plusieurs personnes en otages dans une synagogue du Texas en réclamant, selon de premières informations, la libération d'une Pakistanaise surnommée "Lady Al-Qaïda".

Les quatre otages, dont un rabbin local respecté, Charlie Cytron-Walker, ont tous été libérés sains et saufs samedi soir, suscitant le soulagement aux Etats-Unis où la communauté juive et le président Joe Biden ont renouvelé les appels à lutter contre l'antisémitisme, mais aussi en Israël, où le drame a été suivi de près.

La prise d'otages s'est terminée sur une intervention de la police, une forte détonation et des coups de feu dans la synagogue de la congrégation Beth Israël à Colleyville, ville d'environ 23.000 habitants à une quarantaine de km de Dallas. Et par la mort du suspect -- sans que l'on sache à stade s'il s'est suicidé ou s'il a été abattu par les forces de l'ordre.

Le ravisseur a été identifié mais les autorités n'ont pas révélé son nom.

Des médias ont rapporté qu'il était de nationalité britannique. "Nous avons connaissance de la mort d'un homme britannique au Texas et nous sommes en contact avec les autorités locales", s'est borné à dire à Londres le ministère des Affaires étrangères, sans aller jusqu'à confirmer qu'il s'agissait bien du suspect.

"Nous allons enquêter sur le preneur d'otages et ses contacts", lors d'une investigation "de portée internationale", a déclaré dans la nuit de samedi à dimanche Matt DeSarno, un agent spécial du FBI, la police fédérale américaine.

Selon plusieurs médias américains, cet homme réclamait notamment la libération d'Aafia Siddiqui, une scientifique pakistanaise condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu'elle était détenue en Afghanistan.

Aafia Siddiqui est actuellement détenue dans un hôpital-prison à Fort Worth, près de Dallas. Des mouvements jihadistes avaient par le passé demandé sa libération.

Elle a été la première femme à être soupçonnée par les Etats-Unis de liens avec Al-Qaida, le réseau islamiste responsable des attentats du 11 septembre 2001 à New York et contre le Pentagone, ce qui lui avait valu le surnom de "Lady Al-Qaïda".

Elle "n'est absolument pas impliquée" dans la prise d'otages, a cependant assuré dans une déclaration à la chaîne CNN son avocate. Elle a confirmé que l'homme n'était pas le frère de sa cliente et que cette dernière condamnait ses actions.

« Je vais mourir »

Des experts ont pour leur part souligné que le mot employé par l'homme en arabe était figuratif et signifiait "sœur" dans la foi islamique.

Cette revendication n'a pas encore été officiellement confirmée par les autorités, qui n'ont pas non plus dit si l'homme était armé et s'il avait placé des bombes dans la synagogue. 

Ajoutant au caractère spectaculaire de la prise d'otages, une retransmission de l'office religieux en direct sur Facebook était en cours lorsque le ravisseur a fait irruption, et s'est poursuivie pendant un certains temps.

"Il y a quelque chose qui ne va pas avec l'Amérique", a lancé cet homme, selon cette retransmission suivie par l'AFP avant son interruption.

"Je vais mourir", a-t-il aussi dit, demandant à plusieurs reprises à un interlocuteur non identifié que "sa soeur" lui soit passée au téléphone.

L'agent DeSarno ne s'est pas étendu sur les motivations du suspect, expliquant seulement que, d'après les longues négociations tendues avec les forces de l'ordre, il ne semblait pas vouloir menacer spécifiquement la communauté juive.

Le président Biden s'est néanmoins engagé dans un communiqué à "faire face à l'antisémitisme et à la montée de l'extrémisme dans le pays", saluant le travail des forces de sécurité.

"Cet événement est un rappel brutal que l'antisémitisme est toujours vivace et que nous devons continuer à le combattre dans le monde entier", a tweeté le Premier ministre israélien Naftali Bennett.