Ethiopie: un frappe de drone au Tigré fait 17 morts, selon des humanitaires

Un membre de la milice Amhara se tient près d'une fosse commune pour les victimes tuées lors d'un massacre présumé dans le village de Chenna, à 95 kilomètres au nord-est de la ville de Gondar, en Éthiopie, le 14 septembre 2021. (AFP)
Un membre de la milice Amhara se tient près d'une fosse commune pour les victimes tuées lors d'un massacre présumé dans le village de Chenna, à 95 kilomètres au nord-est de la ville de Gondar, en Éthiopie, le 14 septembre 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 janvier 2022

Ethiopie: un frappe de drone au Tigré fait 17 morts, selon des humanitaires

  • Une porte-parole du gouvernement éthiopien a affirmé mardi qu'elle ne possédait aucune information sur ces frappes
  • Il était impossible de vérifier ces chiffres en raison de l'accès restreint au Tigré

ADIS ABEBA : Dix-sept civils ont été tués lundi dans une frappe aérienne menée par des drones sur la localité éthiopienne de Mai Tsebri, dans le sud de la région du Tigré, ont indiqué mardi des sources humanitaires à l'AFP.

Les travailleurs humanitaires ont précisé que des dizaines de personnes avaient été blessées dans cette frappe survenue moins de 72 heures après un bombardement similaire qui a touché un camp de déplacés dans le sud du Tigré.

"La frappe à Mai Tsebri s'est déroulée hier (lundi) dans l'après-midi et a tué 17 personnes travaillant dans une minoterie", a déclaré mardi un des travailleurs humanitaires, citant des témoins.

"Un témoin m'a dit que les drones sont arrivés et ont fait du vol stationnaire un petit moment avant de lâcher leurs bombes", a-t-il ajouté, faisant également état de dizaines de blessés.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une frappe de drone avait touché un camp de déplacés de la ville de Dedebit, faisant, selon l'ONU, des "dizaines de victimes civiles, dont des morts" et poussant les organisations humanitaires à suspendre leurs opérations dans la zone.

Selon les sources humanitaires interrogées mardi par l'AFP, cette attaque sur le camp de Dedebit a tué 59 personnes, l'une de ces sources faisant état en outre de 138 blessés. 

Il était toutefois impossible de vérifier ces chiffres en raison de l'accès restreint au Tigré.

Une porte-parole du gouvernement éthiopien a affirmé mardi qu'elle ne possédait aucune information sur ces frappes.

« Aide humanitaire urgente »

La région du Tigré est le théâtre depuis 14 mois d'un conflit armé entre gouvernement fédéral et anciennes autorités locales, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui dirigea de fait l'Ethiopie durant près de 30 ans, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed.

Prix Nobel de la paix 2019, M. Abiy a envoyé en novembre 2019 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales qui contestaient son autorité depuis plusieurs mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

M. Abiy a rapidement proclamé la victoire après la prise de Mekele, la capitale régionale, par les troupes éthiopiennes fin 2020. Mais les rebelles du TPLF ont repris la quasi-totalité du Tigré à la faveur d'une contre-offensive en juin dernier, avant de progresser dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar et de se rapprocher d'Addis Abeba.

En décembre dernier, les rebelles ont annoncé leur repli vers le Tigré, après une offensive des forces gouvernementales. Selon les rebelles du TPLF, les forces gouvernementales continuent de mener des frappes sur la région malgré ce repli.

Vendredi, le gouvernement éthiopien a annoncé l'amnistie et la libération de plusieurs personnalités politiques incarcérées, dont des dirigeants de l'opposition et du TPLF.

Le conflit au Tigré a fait des milliers de morts et la région, soumise selon l'ONU à un "blocus de facto" de l'aide humanitaire, manque de nourriture et de médicaments. 

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lui-même originaire du Tigré, s'est dit mardi sur Twitter "profondément inquiet des informations concernant une autre frappe de drone au Tigré, ayant causé des blessures et la mort de trop de civils".

"Je relaye l'appel du secrétaire général Antonio Guterres à mettre fin au conflit en Ethiopie et en faveur d'une aide humanitaire urgente", a-t-il écrit.

La frappe de lundi est intervenue le jour où Joe Biden a fait part au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed de sa "préoccupation" sur la situation humanitaire dans le pays.

Le président américain "a exprimé sa préoccupation que les hostilités, y compris les récentes frappes aériennes, continuent à causer des morts et des souffrances civiles", selon un communiqué de la Maison-Blanche.


Ukraine: l'armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Short Url
  • «La ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens», a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense
  • Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette «république» autoproclamée de l'Est ukrainien

MOSCOU : L'armée russe a confirmé samedi la conquête de la localité clé de Lyman, dans l'est de l'Ukraine, un carrefour qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk.

"A l'issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette "république" autoproclamée de l'Est ukrainien.

Lyman est un important noeud ferroviaire situé au nord-est de la ville symbole de Sloviansk, reprise aux séparatistes prorusses par Kiev en 2014, et de Kramatorsk, la capitale de la partie de la région de Donetsk (est) sous contrôle ukrainien.

La prise de Lyman permettrait de lever un obstacle vers Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en marquant un progrès dans la tentative d'encercler Severodonetsk et Lyssytchansk, deux autres importantes villes ukrainiennes situées plus à l'est.


Effondrement d'un immeuble en Iran: une manifestation dispersée avec des lacrymogènes

Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée
  • Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran

TEHERAN : La police iranienne a fait usage de gaz lacrymogènes et a tiré des coups de semonce pour disperser une manifestation dans le sud-ouest du pays après l'effondrement d'un immeuble ayant fait 28 morts, ont rapporté samedi des médias locaux.

Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée.

Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran.

D'autres ont également eu lieu vendredi dans plusieurs villes du centre de l'Iran, dont Ispahan, Yazd et Shahin, en solidarité avec les familles des victimes, a rapporté l'agence de presse Fars.

Vendredi soir à Abadan, les forces de sécurité ont "fait usage de gaz lacrymogènes et ont tiré des coups de semonce" pour disperser des centaines de manifestants qui se trouvaient près du site de l'effondrement, a indiqué l'agence.   

"Mort aux fonctionnaires incompétents", scandaient certains protestataires, toujours selon Fars.

Samedi, le bilan s'élevait à 28 morts après la découverte de deux cadavres, a indiqué le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, selon l'agence de presse d'Etat Irna. 

Selon des responsables, 37 personnes ont également été blessées.

La justice locale a annoncé l'arrestation de 13 personnes, dont le maire d'Abadan et deux anciens maires, accusés d'être "responsables" du drame.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a présenté ses condoléances aux habitants d'Abadan, appelant à poursuivre et punir les responsables de cette tragédie.

En 2017, l'effondrement dans le centre de Téhéran du Plasco Building, un centre commercial de 15 étages datant du début des années 1960, avait fait 22 morts, dont 16 pompiers.


La Russie annonce un nouveau tir réussi de missile hypersonique

L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
Short Url
  • D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe
  • La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- «Kinjal»

MOSCOU: L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon, au moment où Moscou intensifie son offensive en Ukraine.

Le missile Zircon a été tiré depuis la frégate Amiral Gorchkov, en mer de Barents, vers une cible dans les eaux de la mer Blanche, dans l'Arctique, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La cible située à un millier de kilomètres "a été visée avec succès", selon la même source.

Le tir a été effectué dans le cadre des "essais de nouvelles armes" russes, ajoute le communiqué.

Le premier tir officiel d'un Zircon remonte à octobre 2020, le président Vladimir Poutine ayant alors salué un "grand évènement". D'autres essais ont eu lieu depuis, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et depuis un sous-marin immergé.

D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe.

La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- "Kinjal", un recours en combat qui a semblé être une première, Moscou n'ayant jusque-là jamais fait état de l'emploi de ce type d'armes, sauf pour des essais.

Les missiles balistiques hypersoniques "Kinjal" et ceux de croisière "Zircon" appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que M. Poutine qualifie d'"invincibles".