Dispersion musclée des manifestations anti-Saïed dans le centre-ville de Tunis

Des manifestants tunisiens se sont mis à l'abri lors d'affrontements avec la police alors qu'ils protestaient contre le président Kais Saied, à l'occasion du 11e anniversaire de la révolution tunisienne dans la capitale Tunis. (Photo, AFP)
Des manifestants tunisiens se sont mis à l'abri lors d'affrontements avec la police alors qu'ils protestaient contre le président Kais Saied, à l'occasion du 11e anniversaire de la révolution tunisienne dans la capitale Tunis. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Dispersion musclée des manifestations anti-Saïed dans le centre-ville de Tunis

  • La , qui marquaient également le 11e anniversaire de la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, a donné lieu à des scènes de violence rarement vues dans la capitale
  • « Lle peuple veut la fin du coup d'Etat », ont crié les manifestants rassemblés sur l'avenue Mohamed V, dans le centre-ville de Tunis

TUNIS: Lacrymogènes, canons à eau et arrestations. Les forces de sécurité ont dispersé manu militari vendredi à Tunis des manifestations organisées contre le président en dépit d'une interdiction des rassemblements pour des raisons sanitaires.

La dispersion musclée des manifestations, qui marquaient également le 11e anniversaire de la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, a donné lieu à des scènes de violence rarement vues dans la capitale depuis la révolte qui a renversé le dictateur en 2011 et donné le coup d'envoi des soulèvements du Printemps arabe dans la région.

"A bas le coup d'Etat, le peuple veut la fin du coup d'Etat", ont crié les manifestants rassemblés sur l'avenue Mohamed V, dans le centre-ville de Tunis.

Les opposants de M. Saied qualifient de "coup d'Etat" son accaparement des pouvoirs le 25 juillet lorsqu'il avait limogé le gouvernement et suspendu le Parlement pour gouverner par décrets.

Le ministère de l'Intérieur qui avait déployé un dispositif policier massif, à grand renfort de barrières métalliques et unités anti-émeutes, a affirmé dans un communiqué que près de 1.200 personnes avaient participé aux manifestations.

Les manifestants ont réussi à briser plusieurs cordons policiers et ont été refoulés à coups de matraques et gaz lacrymogènes et par des jets d'eau sale. Empêchés d'accéder à l'artère principale, l'avenue Habib Bourguiba, ils se sont éparpillés en plusieurs groupes distincts.

Des dizaines d'interpellations ont eu lieu, plusieurs personnes dont au moins un adolescent de 15 ans étant frappées et traînées au sol, selon des journalistes de l'AFP. 

Des motards ont foncé sur certains groupes pour les disperser, et des tirs de sommation ont été entendus par une journaliste de l'AFP.

Au moins deux journalistes étrangers ont été interpellés et malmenés par la police, selon des témoignages de collègues.

« Le diktat d'un dictateur »

"C'est l'intervention des forces de sécurité la plus violente que nous ayons vue, aussi bien sur le plan des moyens utilisés que des arrestations", a indiqué à l'AFP Fathi Jarai, président de l'instance pour la prévention de la torture, expliquant que cette autorité indépendante est chargée depuis un an d'observer les manifestations.

Une cinquantaine de personnes sont parvenues à se rapprocher des bâtiments du ministère de l'Intérieur dans une rue adjacente de l'avenue Habib Bourguiba. 

"Tu travailles pour (Abdel Fattah) al-Sissi et les Emirats" arabes unis, a lancé une femme à l'adresse d'un policier. Le président égyptien et les Emirats sont accusés par les détracteurs de M. Saied d'avoir soutenu son coup de force

Malgré l'interdiction décrétée par les autorités en raison d'une forte résurgence de l'épidémie de Covid-19, plusieurs partis politiques, dont la formation d'inspiration islamiste Ennahdha, ont maintenu les rassemblements de vendredi, accusant le pouvoir d'instrumentaliser la situation sanitaire pour empêcher les manifestations.

"La révolution a été gommée du calendrier par le diktat d'un dictateur", a protesté auprès de l'AFP la célèbre militante Sihem Bensedrine, après la suppression par M. Saied du jour férié du 14 janvier, au motif que, selon lui, la révolution serait "inachevée" et qu'il aurait pris le relais.

Elle a dénoncé l'interdiction des rassemblements comme "une tactique policière et sécuritaire pour spolier les Tunisiens de leur droit de manifester". "Ce peuple qui a fait chuter une dictature ayant duré 23 ans ne laissera pas une dictature se réinstaller", a-t-elle ajouté.

« Entrave aux droits »

Même colère de la part de Sofiane Ferhani, frère d'une victime de la révolution de 2011 et responsable d'une association de blessés. "De quel droit le président s'est permis de toucher au 14 janvier? On ne laissera pas faire, ce jour est trop cher à nos yeux", a-t-il dit.

Les nouvelles manifestations contre le président surviennent alors que les tensions entre Ennahdha et M. Saied --déjà très vives depuis le coup de force de juillet-- sont montées d'un cran après l'arrestation le 31 décembre et l'hospitalisation sous surveillance policière de l'un des hommes forts du parti, l'ancien ministre de la Justice Noureddine Bhiri.

Jawhar Ben Mbarek, une figure de la gauche tunisienne à la tête d'un collectif d'opposants à ce qu'ils dénoncent comme un "coup d'Etat" du président Saied, était également présent vendredi aux manifestations.

L'organisation des droits humains Amnesty International a dénoncé dans un communiqué vendredi les interdictions de manifester comme "une entrave aux droits à la liberté d'expression et aux rassemblements pacifiques".


Syrie: une « menace » sans précédent contre les humanitaires à Al-Hol

Une photo montre le camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI) dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est, le 6 décembre 2021.(AFP)
Une photo montre le camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI) dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est, le 6 décembre 2021.(AFP)
Short Url
  • Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le secouriste a été tué par deux membres de l'EI, qui ont pu entrer dans le centre médical sous de fausses identités
  • Depuis début 2021, l'OSDH a recensé le meurtre de 91 personnes à Al-Hol, pour la plupart des réfugiés irakiens, aux mains de l'EI. Parmi les morts figurent deux travailleurs humanitaires

BEYROUTH : Les dangers pesant contre les humanitaires qui opèrent dans le camp d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, constituent une "menace" sans précédent, a averti dimanche un responsable kurde, quelques jours après le meurtre d'un secouriste par des membres du groupe Etat islamique (EI).

"La situation sécuritaire au camp est volatile et des cellules de l'EI sont toujours présentes" à Al-Hol, a indiqué à l'AFP Chaykhamous Ahmed, un responsable de l'administration semi-autonome kurde qui contrôle le camp.

Mercredi, le Croissant-Rouge kurde avait annoncé la mort d'un de ses membres d'une blessure par balle "alors qu'il accomplissait son devoir humanitaire" au siège de l'organisation à Al-Hol. 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le secouriste a été tué par deux membres de l'EI, qui ont pu entrer dans le centre médical sous de fausses identités.

"La menace contre les organisations humanitaires et médicales constitue un précédent dangereux," a souligné Chaykhamous Ahmed, ajoutant que ces organisations allaient poursuivre leur travail, "mais pas de la manière requise".  

Dans un communiqué conjoint diffusé mercredi, deux hauts responsables de l'ONU ont averti que les aides humanitaires dans le camp ne pourraient être délivrées efficacement que lorsque "des mesures seront prises pour résoudre les problèmes de sécurité persistants". 

Pour sa part, Médecins sans frontières (MSF), l'une des organisations les plus importantes travaillant à Al-Hol, a souligné vendredi la nécessité de trouver des solutions à long terme pour "garantir la sécurité des résidents et des travailleurs humanitaires". 

Le camp d'Al-Hol, qui accueille des proches de combattants jihadistes, abrite près de 56.000 déplacés, dont la moitié sont âgés de moins de 18 ans, selon les derniers chiffres des Nations unies. 

Depuis début 2021, l'OSDH a recensé le meurtre de 91 personnes à Al-Hol, pour la plupart des réfugiés irakiens, aux mains de l'EI. Parmi les morts figurent deux travailleurs humanitaires.

Malgré les exhortations répétées des Kurdes, la plupart des pays occidentaux refusent de rapatrier leurs citoyens qui se trouvent dans le camp, se contentant de rapatriements au compte-goutte par crainte d'éventuels actes terroristes sur leur sol.

Les pays dont les combattants et prisonniers de l'EI sont ressortissants n'ont pas non plus répondu aux demandes des autorités kurdes de mettre en place un tribunal international pour les juger.


La coalition au Yémen tue plus de 280 Houthis lors de frappes aériennes sur Marib et Al-Bayda

Short Url
  • Les forces de la coalition ont mené 64 opérations ciblant la milice houthie à Al-Bayda et Marib
  • Au total, 30 véhicules militaires ont été détruits au cours des opérations

RIYAD : La Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen a déclaré dimanche que plus de 220 militants houthis avaient été tués lors de frappes aériennes sur la province de Marib, a rapporté l'agence de presse saoudienne. 

La coalition a ajouté que 17 véhicules militaires avaient également été détruits au cours de 45 opérations visant la milice houthie soutenue par l'Iran dans la province riche en pétrole de Marib au cours des dernières 24 heures. 

La coalition a également déclaré avoir mené 19 autres opérations ciblant les Houthis dans la province d'Al-Bayda, qui ont tué plus de 60 miliciens et détruit 13 véhicules. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 

 


L'Arabie saoudite protège les tortues menacées grâce à des programmes de sauvetage

L'Arabie saoudite s'est engagée à préserver et à restaurer sa biodiversité marine à travers plusieurs initiatives. (Photo, AFP)
L'Arabie saoudite s'est engagée à préserver et à restaurer sa biodiversité marine à travers plusieurs initiatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • Grâce à des programmes de réhabilitation et à des études de recherche, le Centre national saoudien pour la faune sauvage vise à protéger les sites de nidification des tortues marines en voie de disparition
  • La Red Sea Development Company travaille également à la mise en œuvre d'initiatives visant à protéger la vie marine et les tortues marines en voie de disparition dans le Royaume.

DJEDDAH : Le Centre national saoudien pour la faune sauvage a secouru et réhabilité cinq tortues trouvées sur les côtes saoudiennes. 

Selon le centre, les océans du monde comprennent sept espèces de tortues marines, dont cinq ont été découvertes dans les eaux territoriales du Royaume de la mer Rouge et du golfe Persique. 

Depuis plus de 100 millions d'années, les tortues marines parcourent de grandes distances à travers le monde. Elles jouent un rôle vital dans le maintien de la santé et de l'équilibre de l'écosystème marin. 

Le Royaume a constaté la présence de tortues vertes, imbriquées, caouannes, olivâtres et luth. 

Selon le centre, pendant la saison de nidification, les tortues marines pondent de 60 à 160 œufs à la fois. Cela peut être répété jusqu'à six fois au cours d'une saison de nidification. Dans certains cas, on a vu des tortues revenir plus de 40 ans plus tard dans les zones où elles sont nées.