Macron présentera ses voeux aux armées mercredi en Alsace

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la remise du gâteau de l'Épiphanie et de la cérémonie des Rabelais Youth Talent Awards, à l'Elysée à Paris le 12 janvier 2022. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la remise du gâteau de l'Épiphanie et de la cérémonie des Rabelais Youth Talent Awards, à l'Elysée à Paris le 12 janvier 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 14 janvier 2022

Macron présentera ses voeux aux armées mercredi en Alsace

  • Pour ces derniers voeux au monde militaire du quinquennat, moins de trois mois avant la présidentielle, le chef de l'Etat sera présent sur une base de l'armée de Terre
  • Emmanuel Macron entretient désormais des relations plutôt apaisées avec le monde militaire après un début de quinquennat houleux

PARIS : Emmanuel Macron présentera ses voeux aux armées mercredi dans le camp d’Oberhoffen, près d'Haguenau (Haut-Rhin), après avoir prononcé un discours au Parlement européen pour lancer la présidence française du Conseil de l'UE, a annoncé vendredi l'Elysée.

Pour ces derniers voeux au monde militaire du quinquennat, moins de trois mois avant la présidentielle, le chef de l'Etat sera présent sur une base de l'armée de Terre après s'être rendu à Brest en janvier 2021. 

Comme le veut la tradition, il devrait en profiter pour faire un tour d'horizon des grands défis militaires, des enjeux budgétaires à l'intervention au Sahel, alors que Paris a engagé une vaste restructuration de l'opération Barkhane sur fond de fortes tensions avec la junte au pouvoir au Mali.

Emmanuel Macron est attendu en milieu d'après-midi à Haguenau, où sont basés le 2e Régiment de Hussards et le 54e régiment de transmissions. Après les honneurs militaires, il "se fera présenter l’action des armées pour mieux connaître et anticiper les crises, dans un contexte de forte évolution des formes de conflictualité", selon l'Elysée.

Il prononcera son discours à 19H00 en présence de la ministre des Armées Florence Parly, des ministres déléguées Geneviève Darrieussecq et Brigitte Klinkert (Insertion), et des principaux gradés, dont le chef d'Etat-major Thierry Burkhard.

Deux soldats du 2e Régiment de Hussards avaient été tués en janvier 2021 au Mali.

Emmanuel Macron entretient désormais des relations plutôt apaisées avec le monde militaire après un début de quinquennat houleux marqué par le départ tonitruant du général Pierre de Villiers en 2017.

Le budget 2022 des Armées s'élève à 40,9 milliards d'euros, en hausse pour la troisième année consécutive (+4,3% sur un an), conformément à la trajectoire fixée par la loi de programmation militaire 2019-2025.

Avant Haguenau, le chef de l'Etat sera accueilli à 11H00 au Parlement européen (PE) à Strasbourg pour présenter les grandes priorités de la présidence française du Conseil de l'UE, qui a débuté le 1er janvier, avant de débattre avec les députés européens réunis en séance plénière en présence d'Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission.

Il se rendra aussi lundi en fin de journée au PE, après un déplacement dans le Haut-Rhin sur l'économie, pour participer à la cérémonie en hommage au président du parlement, David Sassoli, décédé en début de semaine.

 


France: la composition du gouvernement d'Élisabeth Borne dévoilée

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, annonce des nominations pour un remaniement du gouvernement français à l'Elysée à Paris, le 20 mai 2022. Le président français a remanié son gouvernement le 20 mai avant les élections législatives de juin. Les nominations interviennent près d'un mois après sa réélection fin avril et la nomination d'un nouveau Premier ministre le 16 mai. (AFP)
Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, annonce des nominations pour un remaniement du gouvernement français à l'Elysée à Paris, le 20 mai 2022. Le président français a remanié son gouvernement le 20 mai avant les élections législatives de juin. Les nominations interviennent près d'un mois après sa réélection fin avril et la nomination d'un nouveau Premier ministre le 16 mai. (AFP)
Short Url
  • Gérald Darmanin est reconduit au ministère de l’Intérieur
  • Rima Abdul-Malak est nommée ministre de la culture. La conseillère culture d’Emmanuel Macron remplace Roselyne Bachelot

PARIS: La composition du nouveau gouvernement français dirigé par Elisabeth Borne a été annoncée ce vendredi et celà près d’un mois après la réélection d’Emmanuel Macron et trois semaines avant les élections législatives.

L’annonce a été faite par le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler.

La composition du gouvernement est la suivante : 

Gérald Darmanin est reconduit au ministère de l’Intérieur.

Bruno Le Maire reste à Bercy, au poste de ministre de l’économie et des finances, et de la souveraineté industrielle et numérique.

Catherine Colonna est nommée ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Eric Dupond-Moretti est reconduit au ministère de la Justice.

Gabriel Attal est nommé ministre délégué chargé des comptes publics.

Olivier Véran est nommé ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et de la vie démocratique.

L’historien Pap Ndiaye est nommé ministre l’Education nationale et de la jeunesse.

Brigitte Bourguignon est nommée ministre de la Santé et de la Prévention

Rima Abdul-Malak est nommée ministre de la culture. La conseillère culture d’Emmanuel Macron remplace Roselyne Bachelot.

Amélie de Montchalin est nommée ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires.

Olivier Dussopt est nommé ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion.

Sébastien Lecornu est nommé ministre des Armées.

Damien Abad est nommé ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.


Qui est Rima Abdoul-Malak, la nouvelle ministre de la Culture?

Rima Abdoul-Malak, nouvelle ministre de la culture. (Photo fournie)
Rima Abdoul-Malak, nouvelle ministre de la culture. (Photo fournie)
Short Url
  • Nombreux sont ceux qui estiment que l’ex-conseillère culture et communication de l’Élysée faisait déjà de l’ombre à la «vraie» ministre, Roselyne Bachelot
  • Ceux qui la connaissent savent dès 2010 qu’elle jouit d’une influence importante grâce à son excellente connaissance du secteur

PARIS: Alors que son nom circulait depuis un moment comme la potentielle nouvelle ministre de la Culture en France, Rima Abdoul-Malak est déjà connue en France comme étant «l’autre ministre de la Culture». C’est ainsi que la décrit un article de L’Obs du 21 janvier 2021. Nombreux sont ceux qui estiment que l’ex-conseillère culture et communication de l’Élysée faisait déjà de l’ombre à la «vraie» ministre, Roselyne Bachelot.

 


Macron «prépare la France» de Mélenchon, selon Zemmour

Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Eric Zemmour s'adresse à la presse après une réunion pour annoncer sa candidature aux élections législatives, à Cogolin, dans le sud-est de la France, le 12 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron «prépare la France» de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon
  • Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen «a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote»

PARIS: Eric Zemmour, qui a réuni 7,07% des voix à la présidentielle, estime qu'Emmanuel Macron "prépare la France" de l'insoumis Jean-Luc Mélenchon et critique à nouveau sa rivale Marine Le Pen qui incarne à ses yeux "le socialisme".

"Emmanuel Macron prépare la France de Jean-Luc Mélenchon. Ils sont tous les deux pour l'avènement de ce +nouveau peuple+ créolisé", affirme dans une interview au Figaro l'ancien prétendant d'extrême droite à l'Elysée, qui fut éditorialiste dans ce journal.

"Seulement, Jean-Luc Mélenchon veut en accoucher par la révolution. Quand Emmanuel Macron veut l'engendrer par attentisme et fatalisme démographique. Il y a une différence de chronologie, mais pas d'idéologie", estime M. Zemmour.

Pour lui, l'autre candidate d'extrême droite Marine Le Pen, qui a réuni au second tour 41,45% des voix derrière Emmanuel Macron (58,55%), "a échoué à faire l'alliance de la droite patriote et de la gauche patriote. Sinon elle aurait gagné".

La députée du Pas-de-Calais "s'aveugle en pensant qu'elle va pouvoir lui arracher des électeurs. À moins qu'elle ne renonce elle-même à défendre l'identité de la France" car "en mettant en priorité le social, elle s'inscrit dans une philosophie politique qui s'appelle le socialisme", selon Eric Zemmour.

"Qu'est-ce qui tient le haut de la hiérarchie? Pour moi, c'est la France, sa survie et son identité. Pour Marine Le Pen, c'est le socialisme", et son discours est "le même que celui de Jean-Luc Mélenchon" sur la retraite à 60 ans ou le retour de l'impôt sur la fortune, détaille-t-il.

Persuadé que "le clivage droite-gauche existe encore", il plaide pour "un rassemblement de toutes les droites" face à la nouvelle union des gauches (Nupes) de M. Mélenchon, par le biais d'"une alliance avec une partie de la bourgeoisie".

Il admet que la "bataille sera difficile" aux législatives mais que son parti Reconquête!, qui compte selon lui 125.000 adhérents, entre dans la phase "de l'implantation". 

Il dit avoir pâti à la présidentielle de la guerre en Ukraine, qui a favorisé un "vote légitimiste" en faveur de M. Macron, et d'un "vote utile" en faveur de Marine Le Pen.