Le président du Parlement européen David Sassoli est mort

Cette photo d'archive prise à Bruxelles le 25 mars 2021 montre le président du Parlement européen David Sassoli tenant une conférence de presse. (Yves Herman/ Pool/AFP)
Cette photo d'archive prise à Bruxelles le 25 mars 2021 montre le président du Parlement européen David Sassoli tenant une conférence de presse. (Yves Herman/ Pool/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 11 janvier 2022

Le président du Parlement européen David Sassoli est mort

  • Journaliste-présentateur vedette de journaux télévisés en Italie avant de se tourner vers la politique, David Sassoli était à la tête de l'assemblée de Strasbourg depuis 2019
  • Lundi dans l'après-midi, ses services avaient annoncé l'hospitalisation de M. Sassoli «en raison d'une complication grave due à un dysfonctionnement du système immunitaire

STRASBOURG, France : Le président du Parlement européen, le social-démocrate italien David Sassoli, est décédé mardi en Italie à l'âge de 65 ans, laissant le souvenir d'un «champion de la démocratie» et d'un «combattant de l'Europe» selon les hommages d'eurodéputés et dirigeants de l'UE.

«David Sassoli est décédé le 11 janvier à 1h15 du matin au CRO (centre de référence d'oncologie) d'Aviano, Italie, (au nord de Venise, ndlr) où il était hospitalisé» depuis fin décembre, a annoncé sur Twitter son porte-parole Roberto Cuillo, précisant que le lieu et la date des funérailles seraient communiquées sous peu.

Lundi dans l'après-midi, ses services avaient annoncé l'hospitalisation de M. Sassoli «en raison d'une complication grave due à un dysfonctionnement du système immunitaire» et l'annulation de ses activités officielles.

Ayant souffert par le passé d'une leucémie, il avait déjà été hospitalisé cet automne pour une pneumonie qui l'avait tenu éloigné du Parlement européen pendant plusieurs semaines.

«Européen sincère et passionné, sa chaleur humaine, sa générosité, sa convivialité et son sourire nous manquent déjà», a réagi le président du Conseil européen Charles Michel.

«Je suis extrêmement attristée par cette perte terrible d'un grand Européen et fier Italien, journaliste attentionné, extraordinaire président du Parlement et avant tout un ami cher», a abondé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Journaliste-présentateur vedette de journaux télévisés en Italie avant de se tourner vers la politique, David Sassoli était à la tête de l'assemblée de Strasbourg depuis 2019. Son mandat se terminait ce mois-ci, à la moitié de la législature quinquennale. L'élection pour sa succession, à laquelle il avait été un temps question qu'il se représente, est actuellement prévue le 18 janvier.

Son groupe, les sociaux-démocrates (S&D), deuxième force politique au Parlement européen, avait renoncé à la mi-décembre à présenter un candidat, ouvrant la voie à l'élection de la candidate du PPE (droite), l'actuelle première vice-présidente du Parlement, la Maltaise Roberta Metsola.

«J'ai le cœur brisé. L'Europe a perdu un leader, j'ai perdu un ami, la démocratie a perdu un champion», a indiqué cette dernière sur Twitter.

- «Combattant de l'Europe» -

Député européen depuis 2009 sans discontinuer avec un échec aux élections municipales de Rome en 2013, David Sassoli avait été élu président du Parlement européen en juillet 2019 à la faveur de tractations entre les grandes forces politiques européennes pour les principaux postes à responsabilité de l'UE.

La droite, qui avait obtenu la présidence de la Commission avec Ursula von der Leyen, et les libéraux-centristes, représentés au Conseil par Charles Michel, avaient également voté pour lui.

Mais son mandat, dans lequel il s'est beaucoup impliqué, a été rapidement mis à mal par la crise sanitaire, qui a obligé le Parlement européen, seule institution européenne élue, à travailler à distance.

Par solidarité en pleine pandémie, David Sassoli avait marqué les esprits en mettant à disposition les locaux désertés du Parlement, tant à Strasbourg qu'à Bruxelles pour la préparation de repas pour les personnes dans le besoin, l'installation d'un centre de dépistage ou pour servir de refuge à des femmes isolées.

«Nous nous souviendrons d'un leader de la démocratie et pro-européen. Tu étais lumineux, généreux, joyeux», a renchéri son compatriote Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'Economie. «Sa gentillesse était une inspiration pour tous», a abondé Frans Timmermans, vice-président de la Commission.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a pour sa part salué «un combattant de l’Europe, un défenseur sincère et courageux de la démocratie et des valeurs de notre Union».

Des eurodéputés exprimaient leur vive émotion: «Son travail pour moderniser le Parlement de fond en comble était visionnaire, et j'espère que nous pourrons achever ce qu'il a commencé», observait la Danoise Karen Melchior (Renew, libéraux).

Ces dernières heures, de nombreux internautes dont plusieurs personnalités politiques en Italie avaient témoigné de leur soutien à David Sassoli sur les réseaux sociaux, utilisant le hashtag #ForzaDavid («Courage, David»), à l'unisson de messages de soutien émanant de responsables des institutions européennes et d'eurodéputés.

Discret mais ferme dans sa tenue des débats dans l'hémicycle tant à Strasbourg qu'à Bruxelles, David Sassoli avait reçu le «soutien unanime» de son groupe politique en novembre pour briguer un second mandat. Mais il ne s'était alors pas lui-même déclaré officiellement candidat, et son état de santé laissait planer une incertitude sur cette candidature, à laquelle son groupe avait finalement renoncée mi-décembre.

Pluie d'hommages

«Européen sincère et passionné, sa chaleur humaine, sa générosité, sa convivialité et son sourire nous manquent déjà», a réagi le président du Conseil européen Charles Michel.

- «Je suis extrêmement attristée par cette perte terrible d'un grand Européen et fier Italien, journaliste attentionné, extraordinaire président du Parlement et avant tout un ami cher», a abondé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

- «J'ai le cœur brisé. L'Europe a perdu un leader, j'ai perdu un ami, la démocratie a perdu un champion», a indiqué l'actuelle première vice-présidente du Parlement, la Maltaise Roberta Metsola sur Twitter.

- «Nous nous souviendrons d'un leader de la démocratie et pro-européen. Tu étais lumineux, généreux, joyeux», a renchéri son compatriote Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'Economie.

«Sa gentillesse était une inspiration pour tous», a abondé Frans Timmermans, vice-président de la Commission.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a pour sa part salué «un combattant de l’Europe, un défenseur sincère et courageux de la démocratie et des valeurs de notre Union».

- Des eurodéputés exprimaient leur vive émotion: «Son travail pour moderniser le Parlement de fond en comble était visionnaire, et j'espère que nous pourrons achever ce qu'il a commencé», observait la Danoise Karen Melchior (Renew, libéraux).

 


Ukraine: l'armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Short Url
  • «La ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens», a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense
  • Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette «république» autoproclamée de l'Est ukrainien

MOSCOU : L'armée russe a confirmé samedi la conquête de la localité clé de Lyman, dans l'est de l'Ukraine, un carrefour qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk.

"A l'issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette "république" autoproclamée de l'Est ukrainien.

Lyman est un important noeud ferroviaire situé au nord-est de la ville symbole de Sloviansk, reprise aux séparatistes prorusses par Kiev en 2014, et de Kramatorsk, la capitale de la partie de la région de Donetsk (est) sous contrôle ukrainien.

La prise de Lyman permettrait de lever un obstacle vers Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en marquant un progrès dans la tentative d'encercler Severodonetsk et Lyssytchansk, deux autres importantes villes ukrainiennes situées plus à l'est.


La Russie annonce un nouveau tir réussi de missile hypersonique

L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
Short Url
  • D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe
  • La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- «Kinjal»

MOSCOU: L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon, au moment où Moscou intensifie son offensive en Ukraine.

Le missile Zircon a été tiré depuis la frégate Amiral Gorchkov, en mer de Barents, vers une cible dans les eaux de la mer Blanche, dans l'Arctique, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La cible située à un millier de kilomètres "a été visée avec succès", selon la même source.

Le tir a été effectué dans le cadre des "essais de nouvelles armes" russes, ajoute le communiqué.

Le premier tir officiel d'un Zircon remonte à octobre 2020, le président Vladimir Poutine ayant alors salué un "grand évènement". D'autres essais ont eu lieu depuis, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et depuis un sous-marin immergé.

D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe.

La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- "Kinjal", un recours en combat qui a semblé être une première, Moscou n'ayant jusque-là jamais fait état de l'emploi de ce type d'armes, sauf pour des essais.

Les missiles balistiques hypersoniques "Kinjal" et ceux de croisière "Zircon" appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que M. Poutine qualifie d'"invincibles". 


A Koutouzivka en Ukraine, repos du guerrier et vie sous terre

Une femme cuisine dans le village de Kutuzivka, région de Kharkiv, le 27 mai 2022, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Une femme cuisine dans le village de Kutuzivka, région de Kharkiv, le 27 mai 2022, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Les Russes ont cessé leur offensive sur Kharkiv, mais ils gardent des positions à l'est de la ville
  • A plusieurs centaines de mètres de là, des soldats se reposent dans une maison qui a encaissé un obus laissant un trou béant dans un mur

KOUTOUZIVKA: "On met des croix pour chaque jour passé ici en vie", raconte Nadia Ryjkova, 76 ans, dans la pénombre d'un abri souterrain du village de Koutouzivka, dans le nord-est de l'Ukraine, où vivent une cinquantaine de personnes, en majorité des femmes âgées.

La doyenne de l'abri désigne un calendrier marqué de croix rouges depuis le 24 février, jour de l'invasion russe de l'Ukraine, puis caresse son chat "Mourtchik" ("Ronronneur") qui s'étire.

Les lits sont alignés dans trois grandes pièces. Des fils électriques pendent du plafond en béton, reliant quelques faibles ampoules à des batteries de voitures placées sous des chaises. Un poêle à bois dégage une chaleur étouffante mais dès qu'on s'en éloigne une froide humidité prend le dessus.

Pourtant, Marfa Khyjniak, 72 ans, se satisfait de ce confort spartiate, après les innombrables obus tombés sur le village de 1 500 habitants le 25 mars, lors du début de la contre-offensive ukrainienne.

"C'était effrayant, j'avais si peur. Il n'y pas de mots. C'était insupportable. J'étais dans ma salle de bain assise et je priais. Alors je suis venue me réfugier ici. Même un petit espace, une chaise m'aurait suffi", se souvient-elle.

"Aujourd'hui, certains reviennent au village mais pourquoi faire? Tout est détruit". La septuagénaire verse quelques larmes et avoue souffrir de "dépression" et prendre des médicaments.

Privée de connexion téléphonique, elle est sans nouvelles de ses enfants et de ses proches mais assure: "Je vis avec l'espoir qu'ils sont vivants. C'est la seule chose qui me garde en vie".

«Très chaud»

Les Russes ont cessé leur offensive sur Kharkiv, mais ils gardent des positions à l'est de la ville, tirant sur sa partie orientale et sur les villages avoisinants. Les échanges d'artillerie se poursuivent, notamment la nuit. 

L'école, la mairie et de nombreuses maisons ont été ravagés ces derniers jours mais aussi lors de l'avancée russe et lors de la contre-offensive ukrainienne.

"C'est dangereux c'est sûr. Il y a les tirs, les obus mais on s'y est habitué. On n'y fait plus trop attention", affirme Vlad, 35 ans, conducteur de tracteur, en livrant une citerne d'eau aux habitants de l'abri, qui se précipitent pour remplir des bidons et des bouteilles. "Avant, ils étaient obligés d'aller chercher de l'eau au puits". 

A plusieurs centaines de mètres de là, des soldats se reposent dans une maison qui a encaissé un obus laissant un trou béant dans un mur.

Malgré quelques tirs de canon sporadiques, l'ambiance est détendue avec des hommes et des femmes se prélassant sur des chaises. Ils reviennent de la première ligne située à une vingtaine de kilomètres de là.

"C'est chaud sur la première ligne. Très chaud. On y était pendant sept jours, je me rappelle plus vraiment pour moi c'était comme une seule longue journée", confie Laska, infirmière militaire, 36 ans. 

Femme d'affaires préparant un doctorat scientifique, elle a tout lâché pour s'engager. "Je ne vois pas ce que je pouvais faire d'autre. Chacun doit, soit être volontaire, soit défendre le pays", lance-t-elle avec conviction attendant de remonter au front.

«Se former au front»

"J'y retournerai c'est sûr, dès que les ordres arriveront. Nos gars y sont, on ne peut pas les laisser seuls!", ajoute-t-elle avec courage.

Dans la même cour, le "Tchékiste", comme on le surnomme, chef adjoint d'un escadron, une cinquantaine d'années, est lui rompu au combat.

"J'ai passé beaucoup de temps à la guerre. C'est mon métier. Je défends ma terre natale", confie ce militaire qui affrontait déjà les séparatistes prorusses de l'Est de pays depuis 2014, avant l'invasion des forces de Moscou.

Quand "je suis au combat, les images de mes enfants défilent et je sais alors pourquoi je combats", ajoute-il tout en révélant que l'armée ukrainienne fait désormais appel à des jeunes soldats inexpérimentés.

"Beaucoup arrivent et n'ont jamais tenu une arme. Avant, on pouvait les former mais en ce moment ils doivent se former sur le front. On perd beaucoup de gens malheureusement", dit-il en s'allumant une cigarette.

"Nous allons gagner la guerre. Ce sera dur mais notre moral est incassable. Incassable! Incassable!", répète-il, ajoutant "Nous ne plierons pas!"