Rétrospective 2021: Le changement climatique est devenu réel et le monde en a pris conscience

Short Url
Publié le Mercredi 29 décembre 2021

Rétrospective 2021: Le changement climatique est devenu réel et le monde en a pris conscience

  • Les avertissements apocalyptiques du GIEC ont souligné l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique
  • L'Arabie saoudite a lancé deux initiatives pour souligner son rôle de leader dans cette campagne

DUBAÏ: 2021 pourrait entrer dans l'histoire comme l'année où le changement climatique est passé du statut de préoccupation de jeunes activistes à celui de menace réelle et actuelle pour nous tous, et en particulier pour le Moyen-Orient.

Le programme du changement climatique s'est accéléré tout au long de l'année, attisé par un contexte d'incendies de forêt dévastateurs en Australie et en Turquie, par exemple, de chaleurs extrêmes et mortelle sur la côte Pacifique des États-Unis, d’inondations meurtrières en Europe centrale et en Asie du Sud et de tornades déchaînées dans le Midwest américain.

;jh
Ginny Watts prend son amie dans ses bras alors qu’elles nettoient les décombres de sa maison détruite à Dawson Springs, Kentucky, le 14 décembre 2021, quatre jours après qu’une tornade a frappé la région. (Photo, AFP)

 

Chaque nouvelle catastrophe climatique a été reçue comme une preuve, s'il en fallait une autre, de la gravité de la situation climatique; chaque nouvel événement extrême a ébranlé les convictions des négateurs.

Personne n'illustre peut-être mieux l'évolution du sentiment sur le changement climatique que Mark Carney, ancien cadre de la grande banque américaine Goldman Sachs et gouverneur de la Banque d'Angleterre, désormais envoyé spécial de l'ONU sur les finances et le changement climatique.

,nb
Des habitants luttent contre un incendie de forêt dans le village de Gouves, sur l’île d’Evia (Eubée), le 8 août 2021. (Photo, AFP)

 

Lors de la COP26 à Glasgow en novembre, il a été reçu en héros par les écologistes. Il a déclaré: «La finance est en train de devenir une fenêtre à travers laquelle une action climatique ambitieuse peut offrir un avenir durable que les gens du monde entier réclament.»

Et il n'y a pas que Carney. Les politiciens de tous bords, les dirigeants de fonds d'investissement de plusieurs milliards de dollars, et même les patrons et propriétaires de l'industrie pétrolière mondiale, les producteurs des «combustibles fossiles» que les militants adorent détester, sont de plus en plus vocaux et affirmatifs dans leurs demandes que «quelque chose» doit être fait contre le réchauffement climatique.

Un événement clé de 2021 a été la publication, en août, du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, qui, dans un langage presque apocalyptique, a donné le ton à une grande partie du débat pour le reste de l'année.

g

 

«Beaucoup des changements observés dans le climat sont sans précédent depuis des milliers, voire des centaines de milliers d'années, et certains des changements déjà mis en mouvement, comme l'élévation continue du niveau de la mer, sont irréversibles sur des centaines voire des milliers d'années», indique le rapport.

Les auteurs n'avaient aucun doute sur la raison de ces changements.

«Les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont responsables d'environ 1,1 degré Celsius de réchauffement depuis 1850-1900. En moyenne sur les 20 prochaines années, la température mondiale devrait atteindre ou dépasser 1,5 degré Celsius de réchauffement», a-t-il conclu.

L'Accord de Paris de 2015 a fixé un objectif de «moins de 2 degrés Celsius» d'ici 2050 si la planète devait avoir une chance d'éviter un réchauffement catastrophique. Or, les experts ont affirmé qu'il y avait peu de chances que cet objectif puisse être atteint.

Cela représente un défi unique pour les pays producteurs d'hydrocarbures du golfe. La production de pétrole et de gaz est à l'origine d'énormes progrès en matière de bien-être économique et de mode de vie dans la région, mais en même temps, l'abondance des hydrocarbures a conduit à une utilisation inefficace de ces carburants.

kljkùlm
Vue générale de la centrale solaire concentrée Shams 1, dans le district d’Al-Gharibiyah, dans la banlieue d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. (Photo, AFP)

 

Les pays du Golfe, qui dans le passé n’hésitaient pas à brûler du pétrole pour produire de l'électricité, ont l'une des empreintes carbone par habitant les plus élevées au monde.

Les répercussions possibles ont été mises en évidence dans de nouvelles recherches menées par le groupe de réflexion sur l'énergie saoudien Aeon Collective. Le réchauffement climatique dans le Golfe pourrait entraîner des vagues de chaleur extrêmes et mortelles, une augmentation de la pollution atmosphérique et des menaces pour la santé publique dues à des maladies jusque-là inconnues. Cela pourrait même menacer le pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, l'une des villes du Royaume dont le réchauffement est le plus rapide.

yfku
Un changement climatique extrême pourrait même menacer le pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, l'une des villes du Royaume dont le réchauffement est le plus rapide. (Photo, archives SPA)

 

Heureusement, les décideurs politiques régionaux semblent avoir développé une conscience accrue des dangers spécifiques du réchauffement climatique pour l'économie et la santé publique de la région.

D'une part, la stratégie de la Vision 2030 vise spécifiquement à réduire la dépendance de l'Arabie saoudite aux combustibles fossiles, parallèlement à des stratégies similaires aux Émirats arabes unis et dans d'autres États du CCG.

Mais le Royaume est allé plus loin en octobre avec le lancement de deux initiatives majeures conçues pour montrer qu'il joue un rôle de leader dans la campagne mondiale contre le changement climatique.

fgtiyrfik
Vue de la capitale saoudienne, Riyad. (Photo, archives AN)

 

Lorsque le prince héritier Mohammed Ben Salmane a annoncé l’initiative verte saoudienne et l’initiative verte du Moyen-Orient lors d'un événement spécial à Riyad, il s'agissait d'un événement marquant dans la région. Non seulement contenait-il un objectif pour l'Arabie saoudite d'atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2060, mais il renforçait également la quantité d'émissions nocives qui seraient réduites dans le cadre du calendrier de contributions déterminé au niveau national convenu avec l'ONU et les organismes climatiques.

En outre, le Royaume s'est engagé à éliminer complètement le pétrole du cycle de production d'électricité domestique d'ici 2030, en le remplaçant par du gaz plus propre et des énergies renouvelables. Des programmes d'investissement de plusieurs milliards de dollars pour planter des arbres dans le Royaume ont également été lancés, entre autres stratégies respectueuses de l'environnement.

jutfji
Vue générale de la centrale solaire à Uyayna, au nord de Riyad, en Arabie saoudite, le 29 mars 2018. (Photo, AFP)

 

Le prince Abdelaziz Ben Salmane, ministre de l’Énergie du Royaume, a souligné le sérieux de la campagne contre le réchauffement climatique. «C'est le défi le plus redoutable auquel nous sommes confrontés. Nous avons, je pense, l'initiative la plus humaine qui soit, et nous sommes prêts à l'élargir si tout le monde veut l’adopter. Je suis sûr que les gens ont remarqué que nous nous sommes repositionnés», a-t-il déclaré lors de la Future Investment Initiative à Riyad en octobre.

Ces développements au Moyen-Orient ont préparé le terrain pour l'événement décisif de l'année sur le changement climatique: la COP26 à Glasgow, le rassemblement annuel des décideurs, des experts et des militants de l'énergie. On s'attendait à ce que la réunion de Glasgow puisse mener à une avancée contre le changement climatique d'une importance comparable à la réunion de Paris six ans plus tôt.

Deux semaines de négociations intenses ont finalement abouti à ce qui est devenu le Pacte climatique de Glasgow. Ce pacte n'a pas été à la hauteur d'un engagement envers un objectif strict de 1,5 degré Celsius d'ici 2050 et a résisté à certains des appels les plus fous des écologistes extrêmes en faveur de la fin des investissements et de la production de combustibles fossiles, mais il était suffisant pour que tout le monde considère la COP26 comme un succès.

«Le Pacte trace la voie à suivre pour que le monde tienne les promesses faites à Paris», a déclaré Alok Sharma, président britannique de la COP26.

Certains écologistes ont été déçus qu’aucun engagement n’ai été pris pour «éliminer» le charbon comme source d’énergie, mais, l'événement de Glasgow se déroulant au beau milieu d'une crise énergétique dans laquelle chaque tonne d'hydrocarbures est nécessaire, le sentiment général était qu’il était suffisant, surtout compte tenu de la nécessité de brûler du charbon dans des pays comme l'Inde et la Chine.

dgjdsj
La centrale Shaybah de Saudi Aramco, dans la province orientale de l’Arabie saoudite. (Photo fournie)

 

Quelques jours après le départ des délégués de la COP26, un forum sur l'énergie assez différent s'est tenu dans la capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi. L’Adipec est l'un des plus grands rassemblements pétroliers et gaziers au monde, mais il s’agit bien d’un événement industriel. Il n'y avait pas de groupes de partisans des indigènes d'Amazonie parmi les délégués présents.

Cependant, les participants ont noté une empathie distincte entre la COP26 et l'Adipec21. Badar Chaudry, vice-président senior pour le secteur de l'énergie à la banque émiratie Mashreq, a signalé: «Il y avait suffisamment de chevauchements dans les ordres du jour et les résultats des deux événements pour parvenir à la conclusion qu'il existe un consensus sur le fait que le changement climatique est le grand problème auquel le monde est confronté aujourd'hui,  et que l'industrie des hydrocarbures l'a reconnu et s'engage à jouer son rôle.»

Pour le Moyen-Orient, le défi du changement climatique devient désormais bien réel. La COP27 aura lieu l'année prochaine au Caire et la COP28 devrait se tenir aux Émirats arabes unis en 2023.

Les deux plus grands producteurs de pétrole de la région, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, devraient augmenter leur production dans les années à venir pour alimenter la croissance économique et profiter de leurs faibles coûts de production à une époque de hausse des prix.

La manière dont ils parviendront à concilier cette stratégie avec l'objectif déclaré de réduction des émissions sera sans doute au centre des attentions au cours des deux prochaines années.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Fédération internationale d'astronautique élit une première femme saoudienne au poste de vice-présidente

L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
Short Url
  • La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace, en soutenant le développement et l'application des moyens spatiaux par le biais de la coopération mondiale.
  • Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale,

 

RIYAD : L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry est devenue la première femme saoudienne à occuper un poste de direction au sein de la Fédération internationale d'astronautique après avoir été élue comme l'un des 12 vice-présidents de l'organisme.

Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale, de sa contribution au développement et à la consolidation des orientations de la fédération, et de son rôle dans le renforcement de la position de leader du Royaume dans le secteur aérospatial, rapporte l'agence de presse saoudienne.

L'IAF compte plus de 400 membres issus de 71 pays différents, dont des agences de premier plan, des entreprises spatiales, des industries, des instituts de recherche, des universités, des sociétés, des associations, des musées et des instituts.

La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace et soutient le développement et l'application des moyens spatiaux en encourageant la coopération mondiale.

En tant qu'organisateur du Congrès astronautique international annuel ainsi que d'autres conférences et ateliers thématiques, l'IAF encourage activement le développement de l'astronautique à des fins pacifiques et soutient la diffusion d'informations scientifiques et techniques liées à l'espace.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
Short Url
  • La KSRNR veut se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce type au Moyen-Orient
  • En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec la KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq

DJEDDAH : L'Arabie saoudite entame lundi sa participation au 19e Salon international de la chasse et de l'équitation d'Abu Dhabi 2022.

L'événement se tiendra du 26 septembre au 2 octobre au Centre national des expositions d'Abou Dhabi.

Le Royaume sera représenté par la réserve naturelle royale King Salman bin Abdulaziz.

Au cours de l'exposition, la KSRNR entend se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce genre au Moyen-Orient, avec sa diversité géographique frappante et ses sites d'art d'inscriptions anciennes. La KSRNR soulignera également la présence d’animaux plus rares et en voie de disparition, tels que l'oryx arabe, l'outarde houbara et la gazelle à cornes fines.

La participation saoudienne mettra l'accent sur les trésors naturels et les caractéristiques du pays, tout en sensibilisant à l'importance de la faune et à son rôle dans le maintien de l'équilibre environnemental et de la biodiversité.

En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec le KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq, dans le nord-ouest du Royaume. Parmi ces espèces figuraient 50 oryx arabes, 100 antilopes, 30 houbara et 20 bouquetins des montagnes.

Mohammed Qurban, PDG de NCW, a déclaré que la remise en liberté de ces animaux s'inscrivait dans le cadre des initiatives visant à réinstaller les espèces locales menacées, à restaurer la biodiversité, à renforcer l'équilibre écologique et à améliorer la durabilité environnementale.

Qurban a également été cité par l'Agence de presse saoudienne comme ayant déclaré que le centre avait relâché 785 animaux dans les réserves et les parcs nationaux du Royaume l'année dernière, ajoutant que NCW avait prévu de relâcher plus de 1 000 animaux en 2022.

Le KSRNR a récemment mené sa première enquête de référence approfondie sur les oiseaux afin d'observer les oiseaux migrateurs, les oiseaux de passage et d'eau, ainsi que les espèces résidentes. L'étude vise à estimer le nombre de ces oiseaux et des oiseaux résidents, migrateurs et visiteurs. L'aperçu scientifique porte également sur l'abondance de ces oiseaux et leur répartition. Elle est intervenue après la découverte d'un grand nombre d'aigles nichés en plusieurs endroits de la réserve.

L'ADIHEX de cette année, considéré comme le plus important de son genre dans la région MENA, cible les secteurs de la chasse et de l'équitation. L'événement vise à promouvoir et à conserver le patrimoine culturel.

L'événement, qui se déroule sous le thème « Durabilité et patrimoine. . . Une aspiration renaissante », sera parrainé par le cheikh Hamdan ben Zayed Al-Nahyane, représentant du souverain dans la région d'Al-Dhafra et président de l'Emirates Falconers' Club.

Selon les organisateurs, ADIHEX 2022 rassemblera plus de 105 000 visiteurs qui pourront explorer les 11 secteurs de l'exposition sur 50 000 m². Plus de 680 exposants et marques présentant les dernières technologies, innovations et tendances en matière de matériel équestre, de chasse et de camping, ainsi que d'accessoires et de méthodes de chasse traditionnelles et modernes, seront présents. L'exposition comprendra également des ventes aux enchères de faucons, de chameaux et de chevaux et plusieurs concours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Quad condamne le renforcement militaire des Houthis et les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les pays du Quad appellent les Houthis à ouvrir les principales routes autour de Taïz.
  • Ils réaffirment leur soutien au Conseil des dirigeants présidentiels du Yémen et soulignent l'importance de la cohésion au sein du conseil.

 

LONDRES : L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné le renforcement militaire à grande échelle des Houthis et toutes les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen.

Les pays, connus sous le nom de « Quad », se sont récemment réunis pour discuter de la situation au Yémen et ont également condamné les récentes attaques des Houthis contre Taïz et la parade militaire des Houthis qui a eu lieu à Hodeidah au début du mois et qui viole l'accord éponyme.

Le Quad a salué les bénéfices tangibles de la trêve au Yémen pour la population du pays depuis son début le 2 avril et la mise en œuvre continue des mesures de confiance convenues par le gouvernement.

Les pays se sont félicités de l'arrivée de carburant dans le port de Hodeidah, malgré un ordre des Houthis qui a retardé le processus établi pour le dédouanement des navires, et de la reprise des vols à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa.

Ils ont appelé à la mise en œuvre des mesures en suspens, notamment l'ouverture par les Houthis des principales routes autour de Taïz et un accord sur un mécanisme conjoint pour le paiement des salaires des fonctionnaires.

Le Quad a déclaré qu'il soutenait pleinement les efforts de l'envoyé spécial des Nations unies, Hans Grundberg, pour prolonger et étendre la trêve qui doit être renouvelée le 2 octobre, et que tous les termes de la trêve devaient être pleinement appliqués.

Les gouvernements des quatre pays ont également convenu qu'un cessez-le-feu permanent et un règlement politique durable doivent être les objectifs ultimes du processus politique yéménite, sous les auspices des Nations Unies, et qu'un tel règlement doit être fondé sur les références convenues et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ils ont réaffirmé leur soutien au Conseil présidentiel des dirigeants du Yémen, souligné l'importance de la cohésion au sein du conseil, et salué l'engagement du conseil à améliorer les services de base et la stabilité économique dans le pays déchiré par la guerre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.co