Ces éléments de la culture arabe inscrits au patrimoine immatériel de l’Unesco

L'émirati Ali Mansouri dresse un faucon dans le désert de Liwa, à quelque 250 kilomètres à l'ouest de l'émirat du golfe d'Abou Dhabi, le 9 janvier 2021. Karim SAHIB / AFP
L'émirati Ali Mansouri dresse un faucon dans le désert de Liwa, à quelque 250 kilomètres à l'ouest de l'émirat du golfe d'Abou Dhabi, le 9 janvier 2021. Karim SAHIB / AFP
Short Url
Publié le Dimanche 19 décembre 2021

Ces éléments de la culture arabe inscrits au patrimoine immatériel de l’Unesco

  • L’Arabie saoudite fait partie des 24 pays représentés au Comité de la Convention
  • « La diversité culturelle est essentielle à la survie de l’humanité et à sa survie dans un esprit pacifié », souligne la Secrétaire de la Convention

BEYROUTH : La troisième semaine de décembre a vu s’ajouter, au fil de leur validation, quarante-trois nouveaux éléments à la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. La seizième session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde de ce patrimoine s’est en effet tenue en ligne, du 13 au 18 décembre 2021. Ce rassemblement annuel qui réunit des centaines de participants était présidé par M. Punchi Nilame Meegaswatte, secrétaire général de la Commission nationale du Sri Lanka pour l’Unesco. La réunion de la Convention a eu lieu au siège de l’Unesco à Paris. L’Arabie saoudite fait partie des 24 pays représentés au Comité de la Convention.

La Convention du Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco est entrée en vigueur en 2006 à la suite de sa ratification par 30 États parties. Elle fait suite au programme de la «Proclamation des chefs-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité » et célèbre donc cette saison sa 16e année d’existence.

Des communautés marginalisées

Dans une interview publiée sur le site de l’Unesco (https://ich.unesco.org/fr/), la Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Cécile Duvelle,  souligne : « Quand un patrimoine d’une communauté minoritaire, et je dirais de minorités qui ont été à travers l’histoire non seulement marginalisées, mais souvent relativement maltraitées d’un point de vue économique et social, je crois que l’effet est tout à fait extraordinaire ». Elle précise par ailleurs : « Nous avons des exemples de communautés très marginalisées qui soudain se trouvent au premier plan de la fierté nationale, d’avoir été inscrites. A travers ces inscriptions, c’est une promotion de la diversité culturelle qui est faite, une diversité culturelle qui non seulement est essentielle à la survie de l’humanité, mais qui est essentielle à sa survie dans un esprit pacifié ».

De son côté, Tim Curtis, Secrétaire de la Convention de 2003, précise : « nous cherchons à sauvegarder des savoir-faire, des connaissances, des techniques, des contextes culturels autour de ces éléments qui doivent être transmis de génération en génération. Au cœur de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se trouve cette notion de transmission intergénérationnelle ».

La Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Cécile Duvelle (capture d’écran)
La Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Cécile Duvelle (capture d’écran)

Traditions du monde arabe

Parmi les 55 candidatures examinées dont il a sélectionné 43, le Comité a retenu sept savoir-faire traditionnels propres au monde arabe (et qui dit tradition se réfère étymologiquement à la transmission) :

La fauconnerie est un art et une activité traditionnelle qui consiste à dresser et à faire voler des faucons et autres oiseaux de proie. À l’origine moyen de se procurer de la nourriture, la fauconnerie a acquis d’autres valeurs et s’est vue intégrée au sein des communautés en tant que pratique ludique et moyen de se relier à la nature. (Émirats arabes unis ; Autriche ; Belgique ; Croatie ; Tchéquie ; France ; Allemagne ; Hongrie ; Irlande ; Italie ; Kazakhstan ; République de Corée ; Kirghizistan ; Mongolie ; Maroc ; Pays-Bas ; Pakistan ; Pologne ; Portugal ; Qatar ; Arabie saoudite; Slovaquie ; Espagne ; Syrie)

L'émirati Ali Mansouri dresse un faucon dans le désert de Liwa, à quelque 250 kilomètres à l'ouest de l'émirat du golfe d'Abou Dhabi, le 9 janvier 2021. Karim SAHIB / AFP
L'émirati Ali Mansouri dresse un faucon dans le désert de Liwa, à quelque 250 kilomètres à l'ouest de l'émirat du golfe d'Abou Dhabi, le 9 janvier 2021. (Karim SAHIB / AFP)

La calligraphie arabe est la pratique artistique qui consiste à écrire à la main l’écriture arabe de manière fluide afin d’exprimer l’harmonie, la grâce et la beauté. Les lettres pouvant être étirées et transformées afin de créer différents motifs, sa fluidité offre des possibilités infinies, même au sein d’un seul et même mot. (Arabie saoudite ; Algérie ; Bahreïn ; Égypte ; Iraq ; Jordanie ; Koweït ; Liban ; Mauritanie ; Maroc ; Oman ; Palestine ; Soudan ; Tunisie ; Émirats arabes unis et Yémen.

Un artisan saoudien brode une calligraphie arabe au fil d'or sur un drap pour couvrir la Kaaba à la manufacture Kiswa de la ville sainte de La Mecque. Le 14 décembre 2021, l'UNESCO a ajouté la calligraphie arabe, une tradition clé dans les mondes arabe et islamique, à sa liste du patrimoine culturel immatériel. (Khaled Desouki / AFP)
Un artisan saoudien brode une calligraphie arabe au fil d'or sur un drap pour couvrir la Kaaba à la manufacture Kiswa de la ville sainte de La Mecque. Le 14 décembre 2021, l'UNESCO a ajouté la calligraphie arabe, une tradition clé dans les mondes arabe et islamique, à sa liste du patrimoine culturel immatériel. (Khaled Desouki / AFP)

Le Fjiri, un spectacle musical qui commémore l’histoire de la pêche à la perle à Bahreïn. Considérée comme un moyen d’expression du lien entre le peuple bahreïnien et la mer, cette pratique date de la fin du XIXe siècle. Elle est généralement interprétée et transmise au sein d’espaces culturels appelés durs par les descendants de pêcheurs de perles et de membres d’équipage, ainsi que par d’autres personnes soucieuses de préserver la tradition. Durant ce spectacle, un groupe de musiciens exclusivement masculins s’assied en cercle, chante et joue des percussions. Au centre du cercle se tiennent des danseurs et le chanteur principal. (Bahrein)

Figure de Fijri (© Bahrein Authority for Culture and Antiquities (BACA), 2018)
Figure de Fijri (© Bahrein Authority for Culture and Antiquities (BACA), 2018)

L’Al-Naoor, une roue en bois composée de vingt-quatre colonnes et de cruches d’argile attachées à sa circonférence extérieure. Cette roue est utilisée sur les cours d’eau de l’Euphrate en Iraq, où les niveaux sont plus bas que dans les champs adjacents. Elle est installée à la verticale sur les cours d’eau du fleuve. Lorsque le courant la fait tourner, les cruches recueillent l’eau, la transportent jusqu’au sommet de la roue et la déversent dans les cours menant aux champs. Moyen de subsistance pour de nombreuses personnes, notamment des artisans locaux, les connaissances et compétences liées à l’Al-Naoor sont transmises par le biais de la famille, de la littérature et de l’éducation formelle. (Irak)

Naour en Irak (© Bake Jumaah Awad, Iraq, 2019)
Naour en Irak (© Bake Jumaah Awad, Iraq, 2019)

L’art de la broderie : En Palestine, les vêtements des femmes dans les villages se composent généralement d’une robe longue, d’un pantalon, d’une veste, d’une coiffe et d’un voile. Chaque vêtement est brodé de divers symboles, notamment des oiseaux, des arbres et des fleurs. Les broderies sont cousues avec du fil de soie sur de la laine, du lin ou du coton, et le choix des couleurs et des motifs indique l’identité régionale de la femme ainsi que son statut marital et économique. Cette pratique se transmet de mère en fille et dans le cadre de séances de formation formelle. (Palestine)

Palestiniennes en robes brodées (© Wafaa Abu Gulmee, Palestine, 2020)
Palestiniennes en robes brodées (© Wafaa Abu Gulmee, Palestine, 2020

L’al-Qudoud al-Halabiya : Un genre musical traditionnel né à Alep et composé d’une mélodie qui est toujours la même. Il est chanté dans un cadre religieux ou à des fins de divertissement, accompagné par un ensemble instrumental, et les paroles changent en fonction de l’événement. Bien qu’il ait subi l’influence des changements sociaux, le Qudoud a conservé ses éléments traditionnels et continue d’être pratiqué à travers la ville. Il constitue une pièce maîtresse de la culture alépine et est considéré comme une source de résilience, notamment en temps de guerre. (Alep, Syrie)

Soirée de Qudud, Syrie (© Syria Trust for Development, 2019)
Soirée de Qudoud (© Syria Trust for Development, 2019)

La tbourida : Un spectacle équestre marocain qui remonte au XVIe siècle. Elle simule une succession de parades militaires, reconstituées selon les conventions ancestrales arabo-amazighes. 

Scène de Tbourida (© Société Royale d'Encouragement du Cheval (SOREC), Maroc, 2015)
Scène de Tbourida (© Société Royale d'Encouragement du Cheval (SOREC), Maroc, 2015)

Lors d’une tbourida, une troupe de cavaliers exécute une parade comprenant des exercices militaires acrobatiques et la simulation d’un départ en guerre. Les cavaliers portent des costumes et des accessoires d’époque représentant leur tribu ou leur région, et les chevaux sont bridés et sellés avec des matériaux traditionnels. Cette pratique se transmet de génération en génération au sein des familles, par le biais de la tradition orale et de l’observation. (Maroc)

 


Le Hezbollah dit recourir à de nouvelles armes dans ses attaques contre Israël

Des roquettes tirées depuis le sud du Liban sont interceptées par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus du plateau du Golan annexé par Israël, le 17 mai 2024, alors que des affrontements transfrontaliers se poursuivent entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo Jalaa Marey AFP)
Des roquettes tirées depuis le sud du Liban sont interceptées par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus du plateau du Golan annexé par Israël, le 17 mai 2024, alors que des affrontements transfrontaliers se poursuivent entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo Jalaa Marey AFP)
Short Url
  • Le Hezbollah, selon l'analyste militaire Khalil Helou, est capable d'envoyer «des drones qu'il peut contrôler facilement et qui volent lentement à basse altitude sans être détectés par les radars»
  • Jeudi, le Hezbollah a annoncé avoir mené une attaque à l'aide d'un drone équipé de deux missiles «S5», généralement tirés depuis des avions, contre un site militaire à Metoulla dans le nord d'Israël

BEYROUTH, Liban : Le puissant Hezbollah libanais a eu recours ces dernières semaines à de nouvelles armes dans son conflit avec Israël, dont un drone capable de lancer des missiles avant d'exploser en attaquant ses cibles.

Depuis le début de la guerre à Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, le Hezbollah armé et financé par l'Iran affirme attaquer des objectifs militaires principalement dans le nord d'Israël à partir du sud du Liban, où il est fortement implanté, pour soutenir le mouvement islamiste palestinien.

- Drones et missiles -

Jeudi, le Hezbollah a annoncé avoir mené une attaque à l'aide d'un drone équipé de deux missiles «S5», généralement tirés depuis des avions, contre un site militaire à Metoulla dans le nord d'Israël.

Il a publié une vidéo montrant le drone volant vers un site où se trouvent des chars, avant de lancer deux missiles puis d'exploser contre sa cible.

C'est la première fois que le mouvement annonce l'utilisation d'une telle arme depuis le début des échanges de tirs transfrontaliers.

L'armée israélienne a déclaré que trois soldats avaient été blessés dans l’explosion d'un drone à Metoulla.

Selon le Hezbollah, la charge explosive du drone pèse entre 25 et 30 kilos.

L'importance de cette arme, explique à l'AFP l'analyste militaire Khalil Helou, un général de brigade à la retraite, réside dans sa capacité à lancer l'attaque depuis l'intérieur du territoire israélien.

Le Hezbollah, selon lui, est capable d'envoyer «des drones qu'il peut contrôler facilement et qui volent lentement à basse altitude sans être détectés par les radars».

- Missiles iraniens -

Mercredi, le mouvement libanais a annoncé avoir lancé des «drones d'attaque» contre une base militaire proche de Tibériade dans le nord d'Israël, à environ 30 kilomètres de la frontière avec le Liban.

C'est la première fois selon des experts qu'il cible un objectif en profondeur du territoire israélien.

Ces dernières semaines, le Hezbollah a aussi annoncé avoir utilisé simultanément dans une seule attaque contre des sites ou des convois militaires israéliens, des drones explosifs et des missiles guidés.

Il a aussi eu recours à des «missiles guidés» et à des missiles iraniens de type Burkan, Almas et Jihad Moughniyé, du nom d'un commandant du Hezbollah tué par Israël en 2015 en Syrie.

Mais, dit M. Helou, le Hezbollah continue d'utiliser en premier lieu dans ses attaques, des missiles antichars Kornet, qui ont une portée entre 5 et 8 kilomètres.

Le missile antichars russe Konkurs fait également partie de son arsenal et peut échapper au système de défense antimissiles israélien Dôme de fer.

- «Guerre d'usure» -

Le Hezbollah, qui possède un énorme arsenal, a maintes fois annoncé disposer de plusieurs armes et missiles avancés capables d'atteindre Israël en profondeur.

Le 5 avril, son secrétaire général Hassan Nasrallah avait affirmé que le mouvement n'avait «pas encore employé ses principales armes» dans la bataille.

Depuis octobre 2023, le Hezbollah et Israël testent leurs méthodes d'attaque et leurs tactiques militaires, estiment des analystes.

Mais selon M. Helou, le mouvement libanais «ne veut pas élargir le cercle de la guerre. Il s'agit d'une guerre d'usure» dans laquelle il tente de pousser l'armée israélienne à mobiliser davantage de soldats à sa frontière nord et de la dissuader de «lancer une attaque d'envergure au Liban».

 


Israël: tiraillements au sommet de l'Etat sur fond de «bataille décisive» à Rafah

Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 7 mai 2024 montre le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant avec des soldats près d'un obusier d'artillerie automoteur lors d'une visite à une position le long de la frontière avec la bande de Gaza près de Rafah. (Photo de l'armée israélienne / AFP)
Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 7 mai 2024 montre le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant avec des soldats près d'un obusier d'artillerie automoteur lors d'une visite à une position le long de la frontière avec la bande de Gaza près de Rafah. (Photo de l'armée israélienne / AFP)
Short Url
  • La bataille de Rafah à peine lancée, le ministre de la Défense Yoav Gallant a le 15 mai pressé Benjamin Netanyahu de préparer l'après-Hamas, soulignant que «la fin de la campagne militaire doit s'accompagner d'une action politique»
  • Faute de trouver un remplaçant au Hamas qu'Israël considère comme terroriste, celui-ci ne pourra être vaincu, avertissent les experts

JÉRUSALEM : Des dissensions sont apparues au sommet de l'Etat israélien autour du scénario de l'après-guerre dans la bande de Gaza, au moment où le gouvernement affirme y mener la «bataille décisive» pour anéantir le mouvement palestinien Hamas.

En entrant dans le 8e mois de guerre, l'armée israélienne a lancé le 7 mai des opérations au sol à Rafah, localité adossée à la frontière égyptienne à la lisière sud de la bande de Gaza, où se cachent, selon elle, les derniers bataillons du Hamas.

Mais, la bataille à peine lancée, le ministre de la Défense Yoav Gallant a le 15 mai pressé Benjamin Netanyahu de préparer l'après-Hamas, soulignant que «la fin de la campagne militaire doit s'accompagner d'une action politique», s'opposant publiquement au Premier ministre qui peu avant avait écarté «toute discussion sur l'avenir de la bande de Gaza» avant que «le Hamas soit anéanti».

«Une alternative gouvernementale au Hamas va être préparée immédiatement», a martelé M. Gallant, indiquant clairement qu'il s'opposerait à ce que la bande de Gaza soit placée sous administration civile ou militaire israélienne et sommant M. Netanyahu de déclarer que ce ne sera pas le cas.

Ces propos ont suscité la colère de ministres du gouvernement, parmi lesquels les ministres des Finances Bezalel Smotrich et de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, chefs de deux petits partis d'extrême-droite, acteurs-clé de la coalition gouvernementale, qui ont appelé au départ de Gallant.

- «Prix à payer» -

«Avec les critiques de Gallant (...) des réelles fissures sont apparues au sein du cabinet de guerre israélien», estime sur X Colin P. Clarke, directeur de recherche au centre de réflexion Soufan Group.

Et, avertissent les experts, faute de trouver un remplaçant au Hamas qu'Israël considère comme terroriste, celui-ci ne pourra être vaincu.

«Sans alternative pour remplir le vide, le Hamas continuera de prospérer», indique à l'AFP Mairav Zonszein, analyste de l'International Crisis Group (ICG).

«Si le Hamas est laissé seul dans Gaza, bien sûr, il apparaîtra ici et là et l'armée israélienne sera contrainte de courir partout», abonde Emmanuel Navon, professeur à l'université de Tel-Aviv.

Les Etats-Unis, principal soutien militaire d'Israël, pressent aussi M. Netanyahu d'éviter d'être englué, après le conflit, dans une interminable campagne de contre-insurrection. Washington a estimé fin mars qu'une «Autorité palestinienne redynamisée» pouvait jouer un rôle pour «créer les conditions d'une stabilité à la fois en Cisjordanie et dans Gaza», territoires palestiniens toujours considérés comme occupés au regard du droit international.

Une idée balayée par M. Netanyahu, pour qui l'Autorité palestinienne (AP), chassée de Gaza en 2007 par le Hamas et qu'il accuse de «soutenir» et «financer le terrorisme», n'est «certainement pas» une option pour diriger la bande de Gaza.

Pour Yoav Gallant, «le +jour d'après le Hamas+ n'existera qu'avec des entités palestiniennes prenant le contrôle de Gaza, accompagnées par des acteurs internationaux».

«C'est, par dessus tout, dans l'intérêt de l'Etat d'Israël» car «l'administration militaire de Gaza deviendrait le principal effort militaire et sécuritaire» d'Israël ces prochaines années et «le prix à payer serait un bain de sang (...) ainsi qu'un lourd coût économique», a-t-il estimé.

- Combats «acharnés» -

La guerre a été déclenchée par l'attaque sanglante menée par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort, côté israélien, de plus de 1.170 personnes, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a lancé une offensive tous azimuts sur la bande de Gaza, qui a déjà fait plus de 35.000 morts, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Et alors qu'Israël dit avoir entamé la «bataille décisive» de Rafah, les soldats israéliens affrontent à nouveau depuis le 12 mai des combattants du Hamas dans le nord du territoire.

L'armée avait pourtant proclamé en janvier avoir «achevé le démantèlement de la structure militaire» du Hamas dans le nord. Elle admet désormais mener, à Jabaliya, ses combats «peut-être les plus acharnées» dans cette zone depuis le début de son offensive terrestre le 27 octobre.

Un signe que «l'anéantissement» du Hamas, un des objectifs de la guerre, n'est peut-être pas si proche. Quant aux espoirs caressés d'une trêve négociée au Caire avec le Hamas, ils se sont évanouis avec le début des opérations dans Rafah.

L'accord de trêve «est dans une impasse totale» et «Israël fait semblant qu'il y a des progrès», explique Mme Zonszein. Les tiraillements au sommet de l'Etat, «plus les désaccords avec les Etats-Unis et le refus de l'Egypte de laisser passer de l'aide» depuis l'offensive israélienne à Rafah, «tout cela commence à faire beaucoup», ajoute-t-elle.

 


Des enfants parmi les victimes alors que les forces israéliennes intensifient leurs attaques contre le Hezbollah

Des soldats de l'armée libanaise et des badauds se rassemblent autour de la carcasse d'une voiture touchée par une frappe israélienne, qui aurait tué un responsable local du Hamas, à Majd al-Jabal dans la vallée de la Bekaa au Liban, le 17 mai 2024. (AFP)
Des soldats de l'armée libanaise et des badauds se rassemblent autour de la carcasse d'une voiture touchée par une frappe israélienne, qui aurait tué un responsable local du Hamas, à Majd al-Jabal dans la vallée de la Bekaa au Liban, le 17 mai 2024. (AFP)
Des volutes de fumée s'élèvent lors du bombardement israélien du village libanais d'Al-Najjariyeh, dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël. (AFP)
Des volutes de fumée s'élèvent lors du bombardement israélien du village libanais d'Al-Najjariyeh, dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël. (AFP)
Short Url
  • Le Sud-Liban est confronté à une « escalade de la violence », déclare un vétéran de l'armée à Arab News
  • L'ambassade des Etats-Unis se joint aux appels à élire un nouveau président libanais pour « unir la nation »

BEYROUTH : Deux enfants d'une famille de réfugiés syriens ainsi qu’un combattant du Hezbollah ont été tués lors de frappes aériennes israéliennes ayant touché une zone située à plus de 30 km à l'intérieur de la frontière sud du Liban.

Les frappes israéliennes ont ciblé les villages de Najjariyeh et Addousiyeh, tous deux situés au sud de la ville côtière de Saïda, tuant des enfants et un combattant du Hezbollah qui conduisait un camion pick-up au moment de la frappe.

En riposte à ces raids, le Hezbollah a lancé des dizaines de roquettes en direction de la Haute Galilée, la Galilée occidentale, du bassin de la Galilée et du Golan.

Les médias israéliens ont rapporté que 140 roquettes avaient été tirées vers le nord du pays.

CONTEXTE

Le Hezbollah a échangé des tirs transfrontaliers avec les forces israéliennes presque quotidiennement depuis l'attaque du Hamas au sud d'Israël, le 7 octobre,ce qui a déclenché la guerre à Gaza,depuis déjà  huit mois.

Les tensions entre les forces israéliennes et le Hezbollah ont atteint un niveau critique avec des attaques de drones menées en profondeur dans le territoire libanais et le nord d'Israël.

Le général à la retraite Khaled Hamadé de l'armée libanaise a mis en garde contre une « escalade vers des violences plus graves dans le sud du Liban ».

Le Hezbollah insiste pour conditionner un cessez-le-feu dans le sud du Liban à la fin des hostilités dans la bande de Gaza.

Contrairement à la situation dans la bande de Gaza, aucune initiative n'est prise pour arrêter les affrontements entre Israël et le Hezbollah, selon Hamadé.

Dans un communiqué, le Hezbollah a revendiqué avoir visé la base logistique Tsnobar d'Israël dans le Golan avec 50 roquettes Katyusha en réponse à la frappe sur Najjarieh.

Selon les médias israéliens, des salves de roquettes ont visé des bases militaires à Katzrin et des zones au nord du lac de Tibériade.

Deux personnes ont été blessées dans des explosions de roquettes à Karam bin Zamra dans la Haute Galilée, ont ajouté les médias.

Les caméras de surveillance à Najjarieh ont capturé un drone israélien suivant un camion pick-up alors que le conducteur, nommé Hussein Khodor Mehdi, tentait de s’enfuir.

Le premier missile lancé par le drone a raté sa cible, mais un second a frappé le camion, le mettant en feu et tuant son conducteur. Trois passants ont également été blessés.

Le Hezbollah a déclaré que Mehdi, 62 ans, était un « martyr sur la route de Jérusalem ».

La radio de l'armée israélienne a affirmé que la victime était un commandant de haut rang dans l'armée de l'air du Hezbollah et que les chasseurs de l'armée avaient visé des infrastructures du Hezbollah à Najjarieh.

La deuxième frappe aérienne a touché une salle de congrès et une usine de ciment, blessant plusieurs membres d'une famille de réfugiés syriens. Deux enfants, Osama et Hani Al-Khaled, sont décédés des suites de leurs blessures.

Le Hezbollah a revendiqué avoir visé le site militaire d'Al-Raheb avec l'artillerie et les positions israéliennes à Al-Zaoura avec une salve de roquettes Katioucha.

Selon une source sécuritaire, les dernières cibles du Hezbollah comprenaient des ballons de surveillance près de Tibériade et à Adamit en Galilée.

Tôt vendredi, le Hezbollah a attaqué le nouveau quartier général du 411e Bataillon d'Artillerie au Kibboutz Jaatoun, à l'est de Nahariyya, à l’aide de drones en réponse à la mort de deux combattants du Hezbollah, Ali Fawzi Ayoub, 26 ans, et Mohammed Hassan Ali Fares, 34 ans, la veille.

Dans son sermon du vendredi, cheikh Mohammed Yazbek, chef du Conseil de la charia du Hezbollah, a déclaré que le groupe menait « sa guerre féroce dans le nord de la Palestine, pourchassant l'ennemi, aveuglant ses opérations d'espionnage et franchissant les lignes rouges, tout en traquant ses soldats dans leurs cachettes jusqu'à ce que la guerre à Gaza prenne fin ».

L'ambassade des États-Unis au Liban a lancé une mise en garde concernant le conflit à la frontière sud et la vacance présidentielle dans le pays.

L'élection d'un président est cruciale pour garantir la participation du Liban aux discussions régionales et aux futurs accords diplomatiques concernant sa frontière méridionale, a souligné l'ambassade.

Le Liban « a besoin et mérite un président capable d’unir la nation, de donner la priorité au bien-être de ses citoyens et de former une coalition large et inclusive pour restaurer la stabilité politique et mettre en œuvre les réformes économiques nécessaires », a ajouté le communiqué.

Les ambassadeurs d'Égypte, de France, du Qatar, d'Arabie saoudite et des États-Unis au Liban ont publié cette semaine une déclaration mettant en garde contre « la situation critique à laquelle est confronté le peuple libanais et les répercussions difficiles à gérer sur l'économie et la stabilité sociale du Liban en raison du retard pris dans la mise en œuvre des réformes nécessaires ».