Alors que la crise économique s’aggrave, l’armée libanaise se retire des banlieues de Beyrouth

Les habitants de la banlieue sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. (Photo, AFP/Archives)
Les habitants de la banlieue sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Samedi 25 septembre 2021

Alors que la crise économique s’aggrave, l’armée libanaise se retire des banlieues de Beyrouth

  • L'armée déclare que son redéploiement est une conséquence de la crise économique qui sévit
  • Le juge Bitar, qui dirige l’enquête sur l’explosion du port, subit d’énormes pressions politiques

BEYROUTH : L'armée libanaise a «redéployé» des soldats en les retirant de plusieurs régions, notamment la banlieue Sud de Beyrouth, son commandement a déclaré dans un communiqué que ce geste est destiné «à réduire les charges économiques pesant sur l'armée».

L'armée connaît de profondes difficultés à cause de la crise économique du Liban. Dans son discours tristement célèbre de mars, Joseph Aoun, chef de l'armée libanaise, avait déclaré : «Les soldats se battent comme les autres ; le salaire d'un soldat a perdu de sa valeur et les soldats ont également faim comme les autres libanais».

Le chef de l’armée Joseph Aoun, qui est actuellement en visite en Turquie, a rencontré vendredi son homologue turc et d'autres responsables auxquels il a demandé un soutien logistique, notamment des équipements et des machines.

Il se rendra aussi à Washington fin septembre pour demander une aide américaine directe et de l'assistance militaire à l'armée libanaise.

Ces derniers mois, plusieurs soldats ont déserté l’armée car la dépréciation de la livre libanaise a vu la valeur relative de leurs salaires chuter à l'équivalent de $60 par mois. Mais le commandement de l'armée affirme que le nombre de déserteurs reste «limité».

Les habitants de la banlieue Sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. Des soldats y sont déployés depuis 2013, lorsque les banlieues ont été pris pour cibles par des bombardements imputés à Daech, et considérés comme liés à la guerre en Syrie ainsi qu’à l'ingérence du Hezbollah, dans les intérêts du régime du président syrien Bashar Assad.

Toutefois, le commandement de l'armée libanaise a souligné vendredi que ses troupes «continueront à mettre en place des points d'observation dans toutes les zones, à effectuer des patrouilles et à accomplir des missions de sécurité».

Pendant ce temps-là, des dizaines de familles de victimes de l'explosion d'août 2020 dans le port de Beyrouth se sont rassemblées dans la capitale pour protester contre les pressions politiques exercées sur le juge Tarek Bitar, qui dirige l'enquête sur cette explosion.

Bitar a récemment été menacé par le Hezbollah et, vendredi, l'avocat représentant Nohad Machnouk, l'ancien ministre de l'Intérieur mis en cause dans cette affaire, a déposé une requête demandant l'exclusion de Bitar de l'enquête.

Si Bitar devait être démis de l'affaire, il serait le deuxième juge à avoir été retiré de telle enquête. Comme son prédécesseur, le juge Fadi Sawan, Bitar a délivré une assignation à comparaître pour un ancien Premier ministre, des ministres et des responsables de la sécurité dans le cadre de l’enquête sur l'explosion du port de Beyrouth.

Machnouk avait visité Dar Al-Fatwa, la plus haute autorité sunnite du Liban, où il a prononcé un discours dans lequel il a affirmé que Bitar «reçoit ses ordres de» Salim Jreissati, membre du Courant patriotique libre dirigé par Gebran Bassil et conseiller du président libanais Michael Aoun, le beau-père de Bassil.

Machnouk a mis en garde contre la convocation de l'ancien Premier ministre Hassan Diab, également accusé dans cette affaire, sur la base d'une assignation à comparaître émise par Bitar après que Diab ne s'est pas présenté à l'interrogatoire. Il a signalé que Bitar est en train de mettre en œuvre «un programme politique, loin de la constitution, de la loi et de la logique».

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a auparavant, aussi accusé Bitar d'être «politisé».

L'ancien ministre Youssef Fenianos, un autre accusé dans l'affaire, a de plus demandé que le dossier soit transféré de Bitar à un autre juge.

La campagne contre Bitar s'est intensifiée vendredi. Le Mufti Jaafari, Cheikh Ahmad Qabalan, a averti dans son sermon du vendredi : «Il est interdit de jouer avec le feu. Ce qui s'est passé dans l'enquête… augmente les doutes sur les faits falsifiés ainsi que les demandes de congédiement du juge Bitar, car le pays regorge de corruption».

Après sa rencontre avec le président vendredi, le patriarche maronite Bechara Boutros Al-Rahi a déclaré : «Les confessions religieuses ne doivent pas interférer dans la justice ; nous sommes un pays qui sépare entre la religion et l'État».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'assaillant de Salman Rushdie plaide «non coupable» de tentative de meurtre

La famille du suspect était apparemment originaire d'un village frontalier, Yaroun, dans le sud du Liban. (Photo de Mahmoud ZAYYAT / AFP)
La famille du suspect était apparemment originaire d'un village frontalier, Yaroun, dans le sud du Liban. (Photo de Mahmoud ZAYYAT / AFP)
Short Url
  • Lors d'une audience de procédure au tribunal de Chautauqua, Hadi Matar, 24 ans, poursuivi pour «tentative de meurtre et agression», a comparu en tenue rayée noire et blanche de détenu, menotté et masqué
  • Les procureurs ont estimé que l'attaque de vendredi dans un centre culturel de Chautauqua, où M. Rushdie allait donner une conférence, était préméditée

ERIE, États-Unis : L'assaillant de Salman Rushdie, un jeune Américain d'origine libanaise, a été présenté à un juge de l'Etat de New York devant lequel il a plaidé «non coupable» de «tentative de meurtre» de l'écrivain, toujours hospitalisé dans un état grave mais qui a pu dire quelques mots samedi soir.

Menacé de mort depuis une «fatwa» de l'Iran de 1989, un an après la publication des «Versets sataniques», Salman Rushdie a été poignardé une dizaine de fois vendredi, une attaque qui indigne en Occident mais qui est saluée par des extrémistes en Iran et au Pakistan.

Lors d'une audience de procédure au tribunal de Chautauqua, Hadi Matar, 24 ans, poursuivi pour «tentative de meurtre et agression», a comparu en tenue rayée noire et blanche de détenu, menotté et masqué, et n'a pas dit un mot, d'après le New York Times (NYT) et des photos de la presse locale.

- Attaque préméditée -

Les procureurs ont estimé que l'attaque de vendredi dans un centre culturel de Chautauqua, où M. Rushdie allait donner une conférence, était préméditée. A 75 ans, l'intellectuel a été poignardé au moins à dix reprises au cou et à l'abdomen.

Le suspect, qui vit dans le New Jersey, a plaidé «non coupable» par la voix de son avocat et comparaîtra une nouvelle fois le 19 août.

Samedi, les autorités et les proches de Salman Rushdie ont gardé le silence sur l'état de santé du Britannique naturalisé Américain. Il a été hospitalisé vendredi  sous assistance respiratoire à Erié, en Pennsylvanie, au bord du lac qui sépare les Etats-Unis du Canada.

Toutefois, son agent Andrew Wylie, alarmiste vendredi soir auprès du New York Times, a simplement confié au journal que son client avait recommencé à parler samedi soir, sans dire s'il restait ou pas sous assistance respiratoire.

L'attentat provoque une onde de choc, surtout dans les pays occidentaux: le président américain Joe Biden a condamné «une attaque brutale» et rendu hommage à M. Rushdie pour son «refus d'être intimidé et réduit au silence».

- Vie normale à New York -

Vivant à New York depuis vingt ans, Salman Rushdie avait repris une vie à peu près normale tout en continuant de défendre, dans ses livres, la satire et l'irrévérence.

Coïncidence, le magazine allemand Stern l'a interviewé il y a quelques jours, avant l'attaque: «Depuis que je vis aux Etats Unis, je n'ai plus de problème (...) Ma vie est de nouveau normale», assure l'écrivain, dans cet entretien à paraître in extenso le 18 août, en se disant «optimiste» malgré «les menaces de mort quotidiennes».

La «fatwa» de l'Iran n'a de fait jamais été levée et beaucoup de ses traducteurs ont été blessés par des attaques, voire tués, comme le Japonais Hitoshi Igarashi, poignardé à mort en 1991.

Les «Versets sataniques» sont jugés par les musulmans les plus rigoristes comme blasphématoires à l’égard du Coran et du prophète Mahomet.

Aux Etats-Unis, le géant Amazon a fait état d'une hausse des commandes pour les «Versets sataniques» et la librairie new-yorkaise Strand Bookstore a indiqué à l'AFP que «des gens venaient voir ce qu'il a écrit et savoir ce qu'on avait» en stock.

«Son combat est le nôtre, universel», avait lancé vendredi le président Emmanuel Macron, tandis que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'était déclaré «horrifié».

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a dénoncé samedi une «attaque lâche», et un «affront à la liberté d'expression».

Le chef du gouvernement israélien Yair Lapid a quant à lui assuré que cet attentat est «le résultat de décennies d'incitation au meurtre par le régime extrémiste iranien».

- L'attaque saluée en Iran et au Pakistan -

Dans le sud du Liban, Ali Qassem Tahfa, le maire du village de Yaroun, a indiqué à l'AFP que Hadi Matar était «d'origine libanaise». Le jeune homme «est né et a grandi aux Etats-Unis. Sa mère et son père sont de Yaroun», a-t-il assuré sans commenter l'attaque.

Mais en Iran, le quotidien ultraconservateur Kayhan a félicité l'assaillant: «Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l'apostat et le vicieux Salman Rushdie», écrit le journal. «Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l'ennemi de Dieu avec un couteau».

Et au marché aux livres de Téhéran, Mehrab Bigdeli, un religieux chiite, s'est dit «très heureux d'apprendre la nouvelle. Quel que soit l'auteur, je lui baise la main (...) Que Dieu maudisse Salman Rushdie».

Au Pakistan voisin, le parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan -- réputé pour sa violence contre ce qu'il considère comme du blasphème antimusulman -- a jugé aussi que Rushdie «méritait d'être tué».

Salman Rushdie, né en 1947 en Inde dans une famille d'intellectuels musulmans non pratiquants, avait embrasé une partie du monde islamique avec la publication des «Versets sataniques», conduisant l'ayatollah iranien Rouhollah Khomeiny à émettre la «fatwa» réclamant son assassinat.


Taïf: la destination des touristes pour se ressourcer dans la nature

Le site touristique populaire compte un certain nombre d'hôtels et de stations balnéaires conçus pour se fondre dans le paysage naturel. (SPA)
Le site touristique populaire compte un certain nombre d'hôtels et de stations balnéaires conçus pour se fondre dans le paysage naturel. (SPA)
Le site touristique populaire compte un certain nombre d'hôtels et de stations balnéaires conçus pour se fondre dans le paysage naturel. (SPA)
Le site touristique populaire compte un certain nombre d'hôtels et de stations balnéaires conçus pour se fondre dans le paysage naturel. (SPA)
Short Url
  • Les roses de Taïf ont une importance historique, économique et religieuse
  • Le site touristique populaire offre à ses visiteurs de nombreuses activités

TAÏF: Les visiteurs venus du Royaume et du Golfe affluent à Taïf cet été pour échapper à la chaleur et se ressourcer dans les montagnes de la région.

Le site touristique populaire compte un certain nombre d'hôtels et de centres balnéaires dont plusieurs englobent également des fermes en activité ou possèdent de beaux jardins où poussent les célèbres roses de Taïf et des plantes sauvages comme le basilic, l’armoise et la marjolaine.

A Taïf (fournie)
A Taïf (fournie)

Les touristes et les visiteurs peuvent aussi séjourner dans des auberges rurales douillettes, construites en vieilles pierres ornées de sculptures d'animaux. Là, ils auront une vue imprenable sur les montagnes et les vallées de Taïf qui abritent une variété d'oiseaux rares.

La ville ainsi que d'autres régions voisines comme Al-Hada et Ash-Shafa sont, elles aussi, réputées pour leurs fruits.

A Taïf (fournie)
A Taïf (fournie)

La région compte plus de 2 000 fermes florales qui produisent plus de 200 millions de roses chaque saison. Les roses de Taïf ont une importance historique, économique et religieuse. L'huile est utilisée pour parfumer les murs de la Kaaba, également lavée deux fois par an avec son eau parfumée.

Les touristes qui se rendent à Taïf peuvent donc se détendre dans la nature, mais aussi visiter des musées, des marchés locaux, des usines de roses à Ash-Shafa et Al-Hada, le téléphérique, une ferme de fraises, le zoo et des châteaux historiques.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


En Irak, la sécheresse ravage aussi les marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden

Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Short Url
  • Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant
  • Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable

MARAIS DE HAWIZEH, Irak : Pour nourrir et rafraîchir ses buffles, Hachem Gassed doit désormais parcourir une dizaine de kilomètres à travers des terres arides, brûlées par le soleil. Dans le sud de l'Irak, la sécheresse a emporté des pans entiers de marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden.

Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant.

En cause: trois années de sécheresse, des précipitations en baisse et un débit réduit des fleuves venus des pays voisins, Turquie et Iran, en raison des barrages construits en amont.

«La sécheresse touche les hommes autant que les animaux», raconte Hachem Gassed, 35 ans, habitant un hameau près de Hawizeh.

Autour de lui, l'immense lac d'Oum al-Naaj est devenu une terre aride. Par endroit subsistent des flaques d'eau boueuse et des rivières étranglées. On devine les lits asséchés des ruisseaux qui serpentaient dans des marais jadis luxuriants -- inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

Comme son père avant lui, Hachem élève des buffles. «Ces marais sont notre gagne-pain: on y pêchait et nos bêtes pouvaient y paître et s'y abreuver.»

De la trentaine de têtes du troupeau familial, il n'en reste que cinq. Les autres buffles sont morts ou ont été vendus pour boucler des fins de mois difficiles. Ceux qui restent doivent être surveillés: ils pourraient se noyer dans la boue, car incapables de s'en extirper.

- Pauvreté, changement climatique -

Les marais ont déjà connu des années de sécheresse, avant des saisons de pluies fastes qui viennent les ressourcer.

Entre 2020 et 2022, dans les marais du sud de l'Irak, notamment ceux de Hawizeh et Chibayich, 41% des zones marécageuses ont souffert d'une réduction du niveau de l'eau et d'une baisse de l'humidité, tandis que 46% de ces zones ont perdu des eaux de surface, selon l'ONG néerlandaise PAX qui se base sur des données satellitaires.

Notant «une baisse sans précédent du niveau de l'eau», l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) rappelle que les marais sont «une des régions les plus pauvres d'Irak et parmi les plus touchées par le changement climatique.»

L'agence souligne «l'impact désastreux» sur plus de 6.000 familles, «en train de perdre leurs buffles, leur unique gagne-pain».

Mobilisé à Hawizeh, le militant écologiste Ahmed Saleh Neema fustige les conséquences environnementales: «Il n'y a plus de poissons, de loutres à pelage lisse, de sangliers».

Un désastre pour ces marais abritant «de nombreuses populations d'espèces menacées», selon l'Unesco. Le secteur représente «un des plus grands sites d'escale et d'hivernage» pour les canards, et une étape majeure pour environ 200 espèces d'oiseaux migrateurs.

Ceux de Hawizeh sont irrigués par deux effluents du fleuve Tigre, qui prend sa source en Turquie, assure M. Neema. Leur débit a été réduit, dit-il, les autorités pratiquant un rationnement pour couvrir les besoins en eau du pays.

«Le gouvernement veut préserver la plus grande quantité d'eau possible», reconnaît le militant critiquant toutefois «une mauvaise gestion du dossier». Sous la pression de manifestations, les autorités ont rouvert partiellement les vannes, avant de les refermer, dit-il.

- «A la recherche d'eau» -

Côté iranien, ces marais appelés Hoor al-Azim souffrent également de stress hydrique: la moitié du secteur iranien est actuellement asséché, rapportait récemment l'agence officielle Irna.

«Le principal fleuve côté iranien qui alimente les marais de Hawizeh est totalement coupé depuis plus d'un an», explique Hatem Hamid, directeur du centre gouvernemental de gestion des ressources hydriques en Irak.

Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, reconnaît-il, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable.

Par plus de 50 degrés, «impossible de compenser l'évaporation très élevée dans les marais», ajoute-t-il.

Les responsables mettent en avant des canaux et ruisseaux réhabilités pour alimenter les marais: après avoir quitté les zones asséchées, c'est ici que les familles s'installent.

Nichés entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais mésopotamiens -- considérés par certains comme le jardin d'Eden de la Bible -- ont déjà souffert du temps de l'ancien régime.

Pour éradiquer l'insurrection qui s'y cachait, le dictateur Saddam Hussein les avait fait assécher dans les années 1990. Depuis, leur surface humide a été divisée par deux.

A Chibayich, Ali Jawad, 20 ans, déplore le récent départ de dizaines de familles de son hameau.

«Elles ont migré vers d'autres régions, à la recherche de zones où il y a de l'eau», explique-t-il: «Avant quand on venait dans les marais, on y trouvait de la verdure, de l'eau, la paix intérieure. Maintenant c'est comme un désert.»