OMS: avec des indicateurs dans le rouge, la Tunisie a besoin d'aide

Une autoroute de la capitale Tunis, totalement désertée le 10 juillet 2021. (AFP).
Une autoroute de la capitale Tunis, totalement désertée le 10 juillet 2021. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 13 juillet 2021

OMS: avec des indicateurs dans le rouge, la Tunisie a besoin d'aide

  • La Tunisie en est actuellement à plus de 16.000 décès, avec des records de 194, 189 ou 144 nouveaux décès quotidiens enregistrés ces derniers jours
  • Le taux d'incidence est "très préoccupant", explique le représentant de l'OMS, et "le variant Delta, qui est très contagieux, est très présent" en Tunisie

TUNIS: La Tunisie a le taux de mortalité lié au Covid-19 "le plus élevé" de la région, a alerté le représentant de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), soulignant que la situation risque encore de s'aggraver dans ce pays qui a besoin d'aide et de vaccins.


"La Tunisie est le pays qui a le plus fort taux de mortalité de tout le continent africain et de tout le monde arabe", souligne le Dr Yves Souteyrand, dans un entretien avec l'AFP.


Elle enregistre "plus de 100 morts par jour" dans un pays de 12 millions d'habitants - "c'est vraiment beaucoup", indique-t-il. 


Le pays, qui n'a connu qu'une cinquantaine de morts de mars à août 2020, en est actuellement à plus de 16.000 décès, avec des records de 194, 189 ou 144 nouveaux décès quotidiens enregistrés ces derniers jours.


La gravité de la situation est d'autant plus évidente que "la Tunisie est plus transparente dans ses données que beaucoup d'autres pays", explique-t-il: "le nombre de décès rapporté par la Tunisie est sans doute plus proche de la réalité".


Au delà de l'effet statistique, "la situation sanitaire est grave et tous les indicateurs sont au rouge", ajoute-t-il.


Le taux d'incidence est "très préoccupant", explique le représentant de l'OMS, et "le variant Delta, qui est très contagieux, est très présent" en Tunisie.


Des régions tunisiennes "sont dans une situation épidémiologique particulièrement préoccupante aujourd'hui. On avait Kairouan (centre), Siliana (centre), Béja (nord-ouest) maintenant s'ajoutent Tataouine (sud) et Kasserine (centre)".

- "jours difficiles" à venir -
Le pays pâtit d'une profonde crise politique qui perturbe la prise de décision et mine la confiance des citoyens envers les autorités. Son système hospitalier public, qui fut longtemps un fleuron, est fragilisé par des années de mauvaise gestion et de manque de moyens.


Plusieurs autres facteurs ont contribué à ce que la Tunisie arrive à cette situation "sévère", souligne le Dr Souteyrand.


En mars 2020, la Tunisie a pris des mesures précoces et strictes, qui lui ont permis de circonscrire la pandémie -- mais au prix d'un effort difficilement reconductible.


"Cela a eu un impact économique et social extrêmement élevé, ce qui fait que par la suite les autorités ont géré un équilibre entre la réponse sanitaire et la réponse socio-économique", souligne le Dr Souteyrand.


Depuis, les restrictions sont restées limitées.


En outre, "il n'y avait pas chez la population une préoccupation suffisante de l'épidémie", estime-t-il.


"Compte tenu du fait que le variant Delta se propage d'une manière large aujourd'hui, on peut penser qu'on n'est pas encore dans la phase de pic épidémique, on n'a pas encore atteint le sommet, ni en terme du nombre des cas ni en terme de décès", prévient l'expert. 


La Tunisie "risque d'avoir encore des jours difficiles" durant lesquels "le système de santé va continuer à être très sollicité".


"Les ressources humaines qui travaillent dans les services Covid sont épuisées et en nombre insuffisant. Le manque de spécialités est particulièrement critique dans le système hospitalier public tunisien, notamment l'anesthésie et la réanimation", explique-t-il. "Le système n'est pas en mesure à répondre à l'importance de la demande de soins".


Pour le représentant de l'OMS, la Tunisie "devrait être aidée, particulièrement en vaccins", que le pays a du mal à se procurer en raison du "problème de disponibilité". Les pays développés se sont réservé une large part de la production mondiale, et des dons annoncés ne se sont pas concrétisés.


Seulement 11% de la population tunisienne a eu une dose, et 5% deux doses, ce qui est "loin de ce qu'il faudrait pour avoir un effet d'immunité collective", estime le Dr Souteyrand.


En terme de vaccination, la Tunisie est "largement au-dessous d'un pays comme le Maroc (...) mais elle ne se situe pas si mal que ça: moins bien que la Jordanie, équivalent au Liban, mieux que l'Egypte, l'Algérie et la Libye, et mieux que l'ensemble des pays du sud de l'Afrique".


Mais le but est "de s'assurer qu'au moins 20% de la population aura accès au vaccin", souligne-t-il. 


L’Association des journalistes saoudiens assiste aux réunions de la Fédération internationale des journalistes à Londres

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Short Url
  • L’événement a abordé l’impact de l’intelligence artificielle sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit
  • Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances

LONDRES: L’Association des journalistes saoudiens a participé mercredi en tant qu’observateur aux réunions de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à Londres.

L’événement, organisé par le Syndicat national des journalistes du Royaume-Uni, a abordé l’impact de l’intelligence artificielle (IA) sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit.

La FIJ, la plus grande fédération de journalistes au monde, s’est engagée à contribuer au développement des compétences des journalistes pour s’adapter à l’évolution rapide des outils journalistiques, notamment à l’influence croissante de l’IA.

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances pour développer davantage l’association saoudienne.

«C’est la première fois que l’association participe en tant qu’observateur après avoir rejoint la FIJ à la fin de l’année dernière», souligne M. Al-Ahmari.

«Nous avons pour objectif de jouer un rôle plus important au sein de la fédération dans la période à venir.»

L’Association des journalistes saoudiens a été fondée en 2003 en tant qu’organe de la société civile qui regroupe les journalistes professionnels du pays. Elle leur permet de jouer un rôle plus important et leur inculque un sens des responsabilités à l’égard de leur pays et de leur peuple.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Liban ne doit pas devenir «un autre Gaza», plaide le chef de l'ONU

De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse
  • «Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde

NATIONS UNIES : Le Liban ne peut pas devenir «un autre Gaza», a insisté vendredi le secrétaire général de l'ONU, dénonçant la «rhétorique belliqueuse» d'Israël et du Hezbollah qui fait craindre une catastrophe «inimaginable».

«Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse.

«Je me sens obligé aujourd'hui d'exprimer ma profonde inquiétude concernant l'escalade entre Israël et le Hezbollah le long de la Ligne bleue», la ligne de démarcation fixée par l'ONU entre le Liban et Israël, a-t-il déclaré.

«Escalade dans l'échange continu de tirs. Escalade de la rhétorique belliqueuse des deux parties comme si une guerre totale était imminente.»

«Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde.

Le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza a provoqué une flambée de violence à la frontière nord d'Israël avec le Liban, où les échanges de tirs entre l'armée et le Hezbollah, un allié du Hamas, se sont intensifiés ces dernières semaines.

Et une escalade de la rhétorique belliqueuse entre les deux protagonistes fait craindre une guerre à grande échelle.


Gaza : la «pause» israélienne n'a eu «aucun impact» sur l'aide humanitaire selon l’OMS

Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • «Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn
  • L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA)

GENÈVE  : La «pause» quotidienne annoncée par l'armée israélienne dans ses opérations dans le sud de la bande Gaza n'a eu «aucun impact» sur l'arrivée de l'aide humanitaire qui est restée «minime», a affirmé vendredi un responsable de l'OMS pour les territoires palestiniens occupés.

«Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

De son côté Médecins sans frontières prévient que «sans un réapprovisionnement significatif en fournitures médicales dans les prochains jours», l'ONG pourrait devoir «arrêter ou réduire considérablement» ses activités médicales à Gaza, selon un communiqué.

L'armée israélienne a annoncé dimanche une pause «de 08H00 à 19H00 (05H00 à 16H00 GMT) tous les jours et jusqu'à nouvel ordre», sur un tronçon routier d'une dizaine de kilomètres allant du point de passage israélien de Kerem Shalom, à l'extrémité sud de la bande de Gaza, jusqu'à l'Hôpital européen de Rafah, plus au nord.

L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA).

La situation humanitaire et sanitaire est catastrophique dans l'ensemble de l'étroit territoire palestinien.

«Les Nations unies tentent d'opérer dans un environnement où il est impossible de travailler», a déclaré le Dr Thanos Gargavanis, chirurgien traumatologue et responsable des urgences à l'OMS.

Récupérer l'aide humanitaire à Kerem Shalom est dangereux.

Toutefois du carburant a pu rentrer en quantité limitée, a expliqué M. Laerke. Il est indispensable pour produire de l'électricité.

- Evacuations médicales -

La guerre à Gaza a éclaté le 7 octobre, quand des commandos du Hamas ont mené une attaque dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et ses bombardements incessants ainsi que les combats au sol ont fait jusqu'à présent 37.431 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Selon l'OMS, il ne restait plus en date du 17 mai que 750 personnes dans la ville de Rafah et entre 60.000 et 75.000 personnes dans la zone d'Al-Mawasi, zone dans le sud de la bande de Gaza, où nombre de Palestiniens s'étaient réfugiés depuis le début de l'offensive israélienne sur Rafah.

«Nous avons des patients souffrant de brûlures graves, de fractures ouvertes, et nous n’avons même pas assez d’analgésiques pour soulager leurs souffrances», explique Guillemette Thomas, coordinatrice médicale de MSF dans les territoires palestiniens.

«Dans les hôpitaux Nasser et Al Aqsa, nos équipes ont dû réduire la fréquence des changements de pansements pour les patients gravement brûlés en raison du manque de compresses stériles, ce qui pourrait entraîner davantage d'infections des plaies», a-t-elle ajouté, décrivant aussi la multiplication des cas de gale, faute d'hygiène.

MSF opère avec 400 employés palestiniens locaux et entre 20 et 30 employés internationaux dans la bande de Gaza.

L'ONG et l'ONU réclament la réouverture du point de passage de Rafah pour l'aide humanitaire.

«Nous avons six camions, remplis de 37 tonnes de fournitures» médicales qui attendent depuis le 14 juin du côté égyptien du point de passage de Kerem Shalom, s'indigne Mme Thomas.

L'OMS réclame aussi des évacuations médicales. Une autre «alternative» pour les évacuations médicales serait le point de passage de Kerem Shalom, vers l'international ou bien, et ce serait «le plus logique», vers Jérusalem ou la Cisjordanie occupée, a expliqué le Dr Peeperkorn.

Selon l'OMS, seulement 17 des 36 hôpitaux à Gaza sont opérationnels, mais partiellement.

Environ 4.900 patients ont été évacués de Gaza pour des raisons médicales, liées à la guerre ou pour des maladies chroniques, depuis le 7 octobre, et l'OMS estime actuellement qu'il faut en sortir au moins 10.000 autres.

Mais aucun patient n'a pu être évacué depuis la fermeture du point de passage de Rafah le 7 mai, indique l'OMS.