Loi sur la vie privée: Hong Kong balaie les craintes des géants d'Internet

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam. (AFP)
La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 06 juillet 2021

Loi sur la vie privée: Hong Kong balaie les craintes des géants d'Internet

  • La loi sur la sécurité nationale a notamment donné à la police des pouvoirs nouveaux pour sévir contre les contenus en ligne ou encore pour enquêter ou geler les actifs de toute entreprise considérée comme posant une menace contre la Chine
  • Peu après son entrée en vigueur, Facebook, Google et Twitter avaient annoncé qu'ils ne répondraient plus aux demandes d'informations sur leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong

HONG-KONG : La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a balayé mardi les menaces de géants d'Internet comme Google, Facebook et Twitter, qui ont averti qu'ils pourraient quitter le territoire si une loi controversée sur la protection de la vie privée entrait en vigueur.

Les autorités du territoire semi-autonome ont dévoilé un projet de texte visant notamment à lutter contre la divulgation de données personnelles sur Internet, une pratique baptisée "doxing".

Mais la formulation vague du nouveau texte a suscité l'inquiétude des géants du secteur technologique qui s'inquiètent d'être, eux ou leurs employés, tenus légalement responsables des contenus postés par les internautes.

Des préoccupations exprimées dans une lettre adressée aux autorités hongkongaises par l'Asia Internet Coalition, qui regroupe Google, Facebook, Twitter, LinkedIn et Apple.

"La mise en oeuvre de sanctions visant des individus n'est pas conforme aux normes et pratiques mondiales", peut-on lire dans ce courier daté du 25 juin mais qui n'a été rendu public que cette semaine.

"La seule façon d'éviter ces sanctions, pour les entreprises technologiques, serait de cesser d'investir et d'offrir leurs services à Hong Kong, ce qui en frustrerait les entreprises et consommateurs hongkongais, tout en créant de nouvelles barrières pour le commerce."

Calomnie

Interrogée au sujet de cette mise en garde, Mme Lam a balayé mardi ces inquiétudes.

"Nous ciblons la pratique illégale du doxing et donnons le pouvoir aux commissaires veillant au respect de la vie privée d'enquêter et de mener des opérations, c'est tout", a-t-elle dit aux journalistes.

Mme Lam a fait un parallèle entre ce projet de loi et la loi sur la sécurité nationale, que Pékin a imposé l'année dernière à Hong Kong et qui a été le principal instrument de répression contre la dissidence, dans la foulée des manifestations de 2019.

Mme Lam a affirmé que la loi sur la sécurité avait été "calomniée".

"C'est la même chose au sujet de la loi sur le respect de la vie privée", a-t-elle dit.

Elle a ajouté que la commission veillant au respect de la vie privée à Hong Kong était prête à rencontrer des représentants des entreprises inquiètes. Mais elle a averti que son gouvernement était déterminé à faire passer le texte rapidement.

"Bien sûr l'idéal serait d'apaiser les craintes au moment où nous préparons la loi. Mais parfois, cela se fait au moment de la mise en oeuvre", a-t-elle dit.

La Chine utilise une des censures les plus sophistiquées au monde pour contrôler l'Internet. Mais celui-ci est censé être totalement libre à Hong Kong, au nom de la semi-autonomie du territoire héritée de l'accord conclu pour sa rétrocession en 1997 par Londres.

Et la région administrative spéciale se pose elle-même comme un pôle technologique.

Réponse disproportionnée

Pourtant de grandes entreprises de la tech' se montrent de plus en plus méfiantes en raison de la reprise en main musclée du territoire par Pékin qui a suivi la mobilisation de 2019.

La loi sur la sécurité nationale a notamment donné à la police des pouvoirs nouveaux pour sévir contre les contenus en ligne ou encore pour enquêter ou geler les actifs de toute entreprise considérée comme posant une menace contre la Chine.

Peu après son entrée en vigueur, Facebook, Google et Twitter avaient annoncé qu'ils ne répondraient plus aux demandes d'informations sur leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong.

Un projet de câble sous-marin de données entre les Etats-Unis et Hong Kong a également été abandonné et de grandes entreprises étrangères ont commencé à retirer leurs données de serveurs basés à Hong Kong.

La pratique du doxing avait été une arme pendant les manifestations de 2019. De nombreux partisans du mouvement pro-démocratie s'y adonnaient pour rendre publiques les données personnelles de la police, de juges ou de responsables locaux. Les pro-Pékin s'y livraient également contre les manifestants.

Dans son courier, l'Asia Internet Coalition se dit hostile au doxing et affirme appuyer les efforts pour lutter contre ce fléau.

Mais elle avertit que la formulation vague du projet de loi pourrait faire que soient aussi ciblés "les actions innocentes de partage d'informations en ligne" et engager la responsabilité des entreprises technologiques pour les contenus postés par les utilisateurs.

Elle qualifie le projet de loi de "réponse complètement disproportionnée et non nécessaire".


Premier vélo électrique fabriqué au Maroc: Une affaire qui roule

Vélo électrique fabriqué par Cloud Bike (Photo, Telus Bikes).
Vélo électrique fabriqué par Cloud Bike (Photo, Telus Bikes).
Short Url
  • La jeune pousse marocaine Cloud Bike investit désormais le marché national
  • Cloud Bike fournisseur et producteur pour Telus Bike est implanté, depuis 2018, au plus près du port Tanger med

CASABLANCA: Exclusivement tournée, quatre ans durant, vers l’export aux États-Unis et en Europe, la jeune pousse marocaine Cloud Bike investit désormais le marché national. L’entreprise met en vente les premiers vélos électriques fabriqués au Maroc dans la zone franche de Tanger, ville du détroit.

Cloud Bike fournisseur et producteur pour Telus Bike est implanté, depuis 2018, au plus près du port Tanger med, 23e au classement mondial et troisième port dans le monde arabe, conformément à sa stratégie initialement tournée vers l’export. Depuis la fin de la pandémie, le spectre des restrictions aux échanges contraint l’entreprise à négocier, durant le dernier semestre, un virage de parcours en investissant le marché local, via les canaux d’e-commerce et le marketing d’influence. Cloud Bike propose des vélos à assistance électrique-VAE- made in morocco; une exclusivité suffisamment rare sur ce segment de marché pour que le consommateur, toujours soucieux de se démarquer, soit séduit par l’argument de vente.

Du projet à l’usine et de l’usine au particulier 

Après une expérience à l’étranger dans les filières de la mobilité électrique, Adam Dadsi, directeur général de Cloud Bike et Jaafar Mounir Benabbou, directeur marketing et commercial de la marque Telus Bikes, ont chapeauté en duo, des débuts en 2018 à aujourd’hui, sur fonds propre leur projet de vélo électrique 100% marocain.

Dans une interview mise en ligne sur le site de Cloud Bike, Jaafar Benabbou précise que «La startup produit des vélos électriques avec un taux d’intégration de 65 %»

Avec une capacité de production annuelle estimée à 50 000 VAE, l’usine de Cloud Bike dispose de deux chaînes d'assemblage, pouvant fabriquer 140 vélos par jour, allant du montage, au soudage à la peinture. 

À mesure que l’entreprise a pu démarcher à l’international, Cloud Bike a progressivement étoffé ses équipes, employant désormais, au deuxième trimestre 2022, plus de 150 salariés.

Des gammes et des prix 

ds
Vélo électrique pliable fabriqué par Cloud Bike (Photo, Telus Bikes).

Des vélos pliables aux vélos électriques standards, la jeune pousse tangéroise met en vente ses modèles avec une autonomie allant de 50 à 100km. Tous ne sortent pas du même moule. Cloud Bike produit, en effet, une dizaine de modèles différents, du vélo de ville en passant par les VTT aux gammes destinées aux bikeurs semi-professionnels ayant besoin, pour l’exemple, de se familiariser avec un parcours de compétition. 

Les prix sont fonction des modèles et sont compris entre 700 et 1000 euros, en moyenne deux fois plus compétitifs comparativement aux produits neufs importés sur le marché national dominé essentiellement par l’achat de vélos d’occasions.


Apple retire le réseau social russe VKontakte de son magasin d'applications

Les utilisateurs de VKontakte (VK), une plateforme russe qui ressemble à Facebook, pourront continuer de se servir de leurs applications s'ils les ont déjà sur leur iPhone (Photo, AFP).
Les utilisateurs de VKontakte (VK), une plateforme russe qui ressemble à Facebook, pourront continuer de se servir de leurs applications s'ils les ont déjà sur leur iPhone (Photo, AFP).
Short Url
  • Apple a expliqué que les éditeurs des services mobiles de VKontakte étaient contrôlés par des entités sanctionnées par Londres
  • Le groupe californien a donc bloqué les comptes de ces développeurs et leurs applications ne peuvent plus être téléchargées, quel que soit le pays

SAN FRANCISCO: Apple a confirmé mercredi avoir retiré les applications du réseau social russe VKontakte de son App store, à la suite des nouvelles sanctions britanniques prises contre des organisations et personnalités russes en représailles aux scrutins d'annexion organisés dans quatre régions d'Ukraine par Moscou.

Les utilisateurs de VKontakte (VK), une plateforme russe qui ressemble à Facebook, pourront continuer de se servir de leurs applications s'ils les ont déjà sur leur iPhone, mais pas en télécharger de nouvelles ni réaliser de mises à jour.

"Il va peut-être y avoir des difficultés avec les notifications et les paiements. Les spécialistes de VK y travaillent", a indiqué le réseau dans un communiqué mardi, ajoutant avoir récemment amélioré les applications pour qu'elles fonctionnent bien sans mise à jour "pendant longtemps".

Apple a expliqué que les éditeurs des services mobiles de VKontakte étaient contrôlés par des entités sanctionnées par Londres. Le groupe californien a donc bloqué les comptes de ces développeurs et leurs applications ne peuvent plus être téléchargées, quel que soit le pays.

Londres a annoncé lundi de nouvelles sanctions contre la Russie en réaction aux référendums considérés comme "illégaux" par Kiev et ses alliés occidentaux. Ils se tiennent depuis hier dans quatre régions d'Ukraine contrôlées totalement ou en partie par Moscou.

Parmi les 92 entités visées figurent notamment "des responsables russes de haut niveau qui ont organisé les scrutins illégaux (...) ainsi que 'l'agence de relations publiques préférée de (Vladimir) Poutine'", a détaillé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Quatre oligarques ont été aussi ajoutés à la liste des personnes sous sanctions britanniques, qui compte déjà plus de 1 200 individus : God Nissanov et Zarakh Iliev, deux dirigeants de groupes de promotion immobilière, Iskander Makhmudov, PDG de deux sociétés sidérurgiques, et Igor Makarov, président du groupe Areti, qui opère dans le secteur du gaz et du pétrole.

L'accès aux réseaux sociaux et aux sites d'information a été drastiquement restreint en Russie depuis l'invasion de l'Ukraine.

De nombreux médias locaux et plateformes internationales ont été bloqués ou contraints à fermer par Moscou, qui réprime toute critique de l'offensive.


Camaieu placé en liquidation judiciaire, 2 600 emplois supprimés

Sur cette photo d'archive prise le 27 mai 2020, des personnes passent devant une succursale de la marque Camaieu à Lille, dans le nord de la France. Une deuxième audience a lieu le 28 septembre 2022 au tribunal de commerce de Lille concernant le redressement judiciaire de Camaieu. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 27 mai 2020, des personnes passent devant une succursale de la marque Camaieu à Lille, dans le nord de la France. Une deuxième audience a lieu le 28 septembre 2022 au tribunal de commerce de Lille concernant le redressement judiciaire de Camaieu. (AFP)
Short Url
  • L'annonce a déclenché des larmes parmi les salariés présents au tribunal
  • En reprenant 511 des 634 magasins de la marque en France et quelque 2.600 salariés sur plus de 3.100, l'actionnaire s'était donné en 2020 deux ans pour remettre à l'équilibre l'enseigne

TOURCOING, FRANCE: Fin de partie pour Camaieu et ses 2.600 salariés: deux ans après sa reprise, moins de deux mois après son placement en redressement judiciaire, l'enseigne de prêt-à porter nordiste a été mise mercredi en liquidation, une issue qu'a regrettée le gouvernement, mettant en cause l'actionnaire.

"Le tribunal convertit le redressement en liquidation judiciaire", a déclaré son président à l'issue d'une audience d'environ trois heures et d'un délibéré express, précisant que l'activité serait maintenue "jusqu'à samedi 23H00". Ensuite, les 511 magasins seront fermés et les 2.600 emplois supprimés.

"C'est une grande déception", a réagi auprès de l'AFP le ministre délégué à l'Industrie Roland Lescure. "Le plan de reprise était très peu instruit avec un plan d'affaires qui tient sur une page. Je ne suis pas capable (dans ces conditions) d'engager les deniers publics. Je regrette qu'on en soit arrivé là", a-t-il déclaré.

La direction de Hermione People and Brands (HPB), actionnaire de Camaieu et filiale de La Financière immobilière bordelaise (FIB), n'a pas réagi dans l'immédiat.

L'annonce a déclenché des larmes parmi les salariés présents au tribunal, dont certains s'en sont pris verbalement à l'homme d'affaires Michel Ohayon, propriétaire de la FIB. "On s’est battu pour cette entreprise", s'est-il défendu, s'affirmant "aussi atterré" qu'eux.

 "Terrible gâchis" 

"Nous travaillons avec beaucoup de prestataires, donc on dépasse les 5.000 salariés", a réagi Chérif Legba, délégué FO, qui évoque "un drame" pour toutes ces familles.

Le président LR de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a déploré "une terrible nouvelle sur le plan humain et un terrible gâchis économique pour cette enseigne historique", promettant d'"aider chaque salarié licencié à retrouver une activité".

"C'est un très sale coup pour notre région et notre métropole", a fait écho la maire PS de Lille Martine Aubry, qui souhaite que l'Etat se montre "très présent auprès des salariés".

Le plan présenté au tribunal par l'actionnaire HPB prévoyait de limiter la casse sociale, avec 500 emplois supprimés.

HPB s'était dit prêt dans la matinée, tout comme la région Hauts-de-France, à injecter plus d'argent pour éviter la liquidation, à condition que l'État apporte lui aussi son soutien financier pour sauver l'enseigne, chahutée par la crise sanitaire et une coûteuse cyberattaque.

HBP avait auparavant chiffré l'"avance remboursable" demandée à 48 millions d'euros, mais Bercy avait jugé lundi que cette demande n'était pas "réaliste".

"Offre déséquilibrée" 

Le projet de reprise communiqué dimanche "consistait pour l'Etat a abandonner 20 millions de passif, avec en plus 48 millions de prêt direct (...) tout cela avec un apport en liquidité de 5 millions de la part de l'actionnaire", a affirmé M. Lescure, fustigeant "une offre extrêmement déséquilibrée".

Selon HPB, qui estimait qu'un total de 79,2 millions d'euros était nécessaire sur les huit prochains mois pour redresser l'enseigne, le plan prévoyait une mise de fonds de 14 millions d'euros de la FIB pour racheter le siège et l'entrepôt de Camaieu. Ils auraient ensuite été "valorisés" et revendus pour un montant estimé entre 55 et 60 millions.

"Tristesse et colère: 2600 salariés et leur famille sont sur le carreau", a déploré dans un tweet David Guiraud, député Nupes de la 8e circonscription du Nord, où le siège de Camaieu emploie quelque 500 personnes.

Selon HPB, l'enseigne a basculé après un arrêt de la Cour de cassation imposant fin juin aux commerçants de régler les loyers impayés lors de la période Covid. Leur montant s'élève à 70 millions d'euros sur un total de 240 millions de dettes, selon HPB.

En reprenant 511 des 634 magasins de la marque en France et quelque 2.600 salariés sur plus de 3.100, l'actionnaire s'était donné en 2020 deux ans pour remettre à l'équilibre l'enseigne.