La France commémore les 200 ans de la mort de Napoléon, figure toujours contestée

Cette photo d'archive prise le 1er avril 2021 montre un buste de l'empereur français Napoléon Ier dans le musée qui lui est dédié à l'Ile-d'Aix où l'empereur a vécu du 8 au 15 juillet 1815 avant de quitter définitivement la France / AFP
Short Url
Publié le Mercredi 05 mai 2021

La France commémore les 200 ans de la mort de Napoléon, figure toujours contestée

  • Face à un héritage aussi controversé, les chefs de l'Etat se sont gardés de prendre position sur Napoléon depuis que Georges Pompidou a célébré en 1969 le bicentenaire de sa naissance à Ajaccio
  • Dans son discours, Emmanuel Macron «dira que l'esclavage était une abomination, y compris dans le contexte de l'époque», selon l'Elysée

PARIS: Emmanuel Macron commémore mercredi le bicentenaire de la mort de Napoléon, un anniversaire qui ravive les controverses autour de cette figure complexe et incontournable de l'Histoire de France.  

Le 5 mai 1821, l'Empereur meurt à l'âge de 51 ans loin des siens et de son pays à Sainte-Hélène, île perdue de l'Atlantique sud où les Britanniques l'ont envoyé en exil après sa dernière défaite, à Waterloo.  

200 ans plus tard, Emmanuel Macron déposera en fin d'après-midi une gerbe au pied de son tombeau, sous la majestueuse coupole des Invalides, en présence de l'un de ses descendants, Jean-Christophe Napoléon Bonaparte.  

Juste avant, le chef de l'Etat prononcera un discours à l'Institut de France pour « regarder en face » Napoléon, à savoir les pages « les plus lumineuses » comme « les plus sombres » de son héritage, a précisé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.  

L'exercice est délicat. Car cette « figure majeure de l'Histoire » est « contestée depuis toujours », rappelle l'Institut. Et elle continue à enflammer les débats entre ses défenseurs, qui célèbrent le stratège militaire et l'initiateur de « l'Etat moderne », et ses critiques, qui l'accusent d'avoir provoqué des centaines de milliers de morts lors de ses campagnes militaires et d'avoir rétabli l'esclavage.  

Face à un héritage aussi controversé, les chefs de l'Etat se sont gardés de prendre position sur Napoléon depuis que Georges Pompidou a célébré en 1969 le bicentenaire de sa naissance à Ajaccio, sa ville natale. »Il n'est pas de nom plus glorieux que celui de Napoléon. Parti de rien, démuni de tout, il a tout obtenu », avait résumé le président gaulliste.  

En osant marquer cet anniversaire, Emmanuel Macron « ne se dérobe pas », affirme l'Elysée. En soulignant sa volonté de « regarder l'héritage » en étant « ni dans l'hagiographie, ni dans le déni, ni dans la repentance », que ce soit sur Napoléon ou sur l'action de la France en Algérie et au Rwanda, les deux dossiers mémoriels délicats dont il s'est saisi.  

Polémique sur l'esclavage  

« Commémorer signifie se souvenir ensemble, mais pas honorer », précise l'historien Frédéric Régent. « Grâce à cette commémoration, la plupart des Français vont apprendre que Napoléon a rétabli l'esclavage » en 1802, huit ans après son abolition, a ajouté ce spécialiste de l'histoire coloniale sur Franceinfo.  

Dans son discours, Emmanuel Macron « dira que l'esclavage était une abomination, y compris dans le contexte de l'époque », selon l'Elysée. Le chef de l'Etat s'exprimera de nouveau sur le sujet le 10 mai pour le 20e anniversaire de la loi Taubira reconnaissant « la traite négrière et l'esclavage ».  

Cette condamnation est particulièrement attendue en Guadeloupe, Martinique et à la Réunion, où de nombreux habitants sont descendants d'esclaves. « Nul victime ne peut célébrer son bourreau, à moins d'être aliéné et fou à lier », affirment le Comité International des Peuples Noirs, le FKNG, et le Mouvement International pour les Réparations (MIR) qui dénoncent, dans un communiqué, des hommages à un « raciste liberticide ».  

Dans les autres points négatifs de l'héritage napoléonien, le chef de l'Etat pourrait pointer l'énorme bilan humain de ses campagnes militaires, comme celle de Russie, et le coup d'Etat du « 18 Brumaire » qui marqua, le 9 novembre 1799, la fin de la Révolution française.  

Parallèlement, le chef de l'Etat devrait saluer en Napoléon l'organisateur de l'Etat moderne avec la création du Code civil, des lycées, de la Cour des Comptes, du Conseil d’Etat ou des préfets...  

Napoléon, « c'est d'abord une formidable transformation de notre pays, de nos institutions », ainsi que « le retour de la paix religieuse, l'accès au mérite... », a souligné mercredi le président LR du Sénat Gérard Larcher.  

Sur le plan politique, le débat sur l'opportunité de commémorer Napoléon est resté feutré, marqué par quelques critiques d'élus de gauche, qui regrettent l'absence de célébration des 150 ans de la Commune par le président, tandis qu'à droite certains auraient souhaité donner plus d'ampleur à l'anniversaire.   

Quelques élus mais aussi des nostalgiques de l'empire se sont retrouvés dans la matinée devant les Invalides et au pied de la colonne Vendôme, dans le centre de Paris, pour saluer celui qui « a tant fait pour le pays » et « tant donné au monde » selon Marine Le Pen.  

A Fontainebleau, plusieurs reliques liées à Napoléon devaient être mises à l'encan mercredi par la maison de ventes Osenat, dont un mouchoir, une bande en batiste tachée du sang utilisée pour son autopsie ou un fin collier formé de fils d’or et de ses cheveux.


Féminicides: Dupond-Moretti veut accélérer le déploiement des bracelets anti-rapprochement

Eric Dupond-Moretti lors de la présentation de la mise en place de "bracelets anti-rapprochement", au palais de justice de Pontoise, près de Paris. (AFP)
Short Url
  • La Chancellerie dispose de 1 000 bracelets anti-rapprochement, mais les juridictions peinent pour l'instant à s'en saisir
  • Le dispositif, qui a fait ses preuves en Espagne, fait partie des mesures mises en place pour tenter d'enrayer la progression des féminicides (90 en 2020, après 146 en 2019)

ROUEN: Les bracelets anti-rapprochements "n'ont pas vocation à rester dans les tiroirs", a déclaré vendredi le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, quelques jours après le féminicide de Mérignac et les questions qu'il soulève en termes de suivi des conjoints violents.

"Je le rappellerai à nos magistrats dans les heures qui viennent", a-t-il ajouté, lors d'un point presse après une visite au tribunal judiciaire de Rouen sur le thème des violences conjugales. Une circulaire devrait être envoyée.

La Chancellerie dispose de 1 000 bracelets anti-rapprochement, mais les juridictions peinent pour l'instant à s'en saisir. Depuis leur lancement en octobre, seuls 76 ont été "prescrits", et 45 hommes en sont en ce moment équipés, selon des chiffres du ministère datant du 3 mai.

Le dispositif, qui a fait ses preuves en Espagne, fait partie des mesures mises en place pour tenter d'enrayer la progression des féminicides (90 en 2020, après 146 en 2019). 

Le bracelet électronique s'accroche à la cheville et permet de géolocaliser les conjoints ou ex-conjoints violents. Un système d'alerte se déclenche lorsque ces derniers s'approchent trop de la victime, qui garde toujours un boîtier avec elle, et les autorités sont immédiatement prévenues.

Mardi à Mérignac, près de Bordeaux, un homme qui purgeait une peine de prison aménagée pour violences conjugales, et qui avait interdiction de s'approcher de sa femme (mais n'était pas équipé d'un bracelet), a tiré sur elle avant de la brûler vive, en pleine rue.

Le ministère de la Justice et de l'Intérieur ont annoncé jeudi une mission d'inspection commune. Il s'agit de savoir "exactement si l'institution judiciaire, en ce qui me concerne, a failli ou non", a précisé Eric Dupond-Moretti vendredi. 

"Si c'est une réponse positive qui m'est apportée, je veux vous dire de façon solennelle que je n'aurai pas la main qui tremble", a-t-il ajouté. 

La mission, qui doit rendre ses premières conclusions mardi, devra faire la lumière sur les failles manifestes de cette affaire. 

L'homme, au casier judiciaire chargé, avait été condamné en juin 2020 à un an et demi de prison, dont 9 mois avec sursis, pour violences conjugales.

Il avait été remis en liberté en décembre, sous plusieurs conditions, dont l'interdiction d'entrer en contact avec sa femme, condition qu'il n'avait pas respectée. Elle avait porté plainte mi-mars pour une nouvelle agression. Recherché, l'homme était resté "introuvable" selon les forces de l'ordre. 

Il s'était pourtant ensuite présenté deux fois aux convocations de l'administration pénitentiaire, sans être inquiété. 


Attentat de Nice en 2016: l'Italie autorise l'extradition en France d'un suspect

Des officiers médico-légaux et des policiers recherchent des preuves près d'un camion sur le front de mer de la Promenade des Anglais dans la ville de Nice, un jour après avoir percuté une foule le 14 juillet 2016. Photo d'archive prise le 15 juillet 2016. (AFP)
Short Url
  • «La remise aux autorités françaises du citoyen albanais été décidée», a indiqué dans un mail la cour d'appel de Naples
  • Endri Elezi, qui faisait l'objet d'un mandat européen émis le 27 avril 2020 par la France, avait été arrêté le 21 avril à Sparanise (Caserte, sud)

ROME: La justice italienne a autorisé l'extradition en France d'un Albanais soupçonné d'avoir fourni une arme à l'auteur de l'attaque au camion perpétrée à Nice (sud-est de la France) le 14 juillet 2016, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

"La remise aux autorités françaises du citoyen albanais été décidée", a indiqué dans un mail la cour d'appel de Naples (sud de l'Italie), interrogée par l'AFP.

Endri Elezi, qui faisait l'objet d'un mandat européen émis le 27 avril 2020 par la France, avait été arrêté le 21 avril à Sparanise (Caserte, sud). 

Au cours de l'audience qui s'est tenue jeudi, l'Albanais de 28 ans, cité par l'agence italienne AGI, a nié en bloc les accusations pesant contre lui: "Je n'ai jamais vendu ou fourni d'armes et je ne connais aucune des personnes impliquées".

Le 14 juillet 2016, Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait foncé avec un camion sur la foule rassemblée en bord de mer sur la Promenade de Anglais à Nice à l'occasion de la fête nationale, faisant 86 morts.

Selon les autorités françaises, Endri Elezi, surnommé "Gino", aurait fourni à l'assaillant un fusil d'assaut, provenant d'un cambriolage et dissimulé dans une forêt sur les hauteurs de Nice, par l'intermédiaire d'un autre Albanais. 

Cette décision de la justice italienne intervient après que la cour d'appel de Paris a confirmé en mars le renvoi aux assises de huit personnes, dont Endri Elezi, dans cette affaire.

Puisque l'enquête est terminée et le procès déjà prévu, un supplément d'information devra être ordonné, notamment pour que l'Albanais soit interrogé et soumis aux expertises psychiatriques et psychologiques obligatoires, avant de pouvoir être éventuellement jugé, avait expliqué une source judiciaire française lors de son arrestation.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel ayant été abattu au volant du camion, la cour d'assises spéciale examinera les responsabilités de membres de son entourage et d'intermédiaires impliqués dans le circuit des armes qui lui étaient destinées.

Endri Elezi est mis en cause pour "association de malfaiteurs" et infraction à la législation sur les armes", dans le volet de l'enquête portant sur le trafic d'armes. 

L'information judiciaire n'a pas pu démontrer pour cinq suspects ayant fourni des armes à Lahouaiej Bouhlel qu'ils avaient eu connaissance de son projet d'attaque. La qualification terroriste a donc été écartée et ils sont renvoyés aux assises pour des infractions de droit commun.

Le procès qui doit durer plusieurs semaines au moins se déroulera au palais de justice de Paris, après celui des attentats du 13 novembre 2015 dans la capitale française et ses environs.


Covid: la réouverture doit être «prudente» pour éviter une «4e vague»

Une ruelle de Nantes vide, à cause du couvre-feu instauré pour lutter contre la covid-19. (AFP)
Short Url
  • L'instance qui conseille le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire recommande en particulier d'attendre «un niveau de vaccination de 35 millions de personnes primo-vaccinées»
  • «Une sortie précipitée des mesures de freinage pourrait induire la survenue durant l'été 2021 d'une possible 4e vague»

PARIS: La réouverture progressive des activités sociales annoncée par le gouvernement français "doit être conduite de manière prudente et maitrisée" si on veut éviter une "possible quatrième vague" de l'épidémie de Covid-19, met en garde vendredi le Conseil scientifique.

L'instance qui conseille le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire recommande en particulier d'attendre "un niveau de vaccination de 35 millions de personnes primo-vaccinées", qui devrait être atteint fin juin, et une réelle baisse de la tension pesant sur le système hospitalier avant de lever largement les mesures de contrôle de l'épidémie.

Titré "Printemps 2021: pour une réouverture prudente et maîtrisée avec des objectifs sanitaires", cet avis a été transmis au gouvernement jeudi soir et mis en ligne vendredi.

Le conseil s'est "auto-saisi" pour rédiger cet avis, contrairement à d'autres, qui répondaient à une demande de l'exécutif, selon une source proche du conseil.

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé fin avril un calendrier de levée progressive des mesures de restrictions, en quatre étapes, s'étalant de début mai à fin juin. La prochaine étape, le 19 mai, prévoit notamment la réouverture de l'ensemble des commerces, des terrasses de cafés et restaurants, des cinémas et théâtre, et le recul du couvre-feu à 21H00.

"La réouverture" des activités économiques et sociales "apparaît souhaitable et même nécessaire", car elle "répond à de fortes attentes et donne une perspective à l'ensemble de la société, perspective dont les bénéfices psychologiques, sociaux et économiques sont sans doute majeurs", souligne le Conseil scientifique.

Mais l'instance s'interroge sur "la temporalité du processus" et estime qu'il doit "impérativement" s'accompagner d'"indicateurs sanitaires", alors que le nombre de contaminations et de personnes hospitalisées sont en baisse mais restent à un niveau élevé.

Si "au cours de la réouverture", la circulation virale se stabilise à "une incidence inférieure à 100" cas pour 100 000 habitants par semaine "soit 10 000 nouveaux cas par jour" (contre environ 20 000 actuellement), "les mois qui viennent seront beaucoup plus faciles à gérer". Dans les cas contraire, ils "seront très incertains", insiste l'avis.

"Une sortie précipitée" des mesures de freinage pourrait induire "la survenue durant l'été 2021 d'une possible 4e vague", prévient-il.