Un retour des talibans risque d'anéantir les progrès des femmes afghanes

Le retrait des forces américaines et internationales, qui doit se terminer d'ici septembre, fait craindre le retour des talibans en force. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 05 mai 2021

Un retour des talibans risque d'anéantir les progrès des femmes afghanes

  • La vision du groupe insurgé n'a pas vraiment changé depuis qu'il était au pouvoir entre 1996 et l'intervention militaire américaine de 2001
  • «Le désir des talibans d'obtenir de l'aide étrangère ainsi qu'une légitimité peut modérer à la marge leur comportement au fil du temps»

WASHINGTON: Un retour des talibans au pouvoir en Afghanistan risquerait d'anéantir les avancées enregistrées pour les droits des femmes depuis qu'ils ont été chassés de Kaboul il y a près de vingt ans, prévient le renseignement américain dans un rapport récemment déclassifié.

Selon ce document de deux pages du Conseil du renseignement national, la vision du groupe insurgé n'a pas vraiment changé depuis qu'il était au pouvoir entre 1996 et l'intervention militaire américaine de 2001. A l'époque, les talibans avaient imposé leur vision fondamentaliste de la religion en interdisant aux femmes d'étudier ou de travailler.

Le retrait des forces américaines et internationales, qui doit se terminer d'ici septembre, fait craindre leur retour en force.

«Les talibans demeurent globalement sur leur approche restrictive des droits des femmes, et remettraient en cause une grande part des progrès des deux dernières décennies s'ils devaient retrouver le pouvoir au niveau national», estime le renseignement américain.

Il note que les rebelles n'ont connu que peu de changement au niveau de leurs dirigeants, demeurent «inflexibles» dans les négociations et «font respecter des restrictions sociales strictes dans les zones qu'ils contrôlent déjà».

Certains responsables du groupe ont certes pris des engagements publics en faveur du respect des droits des femmes, mais uniquement subordonné à l'interprétation fondamentaliste qu'ont les talibans de la charia, la loi islamique, ajoute-t-il.

«Si les talibans devenaient à nouveau le pouvoir dominant en Afghanistan, nous estimons que toute perspective de modérer les politiques du groupe à l'égard des femmes dépendrait de la capacité de minorités ethniques à préserver des spécificités locales, ainsi que des développements technologiques», écrit le renseignement américain, expliquant que la généralisation des téléphones portables donne notamment aux Afghans une plus grande ouverture sur le monde.

Selon les auteurs du rapport, les progrès des 20 dernières années sont fragiles et inégaux, et dépendent fortement de la pression internationale, ce qui suggère qu'ils sont «menacés» par le retrait des forces étrangères «même sans efforts des talibans pour les remettre en cause».

La pression extérieure peut continuer à jouer un rôle, et «le désir des talibans d'obtenir de l'aide étrangère ainsi qu'une légitimité peut modérer à la marge leur comportement au fil du temps», mais s'ils revenaient au pouvoir, ils auraient probablement d'abord comme priorité de «rétablir le contrôle selon leurs propres termes».


Brésil : déforestation record en Amazonie en avril

La forêt amazonienne brésilienne, victime du changement climatique et des activités humaines, a rejeté ces dix dernières années plus de carbone qu'elle n'en a absorbé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président brésilien, un climatosceptique notoire, a encouragé depuis sa prise de fonction en 2019 l'exploitation commerciale de la plus grande forêt tropicale du monde
  • En 2021, le processus de répression des crimes environnementaux a été paralysé par le ministre de l'Environnement

RIO DE JANEIRO: Quelque 580 km2 de forêt ont été déboisés en Amazonie brésilienne en avril, un record pour ce mois, selon des données officielles publiées vendredi qui jettent le doute sur l'engagement du président Jair Bolsonaro à réduire la déforestation.

La superficie déboisée (550,55 km2) est 42,5% supérieure à celle d'avril 2020 (407,2 km2), selon l'Institut national de recherches spéciales (INPE) qui recueille ce type de données depuis 2015.

La déforestation en mars 2021 avait déjà connu un niveau supérieur à celui de la même période en 2020, après deux mois de recul qui correspondent à la saison des pluies et à une activité de l'industrie du bois en berne. 

Depuis le début de l'année et jusqu'au 29 avril, la déforestation pour l'industrie du bois et pour l'agriculture a toutefois atteint 1 156,7 km2, en baisse de 3,9% par rapport à la même période en 2020.

La saison sèche, qui dure de mai à août, connaît généralement un taux plus élevé de déforestation. Au cours des trois dernières années, la période de référence août-juillet a connu des records successifs. 

«Il n'est pas encore possible de prédire ce qu'il va se passer, mais en 2021 il pourrait y avoir une quatrième hausse consécutive de la déforestation», a mis en garde l'Observatoire du climat, un réseau d'une soixantaine d'ONG et d'associations. 

Le président brésilien, un climatosceptique notoire, a encouragé depuis sa prise de fonction en 2019 l'exploitation commerciale de la plus grande forêt tropicale du monde.

En avril, lors du sommet virtuel sur le climat organisé par le président américain Joe Biden, le dirigeant d'extrême droite s'est toutefois engagé à «éliminer la déforestation illégale au Brésil d'ici 2030». 

Ce discours nettement plus conciliant qu'à l'accoutumée a cependant été accueilli avec scepticisme par les écologistes. 

«En 2021, il n'y a aucun effort fédéral de contrôle de la déforestation (...) et le processus de répression des crimes environnementaux a été paralysé par le ministre» de l'Environnement, Ricardo Salles, estime l'Observatoire du climat. 

La pression sur le Brésil s'est accrue dernièrement avec la menace d'une quarantaine de distributeurs, entreprises et fédérations essentiellement européennes de boycotter le produits agricoles brésiliens si le pays ne retire pas un projet de réforme agraire qui risque d'accélérer, selon eux, la déforestation de l'Amazonie.

Selon une étude publiée jeudi dans Nature Climate Change, la forêt amazonienne brésilienne, victime du changement climatique et des activités humaines, a rejeté ces dix dernières années plus de carbone qu'elle n'en a absorbé, un basculement majeur et inédit. 


Plus de 45 000 candidats pour tuer 12 bisons dans un parc naturel US

Il ne s'agit pas d'une chasse, selon le NPS, car l'opération est contrôlée par les autorités du parc, et n'est pas menée à des fins récréatives ou privées. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les bisons, s'ils sont trop nombreux, peuvent nuire «aux ressources en eau du parc, à la végétation, aux sols» et menacer des sites archéologiques
  • Les finalistes seront autorisés à tuer un bison, qu'ils devront ensuite être capables de «porter hors de la zone à pied, sans l'aide d'un véhicule motorisé»

LOS ANGELES: Plus de 45 000 personnes se sont portées volontaires pour tuer douze bisons dans le parc national américain du Grand Canyon, dans le cadre d'un programme inédit visant à réguler la population grandissante de cet animal, a annoncé vendredi le National Park Service (NPS).

Les bisons, s'ils sont trop nombreux, peuvent nuire «aux ressources en eau du parc, à la végétation, aux sols» et menacer des sites archéologiques, a expliqué Kaitlyn Thomas, porte-parole du NPS, ajoutant que la «réduction de la taille du cheptel» permettait de «protéger l'écosystème».

C'est pour répondre à ce problème que les autorités du parc du Grand Canyon, en Arizona, ont lancé, début mai, un appel à candidatures pour trouver douze volontaires prêts à participer à l'opération.

Parmi les 45 000 candidatures reçues en seulement deux jours, 25 finalistes seront tirés au sort, et douze seront finalement choisis d'ici le 17 mai.

Chacun d'entre eux sera autorisé à tuer un bison, qu'il devra ensuite être capable de «porter hors de la zone à pied, sans l'aide d'un véhicule motorisé», dont l'usage n'est pas autorisé dans cette zone, indique le National Park Service, l'organisme fédéral chargé de la gestion des grands espaces naturels des Etats-Unis.

Pour avoir le droit de participer, les volontaires doivent être des citoyens américains majeurs, «en très bonne condition physique», disposer de leur propre fusil, suivre une formation et «avoir de solides compétences de communication verbale», poursuit le NPS.

Les carcasses des animaux seront réparties entres les participants, dans la limite «d'un bison par groupe de volontaires», précise Mme Thomas. 

L'initiative a connu un succès retentissant, mais pas surprenant pour Kaitlyn Thomas, qui se doutait qu'elle «susciterait beaucoup d'intérêt». «Lorsque le programme a été lancé, le parc a reçu des centaines d'emails et d'appels de personnes demandant plus d'informations sur la façon de s'inscrire», dit-elle.

Il ne s'agit pas d'une chasse, selon le NPS, car l'opération est contrôlée par les autorités du parc, et n'est pas menée à des fins récréatives ou privées.

Depuis 2019, le parc capture aussi des bisons pour les déplacer vers d'autres zones. 

400 à 600 bisons vivraient actuellement dans la partie nord du parc du Grand Canyon. D'ici dix ans, les spécialistes estiment que leur population pourrait tripler, pour atteindre près de 1.500 animaux.

Un tel programme est inédit dans le Grand Canyon mais, selon Mme Thomas, des actions similaires ont été menées dans d'autres parcs nationaux pour lutter contre «la surpopulation d'élans ou de chèvres».


Un rapport allemand révèle comment l'Iran utilise la prolifération des armes pour faire passer des marchandises illégales

Photo distribuée par le bureau des forces armées iraniennes le 18 juin 2020, montrant un missile tiré en mer depuis un lanceur mobile, lors d'un exercice militaire. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Un rapport de l'agence allemande de renseignement du Schleswig-Holstein indique que l'Iran crée des entreprises «neutres» contrôlées par l'État, pour cacher la vraie nature de ses achats
  • L’Iran utilise également un système de «livraisons indirectes, passant par des ʺÉtats tiersʺ, afin que l'acheteur final ne soit pas identifié»

DUBAÏ: Un rapport du renseignement allemand a révélé vendredi des détails sur la manière dont la République islamique utilise des techniques de prolifération des armes pour introduire illégalement des technologies illicites relatives à des armes meurtrières.

«Les pays concernés par la prolifération des armes comme l'Iran, la Corée du Nord et la Syrie, mais aussi le Pakistan, tentent de contourner les mesures de sécurité et les réglementations légales d'exportation, mais aussi de camoufler les activités d'achats illégales. Ainsi, ils se tournent principalement vers des moyens et des méthodes de dissimulation», selon l'agence de renseignement du Schleswig-Holstein, État le plus au nord de l’Allemagne.

«La prolifération des armes est l'une des tâches centrales du contre-espionnage dans le Schleswig-Holstein», ajoute le rapport.

Selon l'agence, la prolifération est la «propagation des armes de destruction massive (armes ABC), et du savoir-faire nécessaire, ainsi que des produits utilisés pour leur fabrication, et des technologies de transport qui y sont associées».

ABC fait généralement référence aux armes atomiques, biologiques et chimiques.

Le rapport indique que l’Iran crée des sociétés «neutres» contrôlées par l’État pour cacher la véritable nature des achats, et met en place «des réseaux d’achats illégaux qui appartiennent aux sociétés écrans et aux intermédiaires».

L’Iran utilise également un système de «livraisons indirectes, passant par des ʺÉtats tiersʺ, afin que l'acheteur final ne soit pas identifié», et a recours à des «livreurs et des transporteurs inexpérimentés», ajoute le rapport.

Téhéran décompose également les livraisons illégales en plusieurs «livraisons individuelles non suspectes, pour éviter de mettre en péril l’ensemble de l’opération».

Le rapport assure également que l’Iran «dissimule l’identité de l’utilisateur final», ainsi que «l’individu, l’entreprise ou l’institution auxquels les marchandises vont en définitive être remises.»

L’Iran est cité 19 fois dans le rapport de 218 pages, qui analyse les menaces à la sécurité de la démocratie de l’État. Selon les analystes des services de renseignement du Schleswig-Holstein, des États tels que l'Iran, la Corée du Nord, le Pakistan, la Syrie et la Russie s'efforcent d'acquérir des biens à double usage, à la fois civil et militaire.

«La prolifération des armes est une menace sérieuse pour la sécurité dans de nombreuses régions du monde, dont la République fédérale d'Allemagne, et de ce fait l'État de Schleswig-Holstein. La République fédérale d'Allemagne est l'un des pays exportateurs les plus importants au monde. Les exportations de matériel tant militaire que civil sont donc soumises à un contrôle spécial», conclut le rapport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com