Inflation vertigineuse et mesures sanitaires imposent aux Libanais un ramadan discret

Mahmud Fannas, Mousaharati traditionnel ou «réveilleur du Ramadan» qui sort les musulmans de leur sommeil pour le repas traditionnel du souhour avant l'aube pendant le mois sacré, visite un petit fan dans une ruelle de la vieille ville de Sidon, au Liban. (Photo, AFP)
Une femme examine des décorations du Ramadan dans un magasin à la veille du mois sacré, à Sidon, au Liban, le 10 avril 2021 (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Mercredi 14 avril 2021

Inflation vertigineuse et mesures sanitaires imposent aux Libanais un ramadan discret

  • «Plus de 50% des Libanais vivent à présent sous le seuil de pauvreté» selon la Banque mondiale, conséquence directe de la crise économique et monétaire
  • Le gouvernement impose un couvre-feu pour la durée du Ramadan, de 21 heures à 5 heures du matin. Il a également interdit tous les événements relatifs à l’iftar

BEYROUTH: Les événements sociaux, les traditions et les rassemblements habituellement célébrés pendant le Ramadan sont très différents cette année au Liban, alors que le pays continue de faire face à un effondrement économique sans précédent et à une flambée des cas du coronavirus à l’origine de la Covid-19.

Les préparatifs pour le mois sacré ont été minimes à Beyrouth, et seules quelques pancartes qui rappellent aux gens de faire un don sont visibles dans les rues principales de la ville. Les organismes caritatifs comptent chaque année sur le Ramadan pour recueillir des dons, mais la capacité du pays à donner est se trouve à présent limitée.

«Plus de 50% des Libanais vivent à présent sous le seuil de pauvreté», a déclaré le 4 avril le vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Farid Belhaj.

Pour lutter contre la propagation du virus, la Chambre d'opérations nationale pour la gestion des catastrophes a imposé un nouveau couvre-feu pour la durée du Ramadan, de 21 heures à 5 heures du matin. Il a également interdit tous les événements relatifs à l’iftar.

Les organisations caritatives peuvent distribuer des repas aux maisons, mais seulement après avoir obtenu un permis via la plateforme électronique. Le nombre des fidèles dans les mosquées est limité à 30% tandis que les restaurants et les cafés, qui ont déjà subi plusieurs mois de fermeture, sont à nouveau fermés pour trente jours.

La hausse des prix est devenue le cauchemar quotidien des Libanais, et avec l'arrivée du Ramadan, le coût des produits de première nécessité, comme les légumes et les fruits, a encore fusé en raison de la forte demande.

«Le prix d'un kilo de bœuf est maintenant entre 60 000 et 70 000 livres, et un kilo de poulet taouk se vend à 50 000 livres le premier jour du Ramadan», a déclaré Abbas Ali Salim, un boucher dans la banlieue sud de Beyrouth, à Arab News.

«Les gens me posent des questions sur les prix, et quand je leur réponds, ils semblent très mécontents. Certains me supplient même de leur vendre à des prix plus bas. Mais la vérité est que je suis dans la même situation qu’eux. Je souffre comme eux. Le marché noir vend la viande subventionnée par l'État, monopolisée par les commerçants qui contrôlent les prix».

En raison de l'inflation, le coût d'un repas typique de l’iftar composé d’une soupe aux lentilles, d’une salade fattouch, d’un plat principal de poulet et de riz, d’une demi-tasse de yaourt et une seule date, atteint plus de 60000 livres libanaises, selon l'observatoire de crise de l'Université américaine de Beyrouth.

Selon ces estimations, un mois complet de repas de l’iftar pour une famille de cinq personnes coûterait 1,8 million de livres, ce qui est beaucoup plus élevé que le salaire minimum libanais de 675 000 livres. Ce coût ne couvre même pas les jus, les desserts, le gaz, l'électricité ou les produits de nettoyage utilisés dans la cuisine.

Les chercheurs de l'observatoire expliquent qu'une salade fattouch pour une petite famille qui coûtait 6000 livres pendant le Ramadan de l'année dernière, coûte aujourd’hui 18 500 livres. Cela signifie que le coût d’une salade quotidienne pendant le ramadan de cette année représenterait environ 82% du salaire minimum.

L'observatoire craint que les familles gèrent l'inflation en «réduisant les quantités ou en optant pour des alternatives moins chères afin de remplacer les légumes et la viande, ce qui entraînerait un état dr malnutrition».

Mohammad Chamseddine, chercheur de la firme indépendante d'études et de statistiques Information International, souligne que «les prix des produits de base pendant le Ramadan ont augmenté de 25 à 100%, avec une réduction significative des ventes, parallèlement au pouvoir d'achat érodé des Libanais, en particulier ceux qui sont payés en livres libanaises».

Le Ramadan a également été affecté par le lent rythme de la campagne de vaccination du pays contre la Covid-19, et qui a débuté en février. Le ministre libanais de la Santé, Hamad Hassan, a affirmé mardi que «plus de 20% des Libanais ont développé une immunité, soit par infection, soit par vaccination».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'émissaire de l'ONU sonne l’alerte d’une «guerre à grande échelle» en Palestine

Des flammes et des colonnes de fumée s’élèvent d'une tour détruite par les frappes aériennes israéliennes au milieu d’une flambée de violences dans la ville de Gaza, le 12 mai 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Tor Wennesland: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade»
  • «Le coût de la guerre à Gaza est dévastateur et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences»

GAZA: L’émissaire de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient a mis en garde mercredi contre une «guerre à grande échelle», à moins d’un cessez-le-feu immédiat, alors que les frappes israéliennes sur la bande de Gaza multiplient radicalement le nombre de morts palestiniens.

De fortes explosions ont secoué la bande toute la journée. Alors qu’Israël pilonnait des cibles du Hamas, les forces à Gaza ont riposté en lançant des centaines de roquettes profondément à l’intérieur du territoire israélien.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu'au moins 56 individus ont été tués à ce jour, dont 14 enfants, cinq femmes et un homme âgé, et que plus de 335 ont été blessés.

Dans un communiqué, Tor Wennesland, Coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, ne mâche pas ses mots: «Cessez le feu immédiatement. Nous nous dirigeons vers une guerre à grande échelle. Les dirigeants de toutes les parties doivent prendre en charge la désescalade. Le coût de la guerre à Gaza est accablant, et les gens ordinaires sont ceux qui en subissent les conséquences. L'ONU travaille avec toutes les parties pour rétablir le calme. Arrêtez la violence maintenant».

Des rapports palestiniens et israéliens indiquent que des efforts sont déployés par l'Égypte, l'ONU et un grand nombre de pays afin de rétablir le calme et revenir à l'accord de cessez-le-feu.

Le carnage a été déclenché par les agitations du week-end dans l'enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa de Jérusalem, lieu sacré tant pour les musulmans que pour les juifs.

Les opérations militaires se sont intensifiées ces derniers jours, suscitant des appels internationaux à la fin de la violence.

Mercredi, Israël a pris pour cible un certain nombre de bâtiments et de maisons du gouvernement du Hamas, des voitures privées et même des parcelles agricoles. Des sites d'entraînement militaire appartenant au mouvement et au Jihad islamique ont également été touchés.

Les bombardements se sont intensifiés après la destruction de deux tours résidentielles dans la ville de Gaza, et les Brigades d’Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont riposté en tirant un barrage de roquettes sur Tel Aviv et Beer Sheva. Le commandant de la brigade de Gaza, Basem Issa, ainsi que d'autres auraient été tués au cours des frappes.

Le Jihad islamique a annoncé que plusieurs de ses commandants de son unité de missiles, notamment Muhammad Abu Al-Ata, sont morts lorsqu'un appartement du centre de Gaza a été touché.

Les Brigades d’Al-Qassam et les Brigades d’Al-Quds ont tiré des centaines de roquettes vers Tel Aviv et Beer Sheva, des villes éloignées de Gaza qui n'avaient pas été ciblées auparavant.

Sherine Awad, 38 ans, mère de trois enfants, confie à Arab News que la «terreur et la peur n’ont pas cessé. Après que les bâtiments aient été touchés, j'ai déménagé de mon appartement car il se trouve dans un gratte-ciel. J'ai déménagé dans la maison de mon ami avec mes enfants, mais la nuit dernière, une maison a été bombardée près de l'endroit où je me suis réfugiée.

«Cela n'est du tout une vie. Nous ne pouvons pas supporter tout cela. Les bombardements ne cessent pas et les bruits terrifiants ne cessent pas. Mes enfants sont dans un état de peur et de choc. Notre vie a entièrement basculé au moment où nous nous préparions pour la réception de l'Aïd».

Mercredi, les rues de la ville de Gaza étaient pour la plupart vides, à l'exception de certains piétons et voitures, tandis que la plupart des magasins sont restés fermés à l'exception de certaines épiceries.

Ahmed Al-Kahlout, un épicier de la rue Nasr, raconte à Arab News que le dernier jour de ramadan, les gens ont toujours besoin de provisions et que «la peur ne les empêche certainement pas d'acheter de la nourriture.

«Certes, il y a des morts, mais les gens chez eux ont besoin de se nourrir. Ce n'est pas la première fois que Gaza fait face à une telle escalade, mais cet épisode est le plus grave depuis la guerre de 2014», a-t-il affirmé.

Bien que les deux parties du conflit aient menacé de lancer de nouveaux bombardements, les Palestiniens de Gaza espèrent que la dernière série de carnages et de destruction se terminera bientôt.

«Nous souhaiterons que tout ça prenne fin. Et ça prendra sans aucun doute fin, mais quand? Personne ne le sait. Espérons que ce soit bientôt», soupire Awad.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les défenses saoudiennes interceptent 8 drones et 3 missiles balistiques lancés par les Houthis

  Les défenses aériennes de l’Arabie saoudite ont abattu jeudi trois missiles balistiques lancés depuis le Yémen. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les combats pour la ville yéménite stratégique de Marib font rage
  • Les Houthis ignore les appels de l'ONU à un couvre feux

RIYAD: Les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté et détruit huit drones et trois missiles balistiques ciblant l'Arabie saoudite, a déclaré jeudi la coalition arabe soutenant le gouvernement légitime du Yémen.

Dans un communiqué annoncé sur Twitter, la Coalition a déclaré que les drones et les missiles avaient été lancés par la milice houthie soutenue par l'Iran au Yémen.

Les nouvelles attaques sont survenues alors que les combats pour la ville stratégique du Yémen de Marib se poursuivaient et malgré les appels de l’ONU aux Houthis pour qu’ils cessent la violence.


Des mines terrestres syriennes prises dans la crue dérivent vers le Liban

Les tentes de réfugiés syriens sont inondées d'eaux de crue à Bar Elias, dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 7 janvier 2019. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Plusieurs incidents se sont produits cette année le long de la frontière nord, révèle une source militaire libanaise à Arab News
  • Les autorités exhortent les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées, et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets suspects

BEYROUTH: Au moment où les autorités libanaises continuent de trouver et d’extraire les mines terrestres laissées par la guerre civile libanaise, une nouvelle vague d’explosifs a traversé la frontière du pays en raison d’une catastrophe naturelle.

Mercredi, les forces armées libanaises ont annoncé que des mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne ont dérivé vers le territoire libanais en raison des crues printanières.

«Les mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne sont le résultat du conflit syrien», confie une source militaire libanaise à Arab News.

«Au fur et à mesure que ces mines dérivent vers les territoires libanais, il devient difficile pour l'armée libanaise de les ôter. De nombreux incidents ont été enregistrés cette année, faisant de nombreux blessés qui ignoraient complétement la nature des objets qu'ils ont trouvés».

La même source révèle aussi que la majorité des incidents ont eu lieu dans la région frontalière du nord, à la suite des inondations et de l'érosion subséquente des sols. Tous les blessés se trouvaient sur le sol libanais.

Le commandement de l’armée a diffusé un communiqué qui explique que les «mines sont de formes et tailles différentes, et peuvent être dissimulées de différentes manières et dispersées au hasard».

Les zones potentiellement bourrées de mines terrestres ne sont pas encore marquées de panneaux ou de barbelés pour avertir les gens. Le commandement de l'armée exhorte donc les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets ou des matériels militaires non explosés.

Le Centre libanais d’action antimines (CLAA), qui fait partie de l’armée libanaise, a mis en œuvre le Programme national d’action antimines libanais, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement, afin de combler les pénuries en personnel qualifié et en financement.

L’objectif de CLAA est d’assurer un environnement sécuritaire d'ici 2025, pour que les civils puissent prendre des marches et se déplacer librement sans la menace des mines terrestres. La mission du centre se concentre sur les régions du sud du Liban, qui sont les zones les plus touchées par des mines terrestres et des objets suspects.

«Plus nous nous rapprochons d'un champ de mines dans les régions reculées du sud du Liban, plus nous voyons de pierres peintes en rouge», a indiqué le capitaine chinois Yang Dong, officier de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

«Les pierres rouges nous rappellent de distinguer entre les zones sûres et dangereuses. Elles nous rappellent aussi de ne pas nous approcher. S'il y a des pierres rouges à proximité, c'est que le secteur est dangereux et peut contenir des mines».

En janvier 2020, les compétences de la FINUL se sont élargies avec la signature d’un nouvel accord avec le CLAA. Le pays a marqué le 4 avril la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte antimines.

Au cours des cinq dernières années, la FINUL a mené les efforts qui ont déminé près de 5 millions de mètres carrés de terrains dans le sud du Liban. Elle a également détruit plus de 43 500 mines terrestres, bombes et obus non explosés.

La menace des mines terrestres est réelle et la sensibilisation peuple libanais reste vitale.

Depuis 1975, les mines terrestres et les objets non explosés laissés par la guerre civile libanaise ont fait 3847 morts et blessés. Le plus grand nombre de victimes a été enregistré en 2006 lorsque 209 personnes ont été tuées ou blessées, dont 40 enfants de moins de 12 ans.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com